Principes de service

Cinq choses que font les personnes qui savent bien écouter

Imprimer Faire connaître

    Une écoute attentive vous permettra de savoir comment répondre aux besoins spirituels et temporels des autres à la manière du Sauveur.

    Five Things Good Listeners Do Five Things Good Listeners Do 2
    two women talking

    Photo Getty Images

    Jeffrey R. Holland, du Collège des douze apôtres, a dit : « Il est peut-être encore plus important d’écouter que de parler. […] Si nous écoutons avec amour, nous n’aurons pas à chercher quoi dire. Cela nous sera donné par l’Esprit1. »

    L’écoute est une aptitude qui s’apprend. L’écoute montre notre amour pour notre prochain, elle permet de construire des relations fortes et invite l’Esprit à nous accorder le don du discernement afin de comprendre les besoins des autres2. Voici cinq façons d’améliorer notre écoute.

    1. Prendre le temps

    La plupart des gens ont besoin de temps pour rassembler leurs idées avant de parler. Laissez-leur le temps de réfléchir avant et après avoir parlé (voir Jacques 1:19). Ce n’est pas parce qu’elles cessent de parler qu’elles ont exprimé tout ce qu’elles avaient besoin de dire. N’ayez pas peur du silence (voir Job 2:11–3:1 et Alma 18:14–16).

    2. Être attentif

    Nous pensons plus rapidement que les gens ne parlent. Résistez à la tentation de tirer des conclusions hâtives ou de penser à l’avance à ce que vous allez répondre quand ils auront terminé (voir Proverbes 18:13). Au contraire, écoutez dans le but de comprendre. Vos réponses n’en seront que plus adaptées car vous aurez une meilleure compréhension.

    3. Clarifier

    N’ayez pas peur de poser des questions pour clarifier ce que vous n’avez pas compris (voir Marc 9:32). Clarifier réduit les risque de malentendu et montre votre intérêt à ce qui est dit.

    4. Réfléchir

    Reformulez ce que vous avez entendu et dites à la personne que vous comprenez ce qu’elle ressent. Cela lui permettra de savoir qu’elle est comprise et lui donnera l’occasion de clarifier ces propos.

    5. Trouver des points communs

    Vous ne serez peut-être pas d’accord avec tout ce qui sera dit, mais approuvez ce que vous pouvez sans faire abstraction de ce que vous ressentez. Être agréable permet de calmer l’anxiété et d’apaiser une attitude défensive (voir Matthieu 5:25).

    Russell M. Nelson a enseigné que nous devons « apprendre à écouter, et écouter pour apprendre l’un de l’autre3 ». En les écoutant avec l’intention d’apprendre à les connaître, vous serez plus à même de comprendre les besoins des autres et d’être inspiré pour savoir comment prendre soin d’eux comme le Sauveur le ferait.

    Écouter c’est aimer

    family laughing

    L’histoire suivante de Jeffrey R. Holland illustre le pouvoir de l’écoute :

    « Mon ami Troy Russell sortait lentement son pick-up du garage. […] Il sentit son pneu arrière rouler sur une bosse. […] Il descendit de son véhicule et trouva son fils de neuf ans, Austen, allongé à plat ventre sur le trottoir. […] Austen était mort.

    « Incapable de dormir, incapable de trouver la paix, Troy était inconsolable. […] Mais c’est dans cette période atroce que… John Manning s’est manifesté.

    Je ne sais franchement pas à quelle fréquence John et son jeune compagnon d’enseignement sont venus au foyer des Russell. […] Ce que je sais, c’est qu’au printemps dernier, frère Manning a tendu la main et a relevé Troy Russell de la tragédie qui s’était produite sur ce trottoir comme s’il relevait le petit Austen lui-même. En […] frère dans l’Évangile qu’il était censé être, John s’est simplement chargé de veiller au titre de la prêtrise sur le bien-être de Troy Russell. Il a commencé en disant : ‘Troy, Austen veut que tu te remettes sur pied, y compris sur le terrain de basket. Je serai donc là tous les matins à 5 h 15. Tiens-toi prêt. […]’

    « Plus tard, Troy m’a dit :‘Je ne voulais pas y aller, parce que j’avais toujours amené Austen avec moi ces matins-là. […] Mais John a insisté, alors j’y suis allé. Dès le premier jour, nous avons parlé, ou plutôt j’ai parlé et John a écouté. […] Au début, c’était dur, mais, au fil du temps, je me suis rendu compte que j’ai retrouvé mes forces grâce à [John Manning] qui m’a aimé et m’a écouté jusqu’à ce que le soleil se lève enfin à nouveau sur ma vie4. »

    Afficher les références

    Notes

    1. 1.

      Jeffrey R. Holland, « Témoins de Dieu », Le Liahona, juillet 2001, p. 16.

    2. 2.

      Voir David A. Bednar, dans « Débats scindés » (réunion mondiale de formation des dirigeants, novembre 2010, broadcasts.lds.org.

    3. 3.

      Russell M. Nelson, « Écoute afin d’apprendre », L’Étoile, juillet 1991, p. 23.

    4. 4.

      Jeffrey R. Holland, « Représentants auprès de l’Église », Le Liahona, octobre 2016, p. 66-67.