Chapitre 11 : La révélation de Dieu à ses enfants

Enseignements des présidents de l’Église, George Albert Smith, 2010


Notre Père céleste nous guide personnellement et guide l’Église par le Saint-Esprit.

Épisode de la vie de George Albert Smith

Pour enseigner l’importance de la révélation qui guide l’Église, George Albert Smith raconte une expérience qu’il a eue sur un vol entre Los Angeles (Californie) et Salt Lake City (Utah) :

« Près de Milford (Utah), nous sommes soudain entrés dans l’un des pires brouillards que j’aie jamais vus. J’ai essayé de regarder par le hublot de l’avion mais je ne voyais rien à travers le brouillard. On ne pouvait voir dans aucune direction à l’extérieur de l’avion.

« Je savais que nous approchions des montagnes à une vitesse d’environ cinq kilomètres par minute et que nous étions obligés de les survoler pour arriver dans la vallée du lac Salé. J’étais inquiet et je me suis demandé : ‘Comment le pilote peut-il savoir où aller alors qu’il ne voit rien ?’ Il avait sa boussole mais il se pouvait que l’avion dévie de son cap. Il avait des instruments lui indiquant notre hauteur par rapport au niveau de la mer mais il n’avait aucun moyen de connaître la distance qui nous séparait du sol. J’ai pensé qu’il pouvait voler assez haut pour franchir les montagnes et essayer de trouver la piste d’atterrissage grâce aux balises clignotantes si nous arrivions à nous en approcher assez, mais je frissonnais à l’idée que nous pourrions perdre notre cap et manquer les balises et l’aéroport.

« Angoissé, je suis allé à l’endroit où étaient assis le pilote et le copilote pour voir comment ils savaient où nous allions. Je ne savais pas si nous étions à cent mètres, à mille mètres ou à dix mille mètres au-dessus du sol et je ne savais pas comment eux pouvaient le savoir, si ce n’était approximativement. J’ai remarqué que le pilote avait sur l’oreille un petit appareil semblable à ceux que les standardistes utilisent pour recevoir les appels dans les centres téléphoniques. J’ai demandé au copilote comment ils pouvaient savoir si nous volions dans la bonne direction ou si nous avions dévié. Il a répondu : ‘Nous ne pouvons pas le voir, nous sommes guidés par le faisceau hertzien.’

« ‘Qu’est-ce que c’est ?’ ai-je demandé. Il a expliqué qu’on pouvait comparer ce faisceau à un réseau électrique entre deux points et que dans le cas présent, ces points étaient Milford et Salt Lake City. Il a ajouté que l’appareil sur l’oreille du pilote fonctionnait de telle manière que lorsque l’avion était dans le faisceau, on entendait un ronronnement grave continu mais que si l’avion allait sur la droite ou sur la gauche, le son changeait et le pilote était averti par un cliquetis semblable à celui d’un manipulateur télégraphique. S’il… retournait dans le faisceau, sur la voie de la sécurité, le cliquetis cessait et le ronronnement reprenait. Si nous continuions dans le faisceau, nous arriverions sains et saufs à notre destination.

« Je suis retourné à mon siège grandement soulagé de savoir que malgré le brouillard et l’obscurité qui nous enveloppaient et le fait que je ne pouvais ni voir ni sentir où nous étions, le pilote recevait constamment des renseignements montrant que nous étions sur la bonne voie et il savait que nous arriverions bientôt à destination. Quelques minutes plus tard, j’ai senti que l’avion descendait. Nous avions survolé le sommet des montagnes et nous approchions de l’aéroport. Lorsque nous étions presque à terre, nous avons vu les lumières puissantes de la piste qui indiquaient où nous devions atterrir et c’est avec la délicatesse d’une mouette qui se pose sur l’eau que l’avion, avec son précieux chargement, a touché le sol puis s’est arrêté doucement. Nous sommes descendus de notre véhicule, heureux d’être de retour chez nous…

« J’ai souvent pensé à la leçon que j’ai apprise dans cet avion et je l’ai appliquée à ce qui se passe dans l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours…

« Non seulement le Seigneur nous a donné les recommandations déjà contenues dans les Écritures pour nous guider mais il a aussi mis un dirigeant à la tête de cette Église, l’un de ses fils qui a été choisi, ordonné et mis à part comme président. Il est notre pilote et il est dirigé par une voix qui lui permet de nous conduire là où nous devons aller. Si nous avons de la sagesse, nous ne nous opposerons pas à lui mais nous serons heureux de l’honorer à sa place, aussi longtemps que le Seigneur le soutiendra. »

Le président Smith s’est également servi de son expérience dans l’avion pour enseigner que nous pouvons tous recevoir des révélations pour guider notre vie si nous en sommes dignes :

« Si nous vivons comme nous savons devoir le faire, nous avons droit aux murmures de la petite voix douce qui avertissent du danger et qui nous disent : ‘Voici le chemin de la sécurité, marches-y’… Si nous avons fait un faux pas, cette voix nous murmure : ‘Fais demi-tour, tu as fait une erreur. Tu as négligé le conseil de ton Père céleste.’ Détournez-vous de votre façon erronée d’agir pendant qu’il en est encore temps car si vous vous éloignez trop du bon chemin, vous n’entendrez pas cette voix et il se peut que vous vous perdiez pour toujours…

« Mon conseil est que vous obteniez l’Esprit de Dieu et que vous le gardiez ; et la seule façon de le garder, c’est d’être proche de lui en respectant ses commandements… Écoutez le murmure doux et léger qui vous guidera toujours, si vous en êtes dignes, sur un chemin qui mène au bonheur éternel1. » [Voir la première idée de la page 126.]

Enseignements de George Albert Smith

Dieu se manifeste à ses enfants à notre époque comme il l’a fait jadis.

Quelle joie de vivre à une époque de la terre où nous savons que Dieu vit, que Jésus-Christ est le Sauveur du monde et notre Rédempteur et que le Seigneur continue de se manifester à ceux de ses enfants qui se sont préparés à recevoir ses bénédictions ! Ce matin, je regarde le visage des personnes qui forment cette formidable assemblée [lors d’une session de la conférence générale]. La plupart d’entre elles bénéficient de l’inspiration du Tout-Puissant ; quand elles prient, elles prient leur Père qui est dans les cieux sachant que leurs prières seront exaucées par des bénédictions sur leur tête… Nous savons qu’il y a un Dieu dans les cieux, qu’il est notre Père, qu’il s’intéresse à ce que nous faisons et l’a fait depuis le commencement du monde quand ses premiers enfants ont été mis sur la terre2.

La différence entre cette grande Église et toutes les autres est que, depuis le début, nous croyons à la révélation divine. Nous croyons que notre Père parle à l’homme aujourd’hui comme il l’a fait à l’époque d’Adam. Nous croyons et nous savons (ce qui est plus qu’une simple croyance) que notre Père a étendu sa main dans ce monde pour le salut des enfants des hommes3.

Ce n’est pas seulement parce que nous avons foi en ces livres [le Livre de Mormon, les Doctrine et Alliances et la Perle de Grand Prix] que nous sommes considérés comme un peuple à part mais aussi parce que nous croyons avec assurance que notre Père céleste a parlé à notre époque. En fait, nous savons qu’il y a une communication avec les cieux. Nous croyons que Jéhovah a les mêmes sentiments envers nous, la même influence sur nous que celle qu’il avait sur ceux de ses enfants qui vivaient dans ce monde dans le passé.

À toutes les époques du monde, les incroyants ont considéré les membres de l’Église de Jésus-Christ comme un peuple à part. À différentes époques, lorsque le Seigneur a parlé par l’intermédiaire de ses serviteurs, beaucoup de gens ont dit : « Je ne crois pas à la révélation. » Notre époque ne fait pas exception à la règle. Les milliers et même les millions d’enfants de notre Père qui vivent sur la terre ne font que répéter ce qui s’est fait dans le passé lorsqu’ils nient le fait que Dieu a de nouveau révélé sa volonté aux enfants des hommes et disent qu’ils n’ont pas besoin d’autres révélations4.

Nous ne croyons pas que les cieux soient scellés au-dessus de notre tête mais que le même Père qui aimait et chérissait les enfants d’Israël nous aime et nous chérit. Nous croyons que nous avons tout autant qu’eux besoin de l’aide de notre Père céleste pour diriger notre vie. Nous savons qu’à l’époque où nous vivons, le sceau a été brisé et que Dieu a de nouveau parlé du haut des cieux5. [Voir la deuxième idée de la page 126.]

Le Seigneur guide son peuple par la révélation au président de l’Église.

L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a été organisée selon un commandement direct de notre Père céleste. C’est sur le roc de la révélation que cette Église a été fondée et c’est par la révélation qu’elle est guidée6.

De nos jours, il est exceptionnel d’appartenir à une Église dont les membres croient que le Seigneur parle par l’intermédiaire de ses dirigeants. Nous croyons que, lorsqu’il nous instruit, le président de cette Église nous dit ce que le Seigneur voudrait que nous fassions. Pour nous, cela représente plus que les simples conseils d’un homme. Nous le croyons et cela nous touche profondément. Nous sommes poussés à renouveler notre détermination d’être ce que Dieu voudrait que nous soyons7.

Dans l’Église, des personnes malavisées se sont opposées, dans leur ignorance, aux conseils [du président de l’Église], sans se rendre compte qu’elles s’opposaient au Seigneur. Elles sont tombées dans les ténèbres et le chagrin et à moins de se repentir, elles n’auront pas de place dans le royaume céleste.

Rappelons-nous que le président de l’Église a été officiellement désigné comme pilote de l’Église ici-bas, pour représenter le Maître des cieux et de la terre8.

Quand les hommes vont voir une ou plusieurs personnes et disent, comme ils le font parfois pour avoir du succès dans un domaine ou un autre : « J’ai fait tel rêve et voici ce que le Seigneur veut que nous fassions », vous pouvez savoir qu’ils ne sont pas dans le camp du Seigneur. Les songes, les visions et les révélations de Dieu aux enfants des hommes ont toujours été donnés par l’intermédiaire de son serviteur dûment désigné. Vous pouvez avoir des songes et des manifestations pour votre propre réconfort ou votre propre satisfaction mais vous ne les aurez pas pour l’Église… Il n’y a aucune raison pour nous laisser égarer9.

Mon âme est pleine de reconnaissance en ce jour de savoir que si nous continuons d’appartenir à l’Église, nous aurons un pilote qui connaît le chemin ; et si nous suivons ses conseils… nous ne rencontrerons pas les catastrophes spirituelles que le monde subit mais nous irons de lieu en lieu, faisant du bien, apportant des bénédictions à l’humanité et nous réjouissant de la compagnie de nos êtres aimés10. [Voir la troisième idée de la page 126.]

Nous avons tous droit à l’inspiration du Saint-Esprit si nous obéissons aux commandements.

Je crois en vous, mes frères et sœurs… Vous avez droit à la même connaissance que l’homme qui préside l’Église. Vous avez droit à la même connaissance que celle qui parvient aux hommes que Dieu a fait ordonner pour qu’ils soient ses dirigeants. Vous avez droit à l’inspiration de l’Esprit et à la connaissance qu’il est votre Père. Quand je dis « vous », je parle de toutes les personnes qui ont obéi aux commandements de notre Père et qui ont goûté à la douce influence de l’Esprit du Seigneur dans l’Église du Christ… Chacun de nous a droit à l’inspiration du Seigneur proportionnellement à la piété de sa vie11.

Où que vous alliez, vous ne trouverez pas d’autre groupe assemblé dans lequel chaque personne a foi en Dieu ; et si nous vous demandions combien d’entre vous ont un témoignage, et pas simplement une croyance parce que quelqu’un d’autre l’a dit, mais l’assurance que cette œuvre est celle de Dieu, que Jésus est le Christ, que notre vie est éternelle et que Joseph Smith était un prophète du Dieu vivant, vous répondriez que ce témoignage vous soutient, vous fortifie et vous donne de la satisfaction tandis que vous allez de l’avant dans le monde…

J’ai appris quand j’étais enfant que cette œuvre est celle du Seigneur. J’ai appris qu’il y a des prophètes qui vivent sur la terre. J’ai appris que l’inspiration du Tout-Puissant influence les personnes qui vivent de manière à en bénéficier. Ainsi, nous ne dépendons pas d’une ou deux personnes ni même d’une demi-douzaine. Il y a des milliers de membres de l’Église qui savent (et ce n’est pas du tout une question d’imagination) que Dieu vit, que Jésus est le Christ et que nous sommes les enfants de Dieu12.

Vous ne dépendez pas seulement de l’histoire ni des enseignements d’un homme pour savoir que cette œuvre est celle du Seigneur parce que cette connaissance a été gravée dans votre âme par le don du Saint-Esprit. Il n’y a aucun doute dans votre esprit quant à votre origine et à l’endroit où vous irez quand cette vie sera finie, si vous êtes fidèles à la responsabilité qui vous a été confiée13.

Un témoignage ne peut pas nous être donné par quelqu’un d’autre. Cette conviction vient de notre Père céleste14.

C’est avec une profonde reconnaissance pour la connaissance que j’ai reçue que je me tiens devant vous aujourd’hui. Je suis reconnaissant de ce que mon témoignage ne dépend pas d’une personne quelconque. Bien sûr, je suis reconnaissant des encouragements que je reçois des autres personnes qui possèdent la lumière et la vérité, encouragements qui viennent de leur vie juste, mais je ne dépends d’aucune de ces personnes pour savoir que Dieu vit, que Jésus-Christ est le Rédempteur de l’humanité et que Joseph Smith est un prophète du Seigneur. Je sais ces choses par moi-même…

Je me réjouis de déclarer que je sais que l’Évangile est vrai et je remercie mon Père céleste de toute mon âme de me l’avoir révélé15.

De toutes les bénédictions que j’ai reçues, la plus précieuse est la connaissance que Dieu vit et que cette œuvre est la sienne, car cela comprend toutes les autres bénédictions que je peux espérer obtenir dans cette vie ou dans la vie à venir16. [Voir la quatrième idée de la page 127.]

Le Saint-Esprit est un guide sûr qui nous conduit sur le chemin de la condition mortelle.

La compagnie de l’Esprit [de Dieu]… est un guide sûr qui nous conduit sur le chemin de la condition mortelle et nous prépare à une place dans son royaume céleste17.

Nous lisons dans Job qu’il y a un esprit chez l’homme et que l’inspiration du Tout-Puissant lui donne l’intelligence [voir Job 32:8, selon la version du roi Jacques, N.d.T.]. Si nous respectons les commandements de Dieu, nous avons droit à cette inspiration, et si nous vivons comme les fils de Dieu devraient vivre, nous aurons cette inspiration et personne ne pourra l’empêcher. Il en résultera pour nous une progression physique, mentale et morale, et une progression continue pendant toute l’éternité18.

La compagnie de l’Esprit du Seigneur est un antidote à la lassitude… à la peur et à toutes ces choses qui prennent parfois le pas dans notre vie19.

Lorsque les disciples du Sauveur étaient avec lui, ils l’admiraient sans savoir à quel point il était grand. Ce n’est qu’après avoir reçu le pouvoir du Saint-Esprit, qu’après avoir été baptisés de feu qu’ils ont pu aborder les problèmes et endurer les persécutions qui rendaient la vie presque insupportable. Quand l’inspiration du Tout-Puissant leur a permis de comprendre, ils ont su que leur vie était éternelle et qu’après avoir quitté leur corps dans la mort, ils se lèveraient de la tombe en gloire et immortels, s’ils se montraient fidèles.

C’était le résultat de l’influence de l’Esprit de Dieu, de l’inspiration du Tout-Puissant qui leur permettait de comprendre…

Je prie pour que l’Esprit, qui nous garde sur le sentier de la vérité et de la justice, reste avec nous, et pour que ce désir, qui vient de l’inspiration de notre Père céleste, nous conduise sur le chemin de la vie20.

Puissions-nous constater, une fois que nous aurons fini notre œuvre ici-bas, que nous avons écouté le murmure doux et léger qui nous guide toujours sur le chemin de la justice, et savoir que les portes du royaume céleste se sont ouvertes pour nous et pour les personnes que nous aimons afin que nous avancions… aux siècles des siècles et soyons éternellement heureux21. [Voir la cinquième idée de la page 127.]

Idées pour l’étude et l’enseignement

Réfléchissez à ces idées pendant votre étude du chapitre ou pour vous préparer à enseigner. Vous trouverez des aides supplémentaires aux pages v à viii.

  1. 1.

    En lisant la partie « Épisode de la vie de George Albert Smith » (pages 117 à 120), réfléchissez à la manière dont l’analogie du président Smith s’applique à notre voyage dans la condition mortelle. Que pourraient représenter le faisceau hertzien et le cliquetis ? Comment le Seigneur vous a-t-il averti du danger et aidé à rester sur le chemin menant à la vie éternelle ?

  2. 2.

    Aux pages 120 à 121, le président Smith déclare que la révélation est aussi nécessaire aujourd’hui qu’à l’époque de la Bible. Que diriez-vous à une personne qui affirme que les révélations des Écritures sont suffisantes pour notre époque ? Quelles expériences vous ont montré que notre Père céleste « s’intéresse à ce que nous faisons » ?

  3. 3.

    Parcourez la partie qui commence à la page 122. Comment avez-vous su que les recommandations du prophète viennent du Seigneur et sont « plus que les simples conseils d’un homme » ? (page 122). Comment la révélation personnelle peut-elle vous aider à accepter et à mettre en pratique les révélations données par l’intermédiaire du prophète ?

  4. 4.

    En étudiant la partie commençant à la page 123, pensez à la manière dont vous avez acquis le témoignage de l’Évangile. Comment le témoignage d’autres personnes vous a-t-il aidé ? Comment avez-vous fait pour connaître personnellement la vérité ?

  5. 5.

    Dans la dernière partie des enseignements (pages 125 à 126), recherchez des mots et des expressions qui décrivent les façons dont le Saint-Esprit nous aide. Réfléchissez à ce que vous pouvez faire pour être plus souvent digne de la compagnie du Saint-Esprit.

Écritures apparentées : Jean 15:26 ; 1 Néphi 10:17-19 ; 2 Néphi 32:5 ; Moroni 10:3-5 ; Doctrine et Alliances 1:38 ; 42:61 ; 76:5-10 ; neuvième article de foi

Aide pédagogique : « Ne vous inquiétez pas si les élèves restent silencieux pendant quelques secondes quand vous avez posé une question. N’y répondez pas vous-même. Laissez à vos élèves le temps de trouver une réponse. Cependant, un silence prolongé peut vouloir dire qu’ils ne comprennent pas la question et que vous devez la reformuler » (voir L’enseignement, pas de plus grand appel, p. 69).

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    Conference Report, oct. 1937, p. 50-53.

  2.   2.

    Conference Report, avr. 1946, p. 4.

  3.   3.

    Conference Report, avr. 1917, p. 37.

  4.   4.

    « Some Points of ‘Peculiarity’ », Improvement Era, mars 1949, p. 137.

  5.   5.

    Proceedings at the Dedication of the Joseph Smith Memorial Monument, p. 55.

  6.   6.

    « Message to Sunday School Teachers », Instructor, nov. 1946, p. 501.

  7.   7.

    Conference Report, oct. 1930, p. 66.

  8.   8.

    Conference Report, oct. 1937, p. 52-53.

  9.   9.

    Conference Report, oct. 1945, p. 118-119.

  10.   10.

    Conference Report, oct. 1937, p. 53.

  11.   11.

    Conference Report, oct. 1911, p. 44.

  12.   12.

    Conference Report, avr. 1946, p. 124-125.

  13.   13.

    Conference Report, avr. 1905, p. 62.

  14.   14.

    « Opportunities for Leadership », Improvement Era, sept. 1949, p. 557.

  15.   15.

    Conference Report, oct. 1921, p. 42.

  16.   16.

    Conference Report, avr. 1927, p. 82.

  17.   17.

    « To the Latter-day Saints Everywhere », Improvement Era, déc. 1947, p. 797.

  18.   18.

    Conference Report, avr. 1944, p. 31.

  19.   19.

    Conference Report, oct. 1945, p. 115-116.

  20.   20.

    Conference Report, avr. 1939, p. 124-125.

  21.   21.

    Conference Report, avr. 1941, p. 28.