Message de la Première Présidence

« Comme je vous ai aimés »

Par Thomas S. Monson, Président de l’Église

Imprimer Faire connaître
    Father with children

    Il y a quelques années, un ami du nom de Louis m’a raconté une histoire touchante sur sa mère, femme douce et posée. Quand elle est décédée, elle n’a pas laissé à ses fils et à ses filles une fortune faite d’argent mais un grand patrimoine fait de son exemple, de ses sacrifices et de son obéissance.

    Après l’éloge funèbre et la triste marche du cortège jusqu’au cimetière, les enfants, devenus adultes, ont trié les maigres biens qu’elle avait laissés. Parmi eux, Louis a trouvé une note et une clé. La note disait : « Dans le dernier tiroir de la commode de la chambre qui fait l’angle, il y a une petite boîte. Elle contient ce que j’ai de plus cher. Cette clé permet de l’ouvrir. »

    Tous étaient étonnés que leur mère ait eu quoi que ce soit de valeur à mettre sous clé.

    Ils ont sorti la boîte de sa cachette et l’ont ouverte délicatement à l’aide de la clé. Quand Louis et les autres en ont examiné le contenu, ils ont trouvé une photo de chaque enfant avec son nom et sa date de naissance. Ensuite, Louis a sorti une carte de la Saint-Valentin faite maison. Il a reconnu l’écriture gauche d’enfant qui était la sienne et a lu ce qu’il avait écrit soixante ans plus tôt : « Maman chérie, je t’aime ».

    Tout le monde était attendri, parlait avec émotion et avait les yeux embués de larmes. Ce que la mère avait de plus cher était sa famille éternelle. La force de cette famille reposait sur le fondement des « Je t’aime ».

    Dans le monde d’aujourd’hui, ce fondement d’amour n’est nulle part plus nécessaire qu’au foyer. Et nulle part ailleurs que dans les foyers de saints des derniers jours qui ont mis l’amour au cœur de leur vie familiale, le monde ne devrait trouver de meilleur exemple de ce fondement.

    À nous qui professons être ses disciples, le Sauveur Jésus-Christ a donné cette instruction dont la portée est immense :

    « Je vous donne un commandement nouveau : Aimez-vous les uns les autres ; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres.

    À ceci tous connaîtront que vous êtes mes disciples, si vous avez de l’amour les uns pour les autres1 ».

    Si nous voulons respecter le commandement d’aimer notre prochain, nous devons nous traiter les uns les autres avec gentillesse et respect, et manifester notre amour dans nos relations mutuelles de tous les jours. L’amour suscite des paroles douces, des réponses patientes, des actes désintéressés, une oreille compréhensive, un cœur miséricordieux. Dans tous nos rapports avec les autres, ces actes manifestent l’amour qui est dans notre cœur.

    Gordon B. Hinckley (1910-2008) a enseigné : « L’amour […] est comme le chaudron d’or au bout de l’arc-en-ciel. Pourtant, c’est bien plus que la fin de l’arc-en-ciel. L’amour se trouve aussi à son origine et fait jaillir un bel arc bandé dans un ciel d’orage. L’amour, c’est la sécurité que recherchent les enfants quand ils pleurent, c’est ce à quoi aspirent les jeunes, c’est l’adhésif qui scelle le mariage et c’est le baume qui prévient les frictions dévastatrices au foyer ; c’est la paix de l’âge avancé, la lumière de l’espoir comme un soleil illuminant la mort. Comme sont riches ceux qui le possèdent dans leurs relations avec leur famille, avec leurs amis, dans l’Église et avec leur prochain2 ! »

    L’amour est l’essence même de l’Évangile, l’attribut le plus noble de l’âme humaine. L’amour est le remède pour les familles qui souffrent, les collectivités qui vont mal et les nations qui sont malades. L’amour, c’est un sourire, un signe de la main, une parole gentille, un compliment. L’amour, c’est le sacrifice, le service, l’altruisme.

    Maris, aimez votre femme. Traitez-la avec dignité et appréciation. Femmes, aimez votre mari. Honorez-le et encouragez-le.

    Parents, aimez vos enfants. Priez pour eux, instruisez-les et rendez-leur témoignage. Enfants, aimez vos parents. Montrez-leur du respect, de la reconnaissance et de l’obéissance.

    Mormon nous enseigne que, sans l’amour pur du Christ, « [nous] ne sommes rien3 ». Ma prière est que nous suivions l’exhortation de Mormon : « [Prions] le Père de toute l’énergie de [notre] cœur, afin d’être remplis de cet amour qu’il a accordé à tous ceux qui sont de vrais disciples de son Fils, Jésus-Christ ; afin de devenir les fils de Dieu ; afin que lorsqu’il apparaîtra, nous soyons semblables à lui4 ».

    Afficher les références