Installation de Sion au Missouri

Notre patrimoine : Brève histoire de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, 1999


Premières années au Missouri

Au moment où tous les saints s’efforçaient d’édifier le royaume de Dieu à Kirtland, beaucoup de membres de l’Eglise connaissaient de grandes épreuves au comté de Jackson.

Quand on les y avait appelés, les saints qui habitaient à Colesville (New York) n’avaient pas hésité à partir de chez eux pour se rassembler à Kirtland (voir page 16). Arrivés en Ohio à la mi-mai 1831, ils constatèrent que les terres qui leur avaient été réservées n’étaient pas disponibles. Joseph Smith invoqua le Seigneur pour lui exposer la détresse de ces saints. Il venait de recevoir une révélation qui lui commandait, à lui, à Sidney Rigdon et à 28 autres anciens d’aller faire une mission au Missouri, et le Seigneur commanda que les saints de Colesville se rendent aussi «vers le pays de Missouri» (D&A 54:8). C’était le premier groupe de saints à s’installer dans le pays qui allait prendre le nom de Sion.

Newel Knight, président de la branche de Colesville, rassembla immédiatement son peuple. Emily Coburn raconte: «Nous étions véritablement un groupe de pèlerins partis à la recherche d’un pays meilleur1.» A Wellsville (Ohio), ils montèrent à bord d’un bateau à vapeur et, via les fleuves Ohio, Mississippi et Missouri, voyagèrent jusqu’au comté de Jackson (Missouri). Le capitaine du vapeur dit qu’ils furent «les émigrants les plus paisibles et les plus calmes qu’ils eussent jamais transportés dans l’Ouest; ‹pas de grossièreté, pas de vilains mots, pas de jeu d’argent, pas de boisson2.›»

Empruntant la voie de terre, le prophète et d’autres dirigeants de l’Eglise précédèrent les saints de Colesville pour prendre les dispositions nécessaires pour les installer dans le comté de Jackson. Le groupe du prophète arriva le 14 juillet 1831 à Independence. Après avoir contemplé la région et avoir prié pour être dirigé par Dieu, le prophète dit: «[Le Seigneur] s’est manifesté» à moi et nous a désigné, à moi-même et à d’autres, l’endroit même où il voulait commencer l’œuvre du rassemblement et l’édification d’une ville sainte qui serait appelée Sion3

Cette révélation spécifiait que le Missouri était le lieu voulu par le Seigneur pour le rassemblement des saints et que «l’endroit que l’on appelle maintenant Independence en est le centre; et un lieu pour le temple se trouve à l’ouest sur une parcelle qui se trouve non loin du tribunal» (D&A 57:3). Les saints devaient acheter toutes les terres situées à l’ouest de la ville jusqu’à la frontière entre l’Etat du Missouri et le territoire indien (voir D&A 57:1–5).

Joseph Smith et l’évêque Partridge achetèrent des terres pour la branche de Colesville dans la commune de Kaw, à vingt kilomètres à l’ouest d’Independence. Le 2 août 1831, après l’arrivée des membres de la branche, on organisa une cérémonie empreinte de symbolisme. Douze hommes, représentant les douze tribus d’Israël, transportèrent un tronc de chêne fraîchement coupé et le placèrent en travers d’une pierre posée par Oliver Cowdery, posant ainsi les fondements symboliques de l’installation de Sion. Les saints utilisèrent cet humble début pour construire un bâtiment qui fut utilisé comme église et comme école4.

Le lendemain, un certain nombre de frères se rassemblèrent en un lieu élevé à huit cents mètres du tribunal d’Independence. Joseph Smith posa la pierre angulaire du temple envisagé et le consacra au nom du Seigneur. L’élément central du pays de Sion devait être la maison du Seigneur5.

Le prophète retourna à Kirtland, et les saints du comté de Jackson commencèrent à recevoir des lopins de terre de l’évêque Edward Partridge. Ils étaient très pauvres et n’avaient même pas de tentes pour se protéger des éléments pendant qu’ils construisaient leurs cabanes. Ils étaient presque entièrement démunis d’instruments aratoires et il fallut envoyer des attelages jusqu’à Saint-Louis, situé à près de trois cent cinquante kilomètres à l’est, pour se les procurer. Une fois que les saints furent équipés, ils commencèrent à labourer pour semer. Fortement impressionnée par ce qu’elle voyait, Emily Coburn raconta: «C’était vraiment un étrange spectacle que de voir quatre ou cinq attelages de boeufs retourner la terre fertile. La construction de clôtures et les autres travaux se succédèrent rapidement. Des cabanes furent construites et aménagées pour les familles aussi vite que le temps, l’argent et la main-d’œuvre le permettaient6

En dépit de l’inconfort de la frontière, les saints de Colesville restaient joyeux et heureux. Parley P. Pratt, qui s’était installé avec eux, dit: «Nous connûmes beaucoup de moments heureux dans nos réunions de prière et autres, et l’Esprit du Seigneur se déversa sur nous, même sur les petits enfants, de sorte que beaucoup d’enfants de huit, dix ou douze ans parlaient, priaient et prophétisaient à nos réunions et dans notre culte familial. Il y avait un esprit de paix et d’union, d’amour et de bonne volonté, qui se manifestait dans cette petite Eglise du désert, dont le souvenir sera toujours très cher à mon cœur.»7

En avril 1832, les saints eurent la bénédiction d’avoir une deuxième visite du prophète et de Sidney Rigdon. Ces dirigeants venaient de connaître une expérience très douloureuse à la ferme de John Johnson, à Hiram (Ohio), où ils avaient travaillé à la traduction de la Bible. Les ennemis de l’Eglise s’étaient rassemblés et avaient traîné Joseph Smith hors de chez lui pendant la nuit. Ils l’avaient étouffé, lui avaient arraché ses vêtements et lui avaient enduit le corps de goudron et de plumes. Sidney Rigdon avait été traîné par les chevilles sur une terre gelée et rugueuse, et il en avait eu la tête gravement lacérée.

Maintenant, par contraste avec ces mauvais traitements, ils étaient en sécurité auprès de leurs amis. Joseph affirma qu’il eut un accueil que ne connaissent que des frères et des sœurs totalement unis par la même foi et par le même baptême et soutenus par le même Seigneur. Il ajouta: «La branche de Colesville, en particulier, se réjouit comme les saints d’autrefois quand ils recevaient Paul. C’est bon de se réjouir avec le peuple de Dieu8

Persécutions dans le comté de Jackson

Conformément au commandement du Seigneur, frère Partridge, l’évêque, acheta des centaines d’hectares de terres dans le comté de Jackson pour les nombreux saints qui émigraient d’Ohio et d’ailleurs. Les dirigeants créèrent d’abord pour ces membres les branches d’Independence, de Colesville, de Whitmer, de Big Blue et de Prairie. Dix branches au total avaient été créées dès la fin de 18339. Il y eut probablement plus de mille saints présents lorsque les branches regroupées se réunirent en avril 1833 à la Big Blue River pour fêter le troisième anniversaire de la fondation de l’Eglise. Newel Knight dit que ce rassemblement était la première commémoration de son espèce en Sion et que les saints se réjouissaient tous. Il fit cependant également la réflexion: «Quand les saints se réjouissent, le démon est furieux, et ses enfants et ses serviteurs s’imbibent de son esprit10

Le mois d’avril n’était pas terminé que les persécutions commençaient. Dans un premier temps, les citoyens locaux avertirent les membres de l’Eglise qu’ils étaient mécontents de l’arrivée de tant de saints des derniers jours qui, craignaient-ils, n’allaient pas tarder à les écraser lors des élections. Les saints étaient essentiellement des Etats du Nord et, d’une manière générale, opposés à l’esclavage des Noirs, qui était à ce moment-là légal dans l’Etat du Missouri. Le fait que les saints croyaient au Livre de Mormon, qu’ils affirmaient que le comté de Jackson serait un jour leur Sion et qu’ils étaient dirigés par un prophète dérangeait beaucoup. De plus l’accusation qu’ils avaient des contacts avec les Indiens provoquait les soupçons des citoyens locaux.

L’opposition fit passer une circulaire, parfois appelée la constitution secrète, pour obtenir la signature de ceux qui étaient disposés à éliminer le «fléau mormon». Cette animosité atteignit son point culminant le 20 juillet 1833, lorsque quatre cents émeutiers se réunirent au tribunal d’Independence pour coordonner leurs efforts. Des exigences écrites furent présentées aux dirigeants de l’Eglise pour le départ des saints du comté de Jackson, pour qu’ils cessent d’imprimer leur journal, The Evening and the Morning Star, et ne permettent plus à aucun membre de l’Eglise d’entrer dans le comté de Jackson. Quand les émeutiers apprirent que les dirigeants de l’Eglise ne voulaient pas se soumettre à ces exigences illégales, ils attaquèrent le bureau du journal, qui était aussi la maison du rédacteur en chef, William W. Phelps. Les assaillants volèrent la presse et démolirent le bâtiment.

Destruction du Livre des commandements

L’ouvrage le plus important en cours d’impression était le Livre des commandements, première compilation des révélations reçues par Joseph Smith, le prophète. Quand les émeutiers attaquèrent le bâtiment, ils jetèrent les pages non reliées du livre dans la rue. Voyant cela, deux jeunes saintes des derniers jours, Mary Elizabeth Rollins et sa sœur, Caroline, sauvèrent ce qu’elles purent au péril de leur vie. Mary Elizabeth raconte:

«[Les émeutiers] sortirent avec de grandes feuilles de papier et dirent: ‹Voilà les commandements mormons.› Ma sœur Caroline et moi, nous nous trouvions au coin d’une clôture, à les regarder; quand ils parlèrent des commandements, je résolus d’en récupérer quelques-uns. Ma sœur dit que si j’allais en chercher, elle irait aussi mais ajouta: ‹Ils vont nous tuer.›» Pendant que les émeutiers étaient occupés à une extrémité de la maison, les deux fillettes coururent et se remplirent les bras des précieuses feuilles. Les émeutiers les virent et leur ordonnèrent de s’arrêter. Mais, raconte Elizabeth: «Nous courûmes le plus vite possible. Deux d’entre eux se mirent à notre poursuite. Voyant un trou dans une clôture, nous nous glissâmes dans un grand champ de maïs, déposâmes les papiers sur le sol et les cachâmes en dessous de nous. Le maïs avait un mètre cinquante à un mètre quatre-vingts de haut et était très épais: ils nous cherchèrent partout et arrivèrent tout près de nous mais ne nous trouvèrent pas.»

Lorsque les voyous furent partis, les fillettes se glissèrent jusqu’à une vieille grange de rondins. Elles y trouvèrent, comme le raconte Mary Elizabeth, sœur Phelps et les enfants, occupés à apporter des broussailles et à les entasser d’un côté de la grange pour y mettre leurs lits. Elle poursuit: «Elle me demanda ce que j’avais; je le lui dis. Elle me prit alors les feuilles. On les relia et on en fit de petits livres, et l’on m’en envoya un que je conservai avec grand soin11

L’évêque Partridge est enduit de goudron et de plumes

Les émeutiers s’emparèrent ensuite d’Edward Partridge, l’évêque, et de Charles Allen. On les emmena sur la place publique d’Independence et on leur commanda de renier le Livre de Mormon et de quitter le comté. L’évêque Partridge dit: «Je leur dis que les saints avaient subi des persécutions à toutes les époques du monde, que je n’avais rien fait pour offenser qui que ce fût, que s’ils me maltraitaient, ils maltraiteraient un innocent; que j’étais disposé à souffrir pour l’amour du Christ, mais que pour ce qui était de quitter le pays, je n’étais pas à ce moment-là disposé à y consentir.»

Sur ce refus, les deux hommes furent dépouillés de leurs vêtements extérieurs et on leur recouvrit le corps de goudron et de plumes. Frère Partridge raconte: «Je supportai mes mauvais traitements avec tant de résignation et d’humilité que cela parut stupéfier la multitude, qui me permit, en silence, de me retirer, beaucoup ayant un air très solennel, leur sympathie ayant été, pensais-je, touchée. Quant à moi, j’étais à ce point rempli de l’Esprit et de l’amour de Dieu que je n’avais pas de haine vis-à-vis de mes persécuteurs ni de personne d’autre12

Bataille de la Big Blue

Les émeutiers revinrent le 23 juillet, et les dirigeants de l’Eglise se proposèrent comme rançon s’ils ne faisaient pas de mal au peuple. Mais les émeutiers menacèrent de s’attaquer à l’Eglise entière et obligèrent les frères à convenir que tous les saints des derniers jours quitteraient le comté. Etant donné que le comportement des émeutiers était illégal, contraire à la Constitution des Etats-Unis et à celle de l’Etat du Missouri, les dirigeants de l’Eglise demandèrent l’aide de Daniel Dunklin, gouverneur de l’Etat. Il les informa de leurs droits de citoyens et invita les saints à avoir recours à un avocat. Alexander W. Doniphan et d’autres furent engagés pour représenter les membres de l’Eglise, mesure qui ne fit que rendre les émeutiers plus furieux.

Les saints des derniers jours essayèrent tout d’abord d’éviter l’affrontement direct; mais comme les membres se faisaient rouer de coups et que l’on détruisait les biens, cela finit par une bataille près de la Big Blue River. Deux émeutiers furent tués et les saints perdirent Andrew Barber. Philo Dibble fut touché à trois reprises à l’estomac. Newel Knight fut appelé à lui faire l’imposition des mains avec des résultats miraculeux. Frère Dibble raconte:

«Newel Knight vint me voir et s’assit à mon chevet… Je sentis l’Esprit reposer sur moi au sommet de ma tête avant que sa main ne me touche, et je sus immédiatement que j’allais être guéri… Je me levai immédiatement et vomis trois litres de sang ou davantage avec des morceaux de vêtements qui avaient été introduits dans mon corps par les balles. Ensuite je m’habillai et sortis… A partir de ce moment-là, je ne perdis plus une seule goutte de sang, et dès lors, mes blessures ne me causèrent plus la plus moindre souffrance ni le moindre inconfort, si ce n’est que je me sentais un peu affaibli par la perte de sang13

Le gouverneur Dunklin intercéda et commanda au colonel Thomas Pitcher de désarmer les deux partis. Mais la sympathie du colonel Pitcher allait aux émeutiers, et il prit leurs armes aux saints et les livra aux émeutiers. Les saints sans défense furent attaqués et leurs maisons détruites. Les hommes durent chercher refuge dans les bois et certains se firent rouer de coups. Finalement les dirigeants de l’Eglise invitèrent le peuple à prendre ses affaires et à fuir le comté de Jackson.

Refuge dans le comté de Clay

A la fin de 1833, la majorité des saints traversèrent le fleuve Missouri et se dirigèrent vers le nord et le comté de Clay, où ils trouvèrent un refuge temporaire décrit comme suit par Parley P. Pratt:

«Le rivage commençait à se couvrir des deux côtés du bac d’hommes, de femmes et d’enfants, d’effets, de chariots, de boîtes, de provisions, etc., et le bac était constamment à l’œuvre; et quand la nuit se referma de nouveau sur nous, les bords du fleuve, avec leurs peupliers de Virginie, ressemblaient à une assemblée religieuse de plein air. Dans toutes les directions, on voyait des centaines de personnes, certaines dans des tentes, d’autres à l’air libre, autour de leur feu, tandis que la pluie tombait à torrents. Des maris demandaient leurs femmes, des femmes leurs maris, des parents leurs enfants et des enfants leurs parents. Certains avaient la bonne fortune de s’échapper avec leurs familles, leurs affaires et leurs provisions; tandis que d’autres ne connaissaient pas le sort de leurs amis et avaient perdu tous leurs biens. La scène… aurait… attendri le cœur de n’importe qui sur terre, sauf nos oppresseurs aveugles et une communauté aveugle et ignorante14

La possibilité d’édifier Sion et un temple à leur Dieu dans le comté de Jackson était ainsi temporairement arrachée aux saints. Quelque douze cents membres de l’Eglise faisaient maintenant le nécessaire pour survivre à un hiver inhospitalier près du fleuve dans le comté de Clay. Certains s’abritèrent dans les caisses de chariot, sous des tentes ou des abris creusés au flanc des collines, tandis que d’autres occupaient des cabanes abandonnées. Newel Knight passa l’hiver dans une hutte indienne.

L’un des premiers bâtiments construits par les saints dans le comté de Clay fut une petite église de rondins pour y adorer. Ils «n’oublièrent pas de rendre grâces au Dieu Tout-Puissant de les avoir délivrés des mains de leurs vils ennemis et de demander sa protection pour l’avenir, d’adoucir le cœur des gens auprès de qui ils s’étaient enfuis, afin de trouver parmi eux de quoi subvenir à leurs besoins15».

Persécutions contre le camp de Sion

Comme décrit au chapitre 3, le Seigneur avait commandé à Joseph Smith de rassembler un groupe d’hommes qui devaient aller de Kirtland au Missouri pour aider les saints qui avaient été chassés de leurs terres du comté de Jackson. Quand le camp de Sion arriva, vers la fin juin 1834, dans l’est du comté de Clay, plus de trois cents émeutiers missouriens allèrent à sa rencontre, décidés à le détruire. Sous la direction de Joseph Smith, les frères dressèrent le camp sur le confluent des Little et Big Fishing Rivers.

Les émeutiers lancèrent leur attaque à coups de canon, mais le Seigneur combattait pour les saints. Des nuages se formèrent rapidement dans le ciel. Le prophète écrit: «Il se mit à pleuvoir et à grêler… L’orage fut formidable; le vent et la pluie, la grêle et le tonnerre s’abattirent sur eux avec une grande fureur, ne tardèrent pas à ramollir leur sinistre courage et contrarièrent tout leur dessein de ‹tuer Joe Smith et son armée›… Ils se glissèrent en dessous des chariots, dans des arbres creux, se serrèrent dans une vieille baraque, etc., jusqu’à ce que l’orage fût terminé, et à ce moment-là leurs munitions étaient détrempées.» Après avoir subi toute la nuit le martèlement de l’orage, «la troupe aux espoirs déçus prit le chemin du retour vers Independence, pour rejoindre le gros des émeutiers, bien convaincue… que quand Jéhovah combat, il vaut mieux être ailleurs. … On aurait dit que l’ordre de contre-attaquer avait été lancé par le Dieu des batailles pour empêcher que ses serviteurs ne fussent détruits par leurs ennemis16

Quand il s’avéra qu’une armée d’émeutiers attendait les saints et que le gouverneur Dunklin ne tiendrait pas sa promesse de les aider, le prophète pria le Seigneur pour obtenir ses instructions. Le Seigneur lui dit que le moment n’était pas favorable pour racheter Sion. Les saints avaient beaucoup à faire pour préparer leur vie personnelle pour l’édification de Sion. Beaucoup d’entre eux n’avaient pas encore appris à obéir à ce que le Seigneur exigeait: «Sion ne peut être édifiée que sur les principes de la loi du royaume céleste; autrement je ne puis la recevoir en moi. Et il faut que mon peuple soit châtié jusqu’à ce qu’il apprenne l’obéissance, s’il le faut, par les choses qu’il endure» (D&A 105:5–6).

Le Seigneur dit que camp de Sion ne devait pas poursuivre son objectif militaire: «En conséquence des transgressions de mon peuple, il me convient que mes anciens attendent encore un peu la rédemption de Sion, afin qu’ils soient eux-mêmes préparés, que mon peuple soit instruit plus parfaitement» (D&A 105:9–10). Les frères du camp de Sion reçurent leur relève honorable, et le prophète retourna à Kirtland.

Le siège de l’Eglise à Far West

La plupart des saints du Missouri restèrent dans le comté de Clay jusqu’en 1836; à ce moment-là, les citoyens du comté leur rappelèrent qu’ils avaient promis de ne rester que jusqu’à ce qu’ils puissent retourner dans le comté de Jackson. Comme cela semblait maintenant impossible, on leur demandait de partir comme promis. Légalement les saints n’étaient pas obligés d’obéir, mais plutôt que de susciter un conflit, ils déménagèrent de nouveau. Grâce aux efforts d’Alexander W. Doniphan, l’ami qu’ils avaient au gouvernement de l’Etat, deux nouveaux comtés, appelés Caldwell et Daviess, furent créés en décembre 1836 à partir du comté de Ray. Les saints furent autorisés à créer leur propre ville, Far West, à environ cent kilomètres du comté de Clay, pour en faire le siège du comté de Caldwell. Les principaux officiers du comté étaient saints des derniers jours, et beaucoup de personnes espéraient que cela mettrait fin aux persécutions contre les saints.

Après un voyage difficile depuis Kirtland, Joseph Smith arriva à Far West en mars 1838 et y installa le siège de l’Eglise. En mai, il se rendit au comté de Daviess, situé plus au nord, et, pendant qu’il se trouvait près de la Grand River, il identifia prophétiquement la région comme étant la vallée d’Adam-ondi-Ahman, le «lieu où Adam viendra visiter son peuple» (D&A 116:1)17. Adam-ondi-Ahman devint la principale localité des saints du comté de Daviess. Les pierres angulaires d’un temple furent consacrées le 4 juillet 1838 à Far West, et les saints commencèrent à éprouver le sentiment qu’ils avaient enfin un répit de leurs ennemis.

Bataille de la Crooked River

Mais les persécutions recommencèrent bientôt. Le 6 août 1838, une centaine d’émeutiers, lors des élections de Gallatin (comté de Daviess) interdirent aux saints de voter. Cela donna lieu à une rixe au cours de laquelle plusieurs personnes furent blessées. Les désordres croissants entretenus par les émeutiers des comtés de Caldwell et de Daviess poussèrent Lilburn W. Boggs, gouverneur de l’Etat, à faire intervenir la milice afin de maintenir l’ordre.

Le capitaine Samuel W. Bogart, un des officiers de la milice, était en réalité étroitement lié aux émeutiers. Il décida de provoquer un conflit en kidnappant trois saints des derniers jours et en les retenant dans son camp sur la Crooked River, dans le nord-ouest du comté de Ray. Une compagnie de la milice des saints des derniers jours fut envoyée pour les délivrer et une violente bataille eut lieu le 25 octobre 1838. Le capitaine David W. Patten, un des douze apôtres, dirigeait la compagnie et fut parmi ceux qui furent mortellement blessés dans l’escarmouche. Phoebe Ann Patten, femme de David, Joseph et Hyrum Smith et Heber C. Kimball vinrent de Far West pour être avec lui avant sa mort.

Heber dit à propos de David Patten: «Les principes de l’Evangile qui étaient si précieux pour lui auparavant, lui fournirent le soutien et la consolation dont il avait besoin au moment de son départ, ce qui dépouillait la mort de son aiguillon et de son horreur.» Le mourant parla à ceux qui se trouvaient à son chevet de certains saints qui avaient abandonné leur fermeté pour tomber dans l’apostasie et s’exclama: ‹Oh s’ils pouvaient être dans ma situation! Car j’ai le sentiment d’avoir gardé la foi.› «Il s’adressa ensuite à Phoebe Ann, disant: ‹Quoi que tu fasses d’autre, oh ne renie pas la foi.› «Juste avant de mourir, il fit une prière: ‹Père, je te demande, au nom de Jésus-Christ, de libérer mon esprit et de me recevoir auprès de toi.› Puis, il supplia ceux qui l’entouraient: ‹Mes frères, vous m’avez retenu par votre foi, mais abandonnez et laissez-moi partir, je vous en supplie.›» Frère Kimball dit: «Nous le confiâmes par conséquent à Dieu, et il rendit bientôt le dernier soupir et s’endormit en Jésus sans un gémissement18

La compagnie du capitaine Bogart avait agi plus comme un groupe d’émeutiers que comme une milice d’Etat. Cela n’empêcha pas le gouverneur Lilburn W. Boggs d’utiliser la mort d’un membre de la milice, lors de la bataille de la Crooked River, ainsi que d’autres rapports, pour donner son infâme «ordre d’extermination». Ce décret, en date du 27 octobre 1838, disait entre autres: «Les mormons doivent être traités comme des ennemis et doivent, si nécessaire, être exterminés ou chassés de l’Etat, pour le bien public. Leurs outrages dépassent toute description19.» Un officier de la milice fut chargé d’exécuter l’ordre du gouverneur.

Massacre de Haun’s Mill

Le 30 octobre 1838, trois jours après la publication de l’ordre d’extermination, quelque deux cents hommes lancèrent une attaque surprise contre une petite communauté de saints à Haun’s Mill, sur le Shoal Creek, dans le comté de Caldwell. Les assaillants invitèrent par traîtrise ceux qui souhaitaient se sauver à courir se réfugier dans la forge. Ils prirent alors position autour du bâtiment et tirèrent dessus jusqu’au moment où ils pensèrent que tous ceux qui étaient à l’intérieur étaient morts. D’autres furent abattus tandis qu’ils essayaient de fuir. En tout 17 hommes et garçons furent tués et 15 blessés.

Après le massacre, Amanda Smith se rendit à la forge où elle trouva son mari, Warren, et un de ses fils, Sardius, morts. Au milieu de ce carnage, elle trouva à son immense joie un autre de ses fils, le petit Alma, toujours vivant, quoique grièvement blessé. Sa hanche avait été arrachée par un coup de mousquet. Comme la plupart des hommes étaient morts ou blessés, Amanda s’agenouilla et supplia le Seigneur de l’aider.

«O mon Père céleste, m’écriai-je, que vais-je faire? Tu vois mon pauvre garçon blessé et tu connais mon manque d’expérience. O Père céleste, montre-moi ce que je dois faire!» Elle dit qu’elle fut «dirigée comme par une voix» qui lui apprit à faire une bouillie avec les cendres et à nettoyer la blessure. Elle fit ensuite un cataplasme d’écorce d’orme et en remplit la blessure. Le lendemain, elle versa le contenu d’une bouteille de baume dans la blessure.

Elle dit à son fils: «– Alma, mon enfant… crois-tu que le Seigneur a fait ta hanche?

«– Oui, maman.

«– Alors le Seigneur peut fabriquer quelque chose là à la place de ta hanche, ne crois-tu pas?

«– Tu penses que le Seigneur peut le faire, maman? demanda l’enfant dans sa simplicité.»

– Oui, mon enfant, répondit-elle. Il m’a montré tout cela en vision.

Elle le posa alors confortablement sur le ventre et dit: «Reste comme cela, et ne bouge pas, et le Seigneur te fera une nouvelle hanche.»

«Alma resta ainsi sur le ventre pendant cinq semaines, jusqu’à ce qu’il fût complètement guéri, un cartilage souple s’étant formé à la place de l’articulation disparue20

La tâche horrible de s’occuper de l’enterrement de leurs proches échut à Amanda et à d’autres. Il ne restait qu’un petit nombre d’hommes valides, dont Joseph Young, frère de Brigham Young. Comme ils craignaient le retour des émeutiers, ils n’avaient pas le temps de creuser des tombes classiques. On jeta les corps dans un puits asséché transformé en charnier. Joseph Young aida à transporter le corps du petit Sardius mais déclara «qu’il ne pouvait pas jeter ce garçon dans cette horrible tombe». Il avait joué avec ce «garçon intéressant» pendant le voyage au Missouri, et Joseph était «d’une nature si tendre» qu’il ne pourrait le faire. Amanda enveloppa Sardius dans un drap et le lendemain elle plaça avec Willard, un autre de ses fils, le corps dans le puits. On jeta par-dessus de la terre et de la paille pour couvrir l’atroce tableau21.

A Adam-ondi-Ahman, Benjamin F. Johnson, âgé de vingt ans, se vit épargner le même traitement de la part d’un Missourien décidé à l’abattre. Il avait été arrêté et gardé à vue pendant huit jours, par un froid intense, devant un feu de camp. Pendant qu’il était assis sur un tronc, une «brute» s’approcha de lui, fusil en main, et dit: «Renonce immédiatement au mormonisme, sinon je te descends.» Benjamin refusa fermement, et là-dessus le bandit le mit en joue et pressa la détente. Le fusil s’enraya. L’homme lança une bordée d’injures et déclara qu’il «se servait du fusil depuis vingt ans et qu’il n’avait encore jamais eu de raté». Il examina le chien du fusil, rechargea l’arme, visa et pressa de nouveau la détente… sans résultat.

Il recommença la même manœuvre et essaya une troisième fois, mais avec le même résultat. Un spectateur lui dit de «vérifier un peu son fusil» et qu’alors il pourrait «tuer la petite ordure». Le candidat assassin se prépara, allant jusqu’à introduire un nouveau chargement. Mais, raconte Benjamin: «Cette fois, le fusil explosa et tua le misérable sur le coup.» On entendit un des Missouriens dire: «Il vaut mieux ne pas essayer de tuer cet homme-là22

Le prophète emprisonné

Peu après le massacre de Haun’s Mill, Joseph Smith, le prophète, et d’autres dirigeants furent faits prisonniers par la milice de l’Etat. Une cour martiale eut lieu, et le prophète et ses amis furent condamnés à être fusillés, le lendemain matin, par un peloton d’exécution, sur la place publique de Far West. Mais Alexander W. Doniphan, général de la milice, refusa d’exécuter l’ordre, en qualifiant la décision de «meurtre de sang-froid». Il avertit le général commandant la milice que s’il persistait dans sa volonté de tuer ces hommes, il l’en tiendrai pour responsable, avec l’aide de Dieu, devant un tribunal terrestre23

Le prophète et les autres furent tout d’abord emmenés à Independence, puis envoyés à Richmond (comté de Ray), où ils furent mis en prison en attendant leur jugement. Parley P. Pratt était l’un de ceux qui accompagnaient le prophète. Il dit qu’un soir les gardes provoquaient les prisonniers en racontant leurs exploits de viol, de meurtre et de pillage parmi les saints des derniers jours. Il savait que le prophète était éveillé à côté de lui et écrit que Joseph se mit soudain debout et réprimanda les gardes avec une grande puissance:

«– SILENCE, démons du gouffre infernal! Au nom de Jésus-Christ, je vous réprimande et je vous commande de vous taire. Je ne vivrai pas un instant de plus pour entendre pareil langage. Cessez ce genre de conversation ou bien vous ou moi mourrons A L’INSTANT!’

«Il cessa de parler! Il se tenait droit avec une majesté terrible. Enchaîné et sans armes, calme, serein et digne comme un ange, il posait les yeux sur les gardes tremblants, qui baissèrent leurs armes ou les laissèrent tomber par terre, et qui, se blottissant dans un coin ou rampant à ses pieds, lui demandèrent pardon et restèrent silencieux jusqu’à la relève de la garde.»

Parley ajoute cette réflexion: «J’ai essayé de concevoir des rois, des cours royales, des trônes et des couronnes, et des empereurs assemblés pour décider du destin de royaumes; mais la dignité et la majesté, je ne les ai vues qu’une seule fois, tandis qu’elles étaient enchaînées, à minuit, dans un cachot d’un village obscur du Missouri24

Lorsque l’instruction eut été terminée, Joseph et Hyrum Smith, Sydney Rigdon, Lyman Wight, Caleb Baldwin et Alexander McRae furent envoyés à la prison de Liberty dans le comté de Clay, où ils arrivèrent le 1er décembre 1838. Le prophète décrit ainsi leur situation: «Nous sommes gardés nuit et jour sous la surveillance d’une forte garde dans une prison aux murs et aux portes doubles, sous l’interdiction d’exercer notre liberté de conscience; notre nourriture est rare… On nous oblige à dormir sur un sol couvert de paille et sans couvertures suffisantes pour nous tenir chaud… Les juges nous ont dit gravement de temps à autre qu’ils savaient que nous étions innocents et devrions être libérés, mais qu’ils n’osaient pas nous appliquer la loi, par peur des émeutiers25

Exode en Illinois

Tandis que leur prophète restait emprisonné, plus de huit mille saints traversèrent le Missouri en direction de l’Est pour entrer en Illinois et échapper à l’ordre d’extermination. Ils furent obligés de partir en plein hiver, et bien que Brigham Young, président du Collège des Douze, les dirigeât et leur apportât toute l’aide possible, ils souffrirent considérablement. La famille de John Hammer fut une des nombreuses qui cherchèrent refuge. John décrit sa situation pénible:

«Je ne me souviens que trop des souffrances et des cruautés de cette époque… Notre famille avait un seul chariot et un seul cheval aveugle, et c’était tout ce que nous possédions en fait d’attelage, et cet unique cheval aveugle dut transporter nos affaires jusqu’à l’Etat d’Illinois. Nous échangeâmes notre chariot avec un frère qui avait deux chevaux, contre un chariot léger à un cheval, ce qui faisait l’affaire des uns et des autres. Nous mîmes dans ce petit chariot nos vêtements, notre literie, un peu de farine de maïs et les maigres provisions que nous pouvions rassembler, et nous nous mîmes en route à pied dans le froid et le gel, mangeant et dormant au bord de la route à la belle étoile. Mais les morsures de ces nuits glaciales et les vents perçants étaient moins barbares et moins impitoyables que les démons à visage humain dont nous fuyions la furie… Nos enfants, comme beaucoup d’autres, allaient presque pieds nus, et certains avaient dû s’envelopper les pieds de tissus pour les empêcher de geler et les protéger des aspérités du sol gelé. Le moins qu’on puisse en dire c’est que c’était là une protection insuffisante, et souvent le sang qui coulait de nos pieds tachait la terre gelée. Ma mère et ma sœur étaient les seuls membres de notre famille à avoir des souliers, et ceux-ci étaient usés et presque inutilisables avant que nous n’ayons atteint le rivage alors hospitalier de l’Illinois26

Le prophète dut attendre en prison sans pouvoir rien faire pendant que son peuple était chassé de l’Etat. On peut mesurer l’anxiété de son âme à la supplication qu’il adressa au Seigneur, qui est rapportée dans les Doctrine et Alliances, section 121:

«O Dieu, où es-tu? Et où est le pavillon qui couvre ta cachette?

«Combien de temps retiendras-tu ta main? Combien de temps ton oeil, oui, ton oeil pur contemplera-t-il des cieux éternels les maux de ton peuple et de tes serviteurs, et ton oreille sera-t-elle pénétrée de leurs cris?» (D&A 121:1–2).

Le Seigneur lui répondit en ces termes réconfortants: «Mon fils, que la paix soit en ton âme! Ton adversité et ton affliction ne seront que pour un peu de temps;

«Et alors, si tu les supportes bien, Dieu t’exaltera en haut; tu triompheras de tous tes ennemis.

«Tes amis se tiennent à tes côtés, et ils te salueront de nouveau, le cœur ouvert et les mains tendues» (D&A 121:7–9).

Joseph Smith in prison writing

Pendant qu’il était enfermé dans la prison de Liberty, Joseph Smith supplia leSeigneuren faveur des saints malheureux et reçut les directives et le réconfort divinsaujourd’hui rapportés aux sections 121, 122 et 123 des Doctrine et Alliances.

Les paroles du Seigneur s’accomplirent littéralement en avril 1839. Après six mois d’emprisonnement illégal, le renvoi de l’affaire devant d’autres cours provoqua le transfert des prisonniers tout d’abord à Gallatin (comté de Daviess, Missouri), puis en direction de Columbia (comté de Boone). Le shérif, William Morgan, reçut l’ordre «de ne les emmener en aucun cas au comté de Boone». Une ou plusieurs personnes en haut lieu avaient décidé de laisser les prisonniers s’échapper, peut-être pour éviter l’embarras public de les faire comparaître devant le tribunal, alors qu’il n’y avait pas de preuves pour les condamner. On donna aux prisonniers l’occasion d’acheter deux chevaux et de fausser compagnie à leurs gardes. Hyrum Smith dit: «Nous changeâmes de cap et nous dirigeâmes vers l’Etat d’Illinois, et en neuf ou dix jours, nous arrivâmes sains et saufs à Quincy (comté d’Adams), où nous retrouvâmes nos familles dans la pauvreté, mais en bonne santé27.» Ils y furent effectivement accueillis «le cœur ouvert et les mains tendues».

Wilford Woodruff dit à propos de ses retrouvailles avec le prophète: «J’avais une fois de plus le bonheur de donner la main à frère Joseph… Il nous salua très joyeux… Il était franc, ouvert et aimable comme d’habitude, et nous nous réjouîmes grandement. On ne saurait comprendre le sentiment de joie suscité par une telle réunion si on n’a pas été dans les épreuves pour l’amour de l’Evangile28.» Le Seigneur avait miraculeusement préservé son prophète et l’Eglise. L’Israël moderne commençait à se rassembler une fois de plus dans un pays neuf, où de nouveaux horizons et de nouvelles alliances les attendaient.

Montrer les références

    Sources

  1.   1.

    Emily M. Austin, Mormonism; or, Life Among the Mormons (1882), 63.

  2.   2.

    Emily M. Austin, Mormonism, 64.

  3.   3.

    Joseph Smith, Latter Day Saints’ Messenger and Advocate, sept. 1835, 179.

  4.   4.

    Larry C. Porter, «The Colesville Branch in Kaw Township, Jackson County, Missouri, 1831 to 1833», Regional Studies in Latter-day Saint Church History: Missouri, éd. Arnold K. Garr et Clark V. Johnson (1994), 286–87.

  5.   5.

    History of the Church, 1:199.

  6.   6.

    Emily M. Austin, Mormonism, 67.

  7.   7.

    Autobiography of Parley P. Pratt, éd. Parley P. Pratt Jr (1938), 72.

  8.   8.

    History of the Church, 1:269.

  9.   9.

    Far West Record, éd. Donald Q. Cannon et Lyndon W. Cook (1983), 65.

  10.   10.

    «Newel Knight’s Journal», Scraps of Biography (1883), 75.

  11.   11.

    Mary Elizabeth Rollins Lightner, Utah Genealogical and Historical Magazine, juillet 1926, 196.

  12.   12.

    History of the Church, 1:391.

  13.   13.

    «Philo Dibble’s Narrative», Early Scenes in Church History (1882), 84–85.

  14.   14.

    Autobiography of Parley P. Pratt, 102.

  15.   15.

    «Newel Knight’s Journal», Scraps of Biography, 85.

  16.   16.

    Andrew Jenson, The Historical Record (1888), 7:586.

  17.   17.

    D&A 116:1; voir aussi D&A 107:53–57; History of the Church, 3:34–35.

  18.   18.

    Orson F. Whitney, Life of Heber C. Kimball, 3e éd. (1945), 213–14.

  19.   19.

    Leland Homer Gentry, «A History of the Latter-day Saints in Northern Missouri from 1836 to 1839» (thèse de doctorat, université Brigham Young, 1965), 419.

  20.   20.

    Amanda Barnes Smith, citée dans Edward W. Tullidge, Women of Mormondom [1877], 124, 128.

  21.   21.

    Amanda Barnes Smith, citée dans Tullidge, Women of Mormondom, 126.

  22.   22.

    E. Dale LeBaron, «Benjamin Franklin Johnson: Colonizer, Public Servant and Church Leader» (mémoire de maîtrise, université Brigham Young, 1966), 42–43.

  23.   23.

    Leland Homer Gentry, «A History of the Latter-day Saints in Northern Missouri», 518.

  24.   24.

    Autobiography of Parley P. Pratt, 211.

  25.   25.

    «Copy of a Letter from J. Smith Jr. to Mr. Galland», Times and Seasons, févr. 1840, 52.

  26.   26.

    Lyman Omer Littlefield, Reminiscences of Latter-day Saints (1888), 72–73.

  27.   27.

    History of the Church, 3:423.

  28.   28.

    Matthias F. Cowley, Wilford Woodruff (1909), 102.