Utiliser le plan du salut pour répondre aux questions

LaRene Porter Gaunt


Quand d’autres personnes ou nous-mêmes avons des questions sur l’Évangile de Jésus-Christ, savons-nous où trouver les réponses ?

Nous vivons à une époque extraordinaire. L’Évangile rétabli de Jésus-Christ est en train de sortir « de l’obscurité » (D&A 1:30). En conséquence, davantage d’enfants de notre Père céleste qui ne sont pas de notre religion entendent parler des « Mormons ». Certains entendent des choses qui semblent étranges et déconcertantes. D’autres entendent des choses qui leur semblent familières et réconfortantes. Des personnes de l’un ou l’autre groupe peuvent venir à nous, en quête de réponses à leurs questions. Beaucoup de réponses se trouvent dans le plan du salut, que l’on appelle aussi « le grand plan du bonheur » (Alma 42:8).

Les questions les plus souvent posées sont : « D’où est-ce que je viens ? » « Pourquoi suis-je ici ? » et « Où irai-je après cette vie ? » On peut répondre à toutes ces questions par des vérités qui se trouvent dans le plan du salut. Cet article énonce certaines réponses que les Écritures et notre prophète, Thomas S. Monson, ont données concernant ces questions.

D’où est-ce que je viens ?

Nous sommes des êtres éternels. Avant cette vie, nous vivions avec Dieu et étions ses enfants d’esprit. Le président Monson a dit : « L’apôtre Paul [a enseigné] que nous sommes ‘de la race de Dieu’ [Actes 17:29]. Comme nous savons que notre corps physique est issu de parents mortels, nous devons approfondir le sens de la déclaration de Paul. Le Seigneur a déclaré que ‘l’esprit et le corps sont l’âme de l’homme’ [D&A 88:15]. L’esprit est donc engendré par Dieu. L’auteur de l’épître aux Hébreux l’appelle ‘le Père des esprits’ [Hébreux 12:9]1. »

Pourquoi suis-je ici ?

Concernant notre vie sur la terre, le président Monson a dit : « Comme nous devrions être reconnaissants qu’un Créateur plein de sagesse ait conçu une terre et nous y ait placés avec un voile d’oubli de notre existence antérieure afin que nous soyons mis à l’épreuve pour un temps, ayons la possibilité de faire nos preuves afin de nous qualifier pour tout ce que Dieu a préparé pour nous !

« Il est clair que l’un des premiers buts de notre existence sur la terre est de recevoir un corps de chair et d’os. Nous avons aussi reçu le don du libre arbitre. De mille façons, nous avons la possibilité de choisir par nous-mêmes. Ici, nous apprenons à la dure école de l’expérience. Nous discernons le bien du mal. Nous apprenons la différence entre l’amer et le doux. Nous découvrons que des conséquences sont attachées à nos actions2. »

Où irai-je après cette vie ?

La mort touche tous les membres de la famille humaine. Mais, « l’homme une fois mort, peut-il revivre ? » (Job 14:14, traduction littérale de la version du roi Jacques, NdT). Le président Monson a déclaré : « Nous savons que la mort n’est pas la fin. Cette vérité a été enseignée par des prophètes vivants tout au long des siècles. On la trouve aussi dans nos saintes Écritures. Dans le Livre de Mormon, nous lisons des paroles précises et consolatrices :

‘Or, en ce qui concerne l’état de l’âme entre la mort et la résurrection : Voici, il m’a été révélé par un ange que les esprits de tous les hommes, dès qu’ils quittent ce corps mortel, oui, les esprits de tous les hommes, qu’ils soient bons ou mauvais, sont ramenés auprès de ce Dieu qui leur a donné la vie.

‘Et alors, il arrivera que les esprits de ceux qui sont justes seront reçus dans un état de bonheur, qui est appelé paradis, un état de repos, un état de paix, où ils se reposeront de toutes leurs difficultés, et de tous les soucis, et de toute tristesse’ [Alma 40:11-12]3. »

Après notre résurrection, nous allons dans le royaume céleste avec une gloire semblable à celle du soleil, le royaume terrestre avec une gloire semblable à celle de la lune ou le royaume téleste avec une gloire semblable à celle des étoiles, ou les ténèbres extérieurs (voir D&A 76).

Y a-t-il vraiment un Dieu ? Satan est-il réel ?

Notre Père céleste, Jésus-Christ et Satan faisaient tous partie du grand conseil dans les cieux qui s’est tenu avant notre naissance. Dans le cadre du plan du salut, notre Père céleste a demandé que l’un de ses enfants aille sur la terre expier nos péchés. Il a dit : « Qui enverrai-je ? L’un [Jésus-Christ], qui était semblable au fils de l’homme, répondit : Me voici, envoie-moi. Et un autre [Satan] répondit et dit : Me voici, envoie-moi. Le Seigneur dit : J’enverrai le premier.

Et le second fut en colère, et il ne garda pas son premier état ; et ce jour-là, beaucoup le suivirent » (Abraham 3:27-28  ; voir aussi D&A 29:36-37  ; Moïse 4:1-4).

Avons-nous le pouvoir de résister aux tentations de Satan ?

Le tiers des esprits qui ont choisi de suivre Satan après le conseil dans les cieux ont été chassés avec lui. Satan et eux restent des esprits sans corps physique. Joseph Smith, le prophète, a enseigné : « Tous les êtres qui possèdent un corps ont un pouvoir supérieur à ceux qui n’en ont pas4. » De ce fait, Satan peut nous tenter mais nous avons le pouvoir de résister.

Pourquoi semble-t-il parfois que mon Père céleste ne répond pas à mes prières ?

« La prière est l’acte par lequel la volonté du Père et la volonté de l’enfant sont mises en harmonie. Le but de la prière n’est pas de changer la volonté de Dieu » (Bible Dictionary, « Prayer »). La prière est un outil qui nous aide à décider si nous utiliserons notre libre arbitre pour conformer notre volonté à celle de Dieu (voir Abraham 3:25). Notre Père céleste répond toujours à nos prières, mais ces réponses peuvent se manifester sous la forme d’un oui, d’un non ou d’un pas encore. Le moment est important.

Pourquoi ai-je des difficultés quand je m’efforce de mener une vie juste ?

Les difficultés font partie du plan du salut. Elles nous fortifient, nous raffinent et nous purifient quand nous nous appuyons sur Jésus-Christ et son Évangile. Notre Père céleste nous soutient dans nos difficultés. Nos épreuves « [nous] donneront de l’expérience et seront pour [notre] bien » (D&A 122:7).

Comment puis-je savoir ce qui est bien et ce qui est mal ?

Tous les enfants de Dieu naissent avec la Lumière du Christ qui nous aide « à discerner le bien du mal » (Moroni 7:16). De plus, le Saint-Esprit peut nous témoigner de la vérité dans notre esprit et notre cœur par des sentiments de paix et de chaleur (voir D&A 8:2-3).

Puis-je recevoir le pardon même si j’ai commis des péchés graves ?

Dieu savait que nous pècherions tous en apprenant à choisir entre le bien et le mal5. Cependant, tous les péchés sont assortis d’un châtiment. La justice exige qu’il y ait un châtiment. Dans sa miséricorde, notre Père céleste a permis à Jésus-Christ d’accomplir l’Expiation et de satisfaire aux exigences de la justice pour nous tous (voir Alma 42). En d’autres termes, les souffrances du Christ à Gethsémané et sa mort sur le Golgotha ont payé le prix de tous nos péchés si nous accédons à l’expiation du Christ en nous repentant et en recevant les ordonnances de l’Évangile. Nos péchés seront pardonnés (voir D&A 1:31-32).

Où puis-je en apprendre davantage au sujet du plan du salut ?

  1. 1.

    Le plan du salut est enseigné plus clairement dans le Livre de Mormon, les Doctrines et Alliances et la Perle de Grand Prix.

  2. 2.

    Les paroles des prophètes vivants se trouvent sur conference.lds.org . Vous pouvez rechercher des termes tels que plan du salut, plan du bonheur, expiation, exaltation, justice et miséricorde, repentir et résurrection.

  3. 3.

    Voir « Leçon 2 : Le plan du salut », au chapitre 3 de Prêchez mon Évangile : Guide du service missionnaire.

Afficher les références

    Notes

  1.   1.

    Thomas S. Monson, « La course de la vie », Le Liahona, mai 2012, p. 91 ; voir aussi Abraham 3:22-26.

  2.   2.

    Thomas S. Monson, « La course de la vie », p. 91-92 ; voir aussi Alma 34:32-34.

  3.   3.

    Thomas S. Monson, « La course de la vie », p. 93 ; voir aussi Doctrine et Alliances 76:59-111.

  4.   4.

    Enseignements des présidents de l’Église, Joseph Smith, 2007, p. 226.

  5.   5.

    Les petits enfants ne peuvent pas pécher jusqu’à ce qu’ils « commencent à devenir responsables » (D&A 29:46-47).