Devoirs de l’évêque et du président de branche

Devoirs et bénédictions de la prêtrise : Manuel de base pour les détenteurs de la prêtrise, Tome 1, 1998


Le but de cette leçon est de nous faire comprendre les responsabilités de l’évêque et du président de branche pour que nous sachions ce qu’il convient de faire pour les soutenir.

Introduction

L’unité de base de l’Église est la famille. Dans les régions du monde où les membres de l’Église sont éloignés les uns des autres, la famille joue le rôle d’unité de l’Église. Sous la direction d’un détenteur de la prêtrise digne, la famille peut tenir la soirée familiale, l’École du Dimanche et d’autres réunions et se livrer aux nombreuses activités que font les grandes unités de l’Église.

On organise une branche de l’Église lorsque deux familles ou personnes, ou davantage, habitent dans une région et qu’un au moins des membres est un prêtre ou un détenteur de la Prêtrise de Melchisédek digne. (Voir Guide d’organisation: Branche, p. 1.) La branche est simplement une version plus petite de la paroisse et devient en fait une paroisse une fois qu’elle a suffisamment de membres.

Le président de branche préside la branche; l’évêque préside la paroisse. À mesure que l’Église continue de grandir, de plus en plus de détenteurs de la prêtrise dignes sont appelés à ces postes de responsabilité comme dirigeants. Beaucoup d’entre eux ont peu d’expérience dans l’Église et peu de connaissance de l’Évangile. Mais ils sont humbles, et ils ont besoin de la foi, des prières et du soutien des membres qu’ils servent.

L’appel de l’évêque et du président de branche

Qui nomme l’évêque? Quelle prêtrise l’évêque détient-il?

L’évêque est appelé par l’inspiration du Seigneur et ordonné par le président de pieu sous la direction de la Première Présidence et du Conseil des Douze (voir D&A 68:14–15). L’épiscopat de la paroissese compose de trois grands prêtres: l’évêque et deux conseillers. L’évêque est le grand prêtre président et il dirige tous les membres de sa paroisse. En outre, il préside le collège des prêtres et il est le dirigeant de prêtrise responsable du bien-être temporel et spirituel des jeunes filles de la paroisse (voir D&A 107:13–17, 71–72).

Le président de branche est appelé à présider une branche par le président de mission ou le président de pieu, et ce par inspiration. Il détient la Prêtrise de Melchisédek et reçoit des conseillers. Ses responsabilités sont semblables à celles de l’évêque. Les passages d’Écriture qui traitent de l’évêque concernent également le président de branche.

Beaucoup de membres de l’Église voient leur évêque ou leur président de branche uniquement dans son rôle d’officier président de la paroisse ou de la branche. Ils ne se rendent pas compte qu’il a beaucoup d’autres tâches temporelles et spirituelles, et s’il ne reçoit pas leur soutien pour ces devoirs, il ne peut pas les servir complètement.

Responsabilités temporelles de l’évêque et du président de branche

Les responsabilités temporelles concernent les devoirs qui se rapportent au bien-être matériel des membres de la paroisse ou de la branche.

Une responsabilité temporelle importante de l’évêque et du président de branche consiste à collecter les dîmes et les offrandes. En tant que représentant du Seigneur, l’évêque ou le président de branche est responsable devant lui de la réception, de l’enregistrement et de la distribution correcte de ces offrandes. Les dons de jeûne sont faits par des membres fidèles qui jeûnent chaque mois pendant deux repas d’affilée pour aider les pauvres. (Ceux qui sont physiquement incapables de jeûner doivent seulement donner leurs offrandes de jeûne.) L’évêque ou le président de branche connaît les membres de sa paroisse ou de sa branche, et quand ils ont besoin d’aide, il peut la leur donner en se servant des dons de jeûne ou en demandant à des membres de sa paroisse de l’aider (voir D&A 84:112).

L’histoire suivante montre comment un évêque a aidé une famille dans le besoin:

«Près de l’autoroute très fréquentée qui ceinture Salt Lake City se trouve la maison d’un homme seul de soixante ans qui, à cause d’une maladie de dégénérescence, n’a jamais connu de jours sans souffrance ni beaucoup de jours sans solitude. Un jour d’hiver, comme je lui rendais visite, il fut lent à m’ouvrir lorsque je sonnai. J’entrai dans sa maison bien tenue: la température, sauf dans une seule pièce, la cuisine, était glaciale: quatre degrés. La raison: pas assez d’argent pour chauffer les autres pièces. Les murs avaient besoin d’être retapissés, les plafonds repeints, les armoires remplies.

«Perturbé par ce que j’avais constaté au cours de ma visite, j’allai trouver l’évêque, et un miracle d’amour, provoqué par le témoignage, eut lieu. Les membres de la paroisse furent organisés et l’œuvre d’amour commença. Un mois plus tard, mon ami Lou me demandait de passer chez lui pour voir ce qui lui était arrivé. Je m’y rendis et je vis effectivement un miracle. Les dalles, qui avaient été abîmés par les racines de grands peupliers, avaient été remplacés, l’entrée de la maison était refaite, une nouvelle porte avec une poignée et une serrure étincelantes avait été installée, les plafonds repeints, les murs tapissés, les boiseries peintes, le toit remplacé et les armoires remplies. La maison n’était plus froide ni rébarbative. Elle paraissait maintenant chuchoter une cordiale bienvenue. Lou me laissa pour la fin ce qui faisait sa fierté et sa joie; sur son lit, il y avait une belle couverture en tissu écossais portant les armoiries de son clan de la famille McDonald. Elle avait été confectionnée avec un soin aimant par les sœurs de la Société de Secours. Avant de partir, je découvris que chaque semaine les jeunes adultes lui apportaient un repas chaud et faisaient une soirée familiale avec lui. La chaleur avait remplacé le froid, les réparations avaient transformé l’usure des années, mais, chose plus importante encore, l’espérance avait dissipé le désespoir, et maintenant l’amour régnait triomphalement» (Thomas S. Monson, «La façon du Seigneur», L’Étoile, avril 1978, p. 9).

L’évêque et le président de branche ont d’autres devoirs temporels, comme la tenue des livres où sont inscrits toutes les affaires de l’Église et l’entretien des bâtiments et des locaux de l’Église. Ils collectent aussi les autres dons des membres, par exemple, les fonds pour soutenir les missionnaires.

Responsabilités spirituelles de l’évêque et du président de branche

L’évêque et le président de branche sont appelés pour veiller au bien-être spirituel des membres dans les unités de l’Église dont ils sont responsables. Ils ont le devoir particulier d’être juges ordinaires pour les saints (voir D&A 107:74). Afin de les aider à accomplir ces devoirs, le Seigneur leur a promis le don de discernement (voir D&A 46:27).

Le don de discernement permet à l’évêque ou au président de branche de connaître la vérité, de comprendre la différence entre le bien et le mal, et même de savoir ce qui se passe dans le cœur de quelqu’un. Comme il possède ce don, nous pouvons lui demander conseil et il nous dira ce que le Seigneur veut que nous fassions pour progresser spirituellement.

Grâce au don de discernement, l’évêque, dans l’histoire suivante, a pu aider un adolescent de sa paroisse.

Gérard, prêtre de seize ans, était un garçon de valeur. Il était toujours disposé à faire tout ce que lui demandait son évêque. Un jour, cependant, frère Junot, l’évêque, remarqua qu’il l’évitait. Même pendant la réunion du collège de la prêtrise, il avait les yeux constamment tournés dans une autre direction. Frère Junot voulait l’appeler comme secrétaire du collège des prêtres, mais il lui semblait que quelque chose ne tournait pas rond. Il appela donc le jeune homme dans son bureau pour l’interroger. Gérard lui confessa alors qu’il avait un problème moral. Il dit qu’il avait honte et qu’il ne se sentait pas digne de sa prêtrise. Frère Junot parla avec lui et lui assura qu’il pouvait se repentir et être de nouveau en paix avec lui-même. Cette conversation lui permit d’apprendre comment il pouvait surmonter son problème, et par le repentir, il lui fut pardonné et il retrouva sa joie de vivre et son enthousiasme. Frère Junot put alors l’appeler comme secrétaire du collège des prêtres.

Comment le don de discernement de l’évêque a-t-il aidé Gérard à se développer spirituellement?

Comme l’évêque ou le président de branche est juge ordinaire en Israël, nous pouvons lui confesser nos péchés et il peut nous aider à nous repentir. Quand les membres commettent des péchés graves et ne se repentent pas, ils peuvent perdre leur appartenance à l’Église. Dans ce cas, l’évêque a la responsabilité de réunir une commission disciplinaire. Il y rend son jugement et encourage le membre à se repentir. La commission disciplinaire agit avec amour et a pour but d’aider la personne à se repentir et à jouir à nouveau des bénédictions de l’Évangile (voir D&A 58:42–43 et D&A 58:14, 17–18). Ce devoir ne peut être pris à la légère, car l’évêque sera tenu pour responsable de ses jugements.

Quand on traite une transgression dans une branche de mission, c’est le président de mission qui préside la commission disciplinaire (voir le Manuel d’Instructions générales).

Voici plusieurs autres devoirs spirituels de l’évêque et du président de branche:

  • Présider les réunions de Sainte-Cène et participer à leur planification.

  • Diriger l’enseignement au foyer pour toutes les familles.

  • Diriger les réunions (comme celles du comité d’entraide).

  • Choisir et appeler les membres à servir à divers postes dans la paroisse/branche.

  • Approuver les ordinations et les avancements dans la Prêtrise d’Aaron.

  • Recommander des frères pour qu’ils reçoivent la Prêtrise de Melchisédek.

  • Avoir des entretiens avec les membres pour la recommandation à l’usage du temple et pour la bénédiction patriarcale.

  • Superviser le règlement de la dîme.

  • Donner des bénédictions de réconfort et de conseil.

  • Remplir les recommandations pour l’appel de missionnaires.

Le soutien de nos dirigeants de la prêtrise

Notre évêque ou notre président de branche a été appelé par le Seigneur. Il le représente, ainsi que le président de l’Église. Pour cette raison, il importe que nous le soutenions dans son appel. Frère Packer a dit: «L’homme qui déclare qu’il soutient le président de l’Église et les Autorités générales, mais qui ne peut pas soutenir son évêque, se leurre. L’homme qui ne soutient pas l’évêque de sa paroisse et le président de son pieu ne soutient pas le président de l’Église» (Boyd K. Packer, “Follow the Brethren”, Speeches of the Year, BYU, 23 mars 1965, pp. 4–5).

Les Écritures nous disent comment nous pouvons soutenir nos dirigeants de la prêtrise.

Demandez aux frères de suivre dans leurs Écritures pendant la lecture des versets suivants. Après chaque lecture, demandez aux frères ce que nous pouvons faire, selon ce passage, pour soutenir nos dirigeants.

Écriture:

Recommandation:

D&A 6:9

Enseigner le repentir et vivre les commandements

1 Néphi 3:7

Accepter et remplir les appels qui nous sont donnés

D&A 60:2

Faire profiter les autres de nos dons

Malachie 3:8–10

Payer notre dîme et nos offrandes

Hébreux 13:17

Suivre les recommandations de nos dirigeants

D&A 64:9–10

Pardonner les faiblesses des autres, y compris celles de nos dirigeants

La réussite de notre évêque ou de notre président de branche dans son appel dépend beaucoup de la façon dont nous le soutenons. Nous devons toujours prier pour que notre Père céleste le guide afin qu’il nous dirige comme il convient de le faire.

Conclusion

Les services rendus par notre évêque ou notre président de branche sont vitaux pour notre bien-être temporel et spirituel. Les hommes dignes appelés aux fonctions d’évêque et de président de branche sont appelés à diriger les membres de l’Église. Ils nous servent et nous aiment, et nous devons faire tout notre possible pour les aider à accomplir leurs devoirs.

Incitation à l’action

  1. 1.

    Priez pour vos dirigeants de l’Église dans vos prières familiales et personnelles.

  2. 2.

    Évitez de critiquer ou de commérer à propos de vos dirigeants de l’Église.

  3. 3.

    Soutenez vos dirigeants de l’Église en suivant leurs justes conseils.

Écritures supplémentaires

  • 1 Timothée 3:1–7 (qualifications de l’évêque)

  • Tite 1:5–9 (qualifications de l’évêque)

Préparation de l’instructeur

Avant de faire cette leçon:

  1. 1.

    Invitez l’évêque ou le président de branche à assister au cours pour répondre aux questions relatives à son appel.

  2. 2.

    Rappelez aux frères d’apporter leurs Écritures à la réunion de prêtrise.

  3. 3.

    Demandez à des frères de dire les histoires et les Écritures de cette leçon.