Le service à la collectivité et au pays

Devoirs et bénédictions de la prêtrise : Manuel de base pour les détenteurs de la prêtrise, Tome 1, 1998


Le but de cette leçon est de nous faire comprendre nos obligations envers notre collectivité et notre pays.

Introduction

Nous, les membres de l’Église de Jésus-Christ, nous devons éprouver un sentiment de fraternité et d’amour pour tous les hommes de toutes les nations de la terre, et particulièrement pour ceux de notre quartier, de notre collectivité et de notre pays. Nous devons être loyaux envers notre pays et envers notre peuple et faire tout ce qui est en notre pouvoir pour aider notre gouvernement à répondre aux besoins de ceux qu’il dirige.

«Nous croyons que les gouvernements ont été institués par Dieu pour le bien de l’homme et qu’il tient les hommes pour responsables de leurs actes à l’égard de ces gouvernements» (D&A 134:1).

Notre responsabilité personnelle

Beaucoup de problèmes de la société viennent de ce que certaines personnes et certaines familles ne vivent ni honnêtement ni moralement, ou ne travaillent pas pour subvenir à leurs besoins. Pour pouvoir servir notre collectivité et notre pays, nous devons mener nous-mêmes une vie juste et honnête. Nous devons commencer par nous occuper de nous-mêmes et de notre famille et essayer de résoudre les problèmes qui peuvent l’affecter.

Comme toujours, notre plus grande responsabilité est de pratiquer l’Évangile. Ce faisant, nous en bénéficions nous-mêmes et nous en faisons bénéficier les autres. L’exemple que donne notre vie influencera les autres plus que tout ce que nous pourrions dire. Dans le Livre de Mormon, par exemple, on a annoncé aux habitants d’une ville corrompue que le Seigneur les avait épargnés uniquement à cause des prières des justes qui habitaient le pays.

Demandez aux frères de lire Alma 10:22–23.

Le Seigneur bénit quelquefois une collectivité tout entière à cause de la justice d’un petit nombre de personnes. Le président McKay a dit qu’il était nécessaire que les membres de l’Église donnent lebon exemple: «Nous devons tous être fiers de faire du ‹mormonisme› un synonyme de confiance, de tempérance, de chasteté, d’honnêteté, de justice: ce sont des principes fondamentaux de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours et en les appliquant dans notre vie, nous contribuons à changer la société, nous traduisons notre religion en de meilleures conditions sociales et nous apportons le salut et la paix aux hommes dès à présent» (Conference Report, oct. 1927, p. 14).

Nous pouvons apporter une grande force à notre collectivité et à notre pays en vivant honnêtement, en prenant soin de notre famille et en priant pour avoir la force de donner le bon exemple.

Nos responsabilités envers notre voisinage et notre collectivité

Le Seigneur veut que nous aimions et que nous servions nos voisins et nos amis. Cela ne demande pas de grands sacrifices; l’amitié est le plus souvent basée sur de petites gentillesses. Être un bon voisin veut dire, entre autres, veiller aux besoins des autres, notamment ceux des veuves et des orphelins. Le plus grand service que nous puissions rendre à nos voisins est de leur présenter l’Évangile. Mais qu’ils l’acceptent ou non, nous devons les aimer et les servir.

Notre collectivité a grand besoin de citoyens serviables et honnêtes qui soient disposés à participer.

Demandez aux frères de lire D&A 58:27–28. Examinons quelques instants les problèmes que doivent affronter les gens de notre collectivité. Quelles sont les «bonnes causes» que nous pourrions soutenir dans notre collectivité? Montrez l’aide visuelle 25-a, «Notre responsabilité devant Dieu comprend le service d’autrui».

L’instruction

Dans certains endroits, il faut construire ou agrandir des écoles. En d’autres lieux, les établissements scolaires ont besoin de meilleurs manuels, d’auxiliaires didactiques et de programmes. L’histoire suivante montre comment certains saints des derniers jours ont amélioré la qualité de l’instruction offerte à leurs enfants.

«L’une des choses qui caractérisaient notre ville préférée, Seattle, dans l’État de Washington, était l’excellent système d’écoles publiques de quartier. Pendant les vingt années que nous y avons habité, nous avons eu de temps à autre la tentation d’aller vivre en banlieue, mais nous avons toujours décidé, en dernier ressort, de rester en ville, en partie parce que nous étions très satisfaits de la qualité de l’enseignement que les écoles publiques offraient à nos trois enfants…

«Mais au cours des dernières années, nous avons constaté que les nouveaux administrateurs des écoles commençaient à s’écarter de l’ancienne politique fiscale et éducative qui était saine et avait fait ses preuves… Ils ont commencé à apporter des changements radicaux aux méthodes et aux programmes scolaires… D’autres règles anéantissaient le moral des élèves, ce qui donnait lieu à de graves problèmes de sécurité, de moralité et de drogue.

«Cette détérioration alarmante en a incité beaucoup parmi nous à intensifier leur activité au sein de l’association des parents et des professeurs et dans les conseils consultatifs scolaires qui avaient été élus. Sur le territoire d’un grand lycée, qui correspondaient en gros à celui de notre paroisse, des parents et amis inquiets ont élu certains d’entre nous à des postes au sein de ces deux organisations.

«Avec l’expérience acquise dans l’Église dans la manière de travailler ensemble à la réalisation de projets dans les réunions, les saints des derniers jours ont commencé à exercer une influence sur l’administration de l’école. Tout en soutenant les bons programmes, nous avons pu obtenir un retour facultatif aux méthodes pédagogiques et au programme traditionnels. Pour réduire les cas d’intimidation à l’égard des élèves et les agressions dans les couloirs et dans les espaces verts et pour diminuer l’usage de la drogue et les infractions à la moralité, nous avons obtenu un renforcement de la sécurité. Nous avons pu susciter davantage d’intérêt et de participation chez les parents et nous avons introduit [les élèves dans notre organisation]… [Nous] avons prouvé aux citoyens qu’ils avaient réellement leur mot à dire dans les décisions prises par les autorités qu’ils avaient élues…

«Ces expériences ont prouvé une fois de plus que les saints des derniers jours, quand ils collaborent entre eux et s’affirment ont le pouvoir d’être le levain d’une grande population.

«Ce témoignage m’a conduit à la participations à d’autres domaines de la vie urbaine, professionnelle, politique et législative. Cela m’a convaincu que les saints des derniers jours non seulement doivent mais peuvent susciter les changements sociaux dont nous avons tant besoin» (David L. Tomlinson, “We Changed Our Children’s Schools”, Ensign, juin 1976, pp. 52–53).

Quels sont les besoins scolaires de notre collectivité? Comment pouvons-nous y contribuer personnellement et comme groupe de prêtrise?

La moralité

Souvent, la prostitution, la pornographie et d’autres maux d’origine morale peuvent être enrayés à condition qu’un groupe de gens agisse de concert. Cela signifie que quelqu’un doit commencer par organiser le groupe, et qui peut être en meilleure position pour prendre la tête du combat contre ces maux qu’un détenteur de la prêtrise? Les collèges de la prêtrise à Salt Lake City, par exemple, se sont arrangés pour manifester devant des cinémas qui passaient des films pornographiques.

Quelles sont les problèmes moraux de notre collectivité? Que pouvons-nous faire pour les surmonter?

La santé et la sécurité

La plupart des collectivités ont besoin d’améliorer leurs conditions sanitaires et leur système de sécurité. À certaines, il faudrait un meilleur contrôle de la circulation ou une meilleure réglementation en matière de sécurité. À d’autres, il faudrait un système d’égouts et d’eau courante plus efficace.

Lorsque nous essayons de servir notre collectivité, nous devons considérer ses besoins particuliers. Une fois que nous avons décidé quels sont les problèmes les plus urgents, nous pouvons en choisir un et prendre des dispositions pour aider à sa solution. Il y a des membres de l’Église qui ont fourni une participation utile dans de nombreux projets de la collectivité. Certains d’entre eux, par exemple, ont été élus à divers postes politiques, sont membres de comités ou font du bénévolat pour améliorer leur collectivité.

Ted Brewerton, un détenteur de la prêtrise de Calgary, au Canada, est un exemple de ce qu’une personne peut faire pour améliorer sa collectivité. Il a été reconnu comme le pharmacien le plus éminent de sa province pour son action à l’égard de la drogue. Il a distribué des brochures, fait des conférences, s’est rendu dans les écoles et a aidé les autorités du gouvernement à contrôler l’usage de la drogue. Il a véritablement changé les choses dans la vie de centaines de personnes. (Voir Janice Smith, “Making a Difference”, Ensign, juin 1976, p. 50.)

Certains saints des derniers jours se sont trouvé des excuses pour ne pas participer à la vie locale en prétendant qu’ils ne pourraient pas avoir une influence efficace sur la société ou qu’ils étaient trop pris. Mais le Seigneur veut que nous participions tous et que nous fassions plus que servir dans l’Église. Améliorer la vie de la collectivité est également l’œuvre du Seigneur.

Parlez des besoins de santé et de sécurité de notre région. Que pouvons-nous, les détenteurs de la prêtrise, faire pour répondre à ces besoins?

Le service d’entraide

Il est tout particulièrement important que les saints des derniers jours soient disposés à aider les autres en cas d’urgence. Un bon exemple de ce genre de service s’est produit en 1976, lorsqu’un barrage a cédé, inondant plusieurs localités près de Rexburg, en Idaho. Les membres de l’Église de tous les États environnants ont décidé qu’ils participeraient au nettoyage des localités qui avaient été détruites ou endommagées. Des jeunes gens et des collèges de la prêtrise ont loué des cars et se sont rendus dans la région sinistrée. Ils ont participé au nettoyage, à la remise en état et à la construction de maisons. Plusieurs hommes et femmes ont gardé des enfants, pour que les parents puissent travailler à leurs maisons endommagées. En quelques semaines, la plus grande partie du nettoyage était terminée grâce au travail bénévole des membres de l’Église qui voulaient servir leur prochain.

Voici des moyens de renforcer notre voisinage et notre collectivité:

  • Présenter l’Évangile à nos voisins et amis.

  • Aimer et servir nos voisins en ayant des petits gestes d’amitié réguliers à leur égard.

  • «Travailler avec zèle» à une bonne cause civique.

  • Participer à l’identification et à la solution des problèmes de la collectivité.

  • Remplir des postes de direction dans la collectivité.

Responsabilités envers notre pays

N. Eldon Tanner a dit: «Nous voulons que chaque homme soit loyal à son pays d’origine, le pays où il est né, le pays dans lequel il vit, travaille et élève ses enfants» (“If They Will But Serve the God of the Land”, Ensign, mai 1976, p. 48). Nous devons aimer notre pays et notre peuple et vouloir ce qu’il y a de mieux pour eux. Ce genre d’amour se développe naturellement quand nous apprécions l’histoire et les sacrifices de nos concitoyens.

Être loyal envers son pays ne veut pas dire qu’il faut être d’accord avec tous ses gouvernants. Cependant la plupart des membres du gouvernement s’efforcent sincèrement de faire ce qu’il faut et nous devons les soutenir. Nous devons prier quotidiennement pour qu’ils prennent de bonnes décisions et qu’ils agissent bien. Le président Lee a eu un jour une réunion avec le président des États-Unis et lui a «assuré que quel que soit son nom ou son appartenance politique, nous [l’Église] étions fréquemment à genoux, priant Dieu que lui-même et les dirigeants de ce pays et du monde résolvent les [problèmes de notre époque]» (“A Time of Decision”, Ensign, juillet 1972, p. 29).

Servir notre pays signifie également obéir à ses lois. La paix n’existe que lorsque tout le monde obéit à la loi. Selon le douzième article de foi: «Nous croyons que nous devons nous soumettre aux rois, aux présidents, aux gouverneurs et aux magistrats; obéir aux lois, les honorer et les soutenir.»

S’il y a de jeunes détenteurs de la prêtrise dans la classe, discutez de la manière dont ils peuvent montrer du respect aux autorités et obéir à la loi. Comment un jeune homme peut-il se préparer à servir sa collectivité et son pays?

Chaque pays établit ses lois d’une manière qui lui est propre. Dans certains cas, les citoyens élisent des députés qui participent à l’élaboration des lois. C’est dans ces pays tout particulièrement que les saints des derniers jours ont le devoir de s’informer des affaires publiques et de voter pour les hommes de bien qui posent leur candidature. Là où il y a des élections au suffrage universel, chaque citoyen devrait voter.

Conclusion

En tant que saint des derniers jours, nous avons des obligations envers notre collectivité et envers notre pays. Nous avons le devoir de vivre en justice, de participer à la solution des problèmes et de répondre aux besoins de la société tout entière.

Voici quelques moyens d’accomplir notre devoir envers notre pays:

  • Être loyal envers notre pays et notre peuple.

  • Prier pour nos gouvernants.

  • Obéir à la loi.

  • S’informer des affaires publiques.

  • Soutenir les gouvernants honnêtes et sages.

Incitation à l’action

  1. 1.

    Choisissez une façon d’aider votre voisinage et votre collectivité. Faites un plan personnel et mettez-le en application cette semaine.

  2. 2.

    Décidez avec votre collège ce que votre groupe de la prêtrise pourrait faire pour améliorer votre collectivité.

  3. 3.

    Lorsque vous priez en famille, demandez que les gouvernants de votre collectivité et de votre pays vous guident en justice.

Écritures supplémentaires

  • 1 Timothée 1:8–10 (nécessité de la loi)

  • 1 Timothée 2:1, 2 (nous devons prier pour nos gouvernants)

  • Tite 3:1 (nous devons obéir à notre gouvernement)

  • 1 Pierre 2:13–14 (nous devons nous soumettre aux lois fixées par notre gouvernement)

  • Mosiah 29 (discours du roi Mosiah sur le gouvernement)

  • D&A 134 (discours sur la nécessité de la loi et des principes de gouvernement)

Préparation de l’instructeur

Avant de faire cette leçon:

  1. 1.

    Découvrez les «bonnes causes» dans votre voisinage et dans votre collectivité qui auraient besoin du soutien du collège.

  2. 2.

    Demandez à des frères de dire les histoires et les Écritures de la leçon.