Chapitre 3 : Notre témoignage de Jésus-Christ

Enseignements des présidents de l’Église, George Albert Smith, 2010


L’Évangile rétabli donne aux saints des derniers jours des témoignages supplémentaires que Jésus-Christ est le Fils de Dieu.

Épisodes de la vie de George Albert Smith

Dans les voyages qu’il faisait en tant qu’Autorité générale, George Albert Smith rencontrait parfois des personnes qui pensaient que les saints des derniers jours ne croient pas en Jésus-Christ. Cette idée erronée l’étonnait et l’inquiétait et il essayait de la corriger en rendant son témoignage personnel du Sauveur.

Un jour, lors d’une réunion de l’Église à Cardston, au Canada, il fit un discours sur la vie et la mission du Christ. Le lendemain matin, il se rendit à la gare pour acheter un billet de train. Pendant qu’il était dans la file d’attente, il surprit une conversation entre une femme et la guichetière. La dame disait que, la veille, elle avait décidé d’assister à un service de culte des saints des derniers jours.

La guichetière dit, l’air surpris : « Comment ! Ne me dites pas que vous êtes allée à l’église là-bas. »

La femme répondit : « Si. Pourquoi pas ? »

La guichetière dit : « Ils ne croient même pas en Jésus-Christ. »

La femme répliqua alors : « Hier soir seulement, j’ai écouté l’un des anciens de l’Église parler de la vie de Jésus de Nazareth et je n’ai jamais entendu quelqu’un qui semblait autant imprégné de la connaissance que Jésus était vraiment le Christ que cet orateur à ce moment-là1. » [Voir la première idée de la page 33.]

George Albert Smith puisait de la force dans son témoignage de Jésus-Christ et il se réjouissait de pouvoir le rendre aux autres. À quarante-quatre ans, après avoir rempli pendant onze ans son appel apostolique, il a dit :

« J’ai été soutenu, pour ainsi dire, élevé au-delà de mes capacités et il m’a été donné un pouvoir qui ne venait pas de moi pour enseigner les vérités glorieuses proclamées par le Rédempteur du monde. Je ne l’ai pas vu face à face mais j’ai bénéficié de la compagnie de son Esprit et j’ai ressenti sa présence d’une manière sur laquelle on ne peut se méprendre. Je sais que mon Rédempteur vit et je fais don de bon cœur de mes humbles efforts pour diffuser ses enseignements… Toutes les fibres de mon être sont imprégnées de la connaissance qu’il vit et qu’un jour tous les hommes le sauront.

« Le Sauveur est mort pour que nous puissions vivre. Il a vaincu la mort et le tombeau et présente à toutes les personnes qui obéissent à ses enseignements l’espoir d’une résurrection glorieuse… Je sais que c’est l’œuvre du Seigneur et que Jésus est vraiment notre Sauveur2. »

Le président Smith est décédé le 4 avril 1951, jour de son quatre-vingt-unième anniversaire. Dans les derniers moments de sa vie, lorsque sa famille était autour de lui, son fils lui a demandé : « Papa, y a-t-il quelque chose que tu voudrais dire à la famille, quelque chose de spécial ? »

Avec un sourire, il a réaffirmé le témoignage qu’il avait rendu de nombreuses fois tout au long de sa vie : « Oui, seulement ceci : Je sais que mon Rédempteur est vivant. Je sais que mon Rédempteur est vivant3. »

Enseignements de George Albert Smith

Jésus-Christ est le Fils de Dieu et il vit aujourd’hui, lui, notre Sauveur ressuscité.

J’ai rencontré beaucoup de gens dans le monde qui ne savaient pas que nous croyons en la mission divine de notre Seigneur, et j’ai été amené à dire à plusieurs occasions qu’aucun peuple au monde ne comprend aussi bien la mission divine de Jésus-Christ, ne croit aussi totalement qu’il est le Fils de Dieu, n’est aussi assuré qu’il est actuellement assis en gloire à la droite de Dieu, que les saints des derniers jours4. »

Je sais, comme je sais que je vis, qu’il était le Fils de Dieu, que par lui, et par lui uniquement, nous obtiendrons l’exaltation dans le royaume céleste. Toutes les personnes qui suivent ses pas et vivent selon les enseignements qu’il a donnés seront heureuses dans cette vie et se prépareront une demeure dans son royaume céleste, où elles vivront avec lui pour toujours5.

Le Rédempteur de l’humanité était plus qu’un homme bon qui vint dans le monde pour nous enseigner la morale. Le Rédempteur de l’humanité avait plus qu’une intelligence ordinaire. Il était véritablement le Fils de Dieu, le Fils unique de Dieu dans la chair… Il est venu appeler les hommes au repentir, les détourner de l’erreur de leur voie. Il est allé parmi eux en représentant Dieu le Père éternel, en proclamant qu’il était à l’image du Père et que ceux qui l’avaient vu avaient vu le Père. Il leur a dit qu’il avait été envoyé faire la volonté de son Père et a appelé tous les hommes à se détourner de l’erreur qui s’était glissée parmi eux, à se repentir de leurs péchés et à descendre dans les eaux du baptême6.

Du temps du Sauveur, l’adversaire murmurait aux gens : « Ce n’est pas le Fils de Dieu. Allons, tu ne vas pas l’accepter, ce n’est qu’un homme ordinaire. C’est seulement le fils de Marie et de Joseph. Il n’est pas plus le Fils de Dieu que toi. » Les gens ont écouté ce malin insidieux et ont crucifié le Rédempteur de l’humanité7.

Il était véritablement le Fils de Dieu. Il a œuvré parmi [le peuple] avec amour et gentillesse mais celui-ci a rejeté son nom en disant qu’il était mauvais… Il était le Fils de Dieu et il avait le droit de parler au nom du Père. Les vérités qu’il a apportées sur terre venaient du Père et, bien qu’ils l’aient cloué sur la croix, bien qu’ils lui aient mis sur la tête la couronne d’épines tressée et à la main le simulacre de sceptre, bien qu’ils aient répandu son sang avec la lance cruelle, la parole qu’il leur a donnée était la parole du Seigneur et il était réellement le Fils de Dieu8.

Non seulement nous croyons que Jésus de Nazareth a vécu sur la terre mais nous croyons aussi qu’il vit toujours, n’étant ni une essence ni quelque chose d’incorporel ou d’intangible mais étant un homme exalté, car il est ressuscité avec ce même corps qui avait été déposé dans le tombeau de Joseph d’Arimathée, ce même corps dont les personnes qui l’aimaient avaient alors pris soin. Le même Jésus-Christ qui est sorti du tombeau l’a fait avec ce corps qui avait été purifié… et l’a emporté lorsqu’il a disparu du regard de l’humanité à Jérusalem, quand deux hommes vêtus de blanc ont dit : « De la même manière que vous le voyez partir, il reviendra. » [Voir Actes 1:10-11.]

C’est en ce Jésus de Nazareth que croient les saints des derniers jours. Nous croyons également que les promesses qui ont été faites concernant l’humanité seront accomplies. Au moment voulu, lorsque l’Évangile aura été prêché sur toute la terre, à toutes les nations, tribus et langues et à tous les peuples, lorsque les hommes n’auront plus d’excuse dans ce domaine, l’humanité recevra, par le pouvoir de notre Père céleste, la bénédiction merveilleuse qu’est la résurrection des morts et le Rédempteur de l’humanité viendra dans les nuées des cieux avec puissance et gloire pour demeurer sur cette terre. Nous croyons que Jésus de Nazareth viendra demeurer avec les personnes qui seront dignes de la gloire céleste9. [Voir la deuxième idée de la page 33.]

Nous acceptons le témoignage de la Bible sur la mission divine de Jésus-Christ.

Jésus de Nazareth descendit dans l’eau et fut baptisé par Jean. Lorsqu’il sortit de l’eau, le Saint-Esprit vint et descendit sur lui sous la forme d’une colombe. Une voix fit entendre des cieux : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, en qui j’ai mis toute mon affection. » [Voir Matthieu 3:13-17.]

Pourrait-il y avoir quelque chose de plus catégorique que cela ? Notre merveilleuse Bible contient tous ces renseignements et bien d’autres, bien sûr. Quand les gens disent ou pensent que nous ne croyons pas à la mission divine de Jésus-Christ, faisons-leur savoir que nous croyons tout ce que la Bible enseigne à son sujet. Nous croyons le récit qui raconte comment il a organisé et instruit son peuple et finalement comment… il a été crucifié10.

Nous acceptons sans réserve le témoignage de tous les évangélistes contenu dans le Nouveau Testament concernant la résurrection du Rédempteur de l’humanité. Il est si clair qu’il me semble qu’aucune personne sensée ne peut manquer de le comprendre. Le fait est qu’après avoir été crucifié et mis au tombeau, le Sauveur en est sorti et a fréquenté ses disciples pendant quarante jours. Il a mangé avec eux du poisson et un rayon de miel et ils ont senti la marque des clous dans ses mains et de la lance dans son côté. Il leur a déclaré, tandis qu’il était parmi eux : « Voyez mes mains et mes pieds, c’est bien moi ; touchez-moi et voyez : un esprit n’a ni chair ni os, comme vous voyez que j’ai. » [Voir Jean 24:39-43.] Il s’agit là d’une preuve irréfutable et pourtant beaucoup d’enfants de notre Père ne la comprennent pas11. [Voir la troisième idée de la page 33.]

Le Livre de Mormon et le témoignage de Joseph Smith nous donnent une preuve supplémentaire de la divinité du Christ.

Dans l’ancien monde, on a soutenu l’idée que Jésus n’était pas d’origine divine car il était venu sur terre comme un petit enfant, il avait eu pour berceau une crèche, sa mère était Marie et on disait que son père était Joseph, le charpentier. Beaucoup ont admis qu’il était un grand homme, un homme bon, mais ils ont souhaité le priver de la divinité de sa naissance.

Cependant, heureusement pour les saints des derniers jours, nous avons reçu le témoignage que ces choses sont vraies. Et, en plus de cela, nous avons reçu le témoignage qu’il est allé sur [le] continent américain, comme cela est écrit dans le Livre de Mormon, et y a exercé son ministère auprès des Néphites. Cette fois, il n’est pas venu comme un petit enfant mais dans les nuées des cieux et sa venue a été proclamée par une voix qui a percé jusqu’au cœur même de toutes les personnes qui demeuraient dans le pays. Cette fois, il est apparu comme un homme venant des cieux et ils l’ont vu venir. Ils savaient que c’était le Christ, car sa venue avait été prédite par leurs prophètes. Il leur a donné la même organisation que celle qui existait dans l’Église à Jérusalem. Il leur a enseigné qu’ils devaient se faire baptiser, comme lui, par une personne détenant l’autorité pour accomplir cette ordonnance. [Voir 3 Néphi 11:1-27.] Ce n’était pas la parole d’un homme ordinaire. C’était la parole du Fils de Dieu, qui était monté auprès de son Père et qui était revenu afin que les enfants des hommes aient un autre témoignage, s’ajoutant à ceux qu’ils avaient déjà reçus12.

Quelle preuve plus claire de la résurrection des morts pourrions-nous avoir que le fait qu’il est allé parmi [les Néphites], dans son corps ressuscité, et leur a enseigné le même Évangile qu’à Jérusalem ? Il accomplissait alors la promesse qu’il avait faite à Jérusalem lorsqu’il avait dit : « J’ai encore d’autres brebis, qui ne sont pas de cette bergerie ; celles-là, il faut que je les amène ; elles entendront ma voix, et il y aura un seul troupeau, un seul berger. » [Jean 10:16.] Il est allé leur apporter, dans son corps ressuscité, les enseignements dont il avait prédit qu’ils seraient donnés aux personnes auprès desquelles il exerçait maintenant un ministère.

Ce fut une expérience merveilleuse pour ces gens. Après les avoir instruits toute la journée… il guérit leurs malades, bénit leurs enfants et continua de leur montrer la beauté de son Évangile. Dans leur esprit, il n’y avait aucun doute qu’il était le Sauveur du monde. Ils le virent venir des cieux et furent témoins de son pouvoir merveilleux… Il vint en gloire. Des anges descendirent des cieux comme au milieu d’un feu et entourèrent les petits enfants de sorte qu’ils furent encerclés par le feu. Puis les anges les servirent. [Voir 3 Néphi 17:6-24.]

Il ne s’agissait pas d’hallucinations mais d’expériences merveilleuses d’une nature telle qu’il était impossible aux personnes qui les vécurent de les oublier. Nous, saints des derniers jours, acceptons ce récit comme une preuve de la résurrection de Jésus-Christ, notre Seigneur13.

Puis à l’époque où nous vivons est apparue une autre personne… Non seulement [Joseph Smith] avait le témoignage de la Bible que Jésus était le Christ mais il vit Dieu le Père se tenant dans les nuées des cieux, revêtu de gloire, et Jésus-Christ, le Rédempteur du monde, à sa droite, exalté. Il entendit la voix du Seigneur dire : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoute-le. » [Voir Joseph Smith, Histoire 1:16-17.] Il rendit témoignage de cette glorieuse vision aux personnes qu’il fréquentait. D’autres reçurent également un témoignage d’en haut. Leur témoignage de la divinité de la mission du Sauveur avait été augmenté et fortifié si bien que ce n’était plus une question d’histoire ancienne que Dieu vivait et que Jésus était le Christ. Ils le savaient personnellement parce qu’ils avaient eux-mêmes reçu un témoignage14.

À mon avis, l’un des plus grands témoignages de la divinité de la vie de notre Sauveur est celui de Joseph Smith, qui a donné sa vie en témoignage de la véracité de l’Évangile de Jésus-Christ15. [Voir la troisième idée de la page 33.]

Chacun de nous peut acquérir le témoignage personnel que Jésus est le Christ.

Nous avons un autre témoignage, une autre preuve qui est encore plus parfaite et plus convaincante que les autres car c’est un témoignage que l’on reçoit lorsqu’on a rempli les conditions de notre Père céleste. C’est un témoignage qui est gravé dans notre âme par le pouvoir du Saint-Esprit quand nous avons effectué le travail qui, selon ce que le Seigneur a dit, doit être fait si nous voulons savoir si la doctrine est de Dieu ou si elle est de l’homme16.

Il a dit lui-même : « Ma doctrine n’est pas de moi, mais de celui qui m’a envoyé. Si quelqu’un veut faire sa volonté, il connaîtra si ma doctrine est de Dieu, ou si je parle de mon chef. » (Jean 7:16-17) C’est la promesse qu’il a faite lui-même. Nous, chrétiens du monde entier, acceptons cette promesse et devrions la mettre à l’épreuve pour voir si elle est réalisable ou pas. Beaucoup l’ont fait. Je me rends compte que… beaucoup ont mis cette promesse à l’épreuve, beaucoup de personnes qui savent que Dieu vit et que Jésus est le Christ, qu’il est le Sauveur du monde17.

Nous avons donc non seulement la preuve des annales… non seulement le témoignage d’hommes bons qui ont vécu sur la terre à notre époque mais aussi, si nous avons rempli les conditions de notre Père céleste, si nous avons eu foi en Dieu, si nous nous sommes repentis de nos péchés, si nous avons reçu le baptême par immersion, si nous avons reçu le Saint-Esprit des mains de serviteurs autorisés du Seigneur, oui, si nous avons fait toutes ces choses, alors nous avons tous en nous la connaissance sûre et indéniable que Dieu vit et que Jésus-Christ est le Rédempteur de l’humanité…

Moi qui suis l’un des humbles membres de cette Église, je vous rends mon témoignage que je sais qu’il vit comme je sais que je vis… Jésus est le Christ. Je sais que les enfants des hommes doivent parvenir à cette connaissance, qu’ils doivent la recevoir et que, pour employer les mots de celui qui vit dans les cieux, « tout genou fléchira et toute langue confessera que Jésus est le Christ18. » [Voir D&A 88:104.] [Voir la quatrième idée de la page 33.]

Notre mission est de faire connaître à tout le monde ce que nous savons de Jésus-Christ.

Je vous dis à vous, saints des derniers jours, qu’aucun autre peuple au monde n’a toutes les informations que nous avons concernant la divinité du Sauveur. Si nous ne croyons pas en lui, nous sommes sous une plus grande condamnation que les personnes qui n’ont jamais eu ces informations. Nous pouvons donc dire au monde sans hésitation que nous croyons ces choses…

Je vous félicite d’avoir dans votre vie cette grâce et cette bénédiction. Je vous supplie maintenant, en tant que frère, moi qui suis l’un des plus petits parmi vous, de ne pas mettre votre lampe sous le boisseau. Ne dissimulez pas à vos semblables la connaissance que Dieu vous a accordée.

Ne les importunez pas mais ne manquez pas de jugement au point de leur cacher l’Évangile de Jésus-Christ. C’est la seule puissance de Dieu pour le salut dans le royaume céleste19.

Les hommes les plus heureux et les femmes les plus heureuses que vous connaissez dans le monde sont ceux qui mettent leur vie en conformité avec les enseignements de l’Évangile de Jésus-Christ. Ce sont ceux qui ont l’assurance de la vie éternelle. Ce sont ceux qui comprennent le but de notre existence… Dans mes voyages de par le monde pour apporter ce message, mon âme a été remplie de joie et j’ai eu les larmes aux yeux lorsque j’ai vu comment la vie des hommes peut être transformée parfaitement par l’Évangile de Jésus-Christ. J’ai vu des gens découragés, des gens qui étaient dans les ténèbres, des gens qui doutaient du but de leur existence. Quand on leur a enseigné les vérités glorieuses de l’Évangile de Jésus-Christ, ils ont été changés ; ils ont appris à être heureux, contents, satisfaits, à croire et à enseigner avec enthousiasme l’Évangile qui a été proclamé par Jésus-Christ lorsqu’il demeurait sur cette terre et parcourait la Galilée.

Frères et sœurs, le monde ne comprend pas cela mais c’est notre mission de l’aider à le comprendre. Et ce n’est pas avec égotisme ni arrogance que ce message est envoyé, mais avec de la charité pour tous et de la tendresse aimante…

Moi qui suis l’un des plus petits parmi vous, je le remercie de tout cœur de l’assurance qui m’a été donnée… Par-dessus tout, je le remercie de la connaissance qui est gravée dans mon âme ; je sais que mon Père céleste vit, je sais que Jésus-Christ est le Sauveur de l’humanité et qu’il n’y a pas d’autre nom donné sous le ciel par lequel les hommes et les femmes peuvent être exaltés que celui de Jésus-Christ, notre Seigneur. Je sais qu’il est venu dans le monde en ces derniers jours, qu’il a conféré l’autorité divine à un humble garçon qui recherchait la vérité. Il en a résulté l’organisation de l’Église à laquelle nous appartenons et qui a le pouvoir de Dieu pour le salut de tous ceux qui croient20.

Je prie pour que nous vivions de manière à être de dignes exemples de sa cause. Je prie pour que notre vie témoigne que nous croyons vraiment au Seigneur Jésus-Christ21. [Voir la cinquième idée de la page 33.]

Idées pour l’étude et l’enseignement

Réfléchissez à ces idées pendant votre étude du chapitre ou pour vous préparer à enseigner. Vous trouverez des aides supplémentaires aux pages v à viii.

  1. 1.

    Lisez l’histoire de la page 23. Que répondriez-vous à quelqu’un qui dit que les saints des derniers jours ne croient pas en Jésus-Christ ?

  2. 2.

    Le président Smith a enseigné : « Non seulement nous croyons que Jésus de Nazareth a vécu sur la terre mais nous croyons aussi qu’il vit toujours » (page 25). Quelles raisons les saints des derniers jours ont-ils de croire que Jésus-Christ vit aujourd’hui ? Quelles raisons avez-vous personnellement de croire cela ?

  3. 3.

    Parcourez brièvement les pages 26 à 29. Quels histoires ou passages des Écritures ont renforcé votre témoignage que Jésus-Christ est le Fils de Dieu ? Lisez 1 Néphi 10:17 et pensez à des façons d’accroître votre compréhension de la mission du Sauveur.

  4. 4.

    En lisant la page 30, réfléchissez à la manière dont l’obéissance aux principes et aux ordonnances de l’Évangile a fortifié votre témoignage de Jésus-Christ. Que peuvent faire les parents pour aider leurs enfants à acquérir ce témoignage ?

  5. 5.

    Quels pensées ou sentiments avez-vous lorsque vous lisez le témoignage du président Smith, aux pages 31 à 32 ? Pensez aux occasions où vous avez vu la vie de personnes changer grâce à l’Évangile de Jésus-Christ. Comment l’Évangile a-t-il changé votre vie ?

Écritures apparentées : Matthieu 16:15-17 ; 17:1-5 ; 2 Néphi 25:26 ; Alma 5:45-48 ; Doctrine et Alliances 76:22-24 ; 110:1-4

Aide pédagogique : « [Évitez] la tentation de couvrir trop de sujets… Nous instruisons des gens, nous n’enseignons pas un sujet en soi ; et… chaque plan de leçon que j’ai vu contient immanquablement plus qu’on ne peut couvrir dans le temps imparti » (Jeffrey R. Holland, « Enseigner et apprendre dans l’Église », Le Liahona, juin 2007, p. 59).

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    Deseret News, 27 déc. 1924, section sur l’Église, p. 6 ; voir aussi Sharing the Gospel with Others, comp. par Preston Nibley, 1948, p. 201-202.

  2.   2.

    « Testimony of Elder George Albert Smith », Liahona: The Elders’ Journal, 2 fév. 1915, p. 502.

  3.   3.

    Robert L. Simpson, The Powers and Responsibilities of the Priesthood, Brigham Young University Speeches of the Year, 31 mars 1964, p. 8.

  4.   4.

    Deseret News, 27 déc. 1924, section sur l’Église, p. 6.

  5.   5.

    Deseret News, 15 janv. 1927, section sur l’Église, p. 8.

  6.   6.

    Conference Report, oct. 1921, p. 39.

  7.   7.

    Conference Report, avr. 1918, p. 39.

  8.   8.

    Conference Report, avr. 1904, p. 63.

  9.   9.

    Deseret News, 27 déc. 1924, section sur l’Église, p. 6.

  10.   10.

    Conference Report, oct. 1950, p. 156.

  11.   11.

    Conference Report, avr. 1939, p. 120-121.

  12.   12.

    Conference Report, avr. 1905, p. 61.

  13.   13.

    Conference Report, avr. 1939, p. 121-122.

  14.   14.

    Conference Report, avr. 1905, p. 61-62.

  15.   15.

    Deseret News, 15 janv. 1927, section sur l’Église, p. 8.

  16.   16.

    Deseret News, 27 déc. 1924, section sur l’Église, p. 6.

  17.   17.

    Sharing the Gospel with Others, p. 206 ; discours prononcé le 4 nov. 1945, à Washington.

  18.   18.

    Deseret News, 27 déc. 1924, section sur l’Église, p. 6.

  19.   19.

    Sharing the Gospel with Others, p. 211, 214 ; discours prononcé le 4 nov. 1945, à Washington.

  20.   20.

    Conference Report, oct. 1927, p. 48-50.

  21.   21.

    Deseret News, 12 janv. 1907, p. 31.