12: Enseignez à partir des écritures

"12: Enseignez à partir des écritures ," Partie B: Principes de base de l’enseignement de l’Evangile — Enseignez la doctrine, ()


Les prophètes modernes nous ont demandé d’utiliser les Ecritures pour enseigner la doctrine de l’Evangile. Ezra Taft Benson a dit: «Rappelez-vous toujours qu’il n’y a pas de succédané satisfaisant pour les Ecritures et les paroles des prophètes vivants. Elles doivent constituer votre source première. Passez plus de temps à lire ce que le Seigneur a dit et à y réfléchir, et moins de temps à ce que d’autres ont écrit sur les paroles du Seigneur» (The Gospel Teacher and His Message, discours adressé aux professeurs de religion, 17 septembre 1976, p. 6).

Gordon B. Hinckley a déclaré: «La source la plus exacte de sagesse divine, c’est la parole du Seigneur dans ces livres sacrés, les ouvrages canoniques de l’Eglise. C’est là que se trouve la doctrine à laquelle nous devons nous attacher afin que cette œuvre progresse jusqu’à sa destinée prévue divinement» (L’Etoile, octobre 1982, p. 94).

Les idées suivantes peuvent vous aider àenseigner à partir des Ecritures.

«Cherchez à obtenir la Parole»

Avant de pouvoir enseigner à partir des Ecritures, nous devons étudier les Ecritures par nous-mêmes (voir «Cherchez à obtenir la Parole», pp. 14–15; «Elaborez un plan personnel pour l’étude de l’Evangile», pp. 16–17).

Dirigez les discussions et utilisez des questions

Lorsqu’on enseigne à partir des Ecritures, il est particulièrement important de proposer des discussions et d’utiliser des questions, parce que ces méthodes incitent ceux que vous instruisez à méditer sur les Ecritures et exprimer leurs idées. Lorsqu’ils discutent de principes tirés des Ecritures, les élèves acquièrent des techniques dont ils ont besoin pour leur étude personnelle des

Ecritures. (Pour trouver des aides sur la manière d’animer les discussions et d’utiliser les questions, voir pp. 63–65 et 68–70.)

Expliquez le contexte

Le cadre d’un passage d’Ecritures s’appelle le contexte. Les élèves comprennent mieux ce qui arrive ou ce qui se dit dans un passage d’Ecritures lorsqu’ils en connaissent le contexte.

Pour commencer l’analyse du contexte, posez les questions suivantes:

  • Qui parle?

  • A qui parle-t-il?

  • De quoi parle-t-il?

  • A quoi répond-il?

  • Pourquoi dit-il cela?

Par exemple, Luc 15:11–32 contient la parabole du fils prodigue racontée par le Sauveur. Joseph Smith a dit qu’il comprenait un peu plus cette parabole en analysant son contexte.

«J’ai une clef qui me permet de comprendre les Ecritures. Je demande: Quelle était la question qui suscita la réponse ou incita Jésus à donner la parabole? … Tandis que Jésus instruisait le peuple, tous les publicains et les gens de mauvaise vie s’approchaient de Jésus pour l’entendre; ‹et les pharisiens et les scribes murmuraient, disant: cet homme accueille des gens de mauvaise vie, et mange avec eux.› Voilà le mot clef qui déclenche la parabole du fils prodigue. Elle fut donnée en réponse aux murmures et aux questions des sadducéens et des pharisiens, qui contestaient, critiquaient et disaient: ‹Comment se fait-il que cet homme, aussi grand qu’il prétend être, mange avec des publicains et des gens de mauvaise vie?›» (Enseignements du prophète Joseph Smith, compilés par Joseph Fielding Smith, 1976, pp. 276–277.)

Comme le prophète Joseph le fait remarquer, le contexte de la parabole du fils prodigue commence à Luc 15:1–2, plusieurs versets avant le début de la parabole. Une manière de trouver le contexte consiste à lire les versets qui précè- dent et ceux qui suivent le passage que vous étudiez.

Cette méthode est utile même quand la personne qui parle dans le passage d’Ecritures réagit non seulement aux gens mais aussi aux événements importants de la journée. Un exemple en est donné en résumé au début de «La puissance de la parole» (page 50). Lorsque nous comprenons qui sont les Zoramites, leur situation spirituelle déplorable et la menace qu’ils représentent pour les Néphites, nous pouvons mieux comprendre l’importance de la déclaration d’Alma que ses frères et lui devaient «essayer la vertu de la parole de Dieu» dans leur tentative de détourner les Zoramites de leurs voies (Alma 31:5).

Il est parfois utile aussi d’étudier l’histoire politique, sociale ou économique de l’époque à laquelle une Ecriture a été donnée. Par exemple, pour bien comprendre le récon- fort et les promesses du Seigneur dans Doctrine et Alliances 121 et 122, il est utile de connaître les afflictions que les saints enduraient au Missouri à l’époque, et les conditions dans lesquelles le prophète et ses compagnons vivaient dans la prison de Liberty. Pour mieux saisir les épîtres de Paul, il peut être profitable d’avoir une connaissance de base de la région dans laquelle il voyageait et de l’état des branches de l’Eglise auxquelles il écrivait. Le Guide des Ecritures peut être une excellente source pour ces renseignements et d’autres concernant le cadre où se situent des passages de la Bible.

Quand on donne le contexte, il est essentiel de ne pas perdre de vue son objectif qui est de contribuer à une meilleure compréhension d’un passage d’Ecritures donné. Veillez à ne pas faire du contexte (histoire, politique, économie ou langue des peuples des Ecritures) le sujet principal de la leçon.

Racontez des histoires scripturaires

Il est souvent plus facile de comprendre un principe de l’Evangile lorsqu’il est exprimé dans le cadre d’une histoire scripturaire. Les histoires éveillent l’intérêt des gens et montrent l’application qu’on peut faire des principes de l’Evangile dans la vie. En outre, les histoires sont souvent plus faciles à retenir que l’énoncé abstrait de principes (pour avoir plus d’idées pour raconter les histoires, voir pp. 169–172).

Une histoire tirée des Ecritures peut contenir de nombreux principes et applications (un exemple en est le livre d’Enos, qui contient seulement 27 versets mais qui illustre de nombreux principes de l’Evangile). Il faudra que vous décidiez des principes que vous voulez mettre en lumière dans les histoires que vous utilisez.

Il est souvent utile que les élèves lisent ensemble, à tour de rôle, une histoire à haute voix (voir «Lisez à haute voix», p. 56). Si l’histoire est longue, il est généralement préférable de la résumer en demandant aux élèves de lire quelques versets clés à des moments importants de l’histoire. Les chapeaux de chapitre ou de section peuvent être utiles lorsque vous préparez et présentez des résumés.

Donnez des renseignements biographiques

Lorsque nous étudions la vie des personnages des Ecritures, nous voyons souvent les principes de l’Evangile en application sur une certaine période de temps. Par exemple, l’histoire complète de Zeezrom dans le Livre de Mormon montre que l’on peut se repentir et se mettre à servir le Seigneur en justice. Si vous lisez les versets cités dans l’index de vos Ecritures à «Zeezrom», vous pouvez suivre l’histoire des attaques de Zeezrom contre l’Eglise, de sa conversion et, pour finir, de son dévouement comme missionnaire et instructeur de l’Evangile. D’autres vies sont instructives. C’est le cas de celles de Ruth, du roi David, de Samuel, d’Esther, de l’apôtre Paul, d’Alma l’Ancien, du roi Benjamin, d’Alma le Jeune, de Corianton, de Mormon et de Moroni.

Lecture ou écoute thématique

Lorsque vous enseignez à partir des Ecritures, il est sou- vent utile d’attirer l’attention des élèves sur quelque chose de précis. Voici quelques exemples de choses que vous pourriez leur demander de rechercher.

Principes de l’Evangile illustrés dans la vie de certaines personnes. Exemple: «Pendant que nous lisons Moïse 54:4–9, cherchez les passages qui montrent qu’Adam a obéi avant même de comprendre complètement les principes concernés.»

Questions. Exemple: «Pendant que nous lisons Alma 5:14–32, trouvez les questions que pose Alma.»

Listes. Exemple: «Pendant que nous étudions Doctrine et Alliances 25, trouvez les qualités que doit avoir une ‹dame élue›».

Définition de termes ou d’idées. Exemple: «Trouvez les définitions de Sion dans Doctrine et Alliances 97:21 et Moïse 7:18.»

Images et symboles. Exemple: «Dans Jean 15:1–6, recherchez l’endroit où le Seigneur se compare à un cep et ses disciples aux sarments.»

Commentaires prophétiques sur un principe ou un événement. Exemple: «Pendant que je lis Alma 30:60, faites attention au commentaire de Mormon sur le destin de Korihor.»

Rapports de cause à effet. Exemple: «Recherchez les pro- messes qu’Esaïe nous fait si nous sanctifions le jour du sabbat» (voir Esaïe 58:13–14).

Conduite qui plait ou déplait à Dieu. Exemple: «Pendant que je lis Alma 39:1–9, recherchez les conseils précis qu’Alma donne à son fils Corianton.»

Evénements, caractéristiques ou actions typiques. Exemple: «Pendant que nous étudions ces passages, recherchez les éléments typiques qui montrent que nos désirs doivent être justes si nous voulons trouver la vérité» (voir 1 Néphi 10:17–22; 11:1–23; Doctrine et Alliances 11).

En étant attentif à ces choses pendant votre étude et votre préparation personnelles, vous pourrez mieux guider l’attention de vos élèves.

«Appliquer toutes les Ecritures à nous»

Voir «Mise en application», pages 176–177.

Lisez à haute voix

La lecture à haute voix des Ecritures suscite l’intérêt des élèves, attire leur attention sur certains passages et les aide à être réceptifs à l’influence de l’Esprit. Lorsqu’une personne lit à haute voix, encouragez les autres à suivre dans leurs Ecritures. Invitez-les à relever des idées et des principes précis. Laissez-leur le temps de trouver chaque passage d’Ecriture avant de le lire. Si un passage contient des tournures ou des mots inhabituels ou difficiles, expliquez-les avant de le lire. Suivez personnellement ceux qui ont du mal à lire afin qu’ils viennent prêts à bien lire un passage.

Utilisez les aides pour l’étude dans les Ecritures

Howard W. Hunter a déclaré: «Nous devons avoir une Eglise pleine de femmes et d’hommes qui connaissent les Ecritures à fond, qui les munissent de renvois croisés et qui les annotent, qui préparent les leçons et des discours à l’aide du Guide des Ecritures et qui jonglent avec les cartes et les autres aides qui figurent dans ce jeu magnifique d’ouvrages canoniques. Il est évident qu’on y trouve beaucoup plus que l’on en pourrait assimiler rapidement. Assurément, le champ des Ecritures est déjà mûr pour la moisson» (Eternal Investments, discours adressé à des professeurs de religion, 10 février 1989, pp. 2–3).

Guide des Ecritures

Le Guide des Ecritures contient diverses Ecritures importantes et des explications utiles. Cette documentation est classée dans l’ordre alphabétique en de courts articles traitant de plus de 1000 sujets scripturaires. Les sujets concernent la doctrine, les principes, les personnes et les lieux figurant dans les ouvrages canoniques. C’est une aide excellente pour répondre aux questions, pour préparer et étoffer un discours ou une leçon et pour étudier les Ecritures personnellement et en famille.

Notes de bas de page et références croisées

Les pages des textes des Ecritures contiennent généralement des notes de bas de page. Dans les Ecritures éditées par l’Eglise, les notes de bas de page contiennent plusieurs sortes de renseignements. Par exemple, elles contiennent les traductions grecque (GE) ou hébraïque (HE). Elles contiennent des renvois au Guide des Ecritures (GÉ). On y trouve aussi l’explication de certains mots, de tournures idiomatiques et de constructions difficiles (CÀD). Les notes de bas de page avec l’annotation «TJS» sont des extraits de la traduction inspirée de la Bible par Joseph Smith. Des extraits de la traduction de Joseph Smith apparaissent dans une section du Guide des Ecritures.

Le type le plus commun de note de bas de page est un renvoi croisé à d’autres passages d’Ecriture des ouvrages canoniques. Ces passages supplémentaires expliquent souvent le passage lu ou y ajoutent une idée. Prenez, par exemple, Doctrine et Alliances 11:21. Lisez le verset, puis lisez les passages indiqués dans la note de bas de page a. En quoi ces passages augmentent-ils votre compréhension de ce verset?

Lorsque vous enseignez un passage d’Ecritures, vous pouvez utiliser les notes de bas de page et les renvois croisés pour aider les élèves à mieux le comprendre.

Chapeaux de chapitres et de sections

Le chapeau donne un aperçu du chapitre ou de la section qui suit. Il peut comprendre des informations sur la doctrine, le contexte historique ou les personnes. Le chapeau de 2 Néphi 27, par exemple, explique que ce chapitre est semblable à Esaïe 29 et qu’il contient une prophétie sur la parution du Livre de Mormon.

Vous pouvez inviter les élèves à marquer les passages d’Ecriture d’après les points importants mentionnés dans le titre du chapitre ou de la section. Par exemple, les principes essentiels de la Parole de Sagesse sont décrits dans le chapeau de Doctrine et Alliances 89. Vous pouvez demander aux élèves de lire les principes contenus dans le chapeau puis de les surligner dans le texte scripturaire.

Vous pouvez demander aux élèves de lire en silence le chapeau du chapitre ou de la section avant de commenter les Ecritures choisies. Cela peut les aider à bien comprendre le contexte des Ecritures.

Pages d’introduction

Chacun des ouvrages canoniques comporte des pages d’introduction qui contiennent des informations utiles sur l’objectif et l’origine du livre. Par exemple, l’introduction du Livre de Mormon contient le témoignage de Joseph Smith et d’autres personnes, et des informations sur l’origine du livre. L’introduction des Doctrine et Alliances explique comment les révélations du livre ont été reçues et compilées.

Cette documentation peut être utilisée pour enseigner le cadre, l’histoire, la chronologie et l’organisation des Ecritures. Des leçons entières peuvent être organisées à partir de la documentation contenue dans ces pages. Par exemple, l’introduction explicative des Doctrine et Alliances contient une brève révision du rétablissement de l’Evangile et cite les références d’Ecriture traitant de ce sujet.

Cartes

Le Guide des Ecritures contient des cartes de lieux et de régions cités dans les Ecritures qui sont importants dans l’histoire de l’Eglise. En connaissant la géographie des pays cités, les élèves peuvent mieux comprendre les événements décrits dans les Ecritures.

Marquage des Ecritures et annotations dans la marge

Il est utile de marquer les Ecritures, de surligner l’action d’une histoire, les thèmes et les principes afin qu’ils soient faciles à trouver. On peut comparer cela à un système de classement personnel. Lorsque vous enseignez, vous pouvez recommander aux élèves de marquer leurs Ecritures en disant, par exemple: «Ce verset contient un principe important. Je vous conseille de le marquer.»

Il n’y a pas qu’un seul moyen d’annoter les Ecritures. Le système d’annotation des Ecritures d’une personne doit refléter sa manière d’aborder les Ecritures. Si vous instruisez des adultes ou des jeunes, vous pourriez envisager de demander à certains élèves de présenter la méthode qu’ils utilisent.

Pour marquer les Ecritures, on peut recourir, entre autres, aux méthodes suivantes:

  • Ombrer, souligner, entourer ou colorier tout un verset ou un bloc d’Ecriture avec un crayon ou un marqueur de couleur.

  • Ne souligner que quelques mots clés dans chaque verset d’Ecriture. Cela crée une version avec repères du chapitre ou de la section que vous pouvez passer rapidement en revue pour prendre les idées principales.

  • Entourer ou souligner les mots clés et, par une ligne droite, relier ceux qui ont un rapport étroit.

  • Marquer un verset ou un bloc entier de versets et relier les mots clés dans ce passage.

  • Remarquer lorsqu’une série de points apparentés est indiquée et numéroter les points à l’intérieur du texte ou dans la marge.

Relier les Ecritures

La plupart des principes de l’Evangile sont exprimés dans différents passages d’Ecritures, chaque passage donnant sa perception propre. On peut comprendre plus complètement un principe lorsqu’on étudie divers passages qui en traitent. On peut par exemple dresser la liste des passages traitant d’un sujet, puis écrire cette liste dans ses Ecritures. Selon le sujet, la liste peut être longue ou ne contenir que deux ou trois versets clés. Cette méthode, parfois appelée méthode d’association de versets, peut être très utile pour étudier les Ecritures et pour en faire la base de l’enseignement. On peut relier une série d’Ecritures de la manière suivante:

Dans la marge en regard de chaque passage d’Ecriture, on indique la référence du passage suivant de la liste. On continue ainsi jusqu’au dernier passage et l’on indique la référence du premier en regard du dernier passage. On peut alors commencer à n’importe quel point de la liste et continuer la série jusqu’à ce qu’on ait lu tous les passages.

On peut créer une liste qui doit être suivie dans un certain ordre pour obtenir une compéhension plus complète du sujet. Pour toujours savoir par où commencer dans ce genre de liste, on peut écrire le renvoi au premier passage d’Ecriture entre parenthèses sous chacun des autres renvois. On peut aussi n’écrire que le renvoi au premier passage uniquement en regard de chacun des autres passages et écrire la liste entière sur la page où figure le premier passage d’Ecriture.

Notes marginales

L’inscription de notes dans la marge des Ecritures peut être un excellent moyen de les personnaliser. Ces notes permettent de noter des idées, des renvois croisés qui sont importants et de noter les moyens d’appliquer les passages d’Ecritures dans votre vie quotidienne.

Vous pouvez recommander aux élèves d’écrire des notes marginales. Vous pouvez leur dire: «Je vais vous lire une pensée sur ce chapitre. Je l’ai écrite dans la marge» ou «Voici un excellent passage sur le repentir. Je vous conseille d’écrire en regard le mot ‹repentir› dans la marge.»

Idées pour utiliser les Ecritures lorsque vous instruisez des enfants

Vous aiderez les enfants en leur permettant d’être à l’aise avec le langage des Ecritures. Lorsque vous instruisez des enfants, vous devez utiliser souvent les Ecritures et trouver le moyen d’utiliser facilement les Ecritures. Voici quelques exemples d’actions possibles:

  • Aidez les enfants à apprendre le nom et l’ordre des livres des Ecritures. Utilisez le chant «Les livres du Livre de Mormon» (Chants pour les enfants, p. 63).

  • Aidez les enfants à comprendre le langage des Ecritures. Lorsque vous les lisez ensemble, expliquez le sens des mots importants. Aidez les enfants à prononcer les mots et les noms difficiles. Demandez-leur de relever certains mots, certaines expressions ou certaines idées.

  • Lorsque vous voulez que les enfants trouvent un passage d’Ecriture, donnez-leur le numéro de page du passage ainsi que la référence.

  • Racontez un passage d’Ecriture en vos propres termes.

  • Aidez les élèves à se représenter les événements et les gens pendant que vous racontez ce qui s’est produit (voir «Histoires», pp. 169–172). Lisez ensuite les passages clés àhaute voix.

  • Demandez aux enfants de lire les Ecritures à haute voix.

  • En fonction de la capacité de chacun, aidez-les à réussir cette activité.

  • Si les enfants sont trop jeunes pour lire, demandez-leur de vous regarder lire les Ecritures en montrant les mots. Vous pouvez également demander aux plus grands d’aider les plus petits à trouver et à lire les Ecritures.

  • Demandez aux enfants de lire les histoires tirées des Ecritures dans les livres illustrés publiés par l’Eglise comme Histoires du Livre de Mormon.

  • Aidez les enfants à commenter les récits des Ecritures.

  • Apprenez-leur à poser des questions quand ils lisent: «Qu’est-ce qui arrive? Pourquoi cela arrive-t-il? Qui parle? En quoi cela s’applique-t-il à moi?»

  • Utilisez les méthodes décrites à la partie F du manuel (pp. 157–184). Par exemple, lorsque vous racontez une histoire de l’Ecriture, vous pouvez utiliser un tableau de flanelle, une illustration simple au tableau ou des dessins faits par les enfants. Vous pouvez demander aux enfants de raconter à nouveau une histoire de l’Ecriture ou de chanter des chants qui se rapportent à certaines.

  • A la fin de certaines leçons de la Primaire, il y a une section intitulée «Lecture à domicile». Invitez les enfants à lire avec leur famille les Ecritures qui y sont mentionnées.