Être un bon citoyen

Doctrine et Alliances et histoire de l’Église, Manuel de l’instructeur de Doctrine de l’Évangile, 2000


Objectif

Inciter les élèves à être de bons citoyens en participant au gouvernement, en obéissant à la loi et en fortifiant la société.

Préparation

  1. 1.

    En vous aidant de la prière, étudiez les Écritures et la documentation suivantes:

    1. a.

      Doctrine et Alliances 58:21–22, 26–28; 98:4–10; 134; 12e article de foi.

    2. b.

      Notre patrimoine, pages 133–134, sur le service d’Ezra Taft Benson au poste de ministre de l’Agriculture des États-Unis.

  2. 2.

    Lisez le contenu de cette leçon dans le Guide d’étude de l’élève (35686 140). Prévoyez de vous y reporter durant la leçon.

Note à l’instructeur: Les gouvernements et les lois varient selon les pays et les cultures. Soyez sensibles à la situation locale avant de décider de ce dont vous allez discuter pendant la leçon. Dans certains endroits, il vaut peut-être mieux passer la majorité de la leçon à discuter de la troisième partie. Évitez les discussions qui prêtent à la controverse ou à la critique. Souvenez-vous que les dirigeants de l’Église nous ont toujours enseigné à travailler en accord avec la loi pour opérer les changements nécessaires.

Développement proposé pour la leçon

Activité pour capter l’attention

Selon les besoins, utilisez cette activité ou une autre de votre choix pour commencer la leçon.

Expliquez qu’en 1952, alors qu’il était membre du Collège des douze apôtres, Ezra Taft Benson s’est vu proposé par Dwight D. Eisenhower, président des États-Unis, de servir le pays en devenant ministre de l’Agriculture. Avec les encouragements de David O. McKay, président de l’Église, il a accepté la tâche et a bien rempli son rôle. Lors de son premier discours de conférence générale après être devenu ministre de l’Agriculture, il a dit:

«Je suis heureux de pouvoir servir, au moins un peu, ce beau pays et le gouvernement qui nous dirige. Je suis reconnaissant envers la Première Présidence et mes frères d’avoir accepté, non seulement de me donner leur accord, mais aussi de m’avoir donné leur bénédiction, lorsque j’ai accepté l’appel du président des États-Unis» (Conference Report, avril 1953, p. 40).

• D’après vous, pourquoi frère Benson a-t-il été encouragé à accepter cette responsabilité?

Expliquez que les dirigeants de l’Église nous recommandent d’être de bons citoyens et de fortifier notre ville et notre pays. Il existe de nombreuses manières d’être de bons citoyens. On peut, par exemple, prendre part au gouvernement ou aux processus politiques, obéir à la loi et servir dans la collectivité. Cette leçon traite des enseignements du Seigneur concernant le gouvernement et le civisme.

Commentaire et application des Écritures

A l’aide de la prière, choisissez les éléments de la leçon qui répondront le mieux aux besoins des élèves. Demandez aux élèves de raconter des expériences qui traitent des principes mentionnés dans les Écritures.

1. Prendre part au gouvernement

Expliquez qu’en août 1835, une assemblée générale de l’Église à Kirtland (Ohio) a approuvé à l’unanimité une déclaration de croyances sur le gouvernement. Cette déclaration se trouve dans D&A 134.

• Quels sont les raisons d’être des gouvernements civils? (Voir D&A 134:1, 6–8, 11. On peut donner les réponses notées ci-dessous.)

  1. a.

    Le bien et la sécurité de la société (voir D&A 134:1).

  2. b.

    La protection des innocents et le châtiment des coupables (voir D&A 134:6).

  3. c.

    La protection de tous les citoyens dans le libre exercice de leurs croyances religieuses (voir D&A 134:7).

  4. d.

    «La réparation de tous les torts et injustices (voir D&A 134:11).

• En tant que citoyens, que pouvons-nous faire pour que ces objectifs soient atteints par le gouvernement?

Lisez la citation suivante de L. Tom Perry, du Collège des Douze:

«Nous, les membres de l’Église, nous vivons sous divers drapeaux. Il est extrêmement important que nous comprenions la place que nous avons dans le pays où nous vivons! Nous devons bien connaître l’histoire, l’héritage et les lois des pays qui nous gouvernent. Dans les pays qui nous accordent le droit de participer aux affaires du gouvernement, nous devons faire usage de notre libre-arbitre et nous activer à soutenir et à défendre les principes de la vérité, de la justice et de la liberté» (L’Etoile, janvier 1988, p. 67).

• Comment pouvons-nous soutenir et défendre la vérité, la justice et la liberté en prenant part au gouvernement?

• Doctrine et Alliances 134 enseigne que nous devons rechercher et soutenir des dirigeants qui administrent «les lois avec équité et justice» (verset 3). Quelles autres qualités devons-nous rechercher lorsque nous choisissons des dirigeants? (Voir, par exemple, D&A 98:10.) Comment pouvons-nous nous préparer à choisir sagement des dirigeants?

Expliquez qu’en participant au gouvernement et au processus politiques, nous devons le faire avec la compréhension que «l’Église est politiquement neutre. Elle ne donne pas son appui à des partis, des programmes ou des candidats politiques. Les candidats ne doivent pas laisser entendre qu’ils ont l’appui de l’Église ou de ses dirigeants. Les dirigeants et les membres de l’Église doivent éviter toute déclaration ou conduite qui pourrait être interprétée comme un appui accordé par l’Église à un parti ou à un candidat politique» (Manuel d’instructions de l’Église, Tome 2: Dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires, 1999, p. 321).

2. Obéir aux lois du pays

• Quelle responsabilité avons-nous concernant les lois du pays? (Voir D&A 58:21–22; 98:4–6; 134:5–6; 12e article de foi.) Comment les parents, les instructeurs et les dirigeants peuvent-ils enseigner aux enfants à obéir aux lois du pays?

• Comment devons-nous traiter ceux qui font appliquer la loi et les autres officiers civils? (Voir D&A 134:3, 6.) Comment pouvons-nous exprimer notre reconnaissance pour leurs efforts?

• Quelle est la relation entre la religion et les gouvernements civils? (Voir 134:4, 9. Ces versets enseignent que le gouvernement ne doit pas imposer de loi sur la religion à moins que l’exercice de la religion n’entrave les droits et les libertés d’autrui.) Comment la religion peut-elle fortifier le gouvernement?

3. Fortifier la communauté

Lisez la citation suivante du Manuel d’instructions de l’Église:

«Les membres doivent remplir leur devoir de citoyens en soutenant les mesures qui fortifient la société moralement, économiquement et culturellement. Ils sont invités à participer activement à des causes de valeur pour embellir leur collectivité et en faire un endroit sain pour eux et pour leurs enfants» (Tome 2, page 321).

Écrivez au tableau Fortifier la collectivité.

• Comment pouvons-nous fortifier notre collectivité? (Utilisez les renseignements suivants pour commenter ou compléter les réponses des élèves. Écrivez les titres au tableau au fur et à mesure que vous en discutez.)

En servant les autres

• Pourquoi est-il important que les membres de l’Église servent dans leur collectivité?

• À quels projets de service pour la collectivité avez-vous, vous ou d’autres membres de l’Église, participé? (Incitez les élèves à parler de ces expériences.) Comment avezvous pris conscience de ce besoin? Qu’a fait le groupe pour réaliser ce projet?

• De quelles manières individuelles et informelles avez-vous, vous ou d’autres membres de l’Église, rendu service à votre collectivité?

• Quelles occasions de servir existent aujourd’hui dans votre collectivité? (Pour trouver des suggestions, voir la deuxième idée pédagogique supplémentaire.) Comment pouvons-nous mieux connaître les occasions de servir dans notre collectivité? (On peut répondre: en lisant les journaux, en discutant des besoins de la collectivité lors des réunions de dirigeants de l’Église et lors de réunions avec des notables où nous pouvons demander comment nous pouvons apporter notre aide.)

• En quoi les travaux d’intérêt général servent-ils la collectivité? De quelles autres manières pouvons-nous être bénis lorsque nous rendons service?

En servant à un poste élu ou nommé dans le service public

Lisez la déclaration suivante que la Première Présidence a adressée aux membres de l’Église:

«Nous recommandons fortement aux hommes et aux femmes d’accepter de servir dans les conseils d’école, dans les commissions et les conseils municipaux ou de comté, dans les corps législatifs et dans d’autres postes élevés auxquelles on accède par élection ou par nomination» (Lettre de la Première Présidence, 15 janvier 1998).

• Quels sont les postes du service public de votre collectivité? Comment les gens qui occupent ces postes peuvent-ils œuvrer pour le bien de la collectivité?

En soutenant des causes ou des activités nobles

• Lisez D&A 58:27 avec les élèves. Comment pouvons-nous «œuvrer avec zèle» à de bonnes causes dans notre collectivité?

Racontez l’histoire suivante d’une sainte des derniers jours qui a beaucoup apporté à sa collectivité et à son pays en soutenant une noble cause:

«Pendant qu’elle était présidente des Jeunes Filles du pieu de Toronto (Ontario, Canada) en 1986, Dolina Smith a demandé à un expert de prendre la parole lors d’une veillée sur le problème croissant de la pornographie. Par la suite, elle a commencé à œuvrer aux côtés de l’association nationale canadienne ‹Canadians for Decency› (Les Canadiens pour la décence, N.d.T.) qui mobilisent des milliers de Canadiens qui luttent contre la pornographie, en prenant contact avec les élus lorsque des problèmes dus à la pornographie se présentaient…

«… En 1990, elle s’est engagée davantage après avoir été nommée présidente de l’association. Dans son nouveau rôle, elle a fait de nombreux exposés devant des groupes de représentants du gouvernement provincial et national du Canada qui ont édicté et changé des lois contre la pornographie. Elle s’est aussi adressée à de nombreux groupes de citoyens qui travaillent avec les gouvernements locaux pour limiter l’accroissement de la pornographie dans leur collectivité» (Donald S. Conkey, «Together We Can Make a Difference», Ensign, février 1996, p. 68).

• Quelles nobles causes pouvons-nous soutenir dans notre collectivité? Comment pouvons-nous réussir à combattre les mauvaises influences dans notre collectivité?

• Quels sont les obstacles qui nous empêchent de servir notre collectivité? Comment pouvons-nous surmonter ces obstacles? (L’un de ces obstacles peut être de trouver le temps de servir. Une façon de surmonter cet obstacle est de servir avec les membres de notre famille ou avec les membres de notre paroisse, si cela est possible. Cela permet aux membres de la famille d’être ensemble au lieu d’être séparés pendant qu’ils servent.)

Conclusion

Lisez la citation suivante de M. Russell Ballard, du Collège des Douze:

«Dans l’Église, nous citons souvent la phrase: ‹Soyez dans le monde, mais pas du monde.›… Nous devrions peut-être diviser cette citation en deux exhortations distinctes: Premièrement, ‹Soyez dans le monde›. Participez, informez-vous. Essayez d’être compréhensifs et tolérants et appréciez la diversité. Apportez une contribution réelle à la société en servant et en participant. Deuxièmement, ‹Ne soyez pas du monde›. Ne suivez pas de mauvaises voies et ne transigez pas avec vos principes pour suivre ou accepter ce qui n’est pas juste…

«En tant que membres de l’Église, nous devons influencer plus que nous ne sommes influencés. Nous devons nous efforcer de stopper le flot du péché et du mal au lieu de nous laisser balayer par lui. Nous devons tous contribuer à régler le problème au lieu de l’esquiver ou de l’ignorer» (Conference Report, avril 1989, pp. 100–101; ou Ensign, mai 1989, p. 80).

Soulignez qu’en tant que saints des derniers jours, nous devons être de bons citoyens où que nous habitions. Recommandez aux élèves de faire tout ce qu’ils peuvent pour soutenir les bons gouvernements et fortifier leur collectivité.

Idées pédagogiques supplémentaires

La documentation suivante constitue un supplément au plan proposé pour la leçon. Vous pouvez utiliser une ou plusieurs des idées pendant la leçon.

1. Rapport sur les services bénévoles dans la collectivité

A l’avance, demandez à un membre de la paroisse ou de la branche de parler des services bénévoles de votre collectivité et des démarches à effectuer pour participer à ces services. Vous pouvez aussi demander à un élève qui participe à ce genre de service dans la collectivité d’expliquer ce qu’il fait.

Pendant la discussion, soulignez que nous n’avons pas besoin d’attendre de recevoir un appel ou une tâche de nos dirigeants de l’Église pour servir la collectivité, seul ou en groupe.

2. Idées de service dans la collectivité

Si les élèves ont du mal à trouver des idées de service dans la collectivité, vous pouvez leur faire les suggestions suivantes. Au cours de la discussion, demandez-leur de lire Matthieu 25:34–40.

Services de santé: Faites des vêtements ou des plats pour des malades; occupez-vous d’enfants malades dans un hôpital ou dans votre quartier; apportez des fleurs à des malades hospitalisés qui n’ont pas de famille; pendant les périodes de fêtes, souvenezvous des malades.

Services sociaux: Organisez ou dirigez des groupes pour aider des jeunes à développer leurs talents; enseignez la couture, la cuisine, les travaux manuels ou d’autres choses dans des orphelinats, des maisons de la culture ou à des handicapés; faites la lecture aux pensionnaires d’une maison de retraite; enseignez votre langue à des personnes qui ne la connaissent pas; faites la lecture à des non-voyants; rendez visite et parlez à des personnes âgées de votre propre famille ou de votre quartier.

3. Fortifier la collectivité par des actes de courtoisie

Lisez la déclaration suivante de Gordon B. Hinckley:

«C’est remarquable ce que l’on peut accomplir avec de la courtoisie. Le manque de courtoisie peut avoir des conséquences dramatiques. Nous le voyons tous les jours dans la circulation des villes où nous habitons. Un moment passé à laisser quelqu’un entrer dans la file fait du bien à celui qui est aidé et à celui qui aide. Il se produit quelque chose en nous quand nous sommes courtois et respectueux envers autrui. Tout cela fait partie d’un processus de raffinement, qui, si on y persiste, changera notre nature» (L’Etoile, juillet 1996, p. 53).

• Quelles occasions avons-nous chaque jour de nous montrer courtois? (On peut répondre: lorsque nous travaillons, que nous conduisons, que nous faisons des courses ou que nous marchons dans la rue.) Comment la courtoisie peut-elle fortifier la collectivité?