Ouvrir les cieux par l’œuvre de l’histoire familiale et du temple

Par Russell M. Nelson

Président du Collège des douze apôtres

Et par Wendy W. Nelson

Tiré d’un exposé fait lors de la conférence RootsTech sur l’histoire familiale à Salt Lake City (Utah), le 11 février 2017. Pour regarder l’enregistrement de l’exposé en anglais, portugais ou espagnol, rendez-vous sur lds.org/go/1017Nelson.

Imprimer Faire connaître

    Au cours de l’exposé qu’ils ont fait lors de la conférence RootsTech 2017, le président Nelson et sa femme, Wendy ont demandé aux membres de l’Église de réfléchir à l’aide de la prière au genre de sacrifice qu’ils pourraient faire pour participer plus activement à l’œuvre de l’histoire familiale et du temple.

    President and Sister Nelson

    Frère Nelson : Lorsque mon grand-père, A. C. Nelson était un jeune mari et père d’à peine vingt-sept ans, son père mourut. Environ trois mois plus tard, ce dernier, mon arrière-grand-père, vint lui rendre visite. C’était la nuit du 6 avril 1891. Mon grand-père Nelson fut si impressionné par la visite de son père qu’il rapporta l’expérience dans son journal pour sa famille et ses amis.

    Il écrivit : « J’étais couché lorsque mon père entra dans la pièce. Il vint s’asseoir au bord du lit. Il dit : ‘Eh bien, mon fils, comme j’avais quelques minutes de temps libre, j’ai reçu l’autorisation de venir te voir quelques instants. Je vais bien, mon fils, j’ai beaucoup eu à faire depuis que je suis mort.’ »

    Lorsque mon grand-père lui demanda ce qu’il faisait, il lui répondit qu’il était occupé à enseigner l’Évangile de Jésus-Christ dans le monde des esprits.

    Il dit : « Tu ne peux pas imaginer, mon fils, le nombre de personnes qui sont dans le monde des esprits et n’ont pas encore reçu l’Évangile. Mais beaucoup le reçoivent et une grande œuvre s’accomplit. Beaucoup attendent avec impatience que leurs amis, qui sont toujours en vie, accomplissent les ordonnances en leur faveur dans les temples. »

    Mon grand-père Nelson dit à son père : « Nous avons l’intention d’aller au temple dès que possible et de t’être scellés. »

    Mon arrière-grand-père répondit : « Cela, mon fils, est en partie la raison pour laquelle je suis venu te voir. Nous formerons une famille et vivrons ensemble pour l’éternité. »

    Puis grand-père demanda : « Père, est-ce que l’Évangile qui est enseigné par cette Église est vrai ? »

    Son père montra du doigt une photo de la Première Présidence accrochée au mur de la chambre.

    « Mon fils, aussi sûrement que tu vois cette photo, l’Évangile est vrai. L’Évangile de Jésus-Christ détient le pouvoir de sauver chaque homme et chaque femme qui y obéissent, et nul ne peut obtenir le salut dans le royaume de Dieu d’une autre manière. Mon fils, accroche-toi toujours à l’Évangile. Sois humble, sois adonné à la prière, sois soumis à la prêtrise, sois loyal, sois fidèle aux alliances que tu as contractées avec Dieu. Ne fais jamais rien qui déplaise à Dieu. Oh, quelle bénédiction est l’Évangile ! Mon fils, sois un bon garçon. »

    A.C. Nelson and father

    A. C. Nelson, grand-père de Russell M. Nelson.

    Illustrations Bjorn Thorkelson ; arrière-plan, images de téléphone portable et tablette de Getty Images

    Sœur Nelson : J’aime beaucoup ces conseils. « Sois humble, sois adonné à la prière, sois soumis à la prêtrise, sois loyal, sois fidèle aux alliances que tu as contractées avec Dieu. […] Sois un bon garçon. » Six conseils qui t’ont été donnés par ton défunt arrière-grand-père. Il me fait beaucoup penser à Gordon B. Hinckley (1910-2008) et à ses six conseils1.

    Frère Nelson : Oui, n’est-ce pas ? Je chéris ce récit que mon grand-père nous a légué. Nous avons appris que les enfants de son père ont ensuite été scellés à lui. L’objectif de sa visite a donc été atteint.

    L’esprit d’Élie

    Frère Nelson : Un nom d’une grande valeur dans les Écritures explique pourquoi la famille a autant d’importance. Ce nom est celui d’Élie. ÉLIE en hébreu signifie littéralement : « Jéhovah est mon Dieu2 ». Réfléchissez à cela ! Dans le nom d’Élie sont incorporés les termes hébreux signifiant le Père et le Fils.

    Sœur Nelson : Il était le dernier prophète à détenir le pouvoir de scellement de la Prêtrise de Melchisédek avant l’époque de Jésus-Christ. La mission d’Élie consistait à tourner le cœur des enfants vers les pères, et le cœur des pères vers les enfants, afin qu’ils puissent être scellés, sinon « la terre serait entièrement dévastée à sa venue » (Joseph Smith, Histoire 1:39 ; italiques ajoutés). C’est plutôt fort comme expression.

    Frère Nelson : J’aime à considérer l’esprit d’Élie comme « une manifestation du Saint-Esprit qui rend témoignage de la nature divine de la famille3 ». D’après le Guide des Écritures, « le pouvoir d’Élie est le pouvoir de scellement de la prêtrise par lequel ce qui est lié ou délié sur la terre est lié ou délié dans le ciel » (« Élie »).

    Sœur Nelson : Donc lorsque nous disons que l’esprit d’Élie incite les gens à rechercher leurs parents décédés, en réalité nous disons que le Saint-Esprit nous pousse à faire ce qui permettra aux familles d’être scellées éternellement.

    Frère Nelson : C’est merveilleux de tourner le cœur des enfants vers leurs pères en racontant des anecdotes familiales importantes de manière à les rendre accessibles et mémorables. Peut-être que notre témoignage peut être renforcé si nous gardons toujours devant les yeux des documents, des anecdotes, des photos et des souvenirs de famille (voir Mosiah 1:5). En les plaçant sur nos murs, nos tables, nos ordinateurs, nos tablettes, et même nos téléphones portables, nous serons peut-être incités à faire de meilleurs choix et à nous rapprocher du Seigneur et de notre famille.

    Néanmoins, si nous en restons là, ce n’est pas suffisant. L’intérêt que nous, membres de l’Église, portons à l’histoire familiale est motivé par des instructions du Seigneur selon lesquelles nos ancêtres ne peuvent être rendus parfaits sans nous et nous ne pouvons être rendus parfaits sans eux (voir D&A 128:15). Cela signifie que nous devons être liés les uns aux autres par les ordonnances sacrées de scellement du temple. Nous devons être des maillons forts dans la chaîne qui relie nos ancêtres à notre postérité. Si nos recueils d’histoires et nos albums photo deviennent une fin en soi, si nous savons qui sont nos ancêtres et si nous connaissons des choses merveilleuses à leur sujet mais que nous les laissons bloqués dans l’au-delà sans leurs ordonnances, cette distraction ne leur sera d’aucun secours s’ils restent confinés dans la prison des esprits.

    Sœur Nelson : Il est important de préserver des anecdotes au sujet de nos ancêtres, mais cela ne doit jamais se faire aux dépens de leurs ordonnances. Nous devons dégager du temps pour trouver les renseignements qui qualifient nos ancêtres pour les ordonnances.

    couple looking at computer screen

    Frère Nelson : Et cela signifie sacrifier du temps que nous consacrons habituellement à d’autres activités. Nous devons passer plus de temps à nos recherches généalogiques, ce qui comprend l’indexation, et au temple.

    Sœur Nelson : Que de faveurs viennent du sacrifice4 ! J’ai eu la bénédiction de découvrir de nombreux ancêtres qui, j’en suis sûre, étaient prêts à contracter des alliances avec Dieu et à recevoir leurs ordonnances essentielles. Au fil du temps, je me suis rendu compte que, lorsque je travaillais sur un projet exigeant et que je manquais de temps, d’énergie et d’idées, si je sacrifiais du temps pour trouver des renseignements permettant à des ancêtres de recevoir les ordonnances ou si j’allais au temple pour agir par procuration pour eux, les cieux s’ouvraient et l’énergie et les idées commençaient à affluer. D’une manière ou d’une autre, je disposais de suffisamment de temps pour respecter mes délais. C’était totalement impossible, mais pourtant, cela arrivait chaque fois. L’œuvre de l’histoire familiale et du temple me procure une joie qui n’est véritablement pas de ce monde.

    L’histoire familiale et l’œuvre missionnaire

    Frère Nelson : Si j’étais missionnaire aujourd’hui, mes deux meilleurs amis dans la paroisse ou la branche où je sers seraient le dirigeant de mission de paroisse et le consultant de l’histoire familiale et du temple.

    Les gens ont le désir inné de savoir quelque chose sur leurs ancêtres. Cela devient une occasion naturelle pour nos missionnaires. En apprenant à aimer les personnes qu’ils instruisent, ils leur poseront naturellement des questions au sujet de leur famille. « Vos parents sont-ils en vie ? Vos grands-parents sont-ils en vie ? Connaissez-vous vos quatre grands-parents ? » La conversation est toute naturelle lorsqu’on propose aux personnes qui ont envie de discuter avec les missionnaires de parler de leurs êtres chers.

    À ce stade, les missionnaires, ainsi que les membres missionnaires, peuvent tout naturellement demander: « Connaissez-vous certains de vos arrière-grands-parents ? Connaissez-vous leur nom ? » Les amis de l’Église ne connaîtront probablement pas le nom de leurs huit arrière-grands-parents.

    Alors les missionnaires peuvent leur faire cette proposition : « J’ai un ami, dans notre Église, qui peut vous aider. Si nous pouvons trouver le nom de quelques-uns ou peut-être même de tous vos arrière-grands-parents, est-ce que cela vaudrait quelques heures de votre temps pour découvrir qui ils sont ? » Cet ami à l’Église est, bien sûr, le consultant de l’histoire familiale et du temple de paroisse.

    Sœur Nelson : Je pense qu’il peut être réconfortant pour les missionnaires de savoir qu’ils ne sont jamais seuls lorsqu’ils cherchent et instruisent les personnes qui sont réceptives aux vérités de l’Évangile rétabli de Jésus-Christ. George Q. Cannon (1827-1901), qui a été conseiller de quatre présidents de l’Église, a enseigné qu’en ces derniers jours, les personnes qui deviennent membres de l’Église le font précisément parce que leurs ancêtres ont prié pour que l’un de leurs descendants devienne membre afin qu’eux, les ancêtres, puissent recevoir leurs ordonnances essentielles par procuration5.

    L’exaltation : une affaire de famille

    Family outside the Accra Ghana Temple

    Frère Nelson : L’exaltation est une affaire de famille. Ce n’est que par les ordonnances salvatrices de l’Évangile de Jésus-Christ que les familles peuvent être exaltées. L’aboutissement suprême auquel nous aspirons est d’être heureux en tant que famille : dotés, scellés et préparés pour la vie éternelle en présence de Dieu.

    Sœur Nelson : Chaque cours de l’Église auquel nous assistons, chaque service que nous rendons, chaque alliance que nous contractons avec Dieu, chaque ordonnance de la prêtrise que nous recevons, tout ce que nous faisons dans l’Église nous conduit au saint temple, la maison du Seigneur. Les couples et leurs enfants ont accès à un tel pouvoir par l’intermédiaire de l’ordonnance de scellement lorsqu’ils respectent leurs alliances !

    Frère Nelson : Chaque jour nous choisissons l’endroit où nous voulons vivre éternellement par la manière dont nous pensons, ressentons, parlons et agissons. Notre Père céleste a déclaré que son œuvre et sa gloire sont de réaliser l’immortalité et la vie éternelle de ses enfants (voir Moïse 1:39). Mais il veut que nous choisissions de revenir auprès de lui. Il ne nous forcera d’aucune manière. L’exactitude avec laquelle nous respectons nos alliances lui indique à quel point nous voulons retourner vivre avec lui. Chaque jour nous rapproche ou nous éloigne de la merveilleuse possibilité d’obtenir la vie éternelle. Chacun de nous doit respecter ses alliances, se repentir quotidiennement et s’efforcer de ressembler davantage à notre Sauveur. Alors, et alors seulement, les familles peuvent être ensemble à tout jamais.

    Sœur Nelson : Que votre vie soit fabuleuse actuellement ou qu’elle soit décourageante et affligeante, je témoigne que votre participation à l’œuvre de l’histoire familiale et du temple la rendra meilleure. De quoi avez-vous besoin actuellement ? Davantage d’amour ? Davantage de joie ? Davantage de maîtrise de soi ? Davantage de paix ? Davantage de moments de qualité ? Davantage du sentiment de faire changer les choses ? Davantage d’amusements ? Davantage de réponses aux questions profondes que vous vous posez ? Davantage de rapports à cœur ouvert avec les autres ? Davantage de compréhension sur ce que vous lisez dans les Écritures ? Davantage de capacité d’aimer et de pardonner ? Davantage de capacité de prier plus ardemment ? Davantage d’inspiration et d’idées originales pour votre travail et vos autres projets ? Davantage de temps pour ce qui compte vraiment ?

    Je vous supplie de sacrifier du temps pour le Seigneur en en passant davantage à faire l’œuvre de l’histoire familiale et du temple, puis de regarder ce qui se passe. Je témoigne que, lorsque nous montrons au Seigneur que nous prenons au sérieux l’aide que nous devons apporter à nos ancêtres, les cieux s’ouvrent et nous recevons tout ce dont nous avons besoin.

    Frère Nelson : Nous pouvons puiser de l’inspiration à longueur de journée dans les expériences que d’autres personnes ont vécues avec l’œuvre de l’histoire familiale et du temple. Mais nous devons faire quelque chose pour connaître cette joie nous-mêmes. Je lance un défi à chacun d’entre vous afin que le sentiment merveilleux qui accompagne cette œuvre puisse perdurer et même s’accroître. Je vous invite à réfléchir en vous aidant de la prière au genre de sacrifice, et de préférence de sacrifice de temps, que vous pouvez faire pour participer plus activement à l’œuvre de l’histoire familiale et du temple cette année.

    Nous sommes tous engagés dans l’œuvre du Dieu tout-puissant. Il vit. Jésus est le Christ. Cette Église est la sienne. Nous sommes ses enfants d’alliance. Il peut compter sur nous.

    Afficher les références

    Notes

    1. 1.

      Voir Gordon B. Hinckley, « Conseils et prière d’un prophète pour la jeunesse », Le Liahona, avril 2001, p. 30-41.

    2. 2.

      Guide des Écritures, « Élie ».

    3. 3.

      Russell M. Nelson, « Une nouvelle époque de récoltes », Le Liahona, juillet 1998, p. 38.

    4. 4.

      Voir « Au grand prophète », Cantiques, n° 16.

    5. 5.

      Voir Gospel Truth : Discourses and Writings of President George Q. Cannon, comp. Jerreld L. Newquist, 2 volumes, 1974, 2:88-89).