Chapitre 4 : Joseph Smith, le prophète, l’instrument entre les mains de Dieu pour rétablir la vérité

Enseignements des présidents de l’Église, George Albert Smith, 2010


Par l’intermédiaire de Joseph Smith, Dieu a rétabli l’Évangile de Jésus-Christ dans sa pureté.

Épisodes de la vie de George Albert Smith

À l’approche du centième anniversaire de la naissance de Joseph Smith, George Albert Smith alla visiter, avec Joseph F. Smith et d’autres personnes, des lieux importants de la vie du prophète. Le matin du 23 décembre 1905, un monument à la mémoire de Joseph Smith fut inauguré à l’endroit où il est né, dans le Vermont. Ce fut une expérience émouvante pour George Albert Smith et les personnes qui étaient avec lui de se trouver dans un endroit d’une telle importance dans le Rétablissement de l’Évangile. Il a raconté : « Nous étions en larmes. Sous l’influence de l’Esprit, chaque âme était plus humble, chaque cœur fondait et nous nous réjouissions des bénédictions de notre Père céleste1. » George Albert Smith fut invité à faire la prière de clôture lors du service de consécration. Après avoir résumé cette journée dans son journal, il écrivit : « Ainsi s’est achevée l’une des journées les plus mémorables de ma vie. Je suis reconnaissant d’être l’une des rares personnes à avoir pris part à la tâche qui vient d’être accomplie2. »

Ils se rendirent plus tard sur le lieu de la Première Vision, à Palmyra, dans l’État de New York. Frère Smith raconte : « Nous sommes allés dans le bosquet où Joseph s’était agenouillé pour demander au Seigneur à quelle Église il devait se joindre. Nous nous sommes sentis poussés à chanter, dans cet endroit saint, le beau… cantique : ‘La première prière de Joseph Smith’3. »

Après une visite de la colline Cumorah, du temple de Kirtland et d’autres sites liés à la mission du prophète, Joseph F. Smith demanda au groupe de se rassembler pour la dernière soirée du voyage. « Après plusieurs chants de Sion, il a été permis à chaque membre du groupe de témoigner de la bonté et de la miséricorde de notre Père envers nous. L’Esprit du Seigneur s’est déversé sur nous et nous avons versé des larmes de joie et de bonheur4. » [Voir la première idée, page 46.]

Plusieurs années plus tard, alors que George Albert Smith était devenu président de l’Église, des livres furent publiés dans le but de diffamer Joseph Smith. Lors d’une conférence générale de l’Église, le président Smith défendit hardiment le prophète, rendant témoignage de sa mission en ces mots :

« C’est grâce à cet homme, qui a donné sa vie pour l’Évangile de Jésus-Christ, que j’ai reçu une grande partie des bienfaits qui m’ont été accordés. Certains l’ont dénigré mais je tiens à dire que ceux qui ont fait cela seront oubliés et leurs restes retourneront à la terre, leur mère, si ce n’est déjà fait. L’odeur de leur infamie ne disparaîtra jamais, tandis que la gloire, l’honneur, la majesté, le courage et la fidélité manifestés par Joseph Smith, le prophète, s’attacheront à son nom pour toujours5. »

Harold B. Lee, qui était alors membre du Collège des douze apôtres, fut tellement impressionné par cette déclaration qu’il en conserva une copie dans son portefeuille et la cita souvent, désirant que « toutes les extrémités de la terre entendent » les paroles du président Smith6.

Enseignements de George Albert Smith

La Première Vision de Joseph Smith a montré que les cieux ne sont pas scellés.

Nous croyons que notre Père céleste a parlé à notre époque… qu’il a entendu l’humble prière d’un jeune homme à Palmyra, qu’il y a répondu et lui a accordé de connaître sa personnalité afin que tous puissent connaître le Seigneur, s’ils le veulent.

Il est très naturel que Joseph Smith ait recherché le Seigneur. Il venait d’un… milieu qui croyait en notre Père céleste, en la mission divine du Sauveur, en l’efficacité de la prière, qui croyait que Dieu entendrait son peuple et lui répondrait s’il s’adressait à lui avec l’esprit qui convient. Il était facile pour ce jeune homme de croire car il était né et avait été élevé dans une famille croyante. Quand il est allé dans les bois en réponse à l’injonction de l’Écriture (Jacques 1:5) : « Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée », il croyait qu’il aurait une réponse à sa prière. Notre Père céleste a promis à ses enfants depuis le début que, par la foi, ils pouvaient connaître toute chose7.

Sa foi en Dieu lui a permis de se détourner de la croyance, répandue à l’époque, que la Bible contenait toutes les révélations que les hommes pouvaient recevoir et que les cieux étaient scellés au-dessus de sa tête. Il a prié le Seigneur et a reçu une réponse. Il a vu le Père et le Fils descendre sur terre, entourés d’une lumière glorieuse. Il a reçu la connaissance incontestable qu’ils avaient un tabernacle comme les hommes et qu’ils étaient des personnages physiques. Ils lui ont parlé et il a entendu leur voix8.

Le résultat [de la prière de Joseph] a été cette merveilleuse manifestation, qui n’est comparable à rien de ce qui a été entendu dans l’histoire du monde. Nous avons entendu parler de cas où notre Père céleste s’est manifesté ; les Écritures parlent de cas où le Rédempteur de l’humanité s’est manifesté mais jamais nous n’avons lu que le Père et le Fils sont auparavant apparus à un être vivant et lui ont parlé.

Les gens de ce monde ne le croient pas. On a enseigné aux hommes et aux femmes que les cieux sont scellés… Quand ce jeune homme a déclaré que le Seigneur s’était manifesté, à notre époque, à un moment où nous avions le plus besoin de lumière, où les hommes et les femmes allaient çà et là à la recherche de la parole de Dieu et ne la trouvaient pas, comme cela avait été prédit par les prophètes de jadis [voir Amos 8:11-12], [Joseph] a été tourné en ridicule… Sa déclaration a été rejetée et les gens qui auraient dû être ses amis se sont détournés de lui et ont même dit qu’il était du malin. Quel était le témoignage de ce garçon ?

« J’avais réellement vu une lumière, et au milieu de cette lumière, je vis deux Personnages, et ils me parlèrent réellement ; et quoique je fusse haï et persécuté pour avoir dit que j’avais eu cette vision, cependant c’était la vérité ; et tandis qu’on me persécutait, qu’on m’insultait et qu’on disait faussement toute sorte de mal contre moi pour l’avoir racontée, je fus amené à me dire en mon cœur : Pourquoi me persécuter parce que j’ai dit la vérité ? J’ai réellement eu une vision, et qui suis-je pour résister à Dieu ? Et pourquoi le monde pense-t-il me faire renier ce que j’ai vraiment vu ? Car j’avais eu une vision, je le savais, et je savais que Dieu le savait, et je ne pouvais le nier ni ne l’osais ; du moins je savais qu’en le faisant j’offenserais Dieu et tomberais sous la condamnation9. » [Voir Joseph Smith, Histoire 1:25.]

En 1830, lorsque l’Église a été organisée, pas une seule Église organisée sur la terre ne déclarait croire que Dieu se révélerait aux enfants des hommes. Les enseignements des Églises allaient tous à l’encontre de cela. Notre Père voyait la futilité d’essayer de sauver ses fils et ses filles tant qu’ils ne pouvaient pas être inspirés à aller à lui avec la croyance qu’il entendrait leurs prières et y répondrait. Lorsque le jeune prophète, dans les bois de Palmyra, a vu le Père et le Fils et s’est rendu compte qu’ils étaient véritablement des personnes, qu’ils pouvaient entendre ce qu’il disait et y répondre, une nouvelle ère a commencé dans ce monde, un fondement a été posé pour la foi des enfants des hommes. Ils pouvaient maintenant prier notre Père céleste et se rendre compte qu’il les entendait et répondait à leurs prières, qu’il y avait un lien entre les cieux et la terre10. [Voir la deuxième idée de la page 46.]

Bien que jeune et inexpérimenté, Joseph Smith a été appelé à rétablir la véritable Église de Jésus-Christ.

La foi a poussé Joseph à prier Dieu et à demander à quelle Église il devait appartenir. Quelle a été la réponse ? Le Seigneur a-t-il dit : « Mon garçon, elles sont toutes bonnes. Elles s’efforcent toutes de respecter mes commandements. J’approuve les hommes qui dirigent toutes ces Églises. N’importe quelle Église fera l’affaire. Elles te ramèneront toutes en la présence de notre Père céleste » ? Le jeune homme aurait pu s’attendre à une telle réponse, vu la situation qui existait. Mais il voulait savoir ce qu’il devait faire et il avait entièrement foi que le Seigneur le lui dirait. Alors quand il a prié, il a demandé à quelle Église il devait se joindre et je suppose qu’il a été étonné quand [le Seigneur lui a dit] : « Ne te joins à aucune d’elles. Elles enseignent pour doctrine les commandements des hommes. Les gens s’approchent de moi des lèvres mais leur cœur est éloigné de moi. Ils ont une forme de piété mais en nient la puissance. » [Voir Joseph Smith, Histoire 1:19.] Pensez à un garçon de quatorze ans qui se lève après s’être agenouillé dans les bois près de sa maison et qui annonce au monde un message comme celui-ci ! Imaginez-vous qu’un jeune homme aurait osé faire une chose pareille ? Mais avec le témoignage qu’il avait reçu de son Père céleste, avec ce commandement du Seigneur lui-même, pouvait-il oser faire quoi que ce soit d’autre que d’annoncer que le Seigneur lui avait parlé11 ?

Joseph Smith n’était qu’un jeune homme lorsque Pierre, Jacques et Jean lui ont posé les mains sur la tête et Oliver Cowdery et lui ont été ordonnés à la Prêtrise de Melchisédek. Un peu plus tard, Joseph Smith a reçu le commandement d’organiser une Église. Il n’était qu’un jeune homme mais il l’a organisée sous la direction du Rédempteur de l’humanité. Elle suit le modèle de celle que le Sauveur a organisée quand il était sur terre. Je suis certain que beaucoup de gens considéraient ce jeune homme comme un parvenu et qu’ils pensaient qu’il était ridicule que quelqu’un qui n’avait pas été formé pour devenir dirigeant ait la prétention de diriger. Mais il était comme les autres serviteurs de notre Père céleste qui ont vécu sur la terre, qui ont été appelés par le Seigneur pour accomplir une œuvre particulière. Le manque de connaissances relatives aux choses de ce monde n’a pas exclu la possibilité que le Seigneur lui donne des informations qui le rendaient égal et même supérieur à bien des points de vue aux personnes qui avaient de grandes possibilités terrestres dont il était privé12.

Insulté et diffamé, méprisé par ceux qui auraient dû être ses amis, contredit par les érudits de l’époque, il a néanmoins réussi à rétablir l’Évangile de vie et de salut et à fonder l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

Les pouvoirs du malin s’efforçaient constamment de le détruire mais il a été préservé par le Seigneur jusqu’à ce que son œuvre soit finie et que toutes les clés et les ordonnances nécessaires au salut de la famille humaine soient de nouveau données aux hommes13. [Voir la troisième idée de la page 46.]

Les vérités rétablies par l’intermédiaire de Joseph Smith apportent la paix et la joie aux personnes qui les acceptent.

Grâce à ce garçon qui, à quatorze ans, a vu le Père et le Fils, nous avons ce message merveilleux que notre Père céleste et son Fils Jésus-Christ sont des hommes glorifiés, que le Sauveur du monde est ressuscité des morts. Ce jeune homme a vu ce que le monde avait su mais qu’il avait oublié, pour une raison quelconque, et il a commencé à en témoigner aux enfants des hommes14.

[Au début des années 1800,] peu de gens dans le monde croyaient en un Dieu personnel doté d’un corps. Mais à cette époque, Joseph Smith, le prophète, a reçu une manifestation, quand il n’était qu’un jeune garçon de moins de quinze ans. Il a vu le Père et le Fils et en a témoigné. Il a également reçu la visite d’autres êtres célestes et, par eux, le Seigneur lui a donné davantage d’informations pour les enfants des hommes. Puis il nous a donné, à sa manière, à nous ou aux personnes qui nous ont précédés dans l’Église, la compréhension du but de la vie… Sa description des cieux nous donne le désir d’être dignes d’y avoir une place lorsque notre vie terrestre sera terminée. La résurrection littérale et la description des cieux et de l’enfer sont si claires que, pour citer l’Écriture, « un homme, même insensé, ne pourrait s’égarer15 ». [Voir Ésaïe 35:8.]

Par son intermédiaire, la construction de temples, le caractère éternel de l’alliance du mariage et le salut pour les morts ont été révélés, apportant une joie ineffable à des milliers d’enfants de notre Père.

Les vérités éternelles énoncées par lui se répandent parmi les peuples de la terre, apportant paix et satisfaction aux personnes qui les acceptent16.

Notre Père céleste savait ce qui allait se passer quand, en ces derniers jours, il a rétabli l’Évangile dans sa pureté. Il connaissait l’apostasie qui régnait dans le monde parmi ses enfants. Il savait qu’ils s’étaient éloignés des vérités simples et, dans sa grande bonté, il a révélé cette œuvre des derniers jours. Il a choisi, dans la campagne, parmi le peuple, un garçon qu’il a inspiré pour qu’il commence l’œuvre qui était destinée à révolutionner le monde religieux. Il savait que le monde tâtonnait dans l’obscurité et, dans sa miséricorde, il a rétabli la lumière. Les enfants des hommes ne peuvent trouver le bonheur qu’en menant une vie juste, et les gens ne peuvent mener une vie juste s’ils ne sont pas en harmonie avec la vérité. Il y avait beaucoup de vérités dans le monde mais elles étaient tellement mêlées d’erreurs que le Seigneur lui-même a dit à Joseph Smith, le prophète, que les hommes qui étaient docteurs ou professeurs dans les Églises enseignaient pour doctrine les commandements des hommes, et il a défendu au jeune garçon d’y adhérer. Il a ensuite rétabli l’Évangile, la puissance de Dieu pour le salut de toutes les personnes qui y croient et qui le respectent17.

Je dis à tous les hommes de partout : examinez les enseignements de l’Évangile du Seigneur qui ont été révélés à Joseph Smith, le prophète, sondez-les dans la prière et vous trouverez la panacée contre les maux de ce monde. On ne la découvrira d’aucune autre façon18 [Voir la quatrième idée de la page 46.]

Joseph Smith était disposé à donner sa vie pour son témoignage.

Comme cela avait été le cas pour des prophètes que le Seigneur avait suscités auparavant, il semble qu’il ait été nécessaire dans ce cas que le témoignage de son serviteur soit scellé de son sang. Dans l’histoire du monde, on ne trouvera pas de page aussi [poignante] que celle sur laquelle se trouvent inscrites les dernières déclarations de Joseph Smith, notre prophète bien-aimé. Il savait que son heure était proche et il se rendait compte que la mission de sa vie était accomplie… Et quand est venu pour lui le moment d’affronter la mort, il a dit : « Je vais comme un agneau à l’abattoir, mais je suis calme comme un matin d’été. J’ai la conscience libre de toute faute envers Dieu et envers tous les hommes. S’ils me tuent, je mourrai innocent, et l’on dira un jour de moi : ‘Il fut assassiné de sang froid.’ » [Voir D&A 135: 4.]

Il n’avait pas peur de se tenir devant la barre agréable… pour répondre des actes accomplis dans la chair. Il n’avait pas peur de répondre à l’accusation qui avait été portée contre lui : qu’il trompait les gens et les traitait injustement. Il n’avait pas peur du résultat de sa mission dans la vie et du triomphe final de l’œuvre qu’il savait être d’origine divine et pour laquelle il donnait sa vie. Pourtant, aujourd’hui comme auparavant, les gens de ce monde jugent cette œuvre d’après l’esprit de l’homme. Ils n’ont pas l’Esprit de Dieu qui leur permettrait de comprendre qu’elle venait de notre Père céleste19.

Ce jeune homme était si sûr de la révélation qu’il avait reçue et si désireux que les enfants de son Père, dans leur totalité, connaissent la vérité, qu’à partir du moment où il a reçu les plaques du Livre de Mormon de l’ange Moroni, il a consacré sa vie entière à l’organisation de l’Église et à la diffusion de la vérité… Dans son âme brûlait une connaissance semblable à celle d’Étienne [voir Actes 7:54-60], ainsi qu’à celle du Rédempteur, que notre Père céleste était à la barre, que c’était son œuvre qui était sur la terre, que c’était son pouvoir qui prévaudrait finalement et que cette vie n’était qu’une partie de l’éternité. Il était prêt à renoncer à une partie de sa vie sur terre, si c’était nécessaire, pour profiter éternellement de la compagnie qu’il aimait tant et de la présence des hommes et des femmes de bien qui ont vécu ou qui vivent sur la terre et qui y demeureront de nouveau quand elle deviendra le royaume céleste20.

Joseph Smith a enseigné qu’il savait qu’il y avait une vie après la mort, que Dieu vivait et que Dieu savait qu’il savait que Dieu vivait. Mes frères et sœurs, il était prêt à donner sa vie pour que votre foi soit fortifiée et pour que votre confiance en lui ne soit pas ébranlée. Il connaissait le but de cette vie. Il savait que nous étions ici pour nous préparer pour l’avenir et pour une existence plus glorieuse. Et il était disposé à donner sa vie, si nécessaire, pas simplement pour la perdre pour notre bien mais aussi parce qu’il savait que le Père avait dit que celui qui voudrait sauver sa vie la perdrait mais que celui qui la perdrait pour lui trouverait la vie, la vie éternelle [voir Matthieu 16:25]. C’est cette connaissance qui a permis au prophète et [au] patriarche de l’Église [Hyrum Smith] à ses débuts de [laisser derrière eux] leurs êtres chers, d’être incarcérés et de donner tout ce qu’ils avaient dans ce monde, tout ce que les hommes peuvent donner pour leurs frères : leur vie terrestre21.

En 1830, l’Église a été organisée avec six membres. Depuis ce jour-là, l’adversaire de toute justice cherche à l’empêcher de progresser et à la détruire. Je me demande si ce grand homme, Joseph Smith, qui a donné sa vie pour que l’Église soit organisée et continue comme le voulait le Seigneur, peut voir l’Église telle qu’elle est aujourd’hui, avec ses branches établies dans toutes les parties du monde, et se rendre compte que depuis le jour où il est mort en martyr, depuis qu’il a donné sa vie et a scellé son témoignage de son sang, l’Église n’a cessé de devenir plus forte chaque jour22. [Voir la cinquième idée de la page 46.]

Idées pour l’étude et l’enseignement

Réfléchissez à ces idées pendant votre étude du chapitre ou pour vous préparer à enseigner. Vous trouverez des aides supplémentaires aux pages v à viii.

  1. 1.

    Pensez aux expériences décrites par le président Smith aux trois premiers paragraphes de la partie « Épisodes de la vie de George Albert Smith » (pages 35 à 37). Quelles expériences ont fortifié votre témoignage de Joseph Smith, le prophète ? En lisant ce chapitre, relevez les déclarations du président Smith qui fortifient votre témoignage. Vous pourriez en faire part aux membres de votre famille, de votre collège de la prêtrise ou de la Société de Secours.

  2. 2.

    Parcourez la première section des enseignements (pages 37 à 39) et relisez le récit que Joseph Smith a fait lui-même de la Première Vision (voir Joseph Smith, Histoire 1:10-19). Quelle influence la Première Vision a-t-elle eue sur votre foi en Dieu ? Comment l’avez-vous vu influencer la foi d’autres personnes ?

  3. 3.

    Étudiez la partie qui commence à la page 39 et lisez Doctrine et Alliances 1:17-19. Que nous apprend l’exemple de Joseph Smith sur le service dans l’Église ? Pensez à un moment où vous avez reçu du Seigneur une responsabilité pour laquelle vous ne vous sentiez pas à la hauteur. Comment le Seigneur vous a-t-il aidé ?

  4. 4.

    Quelles vérités le Seigneur a-t-il révélées par l’intermédiaire de Joseph Smith ? (Vous trouverez des exemples à la partie qui commence à la page 42.) Quelles bénédictions avez-vous reçues grâce à votre connaissance de ces vérités ?

  5. 5.

    En méditant sur le dernier paragraphe des enseignements (page 45), réfléchissez à ce que vous pouvez faire pour aider l’Église à continuer de devenir plus forte.

Écritures apparentées : Ésaïe 29:13-14 ; 1 Corinthiens 1:26-27 ; 2 Néphi 3:5-9, 11-15 ; Doctrine et Alliances 135

Aide pédagogique : « Pour favoriser la discussion, utilisez les questions qui se trouvent à la fin du chapitre… Vous pourriez également poser vos propres questions, adaptées aux personnes que vous instruisez. Par exemple, vous pourriez demander aux participants comment ils peuvent appliquer les enseignements du président Smith dans leurs responsabilités de parents, d’instructeurs au foyer ou d’instructrices visiteuses » (voir la page vi de ce livre).

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    Conference Report, avr. 1906, p. 54.

  2.   2.

    Passage de journal, à la date du 23 déc. 1905, George Albert Smith Family Papers, université d’Utah, boîte 73, livre 2, p. 160.

  3.   3.

    Conference Report, avr. 1906, p. 56.

  4.   4.

    Conference Report, avr. 1906, p. 57-58.

  5.   5.

    Conference Report, avr. 1946, p. 181-182.

  6.   6.

    Harold B. Lee, Conference Report, oct. 1947, p. 67.

  7.   7.

    Conference Report, oct. 1921, p. 158-159.

  8.   8.

    « The Latter-day Prophet », Millennial Star, 7 déc. 1905, p. 822.

  9.   9.

    Conference Report, oct. 1921, p. 159-160.

  10.   10.

    Conference Report, avr. 1917, p. 37.

  11.   11.

    Conference Report, oct. 1921, p. 159-160.

  12.   12.

    Conference Report, avr. 1927, p. 83.

  13.   13.

    « The Latter-day Prophet », p. 823.

  14.   14.

    Conference Report, oct. 1921, p. 160.

  15.   15.

    Conference Report, avr. 1934, p. 26.

  16.   16.

    « The Latter-day Prophet », p. 823.

  17.   17.

    Conference Report, oct. 1916, p. 46-47.

  18.   18.

    Conference Report, oct. 1931, p. 121.

  19.   19.

    Conference Report, avr. 1904, p. 63-64.

  20.   20.

    Conference Report, oct. 1927, p. 48.

  21.   21.

    Conference Report, avr. 1905, p. 62-63.

  22.   22.

    Conference Report, oct. 1945, p. 18.