Introduction

Devoirs et bénédictions de la prêtrise : Manuel de base pour les détenteurs de la prêtrise, Tome 1, 1998


But des leçons

Ces leçons de prêtrise sont faites pour les détenteurs de la Prêtrise d’Aaron et de la Prêtrise de Melchisédek. Dans les petites branches, dont le nombre de détenteurs de la prêtrise est limité, les membres des collèges se réunissent en un seul groupe. Lorsque le nombre de détenteurs de la prêtrise est plus élevé et que les locaux le permettent, l’instructeur peut partager sa classe en groupes selon l’âge des frères, de manière à pouvoir modifier les leçons en fonction des besoins des différentes tranches d’âge.

Étude personnelle

Les leçons sont écrites essentiellement pour servir d’étude personnelle. Chaque détenteur de la prêtrise doit donc étudier son manuel durant la semaine et venir au cours avec le manuel et ses Écritures, prêt à parler de la leçon. L’instructeur incitera à cette préparation en demandant à plusieurs membres du collège de lire la leçon à l’avance et d’être prêts à en parler avec les membres de la classe. Il est important que chacun apporte ses Écritures au cours, et l’instructeur doit le rappeler aux membres du collège jusqu’à ce que l’habitude soit acquise.

Aides didactiques

Des aides didactiques sont prévues dans le manuel et apparaissent en petits caractères dans la leçon. Elles sont constituées par des questions que l’instructeur pourrait poser, des suggestions pour faire participer les frères et des directives pour l’utilisation d’aides visuelles et de tableaux. En plus des questions et procédés proposés, l’instructeur qui utilise le manuel peut employer d’autres méthodes ou approches pédagogiques qu’il trouve efficaces. Le tableau étant nécessaire dans presque chaque leçon, l’instructeur prendra ses dispositions pour en avoir toujours un, ainsi que de la craie, dans sa classe.

Nombre de leçons

Il y a trente-cinq leçons, il reste ainsi plusieurs cours où les dirigeants pourront parler des idées et des problèmes qu’ils estiment devoir traiter dans leur groupe de prêtrise. Ce temps supplémentaire servira:

  1. 1.

    À élaborer et à planifier les activités ou les projets locaux ou à présenter les thèmes spéciaux requis par les dirigeants de la prêtrise.

  2. 2.

    À commenter les discours d’Autorités générales prononcés lors des conférences générales ou régionales et publiés dans L’Étoile.

  3. 3.

    À passer plus d’une semaine sur des sujets qui ont besoin d’être approfondis.

  4. 4.

    À utiliser le temps selon l’inspiration de l’Esprit du Seigneur pour le profit des détenteurs de la prêtrise.

Participation des élèves handicapés

Durant son ministère terrestre, Jésus alla dans la montagne, près de la mer de Galilée.

«Alors s’approcha de lui une grande foule, ayant avec elle des boiteux, des aveugles, des muets, des estropiés, et beaucoup d’autres malades. On les mit à ses pieds, et il les guérit;

«en sorte que la foule était dans l’admiration de voir que les muets parlaient, que les estropiés étaient guéris, que les boiteux marchaient, que les aveugles voyaient; et elle glorifiait le Dieu d’Israël» (Matthieu 15:30–31).

Le Sauveur nous a montré l’exemple de la compassion envers ceux qui ont des imperfections. Quand il se rendit auprès des Néphites, après sa résurrection, il déclara:

«Voici, mes entrailles sont remplies de compassion pour vous.

«Avez-vous des malades parmi vous? Amenez-les ici. Avez-vous des estropiés, des aveugles, des boiteux, des mutilés, des lépreux, des desséchés, des sourds ou des gens affligés de toute autre manière? Amenez-les ici et je les guérirai, car j’ai compassion de vous; mes entrailles sont remplies de miséricorde» (3 Néphi 17:6–7).

L’instructeur de l’Église est très bien placé pour montrer de la compassion envers le membre handicapé. Il doit être compréhensif et posséder le désir de l’inclure dans les activités pédagogiques de la classe. Les frères, quel que soit leur handicap, ont besoin d’une attention particulière. Les directives suivantes devraient aider l’instructeur à communiquer avec les membres ayant des besoins spéciaux:

  • Connaissez les besoins et aptitudes de chaque frère.

  • Renseignez-vous à l’avance auprès des frères handicapés avant de leur demander de lire, de prier ou de participer d’une autre manière au cours. Posez des questions telles que: «Cela vous plairait-il de lire en classe?», «Pourriez-vous faire une prière en public?»

  • Consultez les dirigeants de la prêtrise, les membres de la famille, et quand cela peut se faire, les membres handicapés eux-mêmes pour déterminer les besoins qui leur sont propres.

  • Efforcez-vous d’augmenter et d’améliorer la participation et la compréhension des membres handicapés.

  • Veillez à ce que chaque frère respecte et comprenne tous les autres membres du collège.

  • Soyez naturel, amical et chaleureux. Chaque enfant de Dieu éprouve le besoin normal d’être aimé et compris, qu’il soit handicapé ou non.

L’instructeur de l’Église doit se rappeler que tout membre, quelles que soient ses aptitudes physiques, mentales, émotionnelles ou sociales, a la capacité de progresser vers l’exaltation. L’instructeur doit s’assurer que chaque personne apprend tout ce qu’elle peut. Rappelez-vous les paroles du Sauveur:

«Toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites» (Matthieu 25:40).