Rester en bonne santé

Devoirs et bénédictions de la prêtrise : Manuel de base pour les détenteurs de la prêtrise, Tome 1, 1998


Le but de cette leçon est de nous faire comprendre pourquoi il est important d’avoir un corps en bonne santé.

Introduction

Une des raisons pour lesquelles nous sommes venus sur la terre a été d’obtenir un corps physique. Brigham Young a déclaré. «Notre corps mortel est d’importance capitale pour nous; sans lui nous nepouvons être glorifiés dans les éternités futures» (Discours de Brigham Young, p. 56).

Si notre corps est destiné à être glorifié dans l’éternité (voir Alma 11:42–44), dans cette vie il endure maladie, souffrances et blessures. Certains sont temporairement handicapés. D’autres sont invalides à vie. Mais quel que soit son état, le corps est important, car il nous permet de progresser vers la perfection.

L’homme est un être à la fois physique et spirituel. Et ces deux aspects ne peuvent être séparés. Le spirituel et l’intellectuel ne peuvent atteindre leur plein épanouissement sans le soutien et la force du corps (voir D&A 93:33–34). Malgré cela, de nombreux membres de la prêtrise se développent spirituellement et intellectuellement, mais négligent de se développer physiquement.

Le président McKay a dit: «Un homme en bonne santé, qui s’occupe de son corps physique, possède la force et la vitalité: son temple est un endroit adéquat pour que son esprit y réside… Il est donc nécessaire de prendre soin du corps physique et de suivre les lois du bien-être physique» (“The Whole Man”, Improvement Era, avril 1952, p. 221.)

Les avantages de la santé

Voici des avantages qui découlent d’un corps sain:

Nous servons mieux

Plus nous sommes en bonne santé, plus nous sommes en mesure de servir les autres et de leur apporter du bonheur, ainsi qu’à nous-mêmes.

Nous sommes de meilleurs dirigeants

Être dirigeant comporte des exigences; il faut donc posséder force et énergie. Son appel exige qu’il soit en aussi bonne santé que possible.

Nous nous sentons bien et nous acceptons mieux les autres

Lorsque nous gardons notre corps en bonne santé, nous nous sentons bien et nous travaillons avec enthousiasme. Nous sommes également plus patients, plus aimants et plus gentils avec les autres.

Nous subvenons à nos besoins

Meilleure est notre santé plus nous sommes capables de travailler et de subvenir ainsi à nos besoins et à ceux de notre famille.

Rester en forme

Beaucoup d’ennuis de santé sont le résultat du manque d’hygiène, de la maladie, de l’obésité, d’une mauvaise alimentation, de la fatigue et du manque d’exercice. Où que nous vivions, nous risquons d’être touchés par ces ennuis de santé. Bien entendu, pour les prévenir ou les guérir, nous devons savoir lesquels nous concernent personnellement. Cela fait, nous pouvons mettre sur pied un programme convenant à notre emploi du temps et nous permettant de rester en bonne santé.

Le centre médical local est le lieu tout indiqué pour avoir l’aide nécessaire pour élaborer notre programme de bonne forme physique.

Demandez au frère précédemment désigné de faire un rapport sur un centre médical local auquel il aura rendu visite.

Notre programme de bonne forme physique, personnel et familial, doit comprendre ce qui suit:

L’obéissance à la Parole de Sagesse

Le Seigneur nous a dit qu’il y a des substances que nous ne devons pas absorber. Il s’agit du tabac, du café, du thé, des boissons fortes et de certains aliments. D’autre part, il a mentionné des aliments et des boissons que nous devons utiliser pour que notre corps reste en bonne santé. La santé, la sagesse et la protection sont promises à ceux qui gardent la Parole de Sagesse (voir D&A 89:18–21).

Demandez à un frère de commenter la Parole de Sagesse, D&A 89:1–17.

L’histoire suivante montre les bénédictions qui découlent de l’obéissance à la Parole de Sagesse.

«Je n’avais pas tout à fait douze ans, mais je travaillais côte à côte avec mon père pendant la moisson. C’était il y a plus de soixante ans. Il coupait les blés et moi je faisais les gerbes… C’était un travail épuisant que nous faisions jour après jour.

«Un samedi, nous nous sommes mis à travailler dès l’aube et nous nous sommes arrêtés le soir à 20h30. J’étais si fatigué que je voulais me coucher et dormir sans même attendre le dîner.

«Mon père m’a regardé et m’a dit avec douceur: ‹Lee, la parcelle de blé que j’ai coupée aujourd’hui était tout à fait mûre. Si nous attendons lundi… les grains seront ratatinés. Nous devons nous en occuper ce soir. C’est la pleine lune dehors. Crois-tu que tu peux m’aider?›

«J’ai refoulé mes larmes et j’ai hoché la tête.

«Mon père m’a dit: ‹Bon, nous allons manger un bout.›

«Nous n’avons pas tardé à finir notre pain et notre lait, mais j’étais toujours tellement fatigué que j’avais du mal à lever la tête. Pendant que mon père sortait nourrir les porcs, je suis resté assis à table, me disant avec rancœur: ‹Je n’ai jamais fumé ni bu, j’ai toujours obéi à la Parole de Sagesse. Dans Doctrine et Alliances il est dit que si l’on obéit à la Parole de Sagesse, on court sans se fatiguer et on marche sans faiblir. Et voilà que je suis si fatigué que j’ai du mal à lever la tête.› Ma bouche tremblait tandis que je luttais pour refouler mes larmes d’épuisement.

«Il m’est impossible de décrire ce qui m’est arrivé alors, mais j’avais l’impression qu’une belle colonne de lumière blanche entrait dans mon corps, remplissant chaque fibre de mon être. Je me suis levé quand papa est rentré et nous sommes sortis dans les champs.

«Mon père travaillait très vite, mais il n’a pas pu me suivre ce soir-là, en dépit du fait qu’il travaillait aussi vite qu’il pouvait. Je courais [de rang en rang] chercher les gerbes et les lançais, et beaucoup étaient plus lourdes que moi. Je n’oublierai jamais l’étonnement qui se lisait dans les yeux de mon père» (Leo W. Spencer, “To Run and Not Be Weary”, Ensign, mars 1974, p. 45).

Le travail

Le travail est une bénédiction, pas une malédiction. Il nous permet non seulement de subvenir au bien-être de notre famille, mais aussi de rester physiquement et mentalement actifs. (Voir 1 Thessaloniciens 4:11, 12 et Psaumes 128:2, 3.)

Un repos suffisant

Certains ne dorment pas assez pour se reposer suffisamment. D’autres dorment plus que nécessaire. Le Seigneur nous a dit de dormir autant que nous en avions besoin, mais pas plus. Nous sommes tous différents et nous devons nous reposer selon nos besoins, mais il nous a recommandé de nous coucher et de nous lever tôt pour que nous ayons le corps et l’esprit remplis de vigueur (voir D&A 88:124).

L’hygiène

Pour éviter les maladies, nous devons régulièrement nous laver, nous brosser les dents et nous laver les mains. Il en va de même pour nos vêtements, notre literie et notre vaisselle.

On évite la maladie en éliminant les microbes. Nous le faisons en éloignant les insectes et les animaux de la maison et en nous débarrassant des déchets humains ou animaux. Pour la même raison, on doit ranger la nourriture dans un endroit propre et sûr.

Une bonne alimentation

Une nourriture équilibrée se compose, à chaque repas, d’aliments de chacun des trois groupes ci-dessous. Nous avons besoin de viande et de produits d’origine animale pour nous développer, de fruits et de légumes pour nous protéger de la maladie, et de céréales et de féculents pour avoir de l’énergie. (On trouvera de plus amples informations dans La sainte des derniers jours, Tome 1, leçon 22.)

Les soins médicaux et dentaires

Nous serons protégés de la maladie, ainsi que notre famille, en nous faisant vacciner. Dans la majorité des pays, ces vaccins sont faits dans des centres médicaux ou par des médecins. Nous devons aussi aller régulièrement chez le dentiste.

La culture physique

Montrez l’aide visuelle 24-a, «L’exercice physique régulier est nécessaire à une bonne santé».

On peut faire de la culture physique individuellement et en famille. Un excellent exercice que presque tout le monde peut faire est la course à pied. On peut courir n’importe où et n’importe quand et c’est ce qui apporte la plus grande amélioration dans le temps le plus court. Le sur-place et la marche sont également de bons exercices. Le basket-ball, le football, le handball, la natation et d’autres sports peuvent nous donner de l’exercice et de la distraction.

Avant de se lancer dans un programme énergique, il faut passer un examen médical. Il faut demander et suivre l’avis du médecin sur notre programme sportif pour éviter de faire des choses qui nous feraient du tort au lieu de nous aider.

Montrez l’aide visuelle 24-b, «La culture physique est un excellent projet familial».

La détente

Comme l’activité physique diminue les tensions qui se forment par suite de nos responsabilités quotidiennes, la détente doit souvent consister en des activités physiques. Cela nous permet de conserver une bonne santé physique et mentale. L’un des avantages d’un programme de culture physique pour nous détendre est l’occasion qu’il nous donne d’être avec notre famille. Chaque membre de la famille sera non seulement plus motivé pour faire de l’exercice, mais se sentira aussi plus proche des autres personnes de la famille.

Conclusion

L’équilibre est essentiel pour vivre heureux. Cela veut dire que nous devons nous efforcer de l’atteindre au travail, au repos et dans la détente. Brigham Young a dit:

«Cherchons donc à étendre au maximum la vie actuelle, en observant toutes les lois de santé et en équilibrant comme il faut le travail, l’étude, le repos et les distractions, et ainsi nous préparer à une vie meilleure. Enseignons ces principes aux enfants, afin que… ils apprennent à jeter les bases de la santé, [et] de la force» (Discours de Brigham Young, p. 187).

L’Église a besoin de détenteurs de la prêtrise qui se sont préparés spirituellement, intellectuellement et physiquement, car une bonne santé nous aide à être efficaces dans nos nombreuses responsabilités

Incitation à l’action

  1. 1.

    Recensez vos ennuis de santé personnels.

  2. 2.

    Mettez sur pied un programme de culture physique personnel et familial.

Écritures supplémentaires

  • Proverbes 23:19–23 (il faut faire preuve de sagesse dans ce que nous buvons et mangeons)

  • Proverbes 31:1–4 (nous ne devons pas nous souiller par les boissons fortes et par l’immoralité)

Préparation de l’instructeur

Avant de faire cette leçon:

  1. 1.

    Lisez les chapitres 27, «Travail et responsabilité personnelle», et 29, «La loi de santé du Seigneur», dans le manuel des Principes de l’Évangile.

  2. 2.

    Demandez à un frère de se rendre dans un centre médical local susceptible d’aider les membres du collège à satisfaire leurs besoins de santé, et de faire rapport.

  3. 3.

    Demandez à un autre frère de faire un compte rendu de cinq minutes sur la Parole de Sagesse (D&A 89:1–17).

  4. 4.

    Demandez à des frères de dire les histoires et les Écritures de la leçon.