Message des instructrices visiteuses

L’œuvre missionnaire


Étudiez cette documentation en vous aidant de la prière et, si cela convient, discutez-en avec les sœurs à qui vous rendez visite. Utilisez les questions pour vous aider à fortifier vos sœurs et à faire de la Société de Secours un élément actif dans votre vie. Pour plus de renseignements, consultez le site www.reliefsociety.lds.org.

L’œuvre missionnaire

Les saints des derniers jours sont envoyés « travailler dans [la] vigne [du Seigneur] au salut de l’âme des hommes » (D&A 138:56), ce qui inclut l’œuvre missionnaire. Nous n’avons pas besoin d’un appel en mission officiel pour faire connaître l’Évangile. Nous sommes entourés de personnes pour qui l’Évangile sera une source de bénédictions, et si nous nous préparons, le Seigneur fera appel à nous. Les instructrices visiteuses peuvent accepter leurs responsabilités spirituelles et contribuer à « réaliser l’immortalité et la vie éternelle de l’homme » (Moïse 1:39).

Lorsqu’il a organisé la Société de Secours, en 1842, Joseph Smith, le prophète, a dit que les femmes ne devaient pas uniquement s’occuper des pauvres mais qu’elles devaient aussi sauver des âmes1. C’est toujours notre objectif.

Dieter F. Uchtdorf, deuxième conseiller dans la Première Présidence, déclare : « Le Seigneur… confie le témoignage de la vérité aux personnes qui le transmettront. Plus encore, le Seigneur attend des membres de son Église qu’ils ‘ouvrent la bouche en tout temps, annonçant son Évangile d’une voix pleine d’allégresse’ (D&A 28:16)… Parfois, une seule phrase rendant témoignage peut déclencher des événements qui toucheront la vie de quelqu’un pour l’éternité2. »

D’après les Écritures

Doctrine et Alliances 1:20-23 ; 18:15 ; 123:12

Tiré de notre histoire

L’histoire d’Olga Kovářová, de l’ancienne Tchécoslovaquie, est un exemple de l’œuvre missionnaire des membres dans l’histoire de la Société de Secours. Dans les années soixante-dix, Olga préparait un doctorat et aspirait à une vie spirituelle plus profonde. Elle a remarqué Otakar Vojkůvka, un saint des derniers jours âgé de soixante-quinze ans. « Physiquement, il faisait ses soixante-quinze ans mais, de cœur, il paraissait en avoir plutôt dix-huit et il était plein de joie, dit-elle. C’était très inhabituel en Tchécoslovaquie à cette époque de cynisme. »

Olga demanda à Otakar et à sa famille comment ils avaient trouvé cette joie. Ils lui présentèrent d’autres membres de l’Église et lui donnèrent un Livre de Mormon. Elle le lut avec enthousiasme et se fit rapidement baptiser et confirmer. Depuis ce temps-là, Olga a apporté une influence positive dans un monde d’oppression politique et de persécution religieuse. Elle a été présidente de la Société de Secours dans sa petite branche et a contribué à sauver des âmes en les amenant au Christ3.

Que puis-je faire ?

  1. 1.

    Est-ce que je suis l’inspiration du Saint-Esprit quand je rends témoignage aux sœurs à qui je rends visite ?

  2. 2.

    Comment est-ce que j’aide les sœurs sur qui je veille à apprendre l’Évangile ?

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    Voir Enseignements des présidents de l’Église : Joseph Smith, 2007, p. 486.

  2.   2.

    Dieter F. Uchtdorf, « Ceux qui attendent sur le chemin de Damas », Le Liahona, mai 2011, p. 76-77.

  3.   3.

    Voir Filles dans mon royaume : l’histoire et l’œuvre de la Société de Secours, 2011, p. 104-105.