La foi en Jésus-Christ

Devoirs et bénédictions de la prêtrise : Manuel de base pour les détenteurs de la prêtrise, Tome 1, 1998


Le but de cette leçon est de fortifier notre foi en Jésus-Christ.

Introduction

Montrez l’aide visuelle 27-a, «La foi en Jésus-Christ est le premier principe de l’Évangile». Exposez-la pendant toute la leçon.

La foi au Seigneur Jésus-Christ est le premier principe de l’Évangile. Si nous avons foi en Jésus-Christ, nous avons confiance en lui et nous l’acceptons, ainsi que ses enseignements. Selon l’apôtre Paul, «nous marchons par la foi et non par la vue» (2 Corinthiens 5:7). Cela signifie que la foi est la preuve spirituelle de l’existence et de la véracité de choses que nous ne pouvons ni voir ni entendre. Par exemple, nous n’avons pas vu Jésus mourir pour nous ou souffrir pour nos péchés, mais nous le savons par la foi. Alma a dit: «La foi, ce n’est pas avoir une connaissance parfaite des choses; c’est pourquoi, si vous avez la foi, vous espérez en des choses qui ne sont pas vues, qui sont vraies» (Alma 32:21).

La foi en Jésus-Christ

La foi en Jésus-Christ permet aux hommes de faire des sacrifices ou d’accomplir des tâches difficiles. C’est grâce à la foi, par exemple, qu’Abraham était disposé à offrir son fils en sacrifice, qu’Énoch a été enlevé au ciel et Noé sauvé du déluge (voir Hébreux 11). Ces miracles, et bien d’autres, ont été accomplis par la foi au Seigneur Jésus-Christ. «Car c’est par la foi que se font les miracles» (Moroni 7:37).

La foi nous permet aussi de supporter les souffrances, les épreuves et les afflictions. Par exemple, Job a pu endurer ses grandes souffrances parce qu’il avait la foi au Christ. Le Seigneur l’a fortifié parce qu’il connaît et qu’il aide ceux qui lui font confiance (voir Nahum 1:7).

Job souffrit comme la plupart d’entre nous ne souffriront jamais, mais il ne renia jamais son témoignage et ne se tourna jamais contre Dieu. Il perdit tous ses enfants lors de la destruction de sa maison par une tempête. Il eut le corps couvert d’ulcères. Ses amis et même sa femme se moquèrent de lui, lui disant qu’il souffrait parce qu’il avait péché. Mais, grâce à sa foi, Job supporta ses épreuves. Au plus fort de ses souffrances, il glorifia Dieu et témoigna: «Mais je sais que mon rédempteur est vivant, et qu’il se lèvera le dernier sur la terre. Quand ma peau sera détruite, il se lèvera; quand je n’aurai plus de chair, je verrai Dieu» (Job 19:25–26). Sa foi fut enfin récompensée: ses souffrances prirent fin et le Seigneur le bénit abondamment.

L’histoire de Job nous montre comment la foi, telle une ancre, peut nous aider à tenir ferme à notre témoignage en temps d’épreuve (voir Éther 12:4). Nous pouvons connaître la maladie, la pauvreté, la mort ou la tentation, si nous avons foi en Jésus-Christ, nous serons fortifiés et bénis.

Quels sont les problèmes que nous pourrions avoir dans la vie? Pourquoi ne devons-nous pas juger ceux qui ont des ennuis?

Le renforcement de notre foi au Christ

Nous devons toujours chercher à fortifier notre foi. Ce faisant, nous aurons la joie d’être proches du Seigneur et de recevoir ses bénédictions. Selon Alma, acquérir la foi au Christ c’est comme planter un arbre, le cultiver et en cueillir les fruits.

Montrez l’aide visuelle 27-b, «La foi commence en plantant une simple semence».

La première étape de l’acquisition de la foi est comparable au dépôt d’une graine dans le sol. Alma a dit: «Si vous voulez… faire l’expérience de mes paroles et… faire preuve d’un tout petit peu de foi – oui, même si vous ne pouvez faire plus que désirer croire, laissez ce désir agir en vous… pour qu’une semence puisse être plantée» (Alma 32:27–28).

Comment planter une semence de foi dans notre cœur?

La foi commence souvent quand nous écoutons ou lisons la parole de Dieu et que nous désirons croire. Lorsque nous mettons à l’épreuve ce que nous avons entendu ou lu, en faisant l’effort de croire aux principes qu’on nous a enseignés et de les mettre en pratique, nous commençons à sentir dans notre cœur qu’ils sont vrais (voir Jean 7:16–17).

Montrez l’aide visuelle 27-c, «Tout comme une plante a besoin de soleil, d’air et d’eau, la foi demande à être constamment nourrie».

La deuxième étape est semblable aux soins qu’on donne à une plante. Tout comme une plante a besoin de soleil, d’air et d’eau pour croître, notre foi a besoin d’être nourrie si nous voulons qu’elle grandisse.

Comment pouvons-nous nourrir ou accroître notre foi en Jésus-Christ?

Nous pouvons nourrir notre foi en lisant et en méditant les Écritures, en jeûnant et priant, en servant le Seigneur, en soutenant les dirigeants de l’Église et en obéissant aux commandements de Dieu. De même qu’une plante qui n’est pas arrosée meurt, de même la foi meurt si nous n’agissons pas. Nous devons constamment nourrir notre foi par des œuvres de justice (voir Jacques 2:14–26).

Montrez l’aide visuelle 27-d, «Les fruits de la foi sont la paix, la joie et la vie éternelle».

Par notre diligence à nourrir notre foi, nous pourrons recevoir de grandes bénédictions, comme l’entretien d’une plante nous permet d’en recueillir le fruit.

Quelles sont les bénédictions ou les fruits de la foi en Jésus-Christ?

La foi nous permet de:

  • Nous attacher à tout ce qui est bon (voir Moroni 7:28).

  • Connaître la paix et le bonheur, car nous ne craignons pas l’avenir.

  • Recevoir la réponse à nos prières.

  • Voir nos fardeaux allégés par le Seigneur (voir Matthieu 11:28–29).

  • Voir nos péchés pardonnés quand nous nous repentons.

  • Exercer le pouvoir de la prêtrise.

  • Avoir la compagnie du Saint-Esprit (voir Moroni 7:32).

  • Voir des miracles dans notre vie (voir 2 Néphi 26:13).

  • Retourner vivre avec notre Père céleste après la résurrection.

La Bible nous parle d’une femme qui était fort malade depuis douze ans. Elle avait dépensé tout ce qu’elle avait auprès des médecins, mais sans résultat. Un jour, Jésus est venu dans son village. Elle avait entendu parler de lui et avait la foi qu’elle serait guérie même si elle ne faisait que toucher le bord de son vêtement. Ainsi, exerçant sa foi, elle a touché le Sauveur quand il est passé près d’elle. Dès qu’elle a eu touché son vêtement, elle a été guérie, et Jésus s’est tourné vers elle et lui a dit: «Ma fille, ta foi t’a sauvée; va en paix» (voir Luc 8:43–48).

Dans cette histoire, la femme a nourri sa foi en Christ en mettant sa croyance en action. Elle a touché le vêtement du Sauveur et a ainsi reçu les bénédictions de sa foi en étant guérie.

Pourquoi est-ce important d’exercer sa foi en Jésus-Christ quand on bénit les malades et qu’on est béni? Demandez au frère précédemment désigné de raconter ou de lire l’histoire suivante.

Un missionnaire, Randall Ellsworth, exerça une grande foi après avoir été gravement blessé lors d’un tremblement de terre au Guatemala. Quand celui-ci se produisit, il se trouvait dans un bâtiment qui s’effondra sur lui. Une Autorité générale a ainsi décrit cette expérience:

«[Il fut] coincé, je pense, pendant douze heures. Il se trouva totalement paralysé à partir de la taille. Aucune fonction des reins. Aucun espoir de jamais marcher de nouveau.

«On le transporta en avion… au Maryland et… il fut… interviewé à l’hôpital par un reporter de la télévision. Celui-ci lui dit : ‹Les médecins disent que vous ne marcherez plus. Qu’en pensez-vous, monsieur Ellsworth?› Il répondit : ‹Non seulement je marcherai de nouveau, mais un prophète m’a appelé à remplir une mission au Guatemala, et je retournerai au Guatemala pour terminer cette mission›…

«Il fit le double des exercices que le médecin réclamait. Il exerça sa foi. Il reçut une bénédiction de la prêtrise et sa guérison fut miraculeuse. Il stupéfia les médecins et les spécialistes. Il commença à être capable de se tenir debout. Puis il put marcher avec des béquilles et ensuite les médecins lui dirent: ‹Vous pouvez retourner dans le champ de la mission si l’Église vous le permet.› Il y alla. Nous l’envoyâmes au Guatemala. Il retourna dans le pays où il avait été appelé, auprès du peuple qu’il aimait tendrement.

«Il marchait, faisant du prosélytisme à temps complet, une canne dans chaque main. [Un jour son président de mission] le regarda et dit: ‹Frère Ellsworth, avec la foi que vous avez, pourquoi ne jetez-vous pas ces cannes et ne marchez-vous pas sans elles?›… Il déposa les cannes et ne les a plus jamais utilisées depuis» (voir Marion G. Romney, “Trust in the Lord” Ensign, nov. 1977, p. 42).

Demandez à un membre du collège précédemment désigné de raconter l’histoire de sa conversion ou une occasion où il a dû vivre par la foi lors d’une épreuve personnelle.

Conclusion

Pour que notre foi grandisse, il faut la nourrir constamment. C’est un don, une bénédiction, dont nous avons besoin en tout temps et en tous lieux. Tout ce que nous faisons dans l’Église demande de la foi en Jésus-Christ. Il faut de la foi, par exemple, pour payer la dîme, ou servir dans l’Église, ou mettre assez d’argent de côté pour aller au temple. Lorsque nous nourrissons notre foi en Jésus-Christ en lui obéissant, en étudiant son Évangile, en priant, en jeûnant, en assistant à nos réunions et en servant dans l’Église, nous recevons de grandes et nombreuses bénédictions. La plus grande bénédiction que nous apporte le développement de notre foi est que nous serons dignes de retourner auprès de notre Père céleste.

Incitation à l’action

  1. 1.

    Faites preuve de foi en Jésus-Christ lorsqu’on vous demande d’accomplir une ordonnance de la prêtrise, comme bénir les malades.

  2. 2.

    Appliquez le principe de la foi pour résoudre vos problèmes personnels.

Écritures supplémentaires

  • Marc 6:5–6 (sans la foi, pas de miracle)

  • Hébreux 11 (discours sur la puissance de la foi)

  • 1 Pierre 1:3–9 (le salut vient par la foi)

  • Énos 4–8, 15 (les péchés sont pardonnés grâce à la foi)

  • Éther 12:12–21 (exemples de la puissance de la foi)

Préparation de l’instructeur

Avant de faire cette leçon:

  1. 1.

    Lisez le chapitre 18, «Avoir foi en Jésus-Christ», dans le manuel des Principes de l’Évangile.

  2. 2.

    Étudiez le chapitre 11 de l’épître aux Hébreux.

  3. 3.

    Demandez à des frères de dire les histoires et les Écritures de la leçon.