29: Comment conclure la leçon

"29: Comment conclure la leçon ," Partie B: Principes de base de l’enseignement de l’Evangile — Utilisez des méthodes efficaces, ()


«Oh, c’est l’heure, mais ma leçon n’est pas tout à fait finie. Un instant. Je vais vite faire la dernière partie.» Qui n’a pas entendu un instructeur parler ainsi? Ces paroles signalent que l’instructeur a perdu une occasion pédagogique importante, celle de donner une conclusion efficace à la leçon.

Qualités d’une conclusion efficace

On n’arrive pas par hasard à une conclusion efficace. Elle doit être préparée comme faisant partie de la leçon. Elle est particulièrement efficace lorsqu’elle a certaines des caractéristiques suivantes:

  • Elle est concise et précise. Généralement, elle ne doit pas comporter de matière qui n’a pas été traitée dans la leçon.

  • Elle résume et relie les principes dont vous avez traité.

  • Elle met en lumière les idées importantes proposées par les participants.

  • Elle aide les élèves à appliquer les principes de l’Evangile.

  • Elle est édifiante, motivante et positive.

  • Elle comporte un moment consacré au témoignage.

Voici quelques exemples de manières de conclure une leçon:

  • Répétez l’objectif de la leçon. Demandez à vos élèves de dire comment ils vont appliquer cela au cours de la semaine suivante.

  • Avant le début de la leçon, demandez à une ou deux personnes d’écouter attentivement et d’être prêtes à aider à résumer un point important de la leçon ou la leçon entière.

  • Demandez à vos élèves ce qu’ils peuvent dire si quelqu’un veut savoir ce qu’ils ont appris grâce à cette leçon.

  • Utilisez une feuille de travail pour aider vos élèves à résumer les idées principales de la leçon (voir «Feuilles de travail», pp. 168–169).

Prévoir le temps pour la conclusion

Pour présenter une bonne conclusion, vous devez être vigilant et souple dans l’utilisation de votre temps. Même une leçon bien préparée ne se déroule pas toujours comme prévu. Les besoins de vos élèves peuvent vous amener à passer plus de temps que prévu sur un point particulier.

Lorsque c’est le cas, faites attention à l’heure. Mettez fin à la discussion avant d’être pris par le temps. Faites tout votre possible pour sortir en douceur du sujet traité en l’insérant dans un résumé rapide de la leçon. Concluez ensuite la leçon.

Modification de la conclusion que vous avez préparée

Vous aurez peut-être parfois besoin de changer la conclusion que vous avez préparée, du fait d’une discussion, d’un commentaire particulier ou d’une inspiration du Saint-Esprit. L’histoire suivante donne l’exemple d’un instructeur qui a tiré profit d’une occasion unique de conclure la leçon:

Vers la fin d’un cours de séminaire matinal, l’instructeur souhaitait conclure une discussion. L’idée principale de la leçon était que nous allons au Christ en obéissant aux commandements. La classe avait parlé des choses que font les adolescents qui les empêchent d’aller au Sauveur et de recevoir pleinement les bénédictions de son expiation.

L’instructeur avait prévu de conclure en s’aidant d’une liste au tableau. Mais il avait remarqué un tableau peint par un élève pour une exposition artistique de son école. Il représentait un agneau qui regardait par les interstices d’une clôture de bois. L’instructeur a demandé la permission de montrer le tableau aux élèves et a expliqué ce qu’il y voyait. «Comme nous en avons discuté en classe, a-t-il dit, le Sauveur est l’Agneau de Dieu qui a donné sa vie pour que nous puissions aller à lui et avoir par lui la vie éternelle. La clôture sur le tableau représente les barrières qui nous séparent de lui.»

L’instructeur a exprimé son espoir que les élèves réussissent à enlever les «barrières» qui les empêchaient de se rapprocher du Sauveur. Il a témoigné de l’invitation du Sauveur: «Venez à moi… et je vous donnerai du repos» (Matthieu 11:28). Le cours a pris fin et l’instructeur a rendu le tableau. On ressentait encore l’Esprit pendant que les élèves quittaient le bâtiment.