Un témoignage grâce au séminaire

L’auteur vit à São Paulo (Brésil)


Ma mère m’a enseigné l’Évangile quand j’étais petite mais, comme mon père n’était pas membre, je me suis toujours demandé si j’étais sur le bon chemin. Je ne comprenais pas pourquoi mon père n’était pas devenu membre de l’Église, si elle était réellement vraie. J’aimais quand même aller à la Primaire et chanter les cantiques. J’aimais aussi écouter ma mère me lire les Écritures et, petit à petit, j’ai commencé à acquérir mon propre témoignage.

Quand je suis entrée aux Jeunes Filles, l’un de mes premiers objectifs a été de rendre mon témoignage chaque dimanche de jeûne. J’ai pris l’habitude de le rendre et cela a renforcé mon désir d’acquérir de la connaissance, quand j’ai eu l’âge de m’inscrire au séminaire.

Pendant ma première année de séminaire, nous avons étudié l’Ancien Testament. Cette année-là, j’ai non seulement appris à chérir l’Ancien Testament, mais j’ai aussi appris l’importance des temples et de la généalogie.

Avec d’autres élèves de ma paroisse, nous nous sommes intéressés à l’histoire familiale et nous y sommes engagés. Nous avons extrait des centaines de noms et conçu un immense amour pour des personnes dont nous ne savions presque rien, à part leur nom et quelques renseignements sommaires. Bien que sachant que le travail que nous accomplissions était important, j’étais parfois découragée. Je travaillais afin que des ordonnances soient accomplies pour des personnes que je ne connaissais pas, alors que je ne parvenais pas à atteindre mon propre père. Il ne comprenait pas l’importance de ce que je faisais. Je continuais à prier et à jeûner pour qu’il soit touché.

L’année suivante, nous avons étudié le Nouveau Testament au séminaire. Un matin, au réveil, j’ai commencé à lire le récit du Sauveur à Gethsémané. Les larmes m’ont coulé sur les joues quand j’ai pris conscience du fait que les gouttes de sang qu’il avait versées étaient pour moi. Que j’aurais aimé ne jamais avoir péché ! Les paroles d’Ésaïe que j’avais étudiées l’année précédente me sont venues à l’esprit : « Il était blessé pour nos péchés, brisé pour nos iniquités ; le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui » (Ésaïe 53:5). Pendant que je lisais le récit de la crucifixion et de la résurrection, ma mère est entrée dans ma chambre. Je lui ai parlé de mes sentiments, de mon témoignage et de mon désir que mon père sache ce que j’avais appris au séminaire.

Mon témoignage a continué à grandir, l’année suivante, quand nous avons lu les Doctrine et Alliances. J’ai reçu un témoignage du fait que Joseph Smith était un prophète. J’ai aussi décidé de suivre son exemple et de demander à Dieu si l’Église est vraie. Bien qu’ayant déjà cette conviction dans le cœur, un après-midi, je me suis retrouvée seule et j’ai prié avec sincérité. En le faisant, je me suis rendu compte que le témoignage que je demandais avait grandi au fil de mon étude des Écritures et de ma participation au séminaire.

Cette année-là, le Seigneur m’a ouvert l’esprit et le cœur et j’ai compris les Doctrine et Alliances comme jamais auparavant. J’ai aussi appris la grande valeur des âmes (voir D&A 18:10-16) et j’ai commencé à rendre mon témoignage grandissant aux personnes qui ne connaissaient pas l’Évangile, notamment à mon père.

Je savais que, pendant ma dernière année de séminaire, l’étude du Livre de Mormon fortifierait aussi mon témoignage. En étudiant réellement, j’ai senti l’amour de notre Père céleste pour moi. Les histoires m’inspiraient tellement que je n’avais qu’une envie : lire le Livre de Mormon. J’ai commencé à apporter le Livre de Mormon à l’école et je le lisais pendant les récréations. J’ai aussi commencé à parler de ce que je lisais avec mon père.

Un jour, après une longue conversation avec lui au sujet de l’Évangile, je lui ai lancé le défi de lire entièrement le Livre de Mormon. J’ai témoigné que, comme moi, il pourrait recevoir un témoignage.

Je suis heureuse de dire que mon père a lu le Livre de Mormon. Quand il l’a fait, il a su que l’Église était vraie et il a fini par se faire baptiser ! Ma famille est maintenant en train de se préparer à être scellée au temple. Je sais que ma participation au séminaire et ma lecture des Écritures m’ont aidée à acquérir mon propre témoignage et je sais qu’elles représentent une bénédiction pour les familles.