Production et réserves au foyer

Devoirs et bénédictions de la prêtrise : Manuel de base pour les détenteurs de la prêtrise, Tome 1, 1998


Le but de cette leçon est d’aider les détenteurs de la prêtrise à comprendre et à appliquer les principes de la production et des réserves au foyer.

Introduction

Le président Kimball a recommandé aux saints de devenir autonomes et indépendants (voir “Family Preparedness”, Ensign, mai 1976, pp. 124–26). Cette recommandation a sa raison d’être. Le président Romney a expliqué que «nous vivons dans les derniers jours. Nous vivons à l’époque qui précède la seconde [venue] du Seigneur Jésus-Christ. On nous a dit de nous préparer et de vivre de façon à être… indépendants de toute autre créature en dessous du royaume céleste» (Conference Report, avr. 1975, p. 165; voir aussi D&A 78:13–14).

Montrez l’aide visuelle 22-a, «Une catastrophe peut nous arriver quand nous nous y attendons le moins».

Le président Kimball nous a encouragés à devenir autonomes parce que les anciennes prophéties sont en train de se réaliser. Il a dit: «Je pense que le moment arrive où il y aura plus de malheurs, plus de cyclones, plus d’inondations… davantage de tremblements de terre… Je crois qu’ils augmenteront probablement à mesure que nous approcherons de la fin, nous devons donc nous y préparer» (Conference Report, avr. 1974, p. 184).

Il a aussi ajouté: «Si des temps difficiles devaient survenir, bien des gens regretteraient de ne pas avoir fait leurs conserves de fruits, cultivé un potager derrière la maison et planté quelques arbres fruitiers, des baies, et de ne pas avoir assuré leurs besoins courants. Selon le programme du Seigneur nous devrions être indépendants de toute la création, mais nous remarquons que même beaucoup de fermiers achètent leur lait dans des laiteries et que des propriétaires de maisons achètent leurs légumes au magasin. Et si les camions ne pouvaient pas remplir les rayons des magasins, beaucoup de gens auraient faim» (Conference Report, oct. 1974, p. 6).

Demandez aux frères d’imaginer que les magasins soient fermés et qu’ils doivent puiser dans leurs propres réserves tout ce dont ils ont besoin. Demandez leur ce qu’ils aimeraient avoir ou produire à la maison si cette situation imaginaire venait à se produire.

Subvenir à nos besoins

Le président Kimball nous a dit: «Étudiez les meilleures méthodes pour vous procurer votre nourriture… s’il y a des enfants dans votre foyer, faites-les participer au processus en leur confiant des responsabilités» (“Family Preparedness”, p. 124).

Vaughn J. Featherstone, de l’épiscopat président, nous a dit quelles aptitudes nous devons acquérir pour subvenir à nos besoins: «Pour ce qui est de la production au foyer: élevez des animaux si vous en avez les moyens et si les lois locales le permettent. Plantez des arbres fruitiers, des vignes, des baies et des légumes. Vous procurerez à votre famille une nourriture dont une bonne partie peut être mangée fraîche. Les autres plantes que vous cultivez pourront être conservées et comprises dans vos réserves familiales. Quand c’est possible, produisez tous les produits non alimentaires dont vous avez besoin. Fabriquez ou construisez les articles nécessaires. J’ajouterai aussi: embellissez, réparez et maintenez en état tout ce qui vous appartient» (“Food Storage”, Ensign, mai 1976, p. 117).

Affichez une grande feuille sur laquelle vous aurez écrit:

  • Élever des animaux

  • Planter des arbres fruitiers, des baies et des vignes

  • Cultiver un potager

  • Mettre de la nourriture en conserve et l’entreposer

  • Fabriquer ou construire ce qui est nécessaire

  • Réparer et entretenir ses biens

Élever des animaux

Montrez l’aide visuelle 22-b, «L’élevage et l’entretien de volaille sont faciles».

Si nous avons assez de terrain et si nous habitons en un lieu où il est légal d’avoir des animaux, nous devons en acheter et les élever. Mais avant de décider quels animaux nous allons élever, nous devons être prêts à les soigner comme il convient. Cela signifie que nous devons nous informer sur la nourriture, l’abri et les soins qu’ils nécessitent pour être en bonne santé. L’entretien de la volaille, des lapins, des canards et des chèvres laitières est aisé.

Parlez des animaux qu’on élève le plus fréquemment dans la région. Parlez du genre de nourriture, d’abri et de soins dont chaque animal a besoin.

Planter des arbres fruitiers, des baies et des vignes

Comme les arbres fruitiers, les baies et la vigne donnent des fruits tous les ans ou tous les deux ans, il n’est pas nécessaire d’en replanter tous les ans, comme pour les légumes. Ils risquent cependant de ne pas porter de fruits pendant les quelques années qui suivront la plantation; nous devons les planter aussi vite que possible si nous voulons avoir des fruits quand nous en aurons le plus besoin. Auparavant, nous devons connaître l’espace qu’il faudra à chaque plant quand il sera à maturité, ainsi que les soins qu’il nécessite.

Parlez des arbres fruitiers, des vignes et des baies qui donnent bien dans votre région. Parlez des soins qu’ils réclament.

Cultiver un potager

Montrez l’aide visuelle 22-c, «Chaque famille doit cultiver un potager».

Le président Kimball a demandé à chaque famille de l’Église d’avoir un potager. Il a dit que même si nous ne faisons pas d’économies sur un tel projet, chaque famille doit apprendre à subvenir à ses besoins. Un jardin fournit des aliments frais aussi bien que de la nourriture supplémentaire que nous pouvons conserver et mettre en réserve.

Faire des réserves

Dans certains pays, la loi interdit de faire des réserves de nourriture. Le président Kimball a dit que les citoyens de ces pays doivent obéir aux lois et ne pas faire de réserves (voir “Family Preparedness”, p. 124). Mais là où cela est permis, nous devons suivre le conseil du Seigneur et faire des réserves pour le cas où il viendrait une époque où il n’y aurait pas d’autre nourriture. Lorsqu’il y a eu un ouragan au Honduras, à l’automne 1974, les membres de l’Église qui avaient séché et entreposé leur nourriture étaient bien contents de l’avoir fait. C’est seulement quelques mois auparavant que le président de mission les avait prévenus d’un désastre imminent, les encourageant à lancer un programme de réserves familiales. Les haricots, la farine, le riz et les autres aliments qu’ils avaient mis en réserve les ont sauvés de la faim (voir Bruce B. Chapman, “Hurricane in Honduras”, New Era, janvier 1975, p. 31).

Il y a plusieurs manières de conserver et d’entreposer notre nourriture. Nous pouvons:

La mettre en jauge. Cette méthode convient à certaines racines alimentaires et à certains légumes verts et feuillus si l’endroit prévu est frais et sec. Trop de pluie ou un mauvais écoulement des eaux les gâteront.

La sécher. Quand le temps devient chaud et ensoleillé, on peut sécher les fruits et les légumes au soleil. Le seul inconvénient est qu’il faut les rentrer ou les couvrir lorsqu’il pleut.

La mettre en bocal. La méthode est simple, mais dangereuse si l’on s’y prend mal. Si elle est bien faite, la mise en bocal est une bonne façon de conserver la nourriture et de lui garder son goût. Il faut pour cela une marmite avec thermomètre. Il faut aussi protéger les bocaux, pour éviter qu’ils ne se brisent.

La saler ou faire une saumure. C’est un moyen peu coûteux de conserver fruits, légumes et viande et cela ne demande quasiment pas d’équipement.

Fabriquer ou construire ce qui est nécessaire

Si nous devions faire face à une catastrophe naturelle, il nous faudrait être prêts à cuisiner, chauffer notre maison et nettoyer nos vêtements, notre corps et notre environnement. Pour cette raison, il est important soit de faire des réserves de combustible et de savon, soit d’apprendre à les faire en cas d’urgence. Sont également nécessaires: une trousse de premiers soins, des médicaments prescrits, des savons et d’autres produits de nettoyage, des bougies, des allumettes et tout ce qui est indispensable au bien-être de la famille. Quand c’est possible, non seulement nous devons mettre ces articles en réserve, mais aussi apprendre à les fabriquer.

Réparer et entretenir ses biens

En cas de crise, il pourrait aussi être nécessaire de reconstruire notre maison, notre grange ou notre enclos. Il est donc important que les membres de la famille apprennent à travailler le bois et d’autres matériaux de construction et à se servir d’outils pour pouvoir fabriquer et réparer meubles et autres objets. Quand nous apprenons à réparer et à entretenir nos biens, nous épargnons du temps et de l’argent et nous évitons de dépendre des autres.

Pourquoi est-ce important de maintenir nos biens en bon état?

Acquérir de nouvelles aptitudes

Certains d’entre nous ont appris des techniques qu’ils peuvent enseigner aux autres. Si ce sont des aptitudes qu’aucun d’entre nous ne possède, nous pouvons les apprendre dans les livres ou les revues spécialisées, ou prendre des cours.

Qui parmi nous possède une technique qu’il peut apprendre aux autres? Où y a-t-il des gens qui peuvent nous enseigner des techniques que nous voudrions apprendre? Quels cours devons-nous encourager nos enfants à suivre à l’école pour apprendre des techniques utiles? Comment pouvons-nous inciter notre famille à les apprendre?

Conclusion

Les problèmes et les épreuves font tout naturellement partie de notre expérience ici-bas. Mais si nous apprenons à produire notre propre nourriture, nous ne craindrons pas les temps difficiles parce que nous serons préparés. Le Seigneur a dit: «Si vous êtes préparés vous ne craindrez pas» (D&A 38:30).

Incitation à l’action

  1. 1.

    Décidez d’une heure cette semaine pour parler à votre femme et à vos enfants de production et de réserves au foyer.

  2. 2.

    Prévoyez ce dont vous aurez besoin pour faire des réserves pour un an.

  3. 3.

    Mettez sur pied un programme pour pourvoir aux besoins de votre famille en commençant ou en continuant à cultiver un potager, en apprenant une technique ou en travaillant à un autre projet.

Préparation de l’instructeur

Avant de faire cette leçon:

  1. 1.

    Consultez des personnes d’expérience pour:

    1. a.

      Découvrir quels animaux on élève dans la région et lesquels sont les plus faciles à soigner.

    2. b.

      Découvrir quels arbres fruitiers, vignes et baies poussent bien chez vous et les soins qui leur sont nécessaires.

    3. c.

      Découvrir s’il existe des cours auxquels les membres de la famille pourraient assister pour apprendre à construire un logement, des meubles et d’autres objets nécessaires. Si c’est impossible, trouvez des gens qui s’y connaissent et qui seraient disposés à les former.

  2. 2.

    Préparez l’affiche mentionnée dans la leçon.

  3. 3.

    Demandez à des frères de dire les histoires et les Écritures de cette leçon.