Chapitre 5 : La sainte prêtrise est une bénédiction pour les enfants de Dieu

Enseignements des présidents de l’Église, George Albert Smith, 2010


La prêtrise est l’autorité de Dieu. Les détenteurs de la prêtrise doivent être dignes et l’utiliser pour bénir autrui.

Épisodes de la vie de George Albert Smith

Lors de la session de la prêtrise de la conférence générale du 2 octobre 1948, George Albert Smith a dit :

« Parfois, je me demande si nous, les pères, prenons la peine d’expliquer à nos garçons l’importance de l’obligation qu’ils prennent sur eux lorsqu’ils deviennent diacres. Je me demande si, une fois que le garçon est devenu diacre, son père lui fait sentir qu’il a maintenant quelque chose d’une importance éternelle…

« Je me souviens, comme si c’était hier, du jour où John Tingey m’a posé les mains sur la tête et m’a ordonné diacre. On m’avait expliqué l’ordonnance et son importance d’une manière telle que j’ai considéré cela comme un grand honneur. Par conséquent cela a été une bénédiction pour moi et, après quelque temps, d’autres ordinations ont suivi. Mais à chaque fois, je savais déjà que ce serait l’occasion de recevoir une bénédiction de plus1. »

Dans le même discours, le président Smith explique que l’une des bénédictions qui découlent de l’ordination à la prêtrise est la possibilité d’apporter des bénédictions aux autres. À titre d’exemple, il parle d’un détenteur de la prêtrise influent, un instructeur au foyer de sa jeunesse :

« Rodney Badger a été, pendant des années, instructeur au foyer chez mon père. C’était aussi un grand homme. Chaque fois qu’il venait, la famille se réunissait. Il s’asseyait, nous posait des questions et nous disait ce qu’il pensait que nous devions comprendre. Je tiens à vous dire que, lorsqu’il entrait chez nous, il amenait l’Esprit du Seigneur. Lorsqu’il repartait, nous sentions que nous avions eu la visite d’un serviteur du Seigneur2. »

Le président Smith conclut en exprimant son souhait que les détenteurs de la prêtrise servent les membres de leur paroisse et de leur pieu et ne perdent pas « une occasion de les édifier, de les aider à progresser et de les amener à être ce que notre Père veut qu’ils soient3. » [Voir la première idée de la page 57.]

Enseignements de George Albert Smith

Pendant son ministère dans la condition mortelle, Jésus-Christ a rétabli sur la terre l’autorité divine.

Lorsque le Sauveur vint, au midi des temps, il constata que la grande ville de Jérusalem fourmillait de choses mauvaises. Ses habitants vivaient d’une façon telle qu’ils avaient perdu l’autorité divine. [Dieu] envoya alors son Fils dans le monde et fonda de nouveau une Église qui avait le pouvoir divin… Il y avait, dans la même lignée que lui, des gens de bien… et d’autres personnes officiaient toujours dans la prêtrise mais il était nécessaire que le Sauveur vienne rétablir l’autorité divine…

Lorsqu’il commença son ministère, il ne demanda pas l’aide des rois, des gouverneurs, des prêtres, ni des hommes d’une autorité élevée. Il appela d’humbles pêcheurs et il en résulta qu’il rassembla autour de lui des hommes qui se laisseraient instruire et non des hommes qui ne voulaient pas croire en lui. Il organisa une Église sous la direction de notre Père céleste. Il conféra l’autorité divine à ses disciples et les instruisit de ce qu’ils devaient faire… Il avait l’autorité divine et les justes reconnaissaient qu’il était le Fils de Dieu. Certains le voient seulement comme un homme bon. Nous croyons qu’il est venu sur la terre non seulement pour enseigner au peuple ce qu’il devait faire mais aussi pour conférer à ses disciples l’autorité divine d’accomplir les ordonnances de son Église…

À son époque, le Sauveur était l’autorité présidente. Venait ensuite un collège de douze hommes qu’il avait choisis. Après son départ, ce fut le Collège des Douze (non pas un groupe d’hommes ordinaires qui se disaient ses disciples mais un collège de douze hommes qui détenaient l’autorité divine et qui l’avaient reçue de Jésus-Christ) qui reprit la direction de l’Église4. [Voir la deuxième idée de la page 57.]

La prêtrise a été rétablie à notre époque par des hommes qui la détenaient dans les temps anciens.

Il est écrit et reconnu, dans les cieux et sur la terre, que les croyances et les confessions se sont multipliées après que [Jésus-Christ] a quitté la terre. Les Églises sont devenues de plus en plus nombreuses jusqu’à ce qu’il y ait, à l’époque de Joseph Smith, notre prophète bien-aimé, beaucoup de confessions. Beaucoup d’hommes prétendaient détenir l’autorité divine et je pense que certains d’entre eux pensaient l’avoir reçue…

Après que le monde eut perdu l’autorité ou la prêtrise, lorsque le moment fut venu, le Seigneur appela un humble garçon, lui donna une manifestation céleste et lui parla. Il lui dit ce qu’il devait faire et envoya de temps en temps d’autres messagers et êtres célestes. Il en résulta l’organisation de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, laquelle reçut l’autorité divine…

Lorsque Joseph Smith était un jeune homme, le Seigneur lui demanda de traduire le Livre de Mormon. Un jour, alors que Joseph et Oliver Cowdery travaillaient à la traduction, le Seigneur envoya un être saint répondre à leurs questions sur le baptême. Qui vint ? Jean-Baptiste, qui détenait la Prêtrise d’Aaron. D’où venait-il ? Des cieux… Il apparut à Joseph Smith et à Oliver Cowdery en tant qu’être glorieux ressuscité. Il vint sous la direction de notre Père céleste pour conférer la Prêtrise d’Aaron à Joseph et à Oliver car elle ne se trouvait nulle part dans le monde. Il était nécessaire que les cieux s’ouvrent et qu’un homme qui avait détenu la prêtrise et qui la détenait toujours vienne la conférer.

Après cela, Pierre, Jacques et Jean, qui détenaient la Prêtrise de Melchisédek, la conférèrent à Joseph et à Oliver. Le Seigneur ordonna l’organisation de l’Église, avec une présidence composée d’un président et de deux conseillers, ainsi qu’avec un Collège de douze apôtres, un patriarche, des grands prêtres, des soixante-dix, des anciens, des prêtres, des instructeurs et des diacres, le même genre d’organisation qui existait dans l’Église primitive, en ce qui concerne l’autorité5.

La même autorité que [Joseph Smith] avait a été conférée à vos fils et notre Père céleste leur demandera d’accomplir les ordonnances de l’Évangile. La responsabilité que Joseph Smith avait reçue n’a pas été perdue quand il est parti ; elle est retombée sur d’autres épaules. Notre Père céleste a suscité, de temps en temps, des hommes qui ont eu l’autorité de parler en son nom, d’administrer les ordonnances de l’Évangile et de bénir les enfants des hommes. Ils ont partagé cet honneur avec vous et avec vos enfants6.

Je suis reconnaissant qu’à notre époque, le Seigneur ait de nouveau révélé son Évangile. Le Père et le Fils sont apparus. Des hommes qui détenaient anciennement la prêtrise sont venus et l’ont conférée à des hommes humbles qui, à leur tour, ont reçu le commandement de la conférer à d’autres. L’Évangile et la prêtrise sont donc à la disposition de toutes les personnes qui se qualifient pour les recevoir ; c’est là la manière d’agir du Seigneur7.

Votre mission est remarquable, hommes qui détenez la prêtrise. L’autorité divine vous a été conférée. Vous n’avez pas obtenu votre droit de prêcher et d’enseigner l’Évangile ainsi que d’officier dans ses ordonnances à la suite d’une formation dans un établissement d’enseignement supérieur. Vous avez reçu votre autorité de la part d’hommes qui ont été chargés par Dieu d’agir en tant que serviteurs du Seigneur et elle vous a été conférée par des hommes qui l’ont reçue directement de Jésus-Christ, notre Seigneur8. [Voir la troisième idée de la page 57.]

Le pouvoir et l’autorité de Dieu ne peuvent se trouver que dans sa véritable Église.

Des hommes m’ont demandé : « Quel avantage votre Église a-t-elle par rapport à d’autres ? » J’ai essayé de leur expliquer la différence avec tact. N’importe quelle organisation peut se créer pour adorer Dieu mais cela ne lui donne pas l’autorité divine. N’importe quel groupe d’Églises peut s’associer et organiser des Églises confédérées. Cela ne confère pas l’autorité divine. Les hommes peuvent s’unir pour de bonnes causes mais l’autorité de notre Père céleste ne s’obtient qu’à sa manière et, dans les temps anciens, sa manière était d’appeler des hommes, de les ordonner et de les mettre à part pour l’œuvre. Cela est vrai pour notre époque également…

On devrait faire comprendre aux gens que le simple fait de se prosterner devant le Seigneur pour prier ne donne pas l’autorité divine. Respecter les exigences en matière d’honnêteté, de vertu, de vérité, etc., ne donne pas l’autorité divine… Il ne suffit pas de prier ni d’aller à l’église. Il est nécessaire d’avoir l’autorité divine et c’est l’affirmation que nous avons cette autorité qui a valu à notre Église une grande partie de la persécution dont elle a été l’objet depuis le début. Mais c’est la vérité et beaucoup d’enfants de notre Père commencent à voir l’effet de l’autorité divine dans cette Église. Ils observent l’amélioration qui se produit dans la vie des hommes et des femmes9. [Voir la quatrième idée de la page 57.]

Je ne veux pas que l’on croie que je critique les gens qui appartiennent aux différentes confessions du monde. Je suis reconnaissant qu’il y ait, parmi elles, tant d’hommes et de femmes de bien qui croient en Dieu et qui le servent avec la lumière qu’ils ont reçue. Il n’en demeure pas moins que notre Père a établi son Église dans ce monde. À notre époque, il a conféré son autorité à des hommes et il ne reconnaît dans le monde aucune autre autorité que celle qu’il a lui-même instaurée10. [Voir la cinquième idée de la page 57.]

Les ordonnances de la prêtrise sont essentielles pour entrer dans le royaume céleste.

Si nous étions comme toutes les autres confessions, nous pourrions invoquer le Seigneur et recevoir ses bénédictions car quiconque fait le bien dans ce monde reçoit une bénédiction. Nous pourrions avoir les quatre vertus cardinales et les faire nôtres mais, sans le pouvoir de Dieu et l’autorité de la sainte prêtrise, il n’est pas possible aux hommes d’atteindre le royaume céleste11.

Le seul plan qui prépare les hommes pour le royaume céleste est celui qui a été donné par Jésus-Christ, notre Seigneur. La seule autorité qui permet aux hommes de se qualifier pour enseigner et officier correctement dans les ordonnances de l’Évangile est l’autorité de Jésus-Christ, notre Seigneur12.

Joseph Smith, fils, a été appelé par Dieu pour être son prophète et la sainte Prêtrise de Melchisédek, qui est le pouvoir de Dieu délégué à l’homme pour agir en son nom, a été rétablie sur la terre par l’intermédiaire du prophète. Par cette prêtrise, toutes les ordonnances de l’Évangile de notre Seigneur Jésus-Christ nécessaires au salut des enfants de l’homme sont accomplies avec autorité13.

Quel effet cela aurait-il sur nous si nous devions nous séparer de l’autorité que Dieu nous a conférée ? Cela voudrait dire que les portes du royaume céleste nous seraient fermées. Cela signifierait que la bénédiction suprême qu’on m’avait enseigné à espérer depuis mon enfance ne se réaliserait pas… La compagnie de mes êtres chers… que j’aime plus que la vie elle-même, ne serait plus possible dans le royaume céleste14.

La prêtrise… est une bénédiction qui, si nous sommes fidèles, ouvrira les portes du royaume céleste et nous donnera une place où nous vivrons pendant toute l’éternité. Ne badinez pas avec cette bénédiction inestimable15. [Voir la sixième idée de la page 57.]

Les détenteurs de la prêtrise ont la responsabilité de mener une vie exemplaire et d’utiliser la prêtrise pour bénir autrui.

Comme il est beau de se rendre compte que les hommes qui en sont dignes peuvent recevoir [la] prêtrise et, par l’autorité qui leur est donnée, faire tant de choses qui sont une bénédiction pour les autres enfants de notre Père16 !

Vous ne pouvez pas aller dans le monde, dans aucune des autres Églises, et trouver… des hommes qui détiennent l’autorité divine. Ne l’oubliez pas. Vous appartenez à un groupe d’hommes d’élite… à qui l’on a imposé les mains et qui ont reçu l’autorité divine, faisant de vous des associés du Maître des cieux et de la terre. Je ne veux pas dire que vous ne pouvez pas rire, sourire et profiter de la vie. Ce que je veux dire, c’est que chaque âme doit avoir conscience de la chose suivante : « Je suis le gardien de mon frère. Je détiens l’autorité qui vient du Seigneur Jésus-Christ. Je suis détenteur de la sainte prêtrise. » Si nous faisons cela, on ne nous trouvera pas occupés à prendre à la légère les choses sacrées, comme certains l’ont fait dans le passé17.

Le fait qu’ils détiennent la prêtrise sera pour beaucoup d’hommes une condamnation à cause de la manière dont ils l’ont traitée, la considérant comme quelque chose de très ordinaire18.

Certains hommes pensent que parce qu’ils détiennent la prêtrise, cela leur donne le droit de se comporter d’une certaine manière chez eux. Je tiens à vous dire que vous, les hommes qui détenez la prêtrise, vous n’atteindrez jamais le royaume céleste si vous n’honorez pas votre femme et vos enfants, ne les instruisez pas et ne leur donnez pas les bénédictions que vous voulez pour vous-mêmes19.

L’autorité de notre Père céleste est sur la terre pour le bien de l’humanité, non pour rendre les personnes qui reçoivent cette autorité arrogantes mais pour les rendre humbles ; non pour que celles qui ont reçu des bénédictions spéciales pensent qu’elles sont meilleures que les autres mais pour nous rendre profondément humbles, ayant toujours une prière dans le cœur et étant pleins d’égards envers tous les hommes dans tout ce que nous faisons et donnant ainsi l’exemple, par notre vie juste, de ce que notre Père céleste veut que nous enseignions20.

Le fait d’être membres de l’Église et de détenir la prêtrise ne nous mènera nulle part à moins que nous soyons dignes. Le Seigneur a dit que toutes les bénédictions que nous désirons reposent sur l’obéissance à ses commandements. Nous pouvons tromper notre prochain et nous pouvons nous mentir à nous-même en pensant que nous nous en sortons bien mais, si nous ne respectons pas les commandements de notre Père céleste, si nous ne détenons pas dignement cette sainte prêtrise qui est si précieuse, nous n’aurons pas de place dans le royaume céleste21.

Mes frères… une possibilité, une responsabilité sacrée vous a été confiée. Vous avez reçu les bénédictions de la sainte prêtrise. Une autorité divine vous a été conférée et avec cette autorité vous avez reçu la responsabilité de faire entendre votre voix et de mener votre vie de manière à ce que les gens qui ne sont pas membres de l’Église connaissent la différence entre l’Évangile de Jésus-Christ et les autres organisations du monde22.

Où que vous alliez, gardez à l’esprit que vous représentez celui qui est l’auteur de votre être. La prêtrise que vous détenez n’est pas la prêtrise de Joseph Smith, ni de Brigham Young, ni d’aucun autre homme appelé comme dirigeant de l’Église ici ou à l’étranger. La prêtrise que vous détenez est le pouvoir de Dieu qui vous est conféré d’en haut. Il a fallu que des êtres saints soient envoyés sur terre… pour que soit rétablie cette bénédiction glorieuse que la terre avait perdue pendant des centaines d’années. Assurément, nous devrions être reconnaissants de nos bénédictions23.

Je prie pour que le Seigneur nous bénisse tous, pour que nous soyons dignes de détenir la prêtrise qu’il nous a offerte et conférée, afin que les gens puissent dire, où que nous allions : « Cet homme est un serviteur du Seigneur24. » [Voir la septième idée de la page 57.]

Idées pour l’étude et l’enseignement

Réfléchissez à ces idées pendant votre étude du chapitre ou pour vous préparer à enseigner. Vous trouverez des aides supplémentaires aux pages v à viii.

  1. 1.

    Pensez aux expériences que le président Smith décrit aux pages 49 à 50. Que pouvons-nous faire pour aider les jeunes gens à se préparer à l’ordination aux offices de la prêtrise ? Que pouvons-nous faire pour aider les jeunes filles à comprendre l’importance du pouvoir de la prêtrise dans leur vie ? Pourquoi est-il important que les hommes et les femmes s’instruisent sur la prêtrise ?

  2. 2.

    Pourquoi était-il « nécessaire que le Sauveur… rétabli[sse] l’autorité divine » (page 50) pendant son ministère terrestre, en plus d’enseigner l’Évangile ?

  3. 3.

    Lisez la page 52 et le premier paragraphe de la page 53. Selon vous, pourquoi le Seigneur permet-il à tous les hommes dignes de détenir son autorité au lieu de la restreindre à quelques hommes ayant eu une formation officielle ?

  4. 4.

    Le président Smith parle de « l’amélioration qui se produit dans la vie des hommes et des femmes » grâce à la prêtrise (page 53). Que signifie pour vous cette déclaration ? Que pouvez-vous faire pour que le pouvoir et l’influence de la prêtrise soient plus forts dans votre vie ?

  5. 5.

    En relisant la partie qui commence à la page 53, réfléchissez à ce que vous répondriez si quelqu’un vous posait la même question qu’au président Smith : « Quel avantage votre Église présente-t-elle par rapport à d’autres ? »

  6. 6.

    Étudiez la partie qui commence à la page 55. Quelles « bénédictions inestimables » avez-vous reçues grâce à la prêtrise ?

  7. 7.

    En étudiant la dernière partie des enseignements (pages 55 à 56), recherchez les responsabilités qui, selon le président Smith, sont liées à la prêtrise. Que peuvent faire les membres d’un collège de la prêtrise pour se soutenir mutuellement dans leurs responsabilités ? Comment les femmes peuvent-elles aider les détenteurs de la prêtrise à rester fidèles à ces responsabilités ? Que peuvent faire les détenteurs de la prêtrise pour soutenir les femmes dans leur rôle divin ?

Écritures apparentées : Jean 15:16 ; Alma 13:1-3, 6-10 ; Doctrine et Alliances 84:19-22 ; Joseph Smith, Histoire 1:68-72 ; 5e article de foi

Aide pédagogique : « Témoignez chaque fois que l’Esprit vous incite à le faire, pas seulement à la fin de chaque leçon. Donnez à vos élèves l’occasion de rendre témoignage » (Voir L’enseignement, pas de plus grand appel, p. 45).

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    Conference Report, oct. 1948, p. 180-181.

  2.   2.

    Conference Report, oct. 1948, p. 186.

  3.   3.

    Conference Report, oct. 1948, p. 190.

  4.   4.

    « The Church with Divine Authority », Deseret News, 28 sept. 1946, section sur l’Église, p. 6.

  5.   5.

    « The Church with Divine Authority », p. 6.

  6.   6.

    Conference Report, avr. 1904, p. 64.

  7.   7.

    Conference Report, avr. 1934, p. 28-29.

  8.   8.

    Conference Report, avr. 1927, p. 83.

  9.   9.

    Conference Report, avr. 1934, p. 28-29.

  10.   10.

    Conference Report, avr. 1917, p. 37-38.

  11.   11.

    Conference Report, oct. 1926, p. 106.

  12.   12.

    Conference Report, avr. 1934, p. 30.

  13.   13.

    « Message to Sunday School Teachers », Instructor, nov. 1946, p. 501.

  14.   14.

    Conference Report, avr. 1925, p. 65.

  15.   15.

    Conference Report, avr. 1949, p. 191-192.

  16.   16.

    Conference Report, oct. 1950, p. 6.

  17.   17.

    Conférence des soixante-dix et des missionnaires de pieu, 4 oct. 1941, p. 7.

  18.   18.

    Conference Report, avr. 1948, p. 184.

  19.   19.

    Conference Report, avr. 1948, p. 184.

  20.   20.

    Conference Report, oct. 1928, p. 94.

  21.   21.

    Conference Report, avr. 1943, p. 91-92.

  22.   22.

    Conference Report, oct. 1933, p. 25.

  23.   23.

    Conference Report, oct. 1945, p. 118.

  24.   24.

    Conference Report, oct. 1950, p. 182.