Une Écriture inspirante

« [Jésus-Christ] intercédera pour tous les enfants des hommes ; et ceux qui croient en lui seront sauvés » (2 Néphi 2:9).

Dans cette Écriture, le mot intercédera a une grande signification. Il signifie « agir comme médiateur pour aider deux personnes à résoudre un problème ». Dans ce cas, le Sauveur est le médiateur qui aide tous les gens qui ont été séparés de notre Père céleste à cause du péché.

Cette Écriture m’a aidée à connaître l’importance de notre Sauveur, Jésus-Christ. Je suis reconnaissante pour son expiation. Ce n’est que par son intermédiaire que nous pourrons vivre à nouveau avec notre Père céleste.

Hanisha A. (Inde)

Qui veut prier ?

Jarrel M., Philippines

Pendant ma mission, mon collègue et moi avons enseigné l’Évangile à une famille avec plusieurs enfants. Au cours de l’un de nos moments de planification, nous avons prié et discuté pour savoir quelle leçon nous devrions enseigner aux enfants la prochaine fois et, ensemble, nous sommes convenus de parler de la prière.

Quand nous sommes arrivés chez eux, la grand-mère et les enfants étaient très enthousiastes. Nous avons commencé la leçon par une prière. Les enfants étaient calmes et prêts à écouter. Nous leur avons expliqué comment et pourquoi prier. À la fin de notre leçon, nous leur avons demandé : « Qui veut faire la prière de clôture » ? Tous voulaient prier ! Nous avons donc fait un emploi du temps indiquant qui ferait la prière chaque fois que nous viendrions donner une leçon. Nous les avons aussi incités à prier quand nous ne serions pas là.

Après cette leçon, j’ai pensé : « Pourquoi les petits enfants n’ont-ils pas de mal à prier, alors que nos amis de l’Église plus âgés trouvent cela difficile ? » J’ai trouvé une réponse dans le Bible Dictionary [Dictionnaire biblique] : « Dès que nous apprenons la nature réelle de nos relations avec Dieu (c’est-à-dire que Dieu est notre Père et que nous sommes ses enfants), notre prière devient naturelle et instinctive (Matthieu 7:7-11). Bien des prétendues difficultés à prier viennent de l’oubli de cette relation » (voir aussi Guide des Écritures, « Prière », scriptures.lds.org).

Depuis, je me suis efforcé d’aider les gens à comprendre la nature réelle de leur relation avec notre Père céleste. Notre Père céleste veut parler à ses enfants, tout comme nos parents terrestres veulent nous parler. Il nous aime, il veut nous parler et il veut que nous lui parlions.

L’histoire familiale unit les familles

Yael B. (Argentine)

Je suis tombée par hasard sur un but de Mon progrès personnel qui m’a motivée à commencer mon histoire familiale. Chaque fois que j’allais déjeuner chez mes grands-parents, ils me racontaient des anecdotes de leur vie et de celle des autres membres de ma famille. J’ai commencé à aller au centre d’histoire familiale pour collecter des renseignements sur ma famille.

Je me souviens du moment où j’en ai trouvé sur mon arrière-arrière-grand-mère. Alors qu’elle était enceinte, elle est venue en Argentine par bateau. Pendant le voyage, son fils est mort et a été enseveli en mer. Ce n’était qu’une histoire jusqu’à ce que je trouve son nom dans un document. Je suis devenue encore plus proche de mes grands-parents et j’ai appris à connaître mes ancêtres comme si j’avais vécu avec eux. J’ai trouvé des renseignements sur mes ancêtres, j’ai propagé la bonne nouvelle du scellement éternel et j’ai contribué à ce que de nombreuses générations soient bénies.

FamilySearch me permet de continuer à découvrir des trésors cachés. J’aime ce que le président Monson a dit : « Je témoigne que lorsque nous ferons tout notre possible pour accomplir l’œuvre dont nous sommes chargés, le Seigneur nous permettra de nous procurer la clé sacrée qui est nécessaire pour ouvrir le trésor que nous recherchons tant1. » Nos efforts nous permettront de découvrir les clés de notre trésor éternel et, un jour, nous pourrons rencontrer nos ancêtres en personne.

    Note

  1.   1.

    Voir Thomas S. Monson, « La clé de la foi », L’Étoile, mai 1994, p. 5.

Recevoir un témoignage du Saint-Esprit

Tamara O. (Brésil)

À neuf ans, quand je suis devenue membre de l’Église, je croyais déjà qu’elle était vraie, c’est pourquoi je pensais qu’il était inutile de demander à Dieu si c’était le cas. Après avoir été membre pendant plusieurs années, j’ai commencé à douter. Puis, pendant une réunion de témoignages, alors que j’écoutais le cantique « La première prière de Joseph Smith » (Cantiques, n° 14), j’ai prié pour demander à mon Père céleste si l’Église était vraie et si Joseph Smith l’avait vraiment vu, ainsi que Jésus-Christ. La pensée m’est venue à l’esprit que oui, l’Église de Jésus-Christ est vraie et oui, Joseph a vu Dieu le Père et Jésus-Christ. Mes yeux se sont remplis de larmes et j’ai senti le Saint-Esprit brûler dans mon cœur.

Aujourd’hui, je peux affirmer que le Saint-Esprit m’a témoigné de la véracité de cette Église. Je sais que Joseph Smith a vu notre Père céleste et Jésus-Christ et je ne peux le nier. Ce témoignage m’a donné le courage de le dire aux autres.