Un enseignement basé sur les Écritures

Devoirs et bénédictions de la prêtrise : Manuel de base pour les détenteurs de la prêtrise, Tome 1, 1998


Le but de cette leçon est de nous faire comprendre que nous devons enseigner à partir des Écritures quand nous enseignons dans l’Église.

Introduction

Montrez les aides visuelles 17-a, «Nous devons étudier les Écritures si nous voulons baser notre enseignement sur elles», et 17-b, «L’enseignement de l’Évangile demande une bonne connaissance des Écritures».

J. Reuben Clark a dit un jour à un groupe d’instructeurs de l’Église: «Votre devoir essentiel est d’enseigner l’Évangile du Seigneur Jésus-Christ… Vous devez enseigner l’Évangile en vous servant des ouvrages canoniques [les Écritures] de l’Église comme source et comme autorité, ainsi que des paroles de ceux que Dieu a appelés pour diriger son peuple en ces derniers jours» (The Charted Course of the Church in Education, p. 9).

La connaissance et l’utilisation des Écritures dans notre enseignement sont les meilleures aides didactiques que nous ayons à notre disposition.

L’importance d’enseigner à partir des Écritures

Le Seigneur a clairement enseigné qu’il est important de connaître et d’apprendre aux autres les Écritures. Quand il a rendu visite aux Néphites, il a dit: «Oui, je vous donne le commandement de sonder diligemment ces choses [les Écritures]» (3 Néphi 23:1). Nous devons les sonder parce qu’elles nous parlent de Jésus-Christ et qu’elles «sont vrai[e]s et dignes de foi, et les prophéties et les promesses qu’[elles] contiennent s’accompliront toutes» (D&A 1:37; voir aussi 1 Néphi 19:23).

Lisez D&A 68:1–4. Quelles Écritures possédons-nous aujourd’hui en plus des ouvrages canoniques? Où pouvons-nous trouver ces Écritures? (Dans L’Étoile.)

Enseigner les Écritures avec efficacité

Lorsque Léhi et sa famille arrivèrent à la terre promise, Néphi enseigna à ses frères les Écritures de manière à ce qu’ils les comprennent: «Car j’appliquais toutes les Écritures à nous, dit-il, pour notre utilité et notre instruction» (1 Néphi 19: 23). Il est très important d’appliquer les Écritures à nous-mêmes si nous voulons les enseigner avec efficacité. Joseph Smith, le prophète, a dit: «Sondez les Écritures, sondez les prophètes et apprenez quelle partie d’entre eux s’applique à vous» (Enseignements du Prophète Joseph Smith, p. 7). Les bons instructeurs comparent souvent les Écritures à notre situation en montrant comment les événements du passé s’appliquent au présent.

Montrez l’aide visuelle 17-c, «Néphi et Léhi découvrent le Liahona».

L’histoire suivante, tirée du Livre de Mormon, a été utilisée comme suit par le président Kimball:

«Imaginez que vous êtes Néphi et que vous entendez votre père attirer avec excitation votre attention sur quelque chose qu’il a trouvé juste devant la porte de sa tente. C’est une boule ronde… ‹d’un ouvrage curieux› faite ‹d’airain fin› et personne n’a encore jamais rien vu de semblable (1 Néphi 16:10).

«… Si vous êtes très intéressé et si vous observez le fonctionnement de cette boule étrange, vous allez remarquer qu’elle fonctionne ‹selon la foi, la diligence et l’attention› que vous lui accordez pour la direction que vous devez prendre (1 Néphi 16:28)… En l’examinant de plus près, vous remarquez qu’il y a, sur la boule, des caractères qui sont ‹très faciles à lire› et… qui expliquent les voies du Seigneur. [Quand vous adressez des demandes au Seigneur, les instructions changent. Cela se fait selon la foi et la diligence de votre famille (1 Néphi 16:29).]

«… La boule, ou Liahona, ce qui, interprété, veut dire compas, avait été préparée par le Seigneur tout particulièrement pour montrer à Léhi quelle route il devait suivre dans le désert. Est-ce que vous n’aimeriez pas posséder ce genre de boule, chacun de vous, pour que lorsqu’il vous arrive d’être dans l’erreur, elle vous montre le bon chemin et vous adresse des messages pour que vous sachiez constamment quand vous êtes dans l’erreur ou que vous prenez un mauvais chemin?

«Cela, mes jeunes frères, vous le possédez tous. Le Seigneur a donné à chaque jeune homme, à chaque homme, à chaque personne, une conscience qui lui dit chaque fois qu’il commence à partir sur la mauvaise voie. Elle le lui dit toujours s’il l’écoute, mais les gens peuvent, bien entendu, s’habituer tellement à entendre ces messages qu’ils les ignorent, jusqu’à ce que, finalement, ils ne les enregistrent plus.

«Vous devez vous rendre compte que vous avez quelque chose de semblable à un compas, au Liahona, dans votre propre constitution. Chaque enfant le reçoit… S’il n’écoute pas le Liahona qu’il possède dans sa personne, il finira par ne plus rien lui murmurer. Mais si nous nous souvenons que chacun de nous possède [un Liahona] qui [nous] dirige comme il faut, notre bateau ne prendra pas le mauvais cap… si nous écoutons les directives de notre Liahona personnel, que nous appelons la conscience» (Ensign, 1976, pp. 77–79).

Comment le président Kimball se sert-il des Écritures pour enseigner une vérité que nous pouvons utiliser aujourd’hui?

Quand nous connaissons les Écritures, nous pouvons appliquer les principes qu’elles enseignent aux situations qui se produisent dans notre vie. Les exemples suivants montrent comment un père a instruit ses enfants à partir des Écritures.

«ne jugez point afin que vous ne soyez point jugés»

On a souvent répété à Christine et à Denis de ne pas laisser leurs vélos devant le garage. Un jour papa rentre et il les trouve tous les deux sur son chemin. Il appelle d’abord Denis. «Je viens de trouver le vélo de Christine devant le garage. Qu’est-ce que je dois faire?»

«Défends-lui de sortir pendant une semaine, comme tu nous l’as promis», répond celui-ci.

Un peu après, papa demande à Christine: «Je viens de trouver le vélo de Denis devant le garage. Qu’est-ce que je dois faire?»

«Ne le punis pas cette fois-ci; il se le rappellera la prochaine fois», répond Christine.

Papa appelle maintenant les deux enfants et leur fait lire Matthieu 7:1–2.

Lisez Matthieu 7:1–2.

Quand ils ont fini de lire ces versets, papa dit: «Denis, tu resteras à la maison pendant une semaine. Christine, je considérerai ceci comme un avertissement, si tu vas ranger ton vélo immédiatement.»

«L’ouvrier mérite son salaire»

Joël a passé contrat avec son père pour laver toutes les vitres de la maison pour cinquante francs. Son frère Michel a, lui aussi, passé contrat pour peindre la salle à manger pour cinquante francs. Joël met une demi-journée pour laver les carreaux. Il faut deux jours à Michel pour faire la salle à manger. Quand papa leur donne leurs cinquante francs, Michel proteste en disant qu’il devrait être mieux payé parce qu’il a travaillé plus longtemps. En réponse, papa lit Matthieu 20:1–15.

Lisez Matthieu 20:1–15.

Papa en conclut qu’il a respecté sa clause du contrat et que par conséquent Michel n’a pas à se fâcher.

Comment pouvons-nous appliquer chacune des Écritures suivantes à des situations de la vie courante? Lisez et parlez successivement de Matthieu 25:1–13, Énos 2–8 et D&A 40:1–3.

Préparatifs pour enseigner à partir des Écritures

Harold B. Lee a déclaré: «Je dis que nous avons besoin d’enseigner à notre peuple à trouver ses réponses dans les Écritures… Mais le malheur c’est qu’il y en a tant parmi nous qui ne lisent pas les Écritures. On ne sait pas ce qu’elles contiennent et par conséquent on se livre à des conjectures sur des choses qu’on aurait dû trouver dans les Écritures elles-mêmes. Je pense que c’est là que réside un de nos plus grands dangers d’aujourd’hui» (L’Étoile, décembre 1973, p. 489).

Personne ne va nous forcer à lire les Écritures. Si nous le voulons, nous pouvons trouver de nombreuses mauvaises raisons de ne pas les étudier et de ne pas les sonder. Nous devons nous engager à les étudier et à faire un plan d’étude régulière. Si nous le faisons, lorsque nous aurons à choisir entre lire les Écritures ou une revue d’actualité ou de sport, nous choisirons les premières, car nous aurons déjà effectué ce choix.

La capacité de lire, d’apprécier et d’enseigner les Écritures n’exige pas seulement une planification, mais aussi de la préparation et de la prière.

Lisez Moroni 10:3. Que nous dit Moroni à propos de la lecture des Écritures?

Lorsque nous lisons les Écritures, nous devons les méditer dans notre cœur. Le président Romney a dit: «En lisant les Écritures, le mot méditer s’est imposé à moi… Le dictionnaire dit que méditer signifie ‹soumettre à une profonde réflexion›… Méditer est, à mon avis, une forme de prière. Elle a, en tous cas, été une façon d’approcher l’Esprit du Seigneur» (“Magnifying One’s Calling in the Priesthood”, Ensign, juillet 1973, p. 90).

Moroni 10:4 nous dit qu’après avoir médité les Écritures (étudié dans notre esprit ce que nous avons lu), nous devons demander à notre Père céleste «si ces choses ne sont pas vraies» et «il [n]ous en manifestera la vérité par le pouvoir du Saint-Esprit».

Conclusion

Pour enseigner les Écritures avec efficacité, nous devons nous y préparer en les lisant régulièrement. Nous devons méditer la matière en y réfléchissant, en la sentant, et en priant avec une intention sincère. Ensuite nous devons appliquer ce que nous venons d’apprendre et de comprendre par l’Esprit. Lorsque nous avons fait cela, nous sommes en mesure d’enseigner les Écritures avec puissance et persuasion.

Incitation à l’action

  1. 1.

    En lisant les Écritures chaque jour, soulignez ou marquez les passages que vous trouvez importants. Réfléchissez à la façon dont nous pouvons nous les appliquer.

  2. 2.

    Instruisez votre famille en vous servant des Écritures lors de la soirée familiale, quand tout le monde est à table ou dans d’autres situations familiales en utilisant des histoires tirées des Écritures et en les appliquant aux besoins de la famille.

Écritures supplémentaires

  • 2 Néphi 4:15–16 (Néphi apprécie les Écritures)

  • D&A 11:21–22 (nous devons apprendre avant d’enseigner)

  • D&A 42:12–15 (nous devons enseigner en nous servant des Écritures)

Préparation de l’instructeur

Avant de faire cette leçon:

  1. 1.

    Lisez le chapitre 10, «Les Écritures», dans le manuel des Principes de l’Évangile.

  2. 2.

    Rappelez aux frères d’apporter leurs Écritures au cours.

  3. 3.

    Demandez à des frères de dire les histoires et les Écritures de la leçon.