26: Choix de méthodes adaptées

"26: Choix de méthodes adaptées ," Partie B: Principes de base de l’enseignement de l’Evangile — Utilisez des méthodes efficaces, ()


Instructeur de l’Evangile, vous êtes le représentant du Seigneur devant vos élèves. Vous devez veiller à ce que tout ce que vous faites soit en accord avec sa volonté et à montrer, dans chaque leçon, du respect pour les principes de l’Evangile.

Le Seigneur a dit: «Rappelez-vous que ce qui vient d’en haut est sacré et doit être dit avec prudence et sous la contrainte de l’Esprit» (Doctrine et Alliances 63:64). Les méthodes que vous utilisez pour enseigner les vérités de l’Evangile contribueront à inculquer à vos élèves le sens du sacré. Vous devez donc veiller à ce que les méthodes soient appropriées aux principes enseignés et qu’elles soient en accord avec les règles de l’Eglise. Il se peut que vous disposiez de plusieurs méthodes pour transmettre un message donné, mais que certaines d’entre elles ne soient pas adaptées à une leçon en particulier en raison du sujet traité ou de l’âge et des expériences de vos élèves.

Chaque fois que vous prévoyez d’utiliser une méthode, posez-vous les questions suivantes pour vous assurer qu’elle est appropriée.

Cette méthode fera-t-elle venir l’Esprit?

L’Esprit doit être présent pour qu’un message de l’Evangile soit porté jusqu’au cœur de vos élèves (voir 2 Néphi 33:1; Doctrine et Alliances 42:14). Vous devez donc utiliser des méthodes qui donneront le ton juste et feront venir l’Esprit. Par exemple, un instructeur du cours de Doctrine de l’Evangile a utilisé la musique pour commenter le martyre de Joseph Smith, le prophète. Lorsqu’il a préparé la leçon, l’instructeur a invité un membre à se préparer à chanter «Je rencontrais sur mon chemin» (Cantiques, nº 17). En classe, le cantique a orienté les pensées et les sentiments des élèves vers le moment qui a précédé de peu l’assaut des émeutiers, lorsque John Taylor a chanté ce cantique pour ses frères à la prison de Carthage. L’Esprit a pénétré les élèves de la douceur et de la gravité de l’instant.

La méthode est-elle en accord avec la nature sacrée des principes que j’enseigne?

Certaines méthodes pédagogiques sont plus informelles et ludiques que d’autres et ne sont donc adaptées qu’à certaines leçons. Il ne conviendrait par exemple pas d’utiliser un jeu de rôle pour discuter de la Résurrection. Toutefois, un jeu de rôle pourrait être un bon moyen de voir comment être bon avec son prochain.

La méthode édifiera-t-elle et affermira-t-elle mes élèves?

L’apprentissage de l’Evangile doit être une expérience positive et qui aide les élèves à comprendre leur nature divine. Vos élèves doivent sentir que vous les aimez et les respectez.

Les thèmes qui sont des sujets de controverse ou qui sont de nature sensationnelle ne fortifient pas la foi ni le témoignage et ne doivent pas être abordés. N’utilisez aucune méthode qui pourrait embarrasser ou humilier quelqu’un.

La documentation est-elle approuvée par l’Eglise?

Utilisez l’édition actuelle des ouvrages canoniques et des manuels de leçons publiés par l’Eglise. Examinez les méthodes proposées par le manuel de leçons avant de chercher des idées dans d’autres sources. Tout document ou toute idée utilisée ne provenant pas du manuel doit défendre ce qui est vrai et bon. Pour compléter les manuels de leçons et les Ecritures, vous pouvez utiliser les discours de conférence générale, les magazines de l’Eglise et la documentation audiovisuelle et les images produites par l’Eglise.

Ai-je suivi les règles pour me préparer à utiliser la méthode?

Certaines méthodes demandent une certaine préparation. Par exemple, vous devez obtenir l’approbation de l’évêque afin d’inviter des intervenants extérieurs. L’approbation du président de pieu est nécessaire pour inviter des intervenants extérieurs aux réunions de pieu (voir Manuel d’instructions de l’Eglise, Tome 2: Dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires, 1998, p. 326).

Informations supplémentaires

Pour plus d’informations sur le choix des méthodes, voir les leçons 8 et 9 du cours Enseigner l’Evangile (pp. 222–229).