Place ta confiance en cet Esprit qui conduit à faire le bien

Premier conseiller dans la Première Présidence

Imprimer Faire connaître

    « Nous nous rapprochons du Sauveur lorsque, par pur amour, nous rendons pour lui service à autrui. »

    Je suis reconnaissant d’être avec vous en cette soirée d’adoration, de réflexion et de consécration. Nous avons prié ensemble. Notre Père céleste aimant nous a entendus. Nous nous sommes souvenus de notre Sauveur, le Seigneur Jésus-Christ, tandis que nous étions touchés par des cantiques de louanges qui lui étaient adressés. Nous avons été inspirés à faire plus pour aider notre Maître dans son œuvre pour édifier et secourir les enfants de notre Père céleste.

    Notre désir de rendre service à autrui est avivé par notre reconnaissance pour ce que le Sauveur a fait pour nous. C’est pour cela que notre cœur est touché quand nous entendons chanter ces paroles : « Seigneur, j’ai tant reçu : je dois aussi donner1. » Le roi Benjamin, dans son magnifique sermon rapporté dans le Livre de Mormon, nous promet ce sentiment de reconnaissance (voir Mosiah 2:17-19).

    Quand notre foi en Jésus-Christ nous amène à nous qualifier pour recevoir la joie de son pardon, nous éprouvons le désir de servir autrui pour lui. Le roi Benjamin a enseigné que le pardon ne s’accomplit pas en un instant.

    Il l’a formulé ainsi : « Et maintenant, pour les choses que je vous ai dites, c’est-à-dire pour conserver de jour en jour le pardon de vos péchés, afin de marcher innocents devant Dieu, je voudrais que vous accordiez de vos biens aux pauvres, chaque homme selon ce qu’il a, comme nourrir les affamés, vêtir les nus, visiter les malades et leur apporter du soulagement, tant spirituellement que temporellement, selon leurs besoins » (Mosiah 4:26).

    Amulek, l’excellent compagnon missionnaire d’Alma, a aussi enseigné la vérité que nous devons continuer de servir pour le Seigneur, pour conserver le pardon : « Et maintenant voici, mes frères bien-aimés, je vous le dis, ne pensez pas que ce soit là tout ; car lorsque vous avez fait toutes ces choses, si vous renvoyez les nécessiteux et les nus, et ne visitez pas les malades et les affligés, et ne donnez pas de vos biens, si vous en avez, à ceux qui sont dans le besoin – je vous le dis, si vous ne faites rien de cela, voici, votre prière est vaine et ne vous sert de rien, et vous êtes comme des hypocrites qui renient la foi » (Alma 34:28).

    Ce soir, je pense aux femmes qui font partie de ma vie. Notre famille comprend trente et une femmes et fillettes en commençant par ma femme et en incluant nos trois dernières arrière-petites-filles. Certaines sont ici avec nous ce soir. Cinq ont moins de douze ans. Cette réunion est peut-être leur première dans le centre de conférences avec leurs sœurs de l’Église du Sauveur. Chacune emportera une collection différente de souvenirs et prendra ses propres engagements suite à cette expérience ce soir.

    Je prie pour qu’elles gardent trois souvenirs et se rappellent trois engagements pendant toute leur vie et même au-delà. Les souvenirs concernent des sentiments. Les engagements concernent des choses à faire.

    Le sentiment le plus important est l’amour. Vous avez ressenti l’amour des excellentes dirigeantes qui ont pris la parole. Et vous avez ressenti par l’Esprit qu’elles vous aiment sans même vous connaître parce qu’elles ont ressenti l’amour que notre Père céleste et le Sauveur ont pour vous. C’est la raison pour laquelle elles désirent tellement vous servir et que vous receviez les bénédictions que Dieu veut vous accorder.

    Ce soir, vous avez éprouvé de l’amour pour d’autres personnes, des amis, des camarades d’école, des voisins et même pour quelqu’un que vous venez de rencontrer, un inconnu. Ce sentiment d’amour est un don de Dieu. Les Écritures l’appellent « la charité » et « l’amour pur du Christ » (Moroni 7:47). Ce soir, vous avez ressenti cet amour et vous pouvez souvent le recevoir si vous le recherchez.

    Le deuxième sentiment que vous avez eu ce soir est l’influence du Saint-Esprit. Aujourd’hui, des sœurs vous ont promis que le Saint-Esprit vous guidera pour trouver le service que le Seigneur voudrait que vous rendiez pour lui à d’autres personnes. L’Esprit vous a fait ressentir que leur promesse vient du Seigneur et qu’elle est vraie.

    Le Seigneur a déclaré : « Et maintenant, en vérité, en vérité, je te le dis, place ta confiance en cet Esprit qui conduit à faire le bien, oui, à agir avec justice, à marcher dans l’humilité, à juger avec droiture ; et c’est là mon Esprit » (D&A 11:12).

    Peut-être avez-vous reçu cette bénédiction ce soir. Par exemple, le nom ou le visage d’une personne dans le besoin vous est peut-être venu à l’esprit pendant cette réunion. Cela a pu n’être qu’une pensée fugace mais, du fait de ce que vous avez entendu ce soir, vous prierez à ce sujet, croyant que Dieu vous guidera pour faire le bien qu’il veut pour ces personnes. Lorsque de telles prières deviendront habituelles, vous et d’autres personnes deviendrez meilleures.

    Le troisième sentiment que vous avez eu ce soir est le désir d’être plus proche du Sauveur. Même la plus jeune fillette présente ici aura ressenti la réalité de l’invitation du cantique : « ‘Viens et suis-moi !’ a dit le Sauveur. Suivons ses pas menant au bonheur2. »

    Alors, ayant ces sentiments, vous devez premièrement vous engager à aller rendre service, sachant que vous n’y allez pas seule. Lorsque vous allez réconforter une personne ou lui rendre service pour le Sauveur, il prépare le chemin devant vous. Comme vous le diront les anciennes missionnaires présentes ici ce soir, cela ne signifie pas que chaque personne derrière chaque porte est prête à vous accueillir ni que chaque personne à laquelle vous essayez de rendre service vous remerciera. Mais le Seigneur ira devant vous pour préparer le chemin.

    À maintes reprises, Thomas S. Monson, le président de l’Église, a dit qu’il sait combien cette promesse du Seigneur est vraie : « Et là où quiconque vous reçoit je serai aussi, car j’irai devant votre face, je serai à votre droite et à votre gauche, et mon Esprit sera dans votre cœur, et mes anges seront tout autour de vous pour vous soutenir » (D&A 84:88).

    Une des façons dont il va devant vous consiste à préparer le cœur d’une personne à laquelle il vous a demandé de rendre service. Il préparera également votre cœur.

    Vous découvrirez aussi que le Seigneur place des assistants à vos côtés, à votre droite, à votre gauche et tout autour de vous. Vous n’allez pas seule rendre service pour lui.

    C’est ce qu’il a fait pour moi ce soir. Le Seigneur a organisé « une nuée de témoins » (Hébreux 12:1), à la fois en paroles et en musique, pour combiner et multiplier la puissance de ce qu’il voulait que je dise. Je n’ai eu qu’à veiller à placer ma pièce dans sa composition. J’espère que vous éprouvez de la gratitude et de la joie lorsque le Seigneur vous rassemble pour rendre service pour lui, et je prie pour cela.

    Si vous avez souvent cette expérience, et vous l’aurez, vous sourirez de reconnaissance, tout comme moi, chaque fois que nous chantons : « Douce est la tâche3 ».

    Vous sourirez aussi en vous rappelant ce verset : « Et le roi leur répondra : Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites » (Matthieu 25:40).

    Deuxièmement, vous devez vous souvenir du Seigneur lorsque vous allez rendre service pour lui. Non seulement le Seigneur va devant nous et envoie des anges pour rendre service avec nous mais il ressent aussi le réconfort que nous apportons aux gens comme si c’était à lui que nous l’avions apporté.

    Chaque fille de Dieu qui entend les messages de cette réunion et y croit demandera : « Qu’est-ce que le Seigneur veut que je fasse pour l’aider à secourir les personnes dans le besoin ? » La situation de chaque sœur est unique. C’est vrai pour ma petite troupe de filles, belles-filles, petites-filles et arrière-petites-filles. Je leur répète, ainsi qu’à toutes les filles de notre Père céleste, ce sage conseil de Linda K. Burton.

    Elle vous a demandé de prier avec foi pour savoir ce que le Seigneur voudrait que vous fassiez dans votre situation. Elle vous a ensuite parlé de la promesse du doux réconfort que le Seigneur fit lui-même à la femme qui était critiquée parce qu’elle avait oint sa tête d’un parfum de grand prix alors qu’on aurait pu le vendre pour aider les pauvres.

    « Mais Jésus dit : Laissez-la. Pourquoi lui faites-vous de la peine ? Elle a fait une bonne action à mon égard ;

    « car vous avez toujours les pauvres avec vous, et vous pouvez leur faire du bien quand vous voulez, mais vous ne m’avez pas toujours.

    « Elle a fait ce qu’elle a pu ; elle a d’avance embaumé mon corps pour la sépulture.

    « Je vous le dis en vérité, partout où la bonne nouvelle sera prêchée, dans le monde entier, on racontera aussi en mémoire de cette femme ce qu’elle a fait » (Marc 14:6-9).

    Cette courte Écriture est un sage et gentil conseil pour les sœurs fidèles dans le royaume du Seigneur à notre époque mouvementée. Vous prierez pour savoir à qui le Père veut que vous rendiez service par amour pour lui et pour notre Sauveur. Et vous n’attendrez pas qu’on vous élève un monument public, à l’exemple de la femme de ce récit scripturaire dont on se souvient de la bonne action pour honorer le Sauveur du monde, mais pas du nom.

    J’espère que les sœurs de notre famille feront de leur mieux par amour pour Dieu pour rendre service aux personnes dans le besoin. Et la troisième chose que j’espère qu’elles feront est d’être modestes à propos de leurs bonnes œuvres. Cependant, je prierai pour qu’elles acceptent le conseil du Seigneur, que nous avons tous, j’en suis sûr, besoin d’entendre quand il a dit :

    « Gardez-vous de pratiquer votre justice devant les hommes, pour en être vus ; autrement, vous n’aurez point de récompense auprès de votre Père qui est dans les cieux. »

    Puis il a dit :

    « Mais quand tu fais l’aumône, que ta main gauche ne sache pas ce que fait ta droite,

    afin que ton aumône se fasse en secret ; et ton Père, qui voit dans le secret, te le rendra » (Matthieu 6:1-4).

    Ma prière pour les sœurs dans le royaume, où qu’elles soient et quelle que soit leur situation, est que leur foi au Sauveur et en son expiation les amène à faire tout leur possible pour les personnes auxquelles le Seigneur leur demande de rendre service. Je leur promets que, si elles le font, elles avanceront sur le chemin pour devenir de saintes femmes que le Sauveur et notre Père céleste accueilleront chaleureusement et récompenseront ouvertement.

    Je témoigne que cette Église est celle de Jésus-Christ ressuscité. Il est ressuscité. Il a payé le prix de tous nos péchés. Je sais que grâce à lui nous ressusciterons et que nous pouvons avoir la vie éternelle. Thomas S. Monson est son prophète actuel. Notre Père céleste entend nos prières et y répond. Je témoigne que nous nous rapprochons du Sauveur lorsque, par pur amour, nous rendons pour lui service à autrui. Je vous rends ce témoignage certain au nom de Jésus-Christ. Amen.

    Afficher les références

      Notes

    1.   1.

      « Seigneur j’ai tant reçu », Cantiques, n° 139.

    2.   2.

      « Viens et suis-moi ! », Cantiques, n° 61.

    3.   3.

      « Douce est la tâche, ô Dieu mon roi », Cantiques, n° 84.