Edification du Royaume à Kirtland (Ohio)

Notre patrimoine : Brève histoire de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, 1999


Arrivée du prophète en Ohio

Par une journée froide de février 1831, Joseph Smith, le prophète, et sa femme, Emma, qui était alors enceinte de six mois et attendait des jumeaux, arrivèrent à Kirtland après avoir parcouru les quatre cents kilomètres depuis New York. Ils arrivèrent en traîneau au magasin de Gilbert et Whitney. L’extrait suivant raconte la rencontre entre Newel K. Whitney et le prophète.

«L’un des hommes [qui étaient sur le traîneau], personnage jeune et fort, descendit et, montant les marches d’un bond, entra dans le magasin et se dirigea vers l’endroit où le plus jeune des associés se tenait.

«‹Newel K. Whitney! C’est vous!› s’exclama-t-il, tendant cordialement la main, comme s’il s’agissait d’une vieille connaissance.

«‹Vous avez l’avantage sur moi›, répliqua celui à qui il s’adressait, en prenant machinalement la main tendue… ‹Je ne pourrais pas vous appeler par votre nom comme vous l’avez fait pour moi.›

«‹Je suis Joseph, le prophète, dit l’étranger en souriant. Vous avez prié pour que je vienne, et maintenant, que voulez-vous de moi1?›»

Quelque temps auparavant, Newel et Elizabeth, sa femme, avaient prié avec ferveur pour être guidés. En réponse, le Saint-Esprit était descendu sur eux et une nuée avait couvert leur maison. Une voix, provenant de la nuée, avait proclamé: «Préparez-vous à recevoir la parole du Seigneur, car elle arrive!2» Peu de temps après, les missionnaires qui avaient été appelés à instruire les Indiens arrivaient à Kirtland, et maintenant c’était le prophète qui arrivait.

Orson F. Whitney, petit-fils de Newel, raconta plus tard ses sentiments à propos de cet événement: «Par quel pouvoir cet homme remarquable qu’était Joseph Smith avait-il reconnu quelqu’un qu’il n’avait encore jamais vu dans la chair? Pourquoi Newel K. Whitney ne l’avait-il pas reconnu? C’est parce que Joseph Smith était un voyant, un voyant de choix; il avait réellement vu Newel K. Whitney à genoux, à des centaines de kilomètres de là, priant pour qu’il arrive à Kirtland. Merveilleux, mais vrai!3»

L’arrivée du prophète apporta la parole du Seigneur à Kirtland, où beaucoup d’éléments essentiels de l’Eglise furent mis en place. L’organisation de base du gouvernement de l’Eglise fut révélée, des missionnaires furent envoyés au dehors, le premier temple fut construit, et beaucoup de révélations importantes furent données. Les saints furent violemment persécutés et mis à l’épreuve pour voir s’ils feraient preuve de foi, de courage et de volonté pour suivre le prophète, l’oint du Seigneur.

Kirtland temple

Le temple de Kirtland

Deux centres d’activité de l’Eglise

Au moment même où ils étaient appelés à se rassembler en Ohio, les saints commençaient à se réjouir du moment où ils pourraient fonder Sion. En juin 1831, Joseph Smith, le prophète, reçut une révélation lui commandant, à lui, à Sidney Rigdon et à vingt-huit autres anciens d’aller faire une mission au Missouri et d’y organiser la prochaine conférence de l’Eglise (voir D&A 52). Le Missouri était sur la frontière occidentale de ce qui était alors les Etats-Unis d’Amérique, à environ seize cents kilomètres à l’ouest de Kirtland. Le Seigneur révéla à Joseph que dans le comté de Jackson (Missouri), les saints recevraient leur héritage et fonderaient Sion.

Joseph, les autres missionnaires et, peu de temps après, le groupe tout entier des saints venus de Colesville (New York), se rendirent au comté de Jackson pendant l’été 1831 et commencèrent à fonder une colonie. Pendant que le prophète et d’autres dirigeants retournaient à Kirtland, beaucoup de membres de l’Eglise s’installèrent au Missouri.

Entre 1831 et 1838, l’Eglise eut deux centres de population. Joseph Smith, des membres du conseil des Douze et un grand nombre de saints vivaient dans la région de Kirtland (Ohio), tandis que beaucoup d’autres membres de l’Eglise vivaient au Missouri sous la présidence des dirigeants de prêtrise qui avaient été désignés. Des événements importants se produisaient simultanément aux deux endroits, et les officiers de l’Eglise voyageaient d’un endroit à l’autre, selon les besoins. Nous allons traiter d’abord des événements qui se produisirent à Kirtland au cours de cette période de sept ans, puis nous parlerons des événements du Missouri au cours de la même période.

Sacrifices des saints lors de leur rassemblement en Ohio

Beaucoup de saints qui s’étaient rendus en Ohio avaient fait de grands sacrifices. Certains avaient été reniés par leur famille, d’autres avaient perdu la compagnie de leurs anciens amis. Brigham Young décrit comme suit les sacrifices qu’il fit pour répondre à l’appel du prophète au rassemblement:

«Quand nous arrivâmes à Kirtland [en septembre 1833], s’il y avait quelqu’un parmi ceux qui s’étaient rassemblés avec les saints qui fût plus pauvre que moi, c’est parce qu’il n’avait rien… J’avais deux enfants dont je devais prendre soin, c’était tout. J’étais veuf. ‹Frère Brigham, aviez-vous des souliers?› Non; pas un soulier pour mettre à mes pieds si ce n’est une paire de bottes empruntées. Je n’avais pas de vêtements d’hiver à part un manteau fait maison que j’avais depuis trois ou quatre ans. ‹Des pantalons?› Non. ‹Qu’est-ce que vous faisiez? Vous n’en portiez pas?› Non; j’en empruntai une paire jusqu’à ce que je puisse en obtenir une autre. J’avais voyagé et prêché et dépensé jusqu’au dernier dollar de mes biens. Quand je m’étais mis à prêcher, j’avais quelques biens… J’avais voyagé et prêché jusqu’à ce qu’il ne me reste plus rien à emporter; mais Joseph dit: ‹Viens›, et je suis allé du mieux que je pouvais4

Beaucoup d’autres saints fidèles se rendirent à Kirtland, où les membres déjà présents les accueillirent et partagèrent de bon cœur avec eux leurs maigres biens. Ce sont là les gens solides qui constituèrent les fondements de la croissance et de la progression étonnantes de l’Eglise.

Révélations reçues dans la région de Kirtland

Tandis qu’il habitait la région de Kirtland, le prophète Joseph reçut de nombreuses révélations; soixante-cinq d’entre elles se trouvent dans les Doctrine et Alliances. Les révélations enseignaient la volonté du Seigneur dans le domaine de l’entraide, de la recherche de signes, de la conduite morale, des règles alimentaires, de la dîme, de l’autorité de la prêtrise, du rôle du prophète, des trois degrés de gloire, de l’œuvre missionnaire, de la Seconde Venue, de la loi de consécration et de beaucoup d’autres sujets.

Traduction de la Bible par Joseph Smith

En juin 1830, Joseph Smith commença l’œuvre dont Dieu l’avait chargé, à savoir d’apporter des corrections inspirées à la version du roi Jacques (version anglaise) de la Bible. Cette œuvre est appelée traduction de Joseph Smith. Entre juin 1830 et juillet 1833, le prophète apporta beaucoup de changements au texte de la Bible, entre autres des corrections au langage biblique, des clarifications de doctrine et la réintroduction de textes historiques et doctrinaux.

Au cours de ce travail, Joseph reçut beaucoup de révélations, souvent pour répondre à des questions qui s’étaient posées à lui pendant qu’il méditait sur les passages de l’Ecriture. Une de ces révélations se produisit le 16 février 1832, lorsque Joseph et Sidney Rigdon eurent traduit Jean 5:29. Ils méditèrent sur ce passage, et «le Seigneur toucha les yeux de [leur] intelligence, et ils furent ouverts, et la gloire du Seigneur resplendit tout alentour» (D&A 76:19). Ils reçurent une des plus grandes visions de tous les temps, constituant aujourd’hui la section 76 des Doctrine et Alliances. Ils virent le Père et le Fils, furent instruits sur la destinée divine des enfants de Dieu et reçurent des vérités éternelles concernant ceux qui occuperont les trois royaumes de gloire.

Publication des révélations

Lors d’une conférence spéciale tenue en novembre 1831 à Hiram (Ohio), les membres de l’Eglise votèrent la publication du Livre des commandements contenant environ 70 révélations données au prophète. Pendant cette conférence, le Seigneur donna à Joseph Smith les révélations qui allaient constituer la préface et l’appendice du Livre des commandements (elles devinrent plus tard les sections 1 et 133 des Doctrine et Alliances).

Le soin d’imprimer le livre fut confié à William W. Phelps, qui avait une imprimerie dans le comté de Jackson (Missouri). (Vous trouverez de plus amples renseignements sur le Livre des commandements à la page 41.) Les révélations du Livre des commandements, ainsi que d’autres révélations, furent imprimées plus tard dans un volume intitulé Doctrine et Alliances, qui fut publié en 1835 à Kirtland. Une deuxième édition du Livre de Mormon, avec des corrections mineures faites par le prophète Joseph, fut également imprimée à Kirtland.

Quelques mois seulement après l’organisation de l’Eglise, le Seigneur mit l’accent sur la place importante de la musique dans l’Eglise, en commandant à Emma, femme du prophète, de commencer à faire un choix de cantiques sacrés (voir Doctrine et Alliances 25:11). Le livre de cantiques qu’elle compila fut publié à Kirtland, ce qui allait permettre aux saints de recevoir la bénédiction promise par le Seigneur: «Car mon âme se réjouit du chant du cœur, oui, le chant des justes est une prière pour moi, et il sera exaucé par une bénédiction sur leur tête» (D&A 25:12).

Ecole des prophètes

En décembre 1832 et en janvier 1833, le prophète Joseph reçut la révélation qui devint la section 88 des Doctrines et Alliances. Entre autres choses, cette révélation commandait la création d’une «école des prophètes» (Doctrine et Alliances 88:127) pour instruire les frères de la doctrine et des principes de l’Evangile, des affaires de l’Eglise et d’autres sujets.

Au cours de l’hiver 1833, l’école des prophètes se tint fréquemment, et Joseph et Emma Smith commencèrent tous deux à se préoccuper de l’habitude qu’avaient les frères de faire usage de tabac, surtout du nuage de fumée de tabac au cours des réunions et du manque de propreté dû au fait que les frères chiquaient. Joseph Smith consulta le Seigneur à ce sujet et reçut la révélation qui porte le nom de Parole de Sagesse. La révélation donnait les commandements du Seigneur pour le soin du corps et de l’esprit et promettait que ceux qui y obéiraient recevraient les bénédictions spirituelles que sont «la sagesse et de grands trésors de connaissance, oui, des trésors cachés» (D&A 89:19). La Parole de Sagesse contient aussi des informations sur la santé qui n’étaient pas connues du monde médical ou scientifique de l’époque mais se sont avérées depuis lors être d’un grand avantage, comme la recommandation de ne consommer ni tabac, ni alcool.

Loi de consécration

En 1831, le Seigneur commença à révéler des aspects de la loi de consécration, système spirituel et temporel qui serait une bénédiction pour les saints des derniers jours appauvris s’ils le respectaient en justice. En vertu de cette loi, les membres de l’Eglise étaient invités à consacrer ou à faire don de tous leurs biens à l’évêque de l’Eglise. Celui-ci remettait aux membres un patrimoine ou une intendance. Les familles administraient leur intendance du mieux qu’elles le pouvaient. Si, à la fin de l’année, elles avaient un excédent, celui-ci était remis à l’évêque, qui s’en servait pour pourvoir aux besoins des nécessiteux. Le Seigneur appela Edward Partridge à être le premier évêque de l’Eglise.

La loi de consécration consiste en des principes et des pratiques qui fortifient spirituellement les membres et produisent une certaine égalité économique, éliminant la cupidité et la pauvreté. Certains saints la vécurent bien, pour leur propre bénédiction et celle des autres, mais d’autres membres ne réussirent pas à dépasser le niveau des désirs égoïstes, ce qui provoqua finalement le retrait de la loi de l’Eglise. En 1838, le Seigneur révéla la loi de la dîme (voir D&A 119), qui subsiste aujourd’hui comme loi financière de l’Eglise.

Renforcement de la prêtrise

Révélation des offices de la prêtrise

La population de l’Eglise augmentant, le prophète continua à recevoir des révélations sur les offices de la prêtrise. Sur directive du Seigneur, il organisa la Première Présidence, constituée de lui-même, président, et de Sidney Rigdon et Frederick G. Williams, conseillers. Il organisa aussi le Collège des douze apôtres et le premier collège des soixante-dix. Il appela et ordonna des évêques et leurs conseillers, des grands prêtres, des patriarches, des grands conseils, des soixante-dix et des anciens. Il organisa les premiers pieux de l’Eglise.

Dépourvus d’expérience, les membres nouvellement baptisés étaient souvent écrasés par les appels à servir. Par exemple, Newel K. Whitney fut appelé, en décembre 1831, comme deuxième évêque de l’Eglise à Kirtland, lorsque Edward Partridge devint l’évêque des saints du Missouri. Newel avait le sentiment de ne pas pouvoir s’acquitter des exigences de l’appel, en dépit du fait que le prophète lui avait dit que le Seigneur l’avait appelé par révélation. Le prophète lui dit donc: «Allez donc interroger le Père vous-même.» Newel alla s’agenouiller et supplia humblement le Seigneur, et il entendit une voix venue du ciel lui dire: «Ta force est en moi5.» Il accepta l’appel et fut évêque pendant dix-huit ans.

Formation des dirigeants au camp de Sion

L’Eglise avait grand besoin de dirigeants de prêtrise qui eussent été mis à l’épreuve, eussent reçu de l’expérience et se fussent montrés fidèles, qui resteraient, en toutes circonstances, fidèles au Seigneur et à son prophète. L’occasion de prouver son obéissance dans des circonstances difficiles et de recevoir une formation personnelle de Joseph Smith fut fournie par la marche du camp de Sion.

Le camp de Sion fut organisé pour aider les saints du Missouri qui étaient violemment persécutés à cause de leurs croyances religieuses. Beaucoup avaient été chassés de chez eux (voir de plus amples informations aux pages 39–45). Le 24 février 1834, le Seigneur révéla à Joseph Smith qu’il devait organiser un groupe d’hommes pour aller de Kirtland au Missouri, rétablir les saints dans leurs terres (voir D&A 103). Le Seigneur promit que sa présence les accompagnerait et que «toute victoire et gloire» se réaliseraient grâce à leur diligence, à leur fidélité et à «la prière de la foi» (D&A 103:36). La plupart des premiers membres du Collège des douze apôtres et du collège des soixante-dix furent préparés par cette expérience à leurs responsabilités futures.

Le camp de Sion fut officiellement organisé le 6 mai 1834 à New Portage (Ohio). Il finit par regrouper 207 hommes, 11 femmes et 11 enfants, que le prophète répartit en compagnies de dix et de cinquante, en donnant à chaque groupe la responsabilité d’élire un capitaine. Joseph Holbrook, une des recrues, écrit que le camp fut organisé «selon l’ordre ancien d’Israël6». Pendant 45 jours, ils marchèrent ensemble vers le comté de Clay (Missouri), soit plus de 1600 kilomètres. Ils voyagèrent le plus rapidement possible, dans des conditions très dures. Il était extrêmement difficile de se procurer suffisamment de nourriture. Les hommes se trouvaient souvent dans la nécessité de se contenter de rations réduites de pain grossier, de beurre rance, de bouillie de maïs, de miel fort, de porc cru, de jambon faisandé et de bacon et de fromage infestés de vers. George A. Smith, qui allait devenir plus tard apôtre, écrivit qu’il avait souvent faim: «J’étais si fatigué et affamé, et j’avais une telle envie de dormir que je rêvais pendant que je marchais sur la route que je voyais un beau cours d’eau passant devant un bel arbre ombrageux et un beau pain et une bouteille de lait posés sur une nappe à côté de la source7

Le camp insistait beaucoup sur la spiritualité et l’obéissance aux commandements. Le dimanche, on tenait des réunions et on prenait la Sainte-Cène. Le prophète enseignait souvent la doctrine du royaume. Il dit: «Dieu était avec nous, et ses anges allaient devant nous, et la foi de notre petit groupe était inébranlable. Nous savons que des anges étaient nos compagnons, car nous les vîmes8

Mais les difficultés du camp commencèrent à marquer les participants. Ce processus d’épuration révéla les ronchonneurs, qui n’avaient pas l’esprit d’obéissance et imputaient souvent à Joseph la responsabilité de leurs ennuis. Le 17 mai, le prophète exhorta ceux qui étaient animés d’un esprit rebelle «à s’humilier devant le Seigneur et à devenir unis afin de ne pas être frappés9».

Le 18 juin, le camp avait atteint le comté de Clay. Mais Daniel Dunklin, gouverneur du Missouri, ne respecta pas sa promesse d’aider l’armée des saints à remettre sur leurs terres les membres de l’Eglise qui avaient été chassés de chez eux. Pour certains membres du camp, l’échec de cet objectif militaire fut l’épreuve finale de leur foi. Déçus et en colère, certains se rebellèrent ouvertement. A la suite de cela, le prophète les avertit que le Seigneur enverrait sur eux un fléau dévastateur. Bientôt une épidémie catastrophique de choléra se répandit dans le camp. Avant qu’elle ne prît fin, le tiers des membres du camp étaient atteints, Joseph Smith y compris, et par la suite, 14 membres du camp moururent. Le 2 juillet, Joseph avertit de nouveau le camp qu’il devait s’humilier devant le Seigneur et faire alliance de garder ses commandements et dit que s’il le faisait, le fléau serait jugulé à partir de ce moment-là. L’alliance fut contractée à main levée, et le fléau prit fin.

Au début de juillet, les membres du camp reçurent du prophète leur relève honorable. Le voyage avait révélé qui était du côté du Seigneur et qui était digne de remplir des postes de direction. Le prophète expliqua plus tard le résultat de la marche: «Dieu ne voulait pas que vous combattiez. Il ne pouvait pas organiser son royaume avec douze hommes pour ouvrir la porte de l’Evangile aux nations de la terre et avec soixante-dix hommes sous leur direction pour suivre leurs traces, s’il ne les prenait dans un groupe d’hommes qui avaient offert leur vie et avaient fait un sacrifice aussi grand qu’Abraham10

Wilford Woodruff, membre du camp qui devint plus tard quatrième président de l’Eglise, dit: «Nous avons acquis une expérience que nous n’aurions jamais pu obtenir autrement. Nous avons eu la bénédiction de contempler le visage du prophète, et nous avons eu la bénédiction de faire seize cents kilomètres avec lui et de voir l’Esprit de Dieu agir sur lui, et les révélations que Jésus-Christ lui donnait et l’accomplissement de ces révélations11

En février 1835, cinq mois après la relève du camp, le Collège des douze apôtres et le premier collège des soixante-dix furent organisés. Soixante-dix-neuf sur les quatre-vingt-deux postes remplis dans les deux collèges le furent par des hommes qui avaient fait leurs preuves dans la marche du camp de Sion.

A Kirtland, Joseph Smith continua à former les futurs dirigeants. Quatre futurs présidents de l’Eglise: Brigham Young, John Taylor, Wilford Woodruff et Lorenzo Snow furent baptisés pendant les années à Kirtland et dirigèrent plus tard et successivement l’Eglise jusqu’en 1901. En outre, les trois présidents suivants: Joseph F. Smith, Heber J. Grant et George Albert Smith, dont les ministères durèrent jusqu’en 1951, étaient des descendants directs des solides pionniers de Kirtland.

L’œuvre missionnaire va de l’avant

Tandis que les saints vivaient à Kirtland, beaucoup de missionnaires furent appelés à prêcher l’Evangile loin de chez eux, la plupart d’entre eux au prix de grands sacrifices personnels. Les missionnaires furent envoyés dans un certain nombre d’Etats américains, dans certains endroits du Canada et en Angleterre. Grâce à ces efforts missionnaires, beaucoup de personnes reçurent le témoignage de la véracité de l’Evangile. Elles devinrent des membres vaillants qui apportèrent une grande force à la jeune Eglise.

Un certain nombre de révélations écrites à Kirtland contiennent des commandements donnés à des membres de prêcher l’Evangile au monde. Le Seigneur y déclare: «Et vous irez, dans le pouvoir de mon Esprit, prêchant mon Evangile, deux par deux, en mon nom, élevant la voix comme avec le son d’une trompette, proclamant ma parole, comme des anges de Dieu» (D&A 42:6). Pendant l’année qui suivit, le Seigneur commanda: «Il convient que quiconque a été averti mette son prochain en garde» (D&A 88:81).

Mission des premiers convertis d’Ohio

Zera Pulsipher, converti d’Ohio, fut l’un de ceux qui diffusèrent avec enthousiasme le message du rétablissement. Il devint membre de l’Eglise en janvier 1832 et écrivit que peu de temps après il fut «ordonné à l’office d’ancien et [alla] prêcher avec un succès considérable au pays et à l’étranger12». Avec Elijah Cheney, autre missionnaire, il se rendit à la petite localité de Richland (New York) où ils se mirent à prêcher dans l’école locale. L’un des premiers convertis baptisé par frère Pulsipher à Richland fut un jeune fermier appelé Wilford Woodruff, qui allait devenir un jour l’un des meilleurs missionnaires de l’histoire de l’Eglise et son quatrième président. En un mois, les deux missionnaires avaient baptisé un bon nombre de personnes et organisé une branche de l’Eglise à Richland.

Des missionnaires venus de tous les horizons se présentèrent pour répondre à l’appel de mettre leur prochain en garde. Beaucoup étaient mariés et avaient des responsabilités familiales. Ils partirent au milieu des moissons et au cœur de l’hiver, pendant les périodes de prospérité et à des moments de dépression économique. Un certain nombre d’anciens étaient presque démunis de tout lorsqu’ils entrèrent dans le champ de la mission. Le prophète lui-même parcourut près de vingt-cinq mille kilomètres, faisant quatorze missions à court terme de 1831 à 1838 dans différents Etats et au Canada.

missionaries

Ces quatre missionnaires, appelés à porter l’Evangile aux Indiensd’Amériquedansdesconditions très éprouvantes, sont des exemples des sacrificesconsentis par les missionnaires fidèles au début de l’histoire de l’Eglise.

Lorsqu’il reçut son appel à partir dans l’est des Etats-Unis, George A. Smith, cousin du prophète, était si pauvre qu’il ne possédait ni n’avait le moyen d’acheter les vêtements et les livres dont il avait besoin. Par conséquent, le prophète Joseph et son frère Hyrum lui donnèrent du tissu gris, et Eliza Brown lui fit un manteau, un veston et un pantalon. Brigham Young lui donna une paire de chaussures, son père lui donna une Bible de poche, et le prophète lui fournit un exemplaire du Livre de Mormon.

Erastus Snow et John E. Page étaient également pauvres quand ils partirent, au printemps 1836, pour le champ de la mission. Frère Snow décrit comme suit sa situation à l’époque de son départ en mission dans l’ouest de la Pennsylvanie: «Je quittai Kirtland à pied et seul avec une petite valise contenant quelques ouvrages de l’Eglise et une paire de chaussettes; j’avais cinq cents en poche, et c’était là tout ce que j’avais en ce bas monde.» Frère Page dit au prophète qu’il ne pouvait accepter l’appel à prêcher parce qu’il n’avait pas de vêtements. Il n’avait même pas de veston à se mettre. La réaction du prophète fut d’enlever le sien et de le lui donner. Il lui dit d’aller en mission et lui dit que le Seigneur le bénirait abondamment13. Au cours de sa mission, frère Page eut la bénédiction de faire connaître l’Evangile à des centaines de personnes, qui devinrent membres de l’Eglise.

Mission du Collège des douze apôtres

En 1835, les membres du Collège des douze apôtres furent appelés en mission dans l’est des Etats-Unis et au Canada. Ce fut la seule fois dans l’histoire de l’Eglise que les douze membres du Collège partirent en mission en même temps. Quand ils revinrent, Heber C. Kimball témoigna qu’ils avaient ressenti la puissance de Dieu et qu’ils avaient pu guérir les malades et chasser les démons.

Mission en Angleterre

Vers la fin de la période de Kirtland, il se produisit une crise au sein de l’Eglise. Certains membres, parmi lesquels des dirigeants, apostasièrent parce qu’ils ne pouvaient pas supporter les épreuves et les persécutions et parce qu’ils avaient commencé à critiquer le prophète Joseph et d’autres dirigeants de l’Eglise. Le Seigneur révéla à Joseph Smith qu’il fallait faire quelque chose de nouveau pour le salut de l’Eglise. Ce quelque chose était un apport de convertis venus d’Angleterre. Le dimanche 4 juin 1837, le prophète aborda Heber C. Kimball au temple de Kirtland et lui dit: «Frère Heber, l’Esprit du Seigneur m’a chuchoté: ‹Que mon serviteur Heber aille en Angleterre proclamer mon Evangile et ouvre la porte du salut à ce pays14.›»

Pendant que Heber C. Kimball était mis à part pour sa mission, Orson Hyde entra dans la pièce. Quand il apprit ce qui se passait, il fut poussé à se repentir, car il avait été l’un de ceux qui avaient critiqué le prophète. Il se proposa comme missionnaire et fut également mis à part pour aller en Angleterre.

Heber C. Kimball était tellement désireux de prêcher l’Evangile en terre étrangère que lorsque le bateau approcha du quai à Liverpool, il sauta à terre avant que le bateau ne fût amarré, proclamant qu’il était le premier à atteindre un pays d’outremer avec le message du rétablissement. Le 23 juillet, les missionnaires prêchaient à des salles combles, et les premiers baptêmes eurent lieu le 30 juillet. Les candidats au baptême coururent jusqu’à la rivière Ribble, à Preston. George D. Watt, arrivé le premier, eut l’honneur d’être le premier à être baptisé en Grande-Bretagne.

En huit mois, des centaines de convertis étaient devenus membres de l’Eglise et de nombreuses branches avaient été organisées. En réfléchissant à cette grande moisson d’âmes, Heber dit: «Le prophète et ses conseillers posèrent les mains sur moi et… dirent que Dieu me rendrait puissant à lui gagner des âmes dans ce pays; des anges m’accompagneraient et me soutiendraient afin que mon pied ne glisse pas, que je serais grandement béni et serais une source de salut pour des milliers de personnes.15»

Grâce au fait que beaucoup d’entre les premiers missionnaires acceptèrent docilement un appel en mission en dépit des sacrifices que cela leur coûtait, des milliers de convertis britanniques reçurent les bénédictions de l’Evangile rétabli. Ils se rassemblèrent en Sion et fortifièrent considérablement l’Eglise pour les périodes cruciales qui les attendaient.

Le temple de Kirtland

Sacrifices des saints

Le 27 décembre 1832, les saints apprirent pour la première fois que le Seigneur leur commandait de construire un temple (voir D&A 88:119). La construction du temple devint la priorité absolue de l’Eglise de Kirtland entre 1833 et 1836. Ce fut là une source de grandes difficultés pour les saints qui n’avaient ni les ouvriers nécessaires ni l’argent. Sœur Eliza R. Snow écrivit: «A l’époque… les saints étaient peu nombreux, et la plupart d’entre eux étaient très pauvres; et sans l’assurance que Dieu avait parlé et avait commandé que l’on construise une maison à son nom, dont il avait révélé non seulement la forme mais précisé aussi les dimensions, toute tentative de construire ce temple dans la situation du moment aurait été considérée par tous les intéressés comme ridicule16

Ayant la foi que Dieu apporterait l’aide nécessaire et leur en donnerait les moyens, Joseph Smith et les saints commencèrent à faire les sacrifices nécessaires. L’un de ceux que le Seigneur prépara à fournir le moyen de construire le temple fut John Taylor. John, converti récent, originaire de Bolton (New York), reçut, en décembre 1834, le sentiment dans un songe ou une vision nocturne, qu’on avait besoin de lui et qu’il devait se rendre immédiatement auprès de l’Eglise dans l’Ouest…

«A son arrivée à Kirtland, il apprit qu’au moment où il avait éprouvé le sentiment qu’il devait rejoindre immédiatement l’Eglise, le prophète Joseph et quelques-uns des frères avaient tenu une réunion de prière et demandé au Seigneur de leur envoyer un ou plusieurs frères ayant les moyens de les aider à lever l’hypothèque sur la ferme sur laquelle la construction du temple avait lieu.

«Le lendemain de son arrivée à Kirtland… on lui apprit que la ferme hypothéquée était sur le point d’être saisie. Là-dessus, il prêta au prophète deux mille dollars en échange d’une reconnaissance de dette à intérêts, montant grâce auquel la ferme fut payée17

Les efforts remarquables consentis par les saints de Kirtland sont des exemples de sacrifice et de consécration de temps, de talents et de moyens. Ils travaillèrent trois ans au bâtiment. Les hommes apportèrent leurs compétences et leurs efforts dans la construction, et les femmes filèrent et tricotèrent pour vêtir les travailleurs. Plus tard, elles firent les tentures qui divisaient les salles. Les travaux furent rendus plus difficiles par les menaces proférées par les émeutiers de détruire le temple, et ceux qui travaillaient le jour, gardaient le temple la nuit. Mais grâce aux immenses sacrifices des saints en temps et en ressources, le temple fut finalement achevé au printemps 1836.

Consécration du temple

Le temple achevé, le Seigneur déversa de grandes bénédictions spirituelles sur les saints de Kirtland, entre autres des visions et le ministère d’anges. Joseph Smith dit de cette période: «Ce fut une année de jubilé pour nous et une période de réjouissances.18» Daniel Tyler témoigna: «Tous avaient le sentiment d’avoir eu un avant-goût du ciel… Nous nous demandâmes si le millénium n’avait pas commencé19

Le point culminant de ce déversement de l’Esprit fut la consécration du temple. Une foule estimée à mille personnes se rassembla au temple le 27 mars 1836, dans une ambiance de réjouissances. Des cantiques de consécration furent chantés, entre autres «L’Esprit du Dieu saint», écrit pour l’occasion par William W. Phelps. La Sainte-Cène fut bénie et distribuée, et des sermons furent prononcés par Sidney Rigdon, Joseph Smith et d’autres.

Joseph Smith lut la prière de consécration, qui est maintenant la section 109 des Doctrine et Alliances et qui lui fut donnée par révélation. Il y supplia le Seigneur de bénir le peuple comme il l’avait fait le jour de la Pentecôte, disant: «Et que ta maison soit remplie de ta gloire comme d’un vent puissant et impétueux» (D&A 109:37). Beaucoup écrivirent que cette prière fut exaucée ce soir-là quand le prophète se réunit au temple avec les membres des collèges de la prêtrise.

Eliza R. Snow écrivit: «On peut raconter les cérémonies de cette consécration, mais aucune langue mortelle ne peut décrire les manifestations célestes de ce jour mémorable. Des anges apparurent à certains, tandis que toutes les personnes présentes étaient conscientes de la présence divine et que chacun était rempli d’une ‹joie inexprimable et pleine de gloire20›». Après la prière de consécration, l’assemblée tout entière se leva et, les mains levées, cria des hosannas.

Une semaine plus tard, le 3 avril 1836, se produisaient quelques-uns des événements les plus importants de l’histoire moderne. Ce jour-là, le Seigneur lui-même apparut dans le temple à Joseph Smith et à Oliver Cowdery et leur dit: «Voici, j’ai accepté cette maison, et mon nom sera ici; et je me manifesterai avec miséricorde à mon peuple dans cette maison» (D&A 110:7). D’autres visions grandes et glorieuses se produisirent avec l’apparition de Moïse, d’Elias et d’Elie pour rétablir d’autres clefs de la prêtrise. Moïse conféra les clefs du rassemblement d’Israël. Elias remit à Joseph et à Oliver la dispensation de l’Evangile d’Abraham, et Elie rétablit les clefs du scellement (voir D&A 110:11–16). Toutes ces clefs supplémentaires étaient nécessaires pour la progression du royaume du Seigneur dans la dernière dispensation du temps.

Les bénédictions complètes de la prêtrise que l’on donne dans le temple ne furent pas révélées ni données pendant la période de Kirtland. Ces bénédictions furent révélées plusieurs années plus tard à l’Eglise par l’intermédiaire du prophète Joseph, pendant la construction du temple de Nauvoo.

Exode de Kirtland

La construction du temple apporta beaucoup de bénédictions, mais en 1837 et en 1838, les saints fidèles affrontèrent aussi les problèmes causés par l’apostasie et la persécution qui hâtèrent la fin de l’ère de l’Eglise à Kirtland.

Les Etats-Unis connaissaient une dépression financière, et l’Eglise en ressentit les effets. Certains membres se laissèrent aller à des spéculations financières et s’endettèrent, et ne survécurent pas spirituellement à une période sombre d’effondrement économique, entre autres l’effondrement de la Kirtland Safety Society. Cette institution bancaire avait été créée par des membres de l’Eglise à Kirtland, et certains membres imputèrent injustement à Joseph Smith la responsabilité des problèmes qui en découlèrent.

Les habitants de la localité et des membres aigris qui avaient été excommuniés ou avaient apostasié de l’Eglise organisèrent des persécutions systématiques et des émeutes violentes.

Comme les actes de violence contre les saints augmentaient, ils cessèrent d’être en sécurité à Kirtland. Le prophète, dont la vie courait de graves dangers, s’enfuit en janvier 1838 de Kirtland pour Far West (Missouri). Au cours de l’année 1838, la plupart des saints fidèles furent également forcés de partir. Ils laissaient derrière eux, dans le temple construit à Dieu, un monument de foi, de dévouement et de sacrifice. Dans l’exemple de leur vie, ils laissaient aussi un patrimoine permanent d’obéissance fidèle aux dirigeants, aux oints du Seigneur et de sacrifices personnels pour l’œuvre du Seigneur.

Montrer les références

    Sources

  1.   1.

    Orson F. Whitney, «Newel K. Whitney», Contributor, janv. 1885, 125.

  2.   2.

    Elizabeth Ann Whitney, cité dans Edward W. Tullidge, Women of Mormondom [1877], 42.

  3.   3.

    Orson F. Whitney, dans Conference Report, avr. 1912, 50.

  4.   4.

    Brigham Young, dans Journal of Discourses, 11:295.

  5.   5.

    Orson F. Whitney, «Newel K. Whitney», 126.

  6.   6.

    Joseph Holbrook, cité dans James L. Bradley, Zion’s Camp 1834: Prelude to the Civil War (1990), 33.

  7.   7.

    George Albert Smith, «History of George Albert Smith, 1834–1871», 17; dans Archives de l’Eglise.

  8.   8.

    History of the Church, 2:73.

  9.   9.

    History of the Church, 2:68.

  10.   10.

    Joseph Young Sr, History of the Organization of the Seventies (1878), 14.

  11.   11.

    Wilford Woodruff, Deseret News, 22 déc. 1869, 543.

  12.   12.

    «Zera Pulsipher Record Book, 1858–1878», 5; dans Archives de l’Eglise.

  13.   13.

    «History of John E. Page», Deseret News, 16 juin 1858, 69.

  14.   14.

    Orson F. Whitney, Life of Heber C. Kimball, 3e éd. (1945), 104.

  15.   15.

    Orson F. Whitney, Life of Heber C. Kimball, 105.

  16.   16.

    Eliza R. Snow: An Immortal (1957), 54.

  17.   17.

    «Sketch of an Elder’s Life», Scraps of Biography (1883), 12.

  18.   18.

    History of the Church, 2:430.

  19.   19.

    Daniel Tyler, «Incidents of Experience», Scraps of Biography, 32.

  20.   20.

    Eliza R. Snow, cité dans Tullidge, Women of Mormondom, 95.