Le Saint-Esprit peut nous aider

Primaire 3 Choisis le bien B, 1995


But

Faire comprendre aux enfants que le Saint-Esprit peut nous aider à faire ce qui est juste. Il nous met aussi en garde contre le danger.

Préparation

  1. 1.

    Etudiez dans un esprit de prière 1 Néphi 4:1-6, 2 Néphi 32:5, D&A 8:2.

  2. 2.

    Préparez, sur des bouts de papier, neuf questions pour le jeu proposé par la leçon. Mettez-les dans un sac.

  3. 3.

    Soyez prêt à chanter ou à dire les paroles de «Choisis le bien» (Chants pour les enfant) et «Le Saint-Esprit» (Chants pour les enfants); les paroles de ces chants se trouvent à la fin de ce manuel.

  4. 4.

    Matériel nécessaire :

    1. a.

      Livre de Mormon et Doctrine et Alliances.

    2. b.

      Un mouchoir ou un morceau de tissu qui servira de bandeau.

    3. c.

      Craie, tableau et effaceur.

    4. d.

      Image 3-52, Un père arrête un cheval et sauve son fils, et image 3-53, La prière de Karolina.

  5. 5.

    Préparez tout ce qu’il faut pour les idées supplémentaires que vous voudrez utiliser.

Idées pour la leçon

Demandez à un enfant de faire la prière d’ouverture.

Si vous aviez donné une tâche pour la semaine aux enfants, voyez ce qu’ils ont fait.

Le Saint-Esprit nous chuchote

Pour susciter l’attention

Demandez à un enfant de vous aider à exécuter l’activité suivante :

Demandez à un enfant de se tenir près de la porte. Mettez-lui un bandeau et dites-lui de trouver sa chaise et de s’asseoir. Ne l’aidez pas du tout. (Veillez cependant à ce qu’il ne se fasse pas de mal et ne fasse pas de mal à d’autres).

Répétez la manoeuvre, mais, cette fois, demandez à un autre enfant d’aider celui qui a les yeux bandés en lui donnant des indications.

Enlevez le bandeau et faites asseoir l’enfant.

• Pourquoi (nom de l’enfant) a-t-il eu plus de facilité la deuxième fois pour

trouver la chaise?

Discussion à l’aide du tableau

Ecrivez au tableau, en caractères d’imprimerie, le mot aide. Lisez-le et expliquez que quand quelqu’un reçoit de l’aide, c’est souvent sous la forme d’indications, ou bien on lui dit ce qu’il doit faire ou dire.

Expliquez que notre Père céleste et Jésus-Christ savaient que nous aurions besoin d’une aide spéciale de leur part. Ils ont promis d’envoyer quelqu’un pour nous la chuchoter.

Ecriture, image et histoire

Lisez Doctrine et Alliances 8:2. Ensuite montrez l’image 3:53, la prière de Karolina, et racontez en vos propres termes l’histoire suivante :

Karolina était une petite fille qui vivait en Suède. Son petit frère Erik et elle étaient toujours ensemble. Elle s’occupait de son petit frère parce qu’elle l’aimait. Il avait quatre ans. Beaucoup de bateaux arrivaient au port de mer où ils habitaient parce que leur maison n’était pas loin de l’océan. Parfois ils transportaient des chargements de nourriture ou de machines. Le père de Karolina et d’Erik travaillait sur les bateaux.

Un jour que les enfants regardaient du haut d’une colline un gros bateau s’avancer lentement sur l’eau, Karolina dit : «Descendons regarder les hommes décharger le bateau. Comme il est grand! Allons voir ce qu’il y a dedans. Papa ne verra pas d’inconvénient à ce que nous regardions les hommes travailler si nous restons hors de leur chemin. Nous pourrions nous asseoir sur une caisse et alors nous verrions tout.»

Erik, tout joyeux, donne la main à Karolina, et ils descendent la colline en courant. Mais quand ils arrivent en bas, ils se disent que ce serait bien plus amusant s’ils longeaient la voie ferrée. Ce serait beaucoup plus rapide pour arriver jusqu’à l’eau.

Pendant qu’ils longeaient la voie, Karolina voit de jolies fleurs des champs. Elle lâche la main d’Erik pour pouvoir en cueillir.

Erik continue en sautillant, en veillant à mettre les pieds entre les traverses. Il adore jouer à ce jeu. Tout à coup, Karolina entend un cri de douleur. Au moment où elle se retourne pour voir ce qui se passe, Erik lui crie : «Karolina! Karolina! J’ai le pied pris. Je n’arrive pas à l’enlever!»

Karolina laisse tomber ses fleurs et court à son aide. Erik pleure maintenant de douleur et de peur. Elle le tire, le tire par le bras, pour essayer de dégager son pied du trou. Mais elle n’arrive pas à le bouger. Elle passe les bras autour de sa taille et essaie de le soulever. Il crie de douleur parce qu’il s’est blessé le pied. Plus Karolina tire, plus il pleure. Finalement, elle dit : «Je n’arrive pas à détacher ton pied ; il faut que j’aille chercher quelqu’un. Je reviens tout de suite.»

Elle se met à courir le long de la voie, mais au moment où elle arrive à une courbe, elle voit un train dans le lointain. Elle se rend compte qu’elle n’a pas le temps d’aller chercher de l’aide parce que dans quelques minutes le train sera là et le machiniste risque de ne pas voir son frère à temps pour freiner.

• Qu’est-ce que Karolina pourrait faire?

Elle fait demi-tour et retourne en courant près de son frère. Elle a très peur et pendant qu’elle tire de nouveau sur le pied d’Erik, elle fait une petite prière : «Père céleste, aide-moi. Je ne sais pas ce que je dois faire. S’il te plaît, aide-moi!»

Tout à coup il lui semble qu’elle entend une voix très calme lui dire : «Délace le soulier. Les mains tremblantes, elle s’exécute. Bien que le soulier reste coincé sous la traverse, lorsque Karolina tire fort, le pied d’Erik en sort directement. Il tombe contre elle et tous les deux tombent à la renverse par terre. Ils sautent à bas des voies et le train arrive à toute vitesse dans la courbe et passe à côté d’eux.

Une fois le train passé, Erik se met à pleurer : «Regarde mon soulier!». Celui-ci est fort éraflé, mais Karolina arrive à le dégager. Elle prend Erik dans ses bras et dit : «Ne t’en fais pas pour ton soulier. Remercie notre Père céleste d’avoir répondu à ma prière. Je n’aurais jamais su ce qu’il fallait faire s’il ne m’avait pas aidée.»

Elle serre son petit frère contre elle, heureuse d’avoir pu lui sauver la vie. Ensuite, la main dans la main, ils continuent leur chemin pour dire à leur père comment notre Père céleste, par le pouvoir du Saint-Esprit, a répondu à la prière de Karolina.

Discussion

• Qui a aidé Karolina?

• Comment le Saint-Esprit a-t-il aidé Karolina à sauver son frère?

Faites observer que le Saint-Esprit aide les gens de toutes sortes de manières. La plupart du temps il parle à notre esprit. Quand il le fait, il nous vient un sentiment ou une pensée qui peut nous aider à savoir ce que nous devons faire. Mais parfois il arrive que nous entendions une voix qui nous parle et qui nous aide.

Chant

Chantez ou dites avec les enfants les paroles de «Le Saint-Esprit».

Le Saint-Esprit nous aide à faire ce qui est bien

Demandez aux enfants d’écouter les histoires suivantes concernant Anita et Georges pour voir comment le Saint-Esprit les a aidés à faire ce qui est bien.

Histoire et discussion

Un matin d’été, une des amies d’Anita l’invite à aller nager avec elle. Avant de partir, elle essaie son maillot de l’an dernier. Elle est étonnée de voir à quel point elle a grandi. Il en résulte que le maillot ne la couvre pas comme il faudrait et est maintenant indécent.

Elle sait que son amie l’attend et elle veut aller bien vite jouer chez elle. Mais une pensée qui lui vient à l’esprit l’aide à décider de ce qu’elle doit faire. Elle se rappelle que notre Père céleste et Jésus-Christ veulent qu’elle soit pudique. Si elle va chez son amie en portant ce maillot, elle se sentira mal à l’aise en présence de la famille de son amie. Elle sait qu’elle doit s’habiller autrement.

Elle va vite trouver sa soeur aînée et lui demande si elle a un maillot qui lui conviendrait et qu’elle pourrait lui emprunter. Elles regardent ensemble et découvrent un vieux maillot qui lui va bien. Elle remercie sa soeur, se change immédiatement et court chez son amie, heureuse d’avoir fait le bon choix.

• Comment le Saint-Esprit a-t-il aidé Anita à faire ce qui est bien?

Histoire et discussion

Georges et ses amis adorent le football. Ils le jouent à l’école, le regardent à la télévision et achètent même des magazines qui parlent de leur équipe préférée. Ils aiment regarder les matches et parler des meilleurs moments.

Le match de championnat est proche. Georges sait que ça va être un match passionnant et il veut le voir. Mais le match va être télévisé le dimanche à l’heure où il a ses réunions à l’église.

Ses amis décident de rester chez eux et de regarder le match avec leurs pères. Ils ont invité Georges à aller voir le match avec eux, mais il estime qu’il ne doit pas manquer ses réunions à l’église.

Il commence alors à se demander s’il ne pourrait pas rester chez lui regarder le match. «Après tout, se dit-il, je peux aller à l’église chaque semaine, mais le championnat ne se passe qu’une fois par an. Ce n’est sûrement pas grave si je manque l’église rien qu’une fois.»

Il s’est presque convaincu de manquer l’église lorsqu’une pensée lui vient à l’esprit. «Qu’est-ce que mon Père céleste et Jésus-Christ voudraient que je fasse?»

Quand il répond à cette question, il sait quel va être son choix. Il va aller à l’église.

• A votre avis, qui était en train d’aider George?

• Comment le Saint-Esprit l’a-t-il aidé?

Expliquez que le Saint-Esprit a poussé Anita à être pudique et Georges à aller à l’église. Les deux enfants ont suivi les chuchotements de l’Esprit et ont vécu les commandements. Faites observer que le Saint-Esprit nous chuchote et nous devons le suivre en choisissant ce qui est bien.

Bague CLB

Rappelez aux enfants que le fait de porter la bague CLB peut les aider à se souvenir qu’ils doivent choisir le bien.

Chant

Chantez ou dites les paroles de «Choisis le bien».

Nous recevons des bénédictions lorsque nous obéissons aux chuchotements du Saint-Esprit

Image et histoire

Expliquez que nous sommes très bénis lorsque nous écoutons le Saint-Esprit et obéissons à ses chuchotements.

Montrez l’image 3-52, Un père arrête un cheval et sauve son fils. Dites comment notre Père céleste a béni Bruce R. McConkie et son père parce que celui-ci a obéi aux chuchotements du Saint-Esprit :

«Un de mes plus anciens souvenirs d’enfance, c’est l’époque où j’allais à cheval dans un verger planté de pommiers. Le cheval était bien dressé et j’étais à l’aise en selle.

«Mais un jour quelque chose effraya mon cheval et il prit le mors aux dents dans le verger. Je fus balayé de la selle par les branches basses, et une de mes jambes passa dans l’étrier.»

Montrez l’étrier sur l’image.

«Je m’agrippai avec l’énergie du désespoir à la lanière de cuir presque coupée que les cow-boys utilisent pour attacher [une corde] à la selle.»

La lanière aurait dû céder sous mon poids, mais elle résista provisoirement. Encore un ou deux bonds du cheval affolé, la lanière se serait détachée ou m’aurait été arrachée des mains et, traîné, le pied pris dans l’étrier, j’aurais été blessé ou tué.

«Tout à coup le cheval s’arrêta et je me rendis compte que quelqu’un tenait ferme la bride et essayait de calmer l’animal frémissant. Mon père me dégagea presque immédiatement en me prenant dans ses bras.

«Qu’était-il arrivé? Qu’est-ce qui avait amené mon père à mon secours à l’instant même où j’allais glisser sous les sabots de mon cheval emballé?

«Mon père était en train de lire le journal à la maison lorsque l’Esprit [le Saint-Esprit] lui chuchota : ‹Cours au verger!›

«Sans hésiter un instant, sans attendre le pourquoi ou le comment, mon père courut. Se trouvant dans le verger sans savoir pourquoi il y était, il vit le cheval lancé au galop et pensa : Je dois arrêter ce cheval.

«C’est ce qu’il fit et c’est alors qu’il me découvrit. Et c’est ainsi que j’ai échappé à une blessure grave ou peut-être même à la mort.» (Bruce R. McConkie, «Hearken to the Spirit», Friend, septembre 1972, p. 10).

Discussion

• Comment le Saint-Esprit a-t-il sauvé le jeune Bruce McConkie d’une blessure grave?

• Qu’est-ce qui aurait pu se passer si le père de Bruce n’avait pas obéi aussi vite aux chuchotements de l’Esprit? (Expliquez que Bruce R. McConkie fut appelé plus tard soixante-dix et ensuite apôtre ; il n’aurait peut-être pas été le dirigeant important qu’il fut).

• En quoi une expérience comme celle-ci pourrai-elle fortifier le témoignage de quelqu’un? Pourquoi?

Dites aux enfants qu’il se peut que nous ne voyions pas immédiatement les bénédictions que l’on a quand on écoute les chuchotements du Saint-Esprit. Nous pouvons être toutefois certains que nous serons bénis si nous obéissons aux chuchotements que nous entendons.

Résumé

Jeu des questions

Invitez les enfants à choisir tour à tour une question dans le sac que vous avez préparé et à y répondre. Vous devrez les lire à haute voix pour les jeunes enfants. Utilisez les questions suivantes. Ecrivez-en d’autres si c’est nécessaire pour que tous les enfants aient l’occasion de tirer une question du sac.

  1. 1.

    Qu’est-ce que cela veut dire chuchoter quelque chose à quelqu’un? (Lui donner des directives ou lui dire ce qu’il doit faire).

  2. 2.

    Qui nous chuchote? (Le Saint-Esprit).

  3. 3.

    Comment le Saint-Esprit nous chuchote-t-il? (En nous donnant des pensées ou des sentiments ou en nous parlant).

  4. 4.

    Comment le Saint-Esprit nous aide-t-il? (Il nous aide à savoir ce que nous devons faire).

  5. 5.

    Comment le Saint-Esprit a-t-il aidé Anita? (Il l’a poussée à être pudique).

  6. 6.

    Comment le Saint-Esprit a-t-il aidé Georges? (Il l’a poussé à faire ce que notre Père céleste et Jésus-Christ voulaient qu’il fasse : aller à l’église).

  7. 7.

    Qu’est-ce que le Saint-Esprit a poussé Karolina à faire? (A délacer le soulier de son frère pour pouvoir dégager son pied).

  8. 8.

    Quelle bénédiction le jeune Bruce R. McConkie a-t-il eue parce que son père a écouté et suivi les chuchotements du Saint-Esprit? (Il s’est épargné une blessure ou la mort).

  9. 9.

    Que devons-nous faire quand nous recevons un chuchotement du Saint-Esprit? (Ecouter, obéir et choisir le bien)

Témoignage

Exprimez votre reconnaissance pour les chuchotements du Saint-Esprit dans votre vie. Si l’Esprit vous y pousse, racontez quelque chose qui vous est arrivé où le Saint-Esprit vous a inspiré, vous ou quelqu’un que vous connaissez.

Expliquez que le Saint-Esprit ne nous chuchote jamais de faire quelque chose de mal. Il nous aide à faire ce que notre Père céleste et Jésus-Christ veulent de nous.

Article de foi

Faites répéter le premier article de foi par les enfants.

Rappelez que le don du Saint-Esprit est un don spécial que nous recevons quand nous avons été baptisés et confirmés.

Demandez à l’enfant qui fait la prière de clôture d’exprimer sa reconnaissance pour les chuchotements du Saint-Esprit. Recommandez qu’il demande à notre Père céleste d’aider chaque membre de la classe à reconnaître les chuchotements du Saint-Esprit quand ils lui sont donnés.

Idées supplémentaires

Choisissez, parmi les activités suivantes, celles qui marchent le mieux pour vos enfants. Vous pouvez les utiliser dans la leçon elle-même ou comme révision ou résumé. Vous trouverez de plus amples renseignements dans «Période de leçon» sous «Aides pour l’instructeur».

  1. 1.

    Demandez aux enfants d’écouter l’histoire suivante concernant Thomas S. Monson :

    Il y a quelque temps, frère Monson et sa femme furent envoyés par le prophète visiter les îles Samoa.

    Pendant qu’il était là, ils se rendirent dans une classe d’enfants qui vivaient dans le village de Sauniatu.

    Frère et soeur Monson parlèrent chacun à la classe. Lorsqu’ils eurent fini leur discours, et comme l’instituteur annonçait le cantique de clôture, une pensée vint à l’esprit de frère Monson. Il se sentit poussé à saluer personnellement chacun des deux cent quarante-sept enfants.

    Mais lorsqu’il regarda sa montre, il se rendit compte qu’il se faisait tard et qu’il n’aurait pas le temps de serrer la main à chaque enfant.

    Il essaya de se débarrasser de cette pensée, mais c’était impossible.

    Avant la prière de clôture, il se sentit de nouveau poussé à consacrer du temps à serrer la main à chaque enfant.

    Il se tourna finalement vers l’instituteur et dit : «J’aimerais tellement serrer la main à chaque enfant. Serait-ce possible?

    L’instituteur sourit et parla en samoan aux enfants. Ils hochèrent la tête avec empressement. Il dit à frère Monson la raison pour laquelle les enfants souriaient. Lorsqu’il avait appris que le président de l’Eglise avait demandé à l’un des douze apôtres de leur rendre visite à Samoa, l’instituteur avait dit aux enfants que s’ils priaient chacun sincèrement et avaient la foi comme les gens de la Bible et du Livre de Mormon, l’apôtre rendrait visite à leur village. Il se sentirait aussi poussé par le Saint-Esprit à serrer la main à chaque enfant (voir Thomas S. Monson, «Talofa Lava», Friend, mai 1972, pp. 12-13).

    • Qui a chuchoté à frère Monson?

    • Comment le Saint-Esprit a-t-il chuchoté à frère Monson?

    Faites observer que le Saint-Esprit chuchote aux gens de différentes manières. La plupart du temps, il parle à notre esprit comme il l’a fait pour frère Monson.

    Expliquez que du fait que frère Monson a écouté les chuchotements ou les instructions du Saint-Esprit, il a pu faire ce que notre Père céleste et Jésus-Christ voulaient de lui.

  2. 2.

    Demandez aux enfants de raconter des expériences de leur propre vie où ils ont le sentiment d’avoir été guidés par le Saint-Esprit.