«Il releva le manteau d’Elie»

Ancien Testament : Doctrine de l’Evangile – Manuel de l’instructeur, 2001


Objectif

Faire comprendre aux élèves comment l’autorité (le manteau) passe d’un prophète à l’autre. Les encourager à obéir aux paroles des prophètes et les assurer que la puissance de Dieu est plus grande que tout.

Préparation

  1. 1.

    Etudiez en vous aidant de la prière les Ecritures suivantes:

    1. a.

      2 Rois 2:1–18. Elie prépare Elisée à devenir le nouveau prophète (2:1–10). Il est enlevé au ciel. Elisée relève le manteau d’Elie et devient le prophète (2:11–15). Cinquante hommes cherchent Elie pendant trois jours en dépit du conseil d’Elisée de ne pas le faire (2:16–18).

    2. b.

      2 Rois 5. Elisée guérit Naaman de la lèpre (5:1–14). Naaman loue Dieu et offre à Elisée une récompense que celui-ci refuse (5:15–19).

    3. c.

      2 Rois 6:8–18. Elisée guide le roi d’Israël dans une guerre contre la Syrie (6:8–10). Le roi de Syrie commande à ses hommes de capturer Elisée et l’armée encercle la ville de Dothan (6:11–14). Imperturbable, Elisée prie, et le Seigneur révèle une montagne pleine de chevaux et de chars de feu, puis frappe l’armée syrienne de cécité (6:15–18).

  2. 2.

    Si vous utilisez l’activité de la rubrique «pour capter l’attention», apportez un morceau de tissu que vous utiliserez comme manteau.

Idées pour la leçon

Pour capter l’attention

Utilisez l’activité suivante (ou une activité à vous) pour commencer la leçon.

Drapez un morceau de tissu sur vos épaules (ou sur les épaules d’un élève). Expliquez que le prophète Elie portait un manteau. Nous ne savons pas exactement à quoi il ressemblait, mais c’était apparemment un manteau de tissu. Le transfert du manteau d’Elie à Elisée symbolise le passage de l’autorité prophétique à ce dernier.

De nos jours, nous parlons parfois du «manteau» de l’autorité que le prophète reçoit lorsqu’il est ordonné et mis à part. Bien que de nos jours le prophète ne porte pas de manteau ou de pièce de tissu, Dieu lui confère les clefs de la prêtrise. Ces clefs lui donnent l’autorité d’agir au nom de Dieu, en tant que dirigeant de l’Eglise sur la terre. Lorsqu’un prophète meurt, le manteau de l’autorité passe au nouveau prophète.

Commentaire et application des Ecritures

Pendant que vous enseignez les passages d’Ecriture suivants, expliquez en quoi ils s’appliquent à la vie de tous les jours. Encouragez les élèves à faire part d’expériences vécues qui sont en rapport avec les principes scripturaires.

1. Elisée succède à Elie comme prophète.

Enseignez et commentez 2 Rois 2:1–18.

• Quel rapport y avait-il entre Elie et Elisée? (Voir 2 Rois 2:2–10.) Pourquoi Elisée tenait-il tellement à rester avec Elie? Que fait Elisée une fois qu’Elie est enlevé au ciel? (Voir 2 Rois 2:11–13. Si vous n’avez pas utilisé l’activité de la rubrique «pour capter l’attention», faites-y allusion pour expliquer ce qu’était le manteau d’Elie et ce qu’il représentait.)

• Qui détient aujourd’hui le manteau du prophète? (Le président actuel de l’Eglise.) Comment ce manteau est-il transféré quand le prophète meurt?

Joseph Fielding Smith a expliqué:

«Il n’y a pas de mystère dans le choix du successeur du président de l’Eglise. Le Seigneur a réglé ceci il y a longtemps, et le doyen des apôtres devient automatiquement l’officier président de l’Eglise, et il est soutenu comme tel par le Conseil des Douze, qui devient l’organisme président de l’Eglise quand il n’y a pas de Première Présidence. Le président n’est pas élu, mais il doit être soutenu tant par ses frères du conseil que par les membres de l’Eglise» (Doctrine du salut, compilé par Bruce R. McConkie, 3 volumes, 3:142–43).

Gordon B. Hinckley a expliqué comment cette façon de procéder a été respectée lorsqu’il a été ordonné et mis à part comme prophète et président de l’Eglise après la mort du président Hunter:

«Avec le décès du président Hunter, la Première Présidence a été dissoute. Frère Monson et moi, qui étions ses conseillers, avons pris notre place dans le Collège des Douze, qui est devenu l’autorité présidente de l’Eglise.

«[Quelques jours plus tard] tous les apôtres vivants ordonnés se sont réunis dans un esprit de prière et de jeûne dans la salle haute du temple. Nous avons chanté un cantique et prié ensemble. Nous avons pris la Sainte-Cène, renouvelant par cette alliance sacrée et symbolique, nos alliances et nos liens avec notre divin Rédempteur. La présidence a ensuite été réorganisée, conformément à un modèle bien établi depuis des générations [ce précédent est expliqué dans la déclaration ci-dessus de Joseph Fielding Smith]. Il n’y a pas eu de campagne, de course à l’élection, ni d’aspiration à cet office. Cela a été calme, paisible, simple et sacré. Cela s’est fait selon le modèle que le Seigneur, lui-même, a mis en place» (L’Etoile, juillet 1995, p. 82).

Faites observer que, comme il l’a fait autrefois, le Sauveur a donné les clefs de la prêtrise à chacun des apôtres modernes. Toutefois, seul le président de l’Eglise, qui est le doyen des apôtres vivants, peut utiliser ces clefs (ou en autoriser d’autres à les utiliser) pour l’Eglise entière (voir D&A 132:7).

• Quelle est la réaction du peuple quand il voit Elisée reproduire le miracle par lequel Elie a partagé les eaux du Jourdain? (Voir 2 Rois 2:14–15.) Pourquoi est-il important d’accepter et de soutenir immédiatement le nouveau président de l’Eglise? (Voir D&A 43:2–3, 7.)

• Peu après qu’Elie a été enlevé au ciel, le peuple veut envoyer 50 hommes forts à sa recherche. Que leur dit Elisée? (Voir 2 Rois 2:16.) Quelle est la réaction du peuple à la réponse d’Elisée? (Voir 2 Rois 2:17. Il supplie Elisée jusqu’à ce qu’il permette aux hommes de partir.)

• Que dit Elisée au peuple lorsque les 50 hommes reviennent sans avoir trouvé Elie? (Voir 2 Rois 2:18.) Que peut nous apprendre l’expérience des 50 hommes? (Nous devons suivre les instructions du prophète la première fois que nous les entendons.) Pourquoi attendons-nous parfois que les prophètes répètent leurs conseils avant de les suivre? Quels conseils les dirigeants de l’Eglise nous ont-ils donnés ces dernières années? Quelles bénédictions avez-vous reçues en suivant ces conseils?

2. Elisée guérit Naaman de la lèpre.

Enseignez et commentez 2 Rois 5.

• Qui est Naaman, et de quelle affliction souffre-t-il? (Voir 2 Rois 5:1.) Pourquoi va-t-il trouver Elisée? (Voir 2 Rois 5:2–9.) Qu’est-ce que le messager d’Elisée dit à Naaman de faire pour être guéri? (Voir 2 Rois 5:10.) Pourquoi Naaman refuse-t-il tout d’abord de suivre les instructions d’Elisée? (Voir 2 Rois 5:11–12.)

• Comment les serviteurs de Naaman le convainquent-ils de faire ce qu’Elisée lui a dit de faire? (Voir 2 Rois 5:13.) Qu’arrive-t-il après qu’il s’est plongé sept fois dans le Jourdain? (Voir 2 Rois 5:14.)

• Que peut nous enseigner l’histoire de Naaman sur la nécessité de suivre le conseil du prophète, même lorsque c’est quelque chose que nous n’aimons pas ou que nous ne comprenons pas ou lorsqu’il conseille des petites choses toutes simples? Quelles sont les petites choses toutes simples que le prophète ou d’autres dirigeants de l’Eglise nous ont demandé de faire? Pourquoi est-il parfois dur de faire ce genre de choses? Comment pouvons-nous augmenter notre disposition à suivre les conseils des dirigeants de l’Eglise?

Rex D. Pinegar a demandé: «Ne sommes-nous pas parfois comme Naaman, à la recherche de choses grandes ou importantes à faire et passant à côté de choses simples qui pourraient changer notre vie et nous guérir de nos afflictions?» (L’Etoile, janvier 1995, p. 95).

Après avoir raconté l’histoire de Naaman, Gordon B. Hinckley dit: «La voie de l’Evangile est simple. Vous pouvez avoir l’impression que certaines lois sont élémentaires et inutiles. Ne les méprisez pas. Humiliez-vous et marchez dans l’obéissance. Je vous promets que les résultats qui s’ensuivront seront merveilleux à voir et riches pour l’expérience» (L’Etoile, avril 1977, p. 50).

• Quelle leçon Naaman retire-t-il de sa guérison? (Voir 2 Rois 5:15.) En quoi l’obéissance aux choses simples a-t-elle fortifié votre témoignage?

• Qu’est-ce que Naaman essaie de donner à Elisée après sa guérison? (Voir 2 Rois 5:15.) Pourquoi celui-ci refuse-t-il son offre? Pourquoi est-il important de servir sans se préoccuper des récompenses terrestres?

3. Elie guide Israël dans une guerre contre la Syrie.

Enseignez et commentez 2 Rois 6:8–18.

• Comment Elisée aide-t-il le roi d’Israël dans la guerre contre la Syrie? (Voir 2 Rois 6:8–10.) Que fait le roi de Syrie quand il apprend ce qu’Elisée fait? (Voir 2 Rois 6:11–14.)

• Quelle est la réaction du serviteur d’Elisée quand il voit les chevaux et les chars syriens entourer la ville? (voir 2 Rois 6:15.) Quelle est la réaction d’Elisée? (Voir 2 Rois 6:16.) Que veut dire Elisée lorsqu’il dit à son serviteur: «Ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux»? (Voir 2 Rois 6:16.) Comment avez-vous vu que la déclaration d’Elisée est encore vraie aujourd’hui?

• Quelles sont les circonstances de notre époque qui pourraient amener certains d’entre nous à croire que nous sommes impuissants contre les maux du monde? En quoi le fait d’être certain que «ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux» peut-il nous aider dans notre combat contre ces maux?

Dallin H. Oaks a dit: «Quand je lisais cette merveilleuse histoire, étant enfant, je m’identifiais toujours au jeune serviteur d’Elisée. Je me disais: ‹Si un jour, au service du Seigneur, je suis encerclé par les forces du mal, j’espère que le Seigneur m’ouvrira les yeux et me donnera suffisamment de foi pour comprendre que lorsque nous sommes occupés à son œuvre, ceux qui sont avec nous sont toujours plus puissants que ceux qui s’opposent à nous» (L’Etoile, janvier 1993, p. 45).

• Comment l’assurance que «ceux qui sont avec nous sont en plus grand nombre que ceux qui sont avec eux» peut-elle nous aider dans nos efforts pour porter l’Evangile à toutes les nations? (Voir D&A 84:87–88.)

Gordon B. Hinckley a dit: «Nous n’avons pas encore porté l’Evangile à toute nation, à toute tribu, à toute langue et à tout peuple, mais nous avons fait de grands progrès. Nous sommes allés partout où cela nous a été permis. Dieu est à la barre et des portes seront ouvertes par son pouvoir selon sa volonté divine. J’en ai l’assurance. J’en suis certain» (L’Etoile, janvier 1996, p. 80).

• Que demande Elisée dans sa prière pour son serviteur? (Voir 2 Rois 6:17.) Pourquoi le serviteur ne voit-il tout d’abord pas la montagne pleine de chevaux et de chars de feu envoyés par Dieu? Que pouvons-nous faire pour ouvrir davantage les yeux à la puissance de Dieu dans notre vie et dans le monde?

Conclusion

Témoignez que le président de l’Eglise est un prophète de Dieu. Encouragez les élèves à soutenir les nouveaux dirigeants de l’Eglise et à suivre les conseils des prophètes. Témoignez que la puissance de Dieu est plus grande que tout.

Autres idées

Voici des idées supplémentaires pour la leçon. Vous pouvez en intégrer une ou deux à votre cours.

1. Les miracles d’Elisée.

Elisée accomplit beaucoup de grands miracles qui montrent sa compassion pour le peuple. Ce sont autant de preuves qu’il est le successeur autorisé d’Elie. Il partage les eaux du Jourdain, assainit les eaux de Jéricho, multiplie l’huile d’une veuve, ressuscite un enfant, guérit des gens qui ont été empoisonnés, nourrit les affamés, guérit Naaman de la lèpre, fait flotter une hache et guide des rois en guerre. Vous pourriez revoir quelques-uns de ces miracles dans 2 Rois 2–6.

• Pensez-vous que les miracles se produisent autant de nos jours que du temps d’Elisée? Quels risques y a-t-il à ne rechercher que les miracles spectaculaires? Quels sont les miracles apparemment petits qui se produisent dans notre vie?

2. Une jeune Israélite parle d’Elisée à Naaman.

• Comment Naaman apprend-il l’existence d’Elisée et de son pouvoir de guérison? (Voir 2 Rois 5:2–4. Une jeune Israélite que les Syriens ont fait prisonnière dit à la femme de Naaman qu’il y a, en Israël, un prophète qui peut guérir son mari.) En quoi cette jeune Israélite est-elle un exemple pour nous? (Quel que soit notre âge, notre situation ou notre appel dans l’Eglise, nous pouvons faire beaucoup de bien en dirigeant les gens vers les prophètes et vers le Seigneur.)