Chapitre 19 : Les bénédictions temporelles et spirituelles qui découlent de la Parole de Sagesse

Enseignements des présidents de l’Église, George Albert Smith, 2010


Notre Père céleste nous a donné la Parole de Sagesse pour nous bénir dans notre santé physique et nous préparer à la vie éternelle.

Épisodes de la vie de George Albert Smith

Quand il était enfant, George Albert Smith contracta la typhoïde. Le médecin qui diagnostiqua la maladie dit à sa mère qu’il devait rester au lit pendant trois semaines, ne pas manger de nourriture solide et boire du café. Le président Smith raconta plus tard :

« Lorsqu’il est parti, j’ai dit à ma mère que je ne voulais pas de café. On m’avait enseigné que la Parole de Sagesse, donnée à Joseph Smith par le Seigneur, nous conseillait de ne pas prendre de café.

« Ma mère avait mis trois enfants au monde et deux étaient morts. Elle était particulièrement inquiète à mon sujet. »

Au lieu de boire du café, le jeune George Albert Smith demanda une bénédiction de la prêtrise, qu’il reçut de son instructeur au foyer.

« Quand le médecin est venu le lendemain matin, je jouais dehors avec les autres enfants. Il était surpris. Il m’a examiné et a découvert que ma fièvre était tombée et que je semblais bien aller.

« J’étais reconnaissant au Seigneur de mon rétablissement. J’étais sûr qu’il m’avait guéri1. »

Le président Smith voulait que les saints comprennent que l’obéissance à la Parole de Sagesse apporte non seulement la santé physique mais aussi des bénédictions spirituelles. Lors d’une session de la prêtrise de la conférence générale, il a raconté l’histoire de Daniel, prophète de l’Ancien Testament, qui avait été emmené en captivité à Babylone et qui était censé manger la nourriture et boire le vin du roi :

« Daniel était un prophète de Dieu et il était prophète parce qu’il respectait les commandements de Dieu. J’aimerais que vous… assimiliez ce message. Daniel et ses compagnons ont observé les enseignements de Dieu concernant le genre de nourriture et de boissons qu’ils devaient prendre et ils ont refusé la nourriture qui était servie à la table du roi. [Voir Daniel 1:3-16.] »

Le président Smith explique ensuite que grâce à l’obéissance de Daniel à la loi de santé du Seigneur de son époque, non seulement sa vie a été préservée mais il a aussi reçu une grande bénédiction spirituelle : « l’inspiration du Tout-Puissant2 ». [Voir la première idée de la page 222.]

Enseignements de George Albert Smith

La Parole de Sagesse est une recommandation aimante de notre Père qui connaît toute chose.

Je vais vous lire une partie de ce que le Seigneur a dit à l’Église le 27 février 1833.

« Parole de Sagesse au profit du conseil des grands prêtres assemblés à Kirtland, de l’Église et aussi des saints de Sion —

« pour être envoyée avec salutations ; non par commandement ou par contrainte, mais par révélation et parole de sagesse, montrant l’ordre et la volonté de Dieu dans le salut temporel de tous les saints dans les derniers jours. »

Réfléchissez à cela un instant : « dans le salut temporel de tous les saints dans les derniers jours ».

« donnée comme principe accompagné d’une promesse, adaptée à la capacité des faibles et des plus faibles de tous les saints, qui sont ou peuvent être appelés saints. » [Voir D&A 89:1-3.]

Le Seigneur nous dit ensuite ce qui est bon pour nous. Il explique le genre de nourriture qui est souhaitable pour nous puis nous met en garde contre certaines des choses qui sont les plus nuisibles [voir D&A 89:5-17].

Il me semble que notre peuple a été merveilleusement béni… Le Seigneur a fait preuve de miséricorde envers nous en nous prévenant, en nous conseillant et en nous avertissant en ce qui concerne beaucoup de choses3.

Je considère la Parole de Sagesse comme des conseils aimants de notre Père céleste qui souhaite voir ses enfants devenir plus semblables à lui… Je le prends comme les recommandations d’un Père qui, sachant ce dont j’ai besoin, m’a dit : « Mon fils, ces choses ne sont pas bonnes pour toi et si tu t’en abstiens, je te donnerai la compagnie de mon Saint-Esprit, la joie tandis que tu vis dans le monde et, à la fin, la vie éternelle. » Puisque j’ai l’assurance que le Seigneur recommande que je m’en abstienne, comme il serait alors insensé de ma part de prendre ces choses interdites ! Je me sentirais sous la condamnation si j’en prenais alors que celui qui connaît tout mieux que quiconque dit qu’elles sont nuisibles et m’a mis en garde contre elles…

Il a considéré que cela avait assez d’importance pour nous le donner et pour nous avertir. Et si celui qui sait tout juge nécessaire de donner des conseils sur ces affaires temporelles, comme nous devrions observer cette recommandation divine avec soin, nous qui ne savons pas ce que le lendemain nous réserve ! Je pense que les saints des derniers jours ont, dans la Parole de Sagesse, une loi qui les exaltera et les élèvera au-dessus des personnes qui ne la respectent pas4.

L’Évangile de Jésus-Christ a pour but de préserver l’âme, dont le corps est le tabernacle, pour le bonheur éternel. Comme ce serait insensé de céder aux habitudes et aux coutumes du monde ! … Notre Père céleste, dans sa bonté et son amour, [a donné cet avertissement] : « En conséquence des mauvaises intentions et des desseins qui existent et existeront dans les derniers jours dans le cœur des conspirateurs, je vous ai avertis et je vous préviens en vous donnant par révélation cette parole de sagesse » (D&A 89:4.) … L’objectif de l’Évangile de Jésus-Christ est de nous préparer à comprendre la beauté de la vie que nous devrions mener, selon ce que le Seigneur a indiqué, en nous disant comment éviter les choses qui détruisent le monde5.

Croyez-vous que le Seigneur nous a donné la Parole de Sagesse ? Croyez-vous réellement qu’il sait ce qui est bon pour nous ? Pensez-vous que cela lui plairait que nous observions cette loi ? Il a dit que oui. Croyez-vous qu’il le pensait6 ?

Mes frères et sœurs, nous ne pouvons mépriser la Parole de Sagesse impunément. Elle a été donnée comme conseil, non par commandement ou par contrainte, mais comme parole de sagesse, de notre Père, pour le salut temporel de notre corps et pour la préparation de notre âme à la vie éternelle7. [Voir la deuxième idée de la page 222.]

Le Seigneur promet la santé mentale et physique aux personnes qui obéissent à la Parole de Sagesse.

Je suis reconnaissant de cette merveilleuse Parole de Sagesse, simple comme elle est, et, selon les paroles du Seigneur, « adaptée à la capacité des faibles et des plus faibles de tous les saints, qui sont ou peuvent être appelés saints. » Je m’arrête ici pour demander… : Sommes-nous dignes d’être appelés saints ? Il est certain que tous ceux qui espèrent être appelés saints doivent observer la Parole de Sagesse. Que signifie-t-elle pour nous ? Elle apporte de la douceur à la vie, elle nous enlève les fumées toxiques que beaucoup de gens respirent en fumant du tabac. Elle nous évite l’état écœurant où se trouvent ceux qui chiquent du tabac. Si nous la respectons, elle nous protège des infirmités dues à l’ingestion des [drogues] contenues dans le thé et le café ainsi que des effets désastreux de l’alcool…

Notre Père céleste nous dit non seulement ce que nous devons éviter mais également ce que nous pouvons utiliser pour notre profit. Il nous dit que tout grain, toute herbe salutaire, le fruit de la vigne, etc., sont bons pour l’homme. Il nous parle de la chair des bêtes et des oiseaux du ciel, que nous pouvons utiliser avec prudence et actions de grâces. Et je voudrais souligner « avec actions de grâces »8.

Nous observons que le respect des lois de la santé produit une force mentale et physique, et nous nous apercevons que la désobéissance à ces lois induit une détérioration mentale et physique. C’est notre Créateur, le Père de notre esprit, qui a nous donné la possibilité de demeurer sur cette terre, qui a dit que certaines choses indiquées dans cette révélation ne sont pas bonnes pour nous. Il nous a fait de précieuses promesses qui dépendent de notre obéissance à cette loi, des promesses de sagesse, de santé et de force. Il a également promis que l’ange destructeur passerait à côté de nous sans nous faire de mal, comme il l’a fait pour les enfants d’Israël9 [voir D&A 89:18–21]. [Voir la troisième idée de la page 222.]

L’obéissance à la Parole de Sagesse fortifie notre foi et notre spiritualité.

Je suis pleinement convaincu que, lorsqu’il nous a donné la Parole de Sagesse, le Seigneur, dans sa miséricorde, l’a fait non seulement pour que nous ayons la santé pendant notre vie ici-bas mais aussi pour que notre foi soit fortifiée, pour que notre témoignage de la mission divine de notre Seigneur et Maître augmente et pour que nous soyons ainsi mieux préparés à retourner en sa présence lorsque notre œuvre ici-bas sera terminée. J’ai bien peur que nous, qui sommes les fils et les filles de Sion, ne nous rendions parfois pas compte de l’importance de ce grand message donné au monde10.

Je tiens à vous dire que, selon moi, quoique certains hommes aient considéré cela comme une petite chose, l’utilisation du tabac a été le moyen de détruire leur vie spirituelle, de les priver de la compagnie de l’Esprit de notre Père, de les éloigner de l’entourage d’hommes et de femmes de bien et de leur apporter le mépris et le reproche des enfants qu’ils ont engendrés. Et pourtant le diable leur dit : « Oh, ce n’est pas grand-chose11 ! »

Nous vivons à une époque où le Seigneur a de nouveau parlé à son peuple. Nous qui sommes membres de l’Église et qui avons respecté les exigences de notre Père céleste, nous comprenons parfaitement que Dieu vit et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le servent diligemment. Nous comprenons qu’il nous a donné certaines règles pour nous gouverner dans cette vie. L’obéissance à ses exigences nous assure de trouver grâce à ses yeux et les bénédictions promises suivent notre obéissance. Mais si nous n’obéissons pas à ses enseignements, si nous ne tenons pas compte de ses sages recommandations, nous n’obtenons pas de promesses de lui et nous gâchons des occasions que ne se représenteront plus. Je pense qu’il est important que les saints des derniers jours observent cette loi en particulier [la Parole de Sagesse]. Je crois que, s’ils y obéissent, les saints des derniers jours peuvent avoir beaucoup plus de foi. Dans les enseignements de Mormon, nous lisons que s’il n’y avait pas de miracles accomplis parmi ce peuple, c’était parce qu’il n’avait pas la foi. Mormon lui dit également que sans la foi, « affreux est l’état de l’homme ». [Voir Moroni 7:37-38.] Si nous enfreignons la volonté du Seigneur alors que nous la connaissons, il est naturel que notre foi décline car l’Esprit ne luttera pas toujours avec nous…

J’ai la ferme conviction que parce qu’ils ont négligé cette exigence simple, la foi a diminué dans le cœur de certains de nos membres et que, par un respect plus général de la Parole de Sagesse, la foi augmenterait parmi les saints des derniers jours et ils acquerraient une plus grande connaissance. En effet, de son respect découle une disposition à obéir à d’autres lois de notre Père, et l’obéissance à chacune d’elles assure une bénédiction12. [Voir les troisième et quatrième idées de la page 222.]

En obéissant à la Parole de Sagesse nous nous préparons à la vie éternelle.

Je me demande parfois si les saints des derniers jours se rendent compte que [la Parole de Sagesse] nous a été donnée pour notre exaltation, non seulement pour notre bénédiction temporelle mais aussi pour nous préparer à la vie spirituelle…

Il nous est dit que la gloire de Dieu, c’est l’intelligence [voir D&A 93:36], et nous admirons toutes les femmes et tous les hommes intelligents. Nous devrions donc avoir le désir de poser les bases d’un plus grand pouvoir mental et de ne rien faire pour l’affaiblir. D’après ce que l’on peut voir dans la vie de certains, il est clair qu’ils se privent du pouvoir cérébral qu’ils pourraient avoir à cause de leur utilisation continue des choses qui, selon notre Père céleste, ne sont pas bonnes. Ils deviennent moins intelligents et ne se préparent pas pour la vie éternelle qui devrait être leur ambition13.

Si nous croyons, comme nous l’affirmons, que Jésus est le Christ et que nous sommes les enfants de notre Père céleste, comme nous devrions alors veiller à nous conduire de manière à être dignes du temple que nous habitons, qui a été créé à l’image de Dieu ! Combien d’entre nous se rendent compte qu’en ingérant des choses que notre Père a interdites, nous souillons le temple de notre esprit ? Combien d’entre nous prennent le temps de réfléchir pour s’apercevoir que lorsque nous cédons à la faiblesse de la chair, nous nous privons d’occasions qui nous attendent à l’avenir et nous nous interdisons les bénédictions que le Seigneur a en réserve pour les fidèles14 ?

L’obéissance à cette loi, qui est adaptée à la capacité des plus faibles d’entre nous, sera le fondement sur lequel pourront s’ajouter beaucoup de grandes bénédictions que notre Père sera heureux d’accorder et que nous ne pourrions pas mériter ni recevoir autrement. Comment l’un d’entre nous pourrait-il se sentir justifié de ne pas tenir compte d’une loi simple de Dieu alors qu’il a dit, de sa propre voix, que n’importe lequel d’entre nous peut y obéir ? Pouvons-nous nous attendre à être capables de respecter une loi plus élevée et d’atteindre une grande exaltation si nous ne respectons pas cette exigence simple15 ? [Voir la troisième idée de la page 222.]

La meilleure façon d’apprendre à nos enfants à obéir à la Parole de Sagesse est d’y obéir nous-mêmes.

S’ils respectent la Parole de Sagesse, les pères et les mères peuvent transmettre à leur descendance des vertus et une force qu’ils ne pourraient pas leur donner autrement. Je crois que la compagnie de l’Esprit de notre Père sera dans le cœur et dans le foyer des gens qui respectent cette loi. Leur désir d’être obéissants se transmettra à leurs enfants… Il est bien connu que l’effet du tabac sur le cerveau de l’enfant est très nocif. Il détruit la mémoire et émousse les sens plus raffinés. Il est également reconnu que l’effet de l’alcool sur le cerveau d’un jeune est très nuisible : il sape le désir d’être honorable et droit, et conduit au vice et à la délinquance… Dans sa bonté et son amour, le Seigneur nous a donné cette loi en nous promettant certaines bénédictions si nous obéissons à ses recommandations. Je tiens à vous exhorter, mes frères et sœurs, à enseigner cela dans votre foyer. Attirez l’attention de vos enfants sur elle et sur la récompense sur laquelle repose l’observance de cette loi.

Je tiens à vous dire que la meilleure preuve de notre foi en la Parole de Sagesse, de notre croyance qu’elle vient de Dieu, est l’observance constante de cette loi. Nous pouvons la prôner toute la journée mais si nous la transgressons dans la pratique, notre exemple sera catastrophique pour les personnes que nous aimons plus que la vie car elles penseront qu’elles peuvent suivre sans danger la voie que nous leur montrons16.

Je vous supplie de sonder la Parole de Sagesse dans un esprit de prière. Ne faites pas que la lire ; sondez-la dans la prière. Découvrez pourquoi notre Père céleste l’a donnée. Il nous l’a donnée avec une promesse de bonheur et de vie prolongée, non pas si nous ne la respectons pas mais si nous la suivons. Lisez la Parole de Sagesse en présence de votre famille et montrez l’exemple. Si nous le faisons, Sion continuera de grandir. Si nous le faisons, l’Église de l’Agneau de Dieu continuera de devenir une puissance positive dans le monde17. [Voir la cinquième idée de la page 222.]

Idées pour l’étude et l’enseignement

Réfléchissez à ces idées pendant votre étude du chapitre ou pour vous préparer à enseigner. Vous trouverez des aides supplémentaires aux pages v à viii.

  1. 1.

    À la page 215, le président Smith parle de l’histoire de Daniel, lorsqu’il refuse de prendre la nourriture et le vin du roi. Lisez le premier chapitre de Daniel et réfléchissez à un moment où on a voulu que vous preniez quelque chose qui est interdit dans la Parole de Sagesse. De quelle façon pouvons-nous obéir à la Parole de Sagesse dans ces situations tout en montrant du respect envers les autres ?

  2. 2.

    Parcourez la première partie des enseignements (pages 215 à 217). Comment pouvez-vous utiliser ces enseignements pour aider quelqu’un qui a du mal à obéir à la Parole de Sagesse ?

  3. 3.

    Relisez rapidement les pages 218 à 220. Dans ce passage, le président Smith parle de certaines des bénédictions promises aux personnes qui obéissent à la Parole de Sagesse (voir aussi D&A 89:18-21). Comment ces promesses se sont-elles accomplies dans votre vie ? Quelles autres bénédictions avez-vous reçues en respectant cette loi ?

  4. 4.

    À la page 220, le président Smith promet que l’obéissance à la Parole de Sagesse apporte une « disposition à obéir ». Qu’est-ce que cette expression signifie pour vous ?

  5. 5.

    Selon vous, comment notre obéissance à la Parole de Sagesse aide-t-elle l’Église à « devenir une puissance positive dans le monde » ? (page 222). Comme le président Smith le suggère, étudiez, à l’aide de la prière, la section 89 des Doctrine et Alliances et méditez sur ce que vous pouvez faire pour obéir plus complètement à la Parole de Sagesse.

Écritures apparentées : 1 Corinthiens 6:19-20 ; Alma 34:36 ; Doctrine et Alliances 29:34 ; 130:20-21

Aide pédagogique : « Vous pouvez exprimer votre amour pour vos élèves en les écoutant attentivement et en vous intéressant sincèrement à leur vie. L’amour chrétien a le pouvoir d’adoucir le cœur et d’aider les gens à être réceptifs aux chuchotements de l’Esprit » (L’enseignement, pas de plus grand appel, p. 46).

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    « Boyhood Experiences », Instructor, févr. 1943, p. 73.

  2.   2.

    Conference Report, oct. 1943, p. 44.

  3.   3.

    « Saints Blessed », Deseret News, 12 nov. 1932, section sur l’Église, p. 5.

  4.   4.

    Conference Report, avr. 1907, p. 19-21.

  5.   5.

    « Seek Ye First the Kingdom of God », Improvement Era, oct. 1947, p. 688.

  6.   6.

    Conference Report, oct. 1935, p. 121.

  7.   7.

    Conference Report, avr. 1907, p. 21.

  8.   8.

    Conference Report, oct. 1923, p. 72-73.

  9.   9.

    Conference Report, avr. 1907, p. 19.

  10.   10.

    Conference Report, avr. 1907, p. 19.

  11.   11.

    Conference Report, avr. 1918, p. 40.

  12.   12.

    Conference Report, oct. 1908, p. 83-84.

  13.   13.

    Conference Report, avr. 1907, p. 19.

  14.   14.

    Conference Report, avr. 1905, p. 62.

  15.   15.

    Conference Report, oct. 1908, p. 84.

  16.   16.

    Conference Report, avr. 1907, p. 21.

  17.   17.

    Conference Report, avr. 1949, p. 191.