Couples missionnaires: Les bénédictions du sacrifice et du service


Robert D. Hales
Votre Père céleste a besoin de vous. Son œuvre, sous la direction de notre Sauveur Jésus-Christ, a besoin de ce que vous êtes préparés de manière unique à donner.

Il y a quatre ans, j’ai parlé dans cette conférence des couples faisant des missions à plein temps. Mon plus grand espoir était que le Saint-Esprit toucherait des cœurs et que, ici ou là, un mari ou une femme… donnerait discrètement un coup de coude à son conjoint et que ce serait pour eux une minute de vérité, un moment de décision 1 . Une sœur m’a rapporté plus tard l’expérience suivante. Elle écrit : « Nous étions confortablement assis dans notre salon, regardant la conférence à la télévision… Alors que vous parliez, mon cœur a été profondément touché. J’ai regardé mon mari et il m’a regardée. Ce moment a changé ma vie à tout jamais. »

Si vous êtes ou serez bientôt en âge d’être couple missionnaire, je viens cet après-midi vous témoigner des bénédictions qui peuvent changer votre vie à tout jamais. Votre Père céleste a besoin de vous. Son œuvre, sous la direction de notre Sauveur Jésus-Christ, a besoin de ce que vous êtes préparés de manière unique à donner. Chaque expérience missionnaire requiert foi, sacrifice et service, qui sont toujours suivis par une abondance de bénédictions.

Tandis que nous discuterons de ces bénédictions, vous allez naturellement considérer les quatre points suivants : la peur, les soucis familiaux, la recherche de la bonne occasion de partir en mission et les finances 2 . Je peux peut-être en ajouter un autre, plus important et plus puissant : la foi. Ce n’est que grâce à notre foi que nous pouvons suivre le conseil de Dieu qui est : « Choisissez aujourd’hui qui vous voulez servir 3  », « servir le Seigneur Dieu qui vous a faits 4 . » Ce n’est que par l’épreuve de notre foi que nous pouvons recevoir les bénédictions miraculeuses que nous recherchons pour nous et notre famille : « Car s’il n’y a pas de foi parmi les enfants des hommes, Dieu ne peut faire aucun miracle parmi eux ; c’est pourquoi, il ne s’est montré qu’après leur foi 5 . »

Je vais vous faire part de certaines de ces bénédictions miraculeuses tirées de lettres et récits que j’ai reçus au cours des quatre dernières années. Un humble couple d’Idaho a surmonté sa peur grâce à la foi, lorsque le Seigneur l’a appelé à servir en Russie. Le frère et la sœur ont écrit la lettre d’acceptation suivante : « Personne n’aurait imaginé que nous recevrions cet appel. Nous n’avons aucune idée de la façon dont nous allons apprendre la langue ou réussir à être utiles. Et, bien que nous acceptions avec beaucoup d’appréhension, marchant uniquement par la foi, nous savons que le Seigneur et son prophète savent mieux que nous où nous devons servir. » Dix mois plus tard, le temple de Stockholm en Suède, a accueilli 30 membres d’une petite branche de Russie conduits par ce couple d’Idaho qui avait à peine commencé à apprendre le russe. Les Écritures nous disent : « Dieu a fourni à l’homme le moyen d’accomplir par la foi, de grands miracles 6 . » Ainsi, l’œuvre de Dieu est accomplie par ses enfants : « Afin que la foi grandisse sur la terre… Afin que la plénitude de mon Évangile soit proclamé par les faibles et les simples jusqu’aux extrémités du monde 7 . »

Un autre couple a affronté ses soucis familiaux avec la foi. Une sœur fidèle m’a écrit : « La décision de faire une mission n’a pas été difficile à prendre. Mais ma mère de quatre-vingt-dix ans appréhendait beaucoup notre départ. Elle a été grandement réconfortée quand elle a entendu dire que notre famille serait bénie par notre service. » Un frère fidèle a exprimé des craintes semblables de devoir laisser ses parents âgés, ce à quoi son père a répondu : « N’utilise pas ta mère et moi comme excuse pour ne pas partir en mission avec ta femme. Prie à ce sujet et suis les conseils de l’Esprit. »

S’adressant à une génération précédente de missionnaires appelés à quitter leur famille, le Seigneur a donné cette assurance : « et s’ils le font en toute humilité de cœur… moi, le Seigneur, je leur fais la promesse que je pourvoirai aux besoins de leurs familles 8 . »

Certains soucis familiaux sont réels et ne doivent pas être pris à la légère. Mais nous ne pouvons affronter nos difficultés familiales sans les bénédictions du Seigneur ; et quand nous nous sacrifions pour servir en tant que couples missionnaires à plein temps, ces bénédictions abondent. Par exemple, un couple était inquiet de laisser sa plus jeune fille qui n’était plus pratiquante dans l’Église. Son père fidèle a écrit : « Nous avons prié pour elle continuellement et avons jeûné régulièrement. Puis, au cours d’une conférence générale, l’Esprit m’a chuchoté : ‘Si tu sers, tu n’auras plus à te soucier de ta fille.’ Alors, nous sommes allés voir notre évêque. La semaine après que nous avons reçu notre appel, notre fille et son ami nous ont annoncé leurs fiançailles. Avant notre départ pour l’Afrique, nous avions un mariage dans notre foyer. [Nous avons alors réuni notre famille et tenu un conseil de famille… J’ai rendu témoignage du Seigneur et de Joseph Smith… et j’ai dit aux miens que j’allais donner à chacun d’eux une bénédiction paternelle. J’ai commencé par mon fils aîné et sa femme, et j’ai terminé par le dernier… [sans oublier notre nouveau gendre]. »

Quand nous envisageons de faire une mission de couple, il est bon d’impliquer notre famille de la même manière. Au cours de conseils de famille, nous pouvons donner à nos enfants l’occasion d’exprimer leur soutien, de proposer une aide particulière dont nous pouvons avoir besoin, et de recevoir des bénédictions de la prêtrise pour les soutenir pendant notre absence. Lorsque cela convient, nous pouvons aussi recevoir d’eux des bénédictions de la prêtrise. Lorsque le père fidèle de cette histoire a béni les membres de sa famille, son gendre a senti l’influence du Saint-Esprit. Le père a écrit : « Avant la fin de notre première année en mission, le cœur de notre gendre a commencé à s’adoucir envers l’Église. Peu de temps avant la fin de notre mission, ma fille et lui sont venus tous deux nous rendre visite. Dans sa valise, se trouvaient les premiers vêtements du dimanche qu’il ait jamais possédés. Ils sont venus à l’église avec nous et, après notre retour à la maison, il s’est fait baptiser. Un an plus tard, ils ont été scellés au temple 9 . »

Bien que les détails de cette histoire puissent être uniques, le principe est vrai pour tous ceux qui disent au Seigneur : « J’irai où tu me veux 10  . » Je témoigne que, si nous plaçons notre confiance dans le Seigneur, il trouvera la bonne mission pour nous. Il a dit : « Si un homme me sert… mon Père l’honorera 11 . »

En réfléchissant aux possibilités de mission, la plupart des couples partout dans le monde ont le grand désir de servir mais n’ont pas de grands moyens financiers. Si c’est votre cas, souvenez-vous que le bon appel missionnaire peut ne pas être dans un pays éloigné au nom étrange. Le bon appel peut être dans votre pieu ou votre région. « Votre Père céleste sait que vous en avez besoin 12  » Consultez votre famille élargie ainsi que votre évêque ou votre président de branche. Les serviteurs du Seigneur comprendront votre situation matérielle et vous pourrez recevoir les bénédictions éternelles du service missionnaire à plein temps.

Si vous ne pouvez pas faire de mission à cause de circonstances graves qui vous en dispensent, que diriez-vous de songer à faire une contribution financière pour aider ceux qui le peuvent ? Le sacrifice raisonnable de vos moyens financiers ne bénira pas seulement d’autres missionnaires et les gens qu’ils servent, mais il vous bénira vous aussi, ainsi que votre famille.

À présent je m’adresse directement à ceux qui n’ont pas pu faire une mission dans leur jeunesse. Peut-être au cours des années avez-vous éprouvé de grands regrets, ou avez-vous pensé que vous n’étiez pas à la hauteur parce que vous n’aviez pas eu l’occasion de servir et de progresser en mission quand vous étiez plus jeunes. Je vous donne un conseil : regardez vers l’avenir, non vers le passé. Commencez à vous préparer à votre mission de couple âgé dès aujourd’hui ! Économisez un peu d’argent chaque mois. Étudiez les Écritures. Acceptez les appels dans l’Église. Priez pour ressentir l’amour du Seigneur pour les autres et ressentir son amour et sa confiance en vous. Un jour vous pourrez avoir toutes les bénédictions du service missionnaire !

Et quelle bénédictions elles sont ! Après 51 ans de mariage, on m’a demandé : « Quelle partie de votre vie voudriez-vous revivre ? » Sans hésitation, je réponds : « Quand ma femme et moi servions ensemble dans la magnifique œuvre missionnaire du Seigneur. » Les sentiments d’un autre couple missionnaire font écho à ceux de ma femme et aux miens : « Notre décision de partir en mission nous a donné une vigueur nouvelle, des émotions nouvelles, et nous a fait connaître des amis, des lieux et des défis nouveaux. Elle a rapprochés l’un de l’autre, ma femme et moi ; nous avions un but commun et nous étions réellement des partenaires. Et, surtout, elle nous a apporté une nouvelle progression spirituelle, au lieu de la retraite spirituelle. » Mes frères et sœurs, ne partons pas en retraite spirituelle.

Je lance à présent une exhortation aux évêques et aux présidents de branche, partout dans le monde. Dans les six mois à venir, chacun de vous pourrait-il réfléchir à la possibilité de recommander un couple missionnaire ou davantage, en plus de ceux qui envisagent actuellement de servir? Votre meilleure façon de répondre à cette exhortation se trouve parmi les membres d’âge mûr de votre paroisse qui sont déjà allés en mission. Dans ma paroisse, mon évêque inspiré a organisé une réunion spéciale réunissant les couples missionnaires passés et potentiels. Alors que nous rendions témoignage du sacrifice et du service, l’Esprit a témoigné à chacun de nous qu’un appel à servir est vraiment un appel à « connaître la richesse des bénédictions du Seigneur 13  ».

J’ai entendu parler d’un président de pieu qui a organisé une classe missionnaire pour les personnes d’âge mûr afin d’inspirer les couples missionnaires potentiels et de les aider à se préparer à servir. Dirigeants de la prêtrise, alors que vous cherchez en priant à encourager le service missionnaire à plein temps, souvenez-vous que, lorsqu’un couple est appelé, il n’accomplit pas seulement l’œuvre du Seigneur de par le monde, mais il plante aussi une graine de service dans sa famille, qui germera pour les générations à venir. Je continue à être reconnaissant de l’influence de mes parents qui ont servi en tant que couple missionnaire en Angleterre, et ont montré l’exemple à leur postérité.

Et vous, couples missionnaires potentiels, s’il vous plaît, n’attendez pas que votre évêque vous parle d’une mission ! Allez le voir. Faites-lui part de vos sentiments. En ce qui concerne l’œuvre missionnaire, le Seigneur attend de nous que nous exprimions nos aspirations. Ce faisant, nous pouvons être sûrs que le même Esprit qui nous pousse à rechercher un appel en mission, va inspirer le prophète à nous donner la bonne affectation.

Il y a tant d’appels ! Il y a des appels à enseigner l’Évangile aux gens qui désirent recevoir la vérité, y compris aux jeunes du Département de l’Éducation de l’Église ; des appels à travailler dans les services sociaux et humanitaires, dans les temples, dans les centres généalogiques, dans les bureaux de mission et dans les sites historiques ; des appels « à faire le plus grand bien à [nos] semblables et… à promouvoir la gloire de celui qui est notre Seigneur 14  ».

Voici quelques exemples : Un couple appelé en Inde a aidé une école pour enfants aveugles à construire des locaux sanitaires et à acheter des machines à écrire en Braille. À Hawaï, un couple a fait croître une petite branche de 20 à 200 membres et a préparé 70 d’entre eux à aller ensemble au temple. Au Pérou, un couple a fait parvenir des médicaments et des jouets de Noël à 550 enfants d’un orphelinat. Au Cambodge, un couple a enseigné les cours de l’institut et a dirigé une branche qui en dix mois seulement est passée à 180 membres. En Russie, un couple a aidé des fermiers locaux à multiplier leur récolte de pommes de terre par 11 par rapport à celles des fermes d’État. Aux Philippines, un couple a aidé près de 700 familles mal nourries à élever des lapins et à cultiver des potagers. En Pennsylvanie, un couple a aidé 60 personnes, dont la moitié étaient d’au-tres confessions, à préparer leurs annales généalogiques familiales. Au Ghana, un couple a aidé à creuser et à réparer des puits, fournissant ainsi de l’eau à 190 000 personnes dans des villages et des camps de réfugiés.

Que les résultats de chaque mission soient ou non aussi visibles aux yeux mortels, tous les missionnaires font une contribution inestimable aux yeux du Seigneur, car tous « ont compassion, faisant une différence 15  ». Les couples missionnaires sont des modèles et des exemples de force pour les missionnaires à plein temps et les dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires dans le monde entier. J’exprime ma gratitude à tous ces missionnaires et aux milliers d’autres qui servent dans tant de domaines différents, donnant des millions d’heures de service à leurs semblables.

Mes frères et sœurs, si vous vous êtes sentis poussés à vous engager dans cette œuvre, si discrets que ces sentiments aient pu être, ne différez pas le jour de votre service. C’est le moment de vous préparer, le moment d’être appelés, c’est le moment de faire des sacrifices, le moment de partager vos dons et talents et le moment de recevoir les bénédictions de Dieu pour vous et votre famille. « Il y a un besoin constant de davantage de couples missionnaires 16  », a dit le président Hinckley. Au fur et à mesure que cette œuvre va de l’avant, ce besoin augmente. Pendant nos années les plus riches d’expérience, de maturité, de sagesse et par-dessus tout, de foi, levons-nous pour répondre à ce besoin comme nous seuls pouvons le faire.

Nous, plus que quiconque, avons une raison particulière de le faire. Grâce aux expériences de notre vie, nous pouvons regarder en arrière et reconnaître la bonté de notre Père céleste et de son Fils Jésus-Christ envers nous et notre famille. Comme un frère fidèle l’a expliqué : « Ma femme et moi aimerions faire cinq missions, une pour chacun des beaux enfants que le Seigneur nous a accordés ! » Quelles que soient les bénédictions que nous avons reçues individuellement, je rends témoignage que nous avons tous reçu la plus grande de toutes : « Dieu [notre Père céleste] a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique 17  », et son Fils Jésus-Christ « aime le monde, au point de donner sa propre vie 18  ». Je rends mon témoignage spécial que son sacrifice expiatoire est l’expression suprême de cet amour.

En tant que membres de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, notre plus grand privilège est de lui rendre son amour par notre sacrifice et notre service, et de mettre à l’épreuve sa promesse : « Et quiconque donnera sa vie pour ma cause, à cause de mon nom, la retrouvera, oui, la vie éternelle 19 . » Je prie du fond du cœur pour que nous agissions ainsi. Au nom de Jésus-Christ. Amen.

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    « Couples missionnaires, appel à servir », Le Liahona, juillet 2001, p. 28.

  2.   2.

    Voir Le Liahona, juillet 2001, p. 28.

  3.   3.

    Voir Alma 30:8.

  4.   4.

    Moïse 6:33.

  5.   5.

    Éther 12:12, italiques ajoutées.

  6.   6.

    Mosiah 8:18.

  7.   7.

    D&A 1:21, 23.

  8.   8.

    D&A 118:3.

  9.   9.

    D&A 31:1-2, 5.

  10.   10.

    « J’irai où tu veux », Cantiques, n° 174.

  11.   11.

    Jean 12:26.

  12.   12.

    Matthieu 6:32 ; 3 Néphi 13:32.

  13.   13.

    Traduction littérale de « Called to Serve », Hymns, n° 249.

  14.   14.

    D&A 81:4.

  15.   15.

    Jude 1:22 (Traduction littérale de la version du Roi Jacques).

  16.   16.

    « Aux évêques de l’Église », réunion mondiale de formation des dirigeants, 19 juin 2004, p. 27.

  17.   17.

    Jean 3:16.

  18.   18.

    2 Néphi 26:24.

  19.   19.

    D&A 98:13.