La prêtrise

Devoirs et bénédictions de la prêtrise : Manuel de base pour les détenteurs de la prêtrise, Tome 1, 1998


Le but de cette leçon est de nous faire comprendre ce qu’est la prêtrise et comment y magnifier nos appels.

Introduction

Pensez au moment où vous avez reçu la prêtrise. L’Esprit du Seigneur était certainement présent quand les détenteurs de la prêtrise vous ont imposé les mains et ont dit certaines paroles. Des hommes détenant l’autorité de le faire vous ont donné la prêtrise. En y réfléchissant, demandez-vous:

  • Que m’est-il réellement arrivé ce jour-là?

  • Ai-je été un autre homme après avoir reçu la prêtrise?

  • Suis-je un autre homme aujourd’hui parce que je détiens la prêtrise?

  • Ai-je pu servir les autres grâce à ma prêtrise?

  • Mon Père céleste est-il content de la manière dont j’utilise la prêtrise?

La prêtrise est le pouvoir de Dieu

«Quand nous officions au nom du Seigneur comme détenteurs de la prêtrise, nous le faisons au nom et en faveur de notre Père céleste. La prêtrise est le pouvoir par lequel notre Père céleste travaille par l’intermédiaire des hommes» (Harold B. Lee, L’Étoile, déc. 1973, p. 512).

La prêtrise est le pouvoir de Dieu. Dieu accomplit son œuvre par la prêtrise qu’il détient. Il a tout créé par ce pouvoir, et il l’utilise pour gouverner le ciel et la terre. Comme la prêtrise est le pouvoir de Dieu, elle est éternelle. Nous lisons dans la Perle de Grand Prix que la prêtrise «qui était au commencement sera également à la fin du monde» (Moïse 6:7).

Dieu et Jésus-Christ ont donné aux hommes le pouvoir de la prêtrise pour qu’ils aident à «réaliser l’immortalité et la vie éternelle de l’homme» (Moïse 1:39). La prêtrise est donc l’autorité de Dieu donnée aux hommes pour agir en tout pour le salut du genre humain.

Nous qui détenons la prêtrise, nous avons l’autorité d’agir au nom de Dieu. Le président Joseph Fielding Smith, prophète du Seigneur, s’adressant à tous les détenteurs de la prêtrise, a dit: «Nous sommes les agents du Seigneur; nous le représentons; il nous a conféré une autorité qui nous donne le pouvoir de faire tout ce qui est nécessaire pour nous sauver et nous exalter aussi bien que pour sauver et exalter tous ses autres enfants dans le monde.

«Nous sommes les ambassadeurs du Seigneur Jésus-Christ. Il nous est demandé… de faire ce qu’il ferait s’il était personnellement présent» (L’Étoile, décembre 1971, p. 355).

La ligne d’autorité de la prêtrise

Chaque détenteur de la prêtrise doit pouvoir faire remonter jusqu’à Jésus-Christ sa «ligne d’autorité». Ceci signifie qu’il doit savoir qui l’a ordonné à la prêtrise et qui a ordonné la personne ayant effectué son ordination. Il devrait pouvoir faire remonter ces ordinations d’une personne à l’autre jusqu’à Joseph Smith, qui a été ordonné par Pierre, Jacques et Jean, lesquels l’ont été par Jésus-Christ. C’est ce qu’on appelle «la ligne d’autorité». Si quelqu’un n’a pas de trace écrite de la sienne, il peut en obtenir une de celui qui l’a ordonné à la prêtrise.

Demandez au détenteur de la prêtrise précédemment désigné de montrer la carte donnant sa «ligne d’autorité» jusqu’à Jésus-Christ.

Le pouvoir de la prêtrise découle d’une vie juste

«Nous tous qui détenons la prêtrise, nous avons l’autorité d’agir pour le Seigneur, mais l’efficacité de notre autorité, ou, si vous préférez, le pouvoir qui découle de cette autorité, dépend de la façon dont nous vivons; elle dépend de notre intégrité» (H. Burke Peterson, “Priesthood – Authority and Power”, Ensign, mai 1976, p. 33).

Le Seigneur nous a clairement expliqué dans les Écritures que nous devons mener une vie juste pour avoir non seulement l’autorité, mais aussi le pouvoir de la prêtrise. «Voici, il y a beaucoup d’appelés, mais peu d’élus. Et pourquoi ne sont-ils pas élus?

«Parce que leur cœur se porte tellement vers les choses de ce monde et aspire tant à l’honneur des hommes qu’ils n’apprennent pas cette grande leçon:

«Que les droits de la prêtrise sont inséparablement liés aux pouvoirs des cieux, et que les pouvoirs des cieux ne peuvent être contrôlés ou exercés que selon les principes de la justice.

«Ces droits peuvent nous être conférés, il est vrai; mais lorsque nous entreprenons de couvrir nos péchés, ou de flatter notre orgueil, notre vaine ambition, ou d’exercer, avec quelque degré d’injustice que ce soit, un contrôle, une domination ou une contrainte sur l’âme des enfants des hommes, voici les cieux se retirent; l’Esprit du Seigneur est affligé, et lorsqu’il est retiré, amen à la prêtrise ou à l’autorité de cet homme» (D&A 121:34–37).

Pourquoi cela nous empêcherait-il d’avoir du pouvoir dans la prêtrise?

La source du pouvoir de la prêtrise c’est Dieu, qui œuvre par l’intermédiaire du Saint-Esprit. Pour que celui-ci nous dirige dans l’exercice de la prêtrise, nous devons garder les commandements et vivre dignement. Notre «ligne d’autorité» remonte à Jésus-Christ, par l’intermédiaire de ceux qui ont détenu la prêtrise, mais le pouvoir dans la prêtrise ne nous est donné que par notre Père céleste par l’intermédiaire du Saint-Esprit. Dotés du pouvoir de la prêtrise, nous pouvons accomplir l’œuvre du Seigneur; sans ce pouvoir, cela nous est impossible.

Montrez l’aide visuelle 1-a: «Les détenteurs de la prêtrise bénissent les malades comme le Christ le faisait autrefois».

«Si nous vivons de manière à en être dignes, nous pouvons recevoir de notre Père céleste un pouvoir capable d’apporter la paix à un foyer perturbé. Nous avons le pouvoir de bénir et de réconforter les petits enfants et d’apporter le sommeil aux yeux remplis de larmes aux petites heures du matin. Nous avons le pouvoir d’apporter le bonheur lors de la soirée familiale, le pouvoir de calmer les nerfs ébranlés d’une épouse fatiguée. Nous avons le pouvoir de diriger un adolescent perturbé et vulnérable. Nous avons le pouvoir de bénir notre fille avant qu’elle sorte pour la première fois ou avant son mariage au temple, ou de bénir notre fils avant qu’il s’en aille en mission ou qu’il continue ses études. Nous avons le pouvoir, mes jeunes frères, d’arrêter les mauvaises pensées d’une bande de jeunes gens tenant une conversation vulgaire. Nous avons le pouvoir de bénir les malades et de réconforter les esseulés. Tels sont certains des buts essentiels de la prêtrise» (H. Burke Peterson, “Priesthood – Authority and Power”, Ensign, mai 1976, p. 33).

Demandez au détenteur de la prêtrise précédemment désigné de raconter son expérience concernant le pouvoir de la prêtrise.

Acquérir le pouvoir de la prêtrise

Nous pouvons faire plusieurs choses pour acquérir le pouvoir de la prêtrise:

Le désir

Il nous faut d’abord avoir le désir d’acquérir du pouvoir dans la prêtrise. Les Écritures enseignent que les hommes reçoivent du Seigneur selon leurs désirs (voir Alma 29:4; D&A 4:3; 6:8; 7:1–3).

Une vie juste

Nous devons nous efforcer de garder tous les commandements de notre Père céleste. En vivant de manière juste, nous pouvons avoir la compagnie constante du Saint-Esprit, et il nous montrera tout ce que nous devons faire (voir 2 Néphi 32:5).

L’humilité

«Celui qui s’humilie réellement, se repent de ses péchés, et persévère jusqu’à la fin, celui-là sera béni» (Alma 32:15). Nous devons être disposés à accepter et à suivre les recommandations, à faire les tâches que nous donnent les dirigeants de la prêtrise, ainsi que ce qui est nécessaire au bien-être d’autrui, et à écouter et suivre les murmures de l’Esprit.

L’étude

Nous devons sonder et méditer les Écritures. Ce n’est qu’en étudiant personnellement les Écritures que nous pouvons connaître la volonté de Dieu, et si nous ne la connaissons pas, il nous est impossible de vivre l’Évangile. Pour les mêmes raisons, nous devons également étudier le manuel de la prêtrise afin de connaître notre devoir de détenteurs de la prêtrise.

La prière

Nous devons demander à notre Père céleste ce qu’il voudrait que nous fassions. Nous devons toujours prier pour être dirigés afin d’utiliser correctement notre prêtrise. Il faut «veiller et prier sans cesse, de peur de tomber dans la tentation; car Satan désire [nous] posséder» (3 Néphi 18:18).

L’amour d’autrui

Jésus-Christ nous a enseigné que le pouvoir de la prêtrise est basé sur l’amour et que nous devons aimer tous les hommes (voir D&A 121:41–42, 45–46). L’amour commence chez nous. Nous devons aimer notre épouse et nos enfants et penser à leur bien-être. Nous montrons de l’amour aux membres de notre famille en nous servant de notre prêtrise pour les diriger et leur faire du bien.

L’utilisation de la prêtrise

Quand nous utilisons la prêtrise, nous sommes des exemples pour les autres détenteurs de la prêtrise, pour le monde, et particulièrement pour notre famille. En nous voyant utiliser la prêtrise, elle saura que nous sommes des serviteurs du Seigneur et viendra vers nous quand elle aura besoin d’aide. Il est triste de constater que certaines familles ne connaissent jamais les bénédictions qui se produisent quand père et fils emploient leur prêtrise dans l’intérêt des leurs.

La prêtrise peut changer les choses dans notre foyer. David O. McKay a dit: «Le foyer est transformé par un homme qui détient et honore la prêtrise» (“Priesthood”, Instructor, oct. 1968, p. 378).

Si nous, détenteurs de la prêtrise, nous vivons avec intégrité, nous accomplirons ceci:

  • Nous examinerons honnêtement les désirs justes des membres de la famille, même s’ils ne sont pas identiques aux nôtres.

  • Nous écouterons, même l’enfant le plus jeune.

  • Nous mettrons le bien-être de notre famille avant notre confort personnel.

  • Nous apprendrons à nous maîtriser.

  • Nous parlerons sur un ton qui montrera constamment notre amour et notre souci des autres.

Citez des manières supplémentaires de magnifier la prêtrise.

Conclusion

«Nous devons tous nous rendre compte qu’il n’y a rien de plus puissant dans ce monde que la prêtrise de Dieu» (N. Eldon Tanner, “Are You Taking Your Priesthood for Granted?” Ensign, mai 1976, p. 41).

Dans l’histoire ci-dessous, le président Tanner explique l’importance d’être digne de recevoir la prêtrise:

«Quand j’étais évêque, j’avais dans ma paroisse six jeunes gens qui avaient l’âge d’être ordonnés anciens. Je ne pus en recommander que cinq, parce que l’un d’eux n’était pas prêt. Nous en avions parlé plusieurs fois, et il m’avait dit: ‹Je ne suis pas digne.› Il en était très malheureux, mais il n’espérait pas être recommandé… Son oncle vint me trouver et dit: ‹Vous n’allez tout de même pas retenir ce garçon alors que ses cinq amis avancent.› Il me supplia de le recommander pour la prêtrise. Il dit: ‹Si vous ne le faites pas, vous allez le chasser de l’Église.’

«J’expliquai à cet homme: ‹La prêtrise est la chose la plus importante que nous puissions donner à ce garçon. Nous ne distribuons pas la prêtrise. Lui et moi nous nous comprenons, et il n’est pas prêt à être ordonné ancien.› Il ne fut pas recommandé.

«Quelques années plus tard, j’assistai à une conférence générale… un jeune homme vint me trouver et dit: ‹Président Tanner, vous ne vous souviendrez certainement pas de moi. Je suis le garçon que vous n’avez pas recommandé pour être ordonné ancien.› En tendant la main, il dit: ‹Je veux vous en remercier. Je suis maintenant évêque en Californie. Si vous m’aviez recommandé quand je n’étais pas digne, je n’aurais probablement jamais apprécié ce qu’est la prêtrise et ce qui est attendu de nous, et je n’aurais certainement pas été évêque comme je le suis aujourd’hui›» (L’Étoile, décembre 1973, p. 517).

Nous devons tous apprendre ce principe essentiel afin d’exercer la prêtrise efficacement. Nous devons comprendre «que les droits de la prêtrise sont inséparablement liés aux pouvoirs des cieux, et que les pouvoirs des cieux ne peuvent être contrôlés ou exercés que selon les principes de la justice» (D&A 121:36). Pour que Dieu nous donne du pouvoir, nous devons en être dignes.

Nous devons toujours nous rappeler que nous détenons l’autorité et le pouvoir de Dieu et que nous le représentons. Quand nous exerçons la prêtrise, nous devons nous demander: «Qu’est-ce que Jésus voudrait que je fasse dans cette situation? Est-ce que j’agis comme il le voudrait?»

Incitation à l’action

  1. 1.

    Engagez-vous à étudier soigneusement les instructions données dans ce manuel de prêtrise et à accepter les tâches que contient chaque leçon. En les accomplissant, vous acquerrez du pouvoir dans la prêtrise, vous vous rapprocherez de votre Père céleste et vous servirez mieux autrui.

  2. 2.

    Conservez le document donnant votre ligne d’autorité dans la prêtrise. Vous devez pouvoir la faire remonter jusqu’à Jésus-Christ.

  3. 3.

    Inscrivez votre ligne d’autorité dans la prêtrise sur une carte ou une feuille de papier et donnez-la à ceux que vous ordonnez.

Écriture supplémentaire

  • D&A 107:1–14 (différences entre les Prêtrises d’Aaron et de Melchisédek)

Préparation de l’instructeur

Avant de faire cette leçon:

  1. 1.

    Étudiez les chapitres 13 «La prêtrise» et 14 «L’organisation de la prêtrise» dans le manuel des Principes de l’Évangile.

  2. 2.

    Étudiez D&A 121:34–46.

  3. 3.

    Demandez à un détenteur de la prêtrise de montrer aux frères la carte portant sa «ligne d’autorité» qui fait remonter sa prêtrise jusqu’à Jésus-Christ.

  4. 4.

    Demandez à un autre détenteur de la prêtrise de raconter une expérience qu’il a faite et qui montre le pouvoir de la prêtrise.

  5. 5.

    Demandez aux détenteurs de la prêtrise d’apporter chaque semaine leurs Écritures à la réunion de prêtrise et de se préparer à lire et à marquer les Écritures qui se rapportent à la leçon.

  6. 6.

    Rappelez-vous que les histoires et les Écritures de la leçon peuvent être présentées par les frères.