Chapitre 8

Porter l’Évangile au monde entier

Enseignements des présidents de l’Église : Howard W. Hunter


« Notre tâche est de sauver les âmes, d’inviter les hommes à aller au Christ. »

Épisodes de la vie de Howard W. Hunter

En 1979, Howard W. Hunter, alors membre du Collège des douze apôtres, a dit : « Je crois fermement que dans un avenir proche, nous verrons certains des plus grands progrès de la proclamation de l’Évangile à toutes les nations qui se soient jamais produits dans cette dispensation ou dans toute autre dispensation précédente. Je suis sûr que nous pourrons faire une rétrospective […] et constater, comme Luc, que : ‘La parole de Dieu se répandait de plus en plus’ (Actes 6:7)1. »

Quand frère Hunter a prononcé ces paroles, des restrictions politiques interdisaient aux missionnaires d’enseigner l’Évangile dans la plupart des pays d’Europe de l’Est et en Union Soviétique. En dix ans, beaucoup de ces restrictions ont commencé à être levées. En 1989 et 1990, le mur de Berlin, qui séparait l’Allemagne de l’Ouest et l’Allemagne de l’Est depuis près de trente ans, est tombé. Le président Hunter était alors président du Collège des Douze et il a exprimé les pensées suivantes concernant cet événement historique et les autres changements qui se produisaient dans le monde :

« On a consacré récemment beaucoup d’attention au mur de Berlin. Naturellement, nous sommes tous heureux de voir qu’il est tombé, puisque cela représente des libertés retrouvées. […] En essayant de comprendre l’esprit de réconciliation qui parcourt le globe et de lui donner un sens dans le contexte de l’Évangile, nous devons nous demander : Est-ce la main du Seigneur qui supprime les barrières politiques et ouvre des brèches dans des murs autrefois imprenables pour que l’Évangile soit enseigné, tout cela en accord avec un dessein et un calendrier divins2 ? »

Le président Hunter estimait que ces changements imposaient une responsabilité importante aux membres de l’Église. Il dit qu’avec le nombre croissant de pays qui s’ouvraient à l’œuvre missionnaire, nous aurions besoin de plus de missionnaires pour nous acquitter du devoir de porter l’Évangile au monde entier3.

L’empressement du président Hunter à aller vers tous les enfants de Dieu, quelles que soient leur nationalité ou leur religion, était manifeste dans son action au Moyen-Orient. La Première Présidence lui confia des missions importantes à Jérusalem, notamment la supervision de la construction du Orson Hyde Memorial Garden (Jardin à la mémoire d’Orson Hyde) et du Centre d’études de l’université Brigham Young sur le Moyen-Orient. Le prosélytisme n’était pas autorisé dans cette région mais le président Hunter tissa des liens d’amitié durables avec les Juifs et les Arabes avec qui il travaillait. Il dit : « Le but de l’Évangile de Jésus-Christ est de susciter le degré le plus élevé d’amour, d’unité et de fraternité4. »

Dans son action parmi les enfants de Dieu dans le monde entier, le message du président Hunter était le même : « Nous sommes vos frères, nous ne considérons les personnes d’aucune nation ou nationalité comme des citoyens de second rang. Nous invitons tout le monde […] à étudier notre message et à faire partie de notre cercle de fraternité5. »

missionnaires en Afrique

« L’Évangile de Jésus-Christ […] est une religion mondiale dont le message englobe tout. »

Enseignements de Howard W. Hunter

1

Le fait que l’Évangile rétabli s’adresse au monde entier repose sur la conviction que tous les êtres humains sont enfants du même Dieu.

L’Évangile de Jésus-Christ, que nous enseignons et dont nous accomplissons les ordonnances, est une religion mondiale dont le message englobe tout. Il n’est ni limité, ni partiel, ni soumis à l’histoire ou à la mode. Il est, par essence, universellement et éternellement vrai. Son message s’adresse au monde entier. Il a été rétabli dans les derniers jours pour répondre aux besoins fondamentaux de chaque nation, de chaque famille, de chaque langue et de chaque peuple ici-bas. Il a été établi à nouveau comme au commencement : pour développer la fraternité, pour préserver la vérité et pour sauver les âmes. […]

Selon le message de l’Évangile, tout le genre humain constitue une seule famille descendant d’un seul Dieu. Tous les hommes et toutes les femmes non seulement descendent physiquement d’Adam et Ève, leurs premiers parents terrestres, mais ils sont également dépositaires d’un héritage spirituel qui les relie à Dieu, le Père éternel. Tous les humains ici-bas sont donc littéralement frères et sœurs dans la famille de Dieu.

En comprenant et en acceptant que Dieu est leur Père à tous, tous les êtres humains peuvent mieux apprécier l’intérêt de Dieu à leur égard et les liens qui les unissent tous. C’est un message de vie et d’amour qui se heurte de front à toutes les traditions étouffantes basées sur la race, la langue, la situation économique ou politique, le niveau d’instruction ou le contexte culturel car nous appartenons tous à la même descendance spirituelle. Nous avons une ascendance divine ; chaque personne est un enfant spirituel de Dieu.

Dans cette optique évangélique, il n’y a aucune place pour une vision restreinte, étroite ou teintée de préjugés. Joseph Smith, le prophète, a dit : « L’amour est l’une des principales caractéristiques de la Divinité. Les gens qui aspirent à être fils de Dieu doivent en faire preuve. Un homme empli de l’amour de Dieu ne se contente pas de bénir seulement sa famille, mais il parcourt le monde à la recherche d’occasions de bénir tout le genre humain » [Enseignements des Présidents de l’Église : Joseph Smith, 2007, p. 355]. […]

L’Évangile rétabli est un message divin d’amour pour les hommes de partout, basé sur la conviction que tous les êtres humains sont enfants du même Dieu. Le 15 février 1978, la Première Présidence a admirablement exprimé ce message religieux de base :

« En s’appuyant sur la révélation ancienne et moderne, l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours a la joie d’enseigner et de proclamer la doctrine chrétienne que tous les hommes et toutes les femmes sont frères et sœurs, non seulement par le sang, étant issus d’ancêtres mortels communs, mais aussi en qualité d’enfants d’esprit d’un Père éternel » [Déclaration de la Première Présidence concernant l’amour de Dieu pour toute l’humanité, 15 février 1978].

Les saints des derniers jours ont une attitude positive et ouverte envers les personnes qui ne sont pas de leur religion. Nous croyons qu’elles sont littéralement nos frères et sœurs, que nous sommes fils et filles du même Père céleste. Nous descendons tous de Dieu6.

2

L’Église a pour mission d’enseigner l’Évangile à toutes les nations.

L’Église, qui est le royaume de Dieu sur la terre, a une mission auprès de toutes les nations. « Allez, faites de toutes les nations des disciples, les baptisant au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit,

« et enseignez-leur à observer tout ce que je vous ai prescrit » (Matthieu 28:19-20). Ces paroles de la bouche même du Maître ne connaissent pas de frontières ; elles ne sont pas limitées à une quelconque race ou culture. Aucune nation n’est plus favorisée qu’une autre. L’exhortation est claire : « Faites de toutes les nations des disciples. » […]

Nous, membres de l’Église du Seigneur, devons dépasser nos préjugés personnels. Nous devons reconnaître la vérité suprême qu’en réalité notre Père ne fait pas acception de personnes. Nous offensons parfois indûment nos frères et sœurs d’autres pays en accordant l’exclusivité de certaines choses à une nationalité par rapport à une autre. […]

Imaginez un père qui a de nombreux fils, chacun ayant son caractère, ses aptitudes et ses caractéristiques spirituelles. Est-ce qu’il en aime un moins qu’un autre ? Peut-être le fils le moins porté à la spiritualité est-il, plus que les autres, l’objet de l’attention, des prières et des supplications de son père. Cela signifie-t-il qu’il aime moins les autres ? Imaginez-vous que notre Père céleste aime une nationalité de ses enfants plus exclusivement que les autres ? Nous, membres de l’Église, nous devons nous souvenir de la question de Néphi qui suscite la réflexion : « Ne savez-vous pas qu’il y a plus d’une nation ? » (2 Néphi 29:7). […]

À nos frères et sœurs de toutes nationalités : Nous rendons solennellement témoignage que Dieu a parlé à notre époque, que des messagers célestes ont été envoyés, que Dieu a révélé sa volonté à un prophète, Joseph Smith. […]

De même que notre Père aime tous ses enfants, nous devons, nous aussi, aimer les hommes du monde entier, de toute race, culture ou nationalité, et leur enseigner les principes de l’Évangile afin qu’ils puissent l’adopter et parvenir à la connaissance de la divinité du Sauveur7.

Dans nos humbles efforts pour tisser des liens de fraternité et enseigner la vérité révélée, nous disons aux peuples du monde ce que George Albert Smith a proposé avec tant d’amour :

« Nous ne venons pas pour vous prendre la vérité et la vertu que vous avez. Nous ne venons pas pour vous critiquer. […] Conservez tout ce que vous avez de bon, et permettez-nous de vous en apporter davantage afin que vous puissiez être plus heureux et que vous soyez prêts à entrer en présence de notre Père céleste8. »

Notre tâche est de sauver les âmes, d’inviter les hommes à aller au Christ, de les amener dans les eaux du baptême, afin qu’ils puissent continuer à progresser sur le chemin qui mène à la vie éternelle. Notre monde a besoin de l’Évangile de Jésus-Christ. L’Évangile donne le seul moyen par lequel le monde connaîtra jamais la paix9.

Nous, membres de l’Église de Jésus-Christ, nous cherchons à rassembler toute la vérité. Nous cherchons à élargir le cercle d’amour et de compréhension entre tous les habitants de la terre. Nous nous efforçons d’établir la paix et le bonheur, pas seulement au sein de la chrétienté mais aussi de toute l’humanité. […]

Ce que Joseph [Smith] a contribué à établir, c’est-à-dire l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours, est dorénavant une religion mondiale, pas simplement parce que l’on trouve de ses membres dans le monde entier, mais principalement parce qu’elle possède un message global et ouvert, basé sur l’acceptation de toute la vérité, rétablie pour répondre aux besoins de tout le genre humain.

[…] Nous envoyons ce message d’amour et d’espoir au monde entier. Venez au Dieu de toute vérité, qui continue de parler à ses enfants par l’intermédiaire de prophètes. Écoutez le message de celui qui continue d’envoyer ses serviteurs prêcher l’Évangile éternel à toutes les nations, tribus, langues et peuples. Venez et prenez part au festin à la table dressée devant vous par l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Rejoignez-nous dans nos efforts pour suivre le Bon Berger qui nous l’a donnée10.

missionnaires en train d’étudier

« Notre tâche est de sauver des âmes. »

3

Les personnes qui ont reçu les bénédictions de l’Expiation, ont l’obligation de rendre témoignage de Jésus-Christ.

Qu’est-ce que l’Expiation a à voir avec l’œuvre missionnaire ? Chaque fois que nous sentons les bénédictions de l’Expiation dans notre vie, nous ne pouvons nous empêcher de nous préoccuper du bien-être des autres.

Le Livre de Mormon regorge d’exemples qui illustrent ce principe. En prenant du fruit de l’arbre, symbole de la participation à l’Expiation, Léhi dit : « Je commençai à désirer que ma famille en mangeât aussi » (1 Néphi 8:12). Quand il vécut sa conversion et reçut le pardon de ses péchés grâce à sa foi en Jésus-Christ, Énos dit : « Je commençai à éprouver du désir pour le bien-être de mes frères, les Néphites » (Énos 1:9). Ensuite, il pria pour les Lamanites, les ennemis implacables des Néphites. Puis il y a l’exemple des quatre fils de Mosiah – Ammon, Aaron, Omner et Himni – qui reçurent le pardon de leurs péchés grâce à l’Expiation et qui ensuite œuvrèrent pendant des années parmi les Lamanites pour les amener au Christ. Les annales disent qu’ils ne pouvaient pas supporter qu’une seule âme humaine pérît (voir Mosiah 28:3).

Cet exemple sublime de quelqu’un qui s’est engagé dans l’alliance et qui désire parler de l’Évangile autour de lui est parfaitement illustré par le cas d’Alma le Jeune. Je vais vous lire son témoignage. […]

« […] À partir de ce moment-là jusqu’à maintenant, j’ai travaillé sans cesse, afin d’amener des âmes au repentir, afin de les amener à goûter à la joie extrême à laquelle j’ai goûté, afin qu’elles naissent aussi de Dieu et soient remplies du Saint-Esprit » [Alma 36:24 ; voir aussi Alma 36:12-23].

Un grand indicateur de la conversion est le désir de parler de l’Évangile aux autres. C’est la raison pour laquelle le Seigneur a donné à chaque membre de l’Église le devoir d’être missionnaire.

Écoutez l’alliance que l’on contracte lorsqu’on se fait baptiser dans l’Église :

« Puisque vous désirez entrer dans la bergerie de Dieu et être appelés son peuple, et êtes disposés à porter les fardeaux les uns des autres, afin qu’ils soient légers ;

« oui, et êtes disposés à pleurer avec ceux qui pleurent, oui, et à consoler ceux qui ont besoin de consolation, et à être les témoins de Dieu en tout temps, et en toutes choses, et dans tous les lieux où vous serez jusqu’à la mort, afin d’être rachetés par Dieu et d’être comptés avec ceux de la première résurrection, afin que vous ayez la vie éternelle » (Mosiah 18:8–9).

Nous devons être témoins de Dieu en tout temps et en tout lieu, jusqu’à la mort. Nous renouvelons cette alliance au moment de la Sainte-Cène lorsque nous faisons alliance de prendre sur nous le nom du Christ.

Le service missionnaire est une façon importante de prendre son nom sur nous. Le Sauveur a dit que, si nous désirons, d’un cœur pleinement résolu, prendre son nom sur nous, nous sommes appelés à aller dans le monde entier prêcher son Évangile à toute la création (voir D&A 18:28). […]

Ceux d’entre nous qui ont eu part à l’Expiation ont l’obligation de rendre fidèlement témoignage de notre Seigneur et Sauveur. […] L’appel à faire connaître l’Évangile aux autres représente notre grand amour pour les enfants de notre Père céleste mais aussi pour le Sauveur et pour ce qu’il a fait pour nous11.

4

Avec l’aide du Seigneur, nous pouvons surmonter tous les obstacles à la proclamation de l’Évangile.

Quand les murs de l’Europe de l’Est […] et de nombreux autres endroits du monde s’écrouleront, le besoin de davantage de missionnaires pour remplir la mission divine de proclamation de l’Évangile à toute la terre augmentera certainement ! Sommes-nous prêts à être à la hauteur de cet événement ?

Pour répondre aux nouvelles demandes dans cette grande œuvre missionnaire des derniers jours, certains d’entre nous (particulièrement les personnes de la génération d’âge mûr qui ont déjà élevé leurs enfants) peuvent peut-être se demander si des « murs » que nous avons bâtis dans notre propre esprit ne doivent pas être détruits.

Par exemple, que dites-vous du « mur du confort » qui semble empêcher de nombreux couples et personnes seules d’aller en mission ? Qu’en est-il du « mur financier » de l’endettement qui empêche certains membres de partir, ou du « mur des petits-enfants », du « mur de la santé », du « mur du manque de confiance en soi », du « mur de l’autosatisfaction », du « mur du péché », des murs de la peur, du doute ou de la suffisance ? Peut-on réellement douter, ne serait-ce qu’un instant, qu’avec l’aide du Seigneur on puisse les abattre ?

Nous avons eu la chance de naître en ces derniers jours plutôt que dans l’une des dispensations précédentes, pour contribuer à porter l’Évangile à toute la terre. Il n’y a pas de plus grand appel dans cette vie. Si nous nous contentons de nous cacher derrière des murs édifiés par nous-mêmes, nous nous privons délibérément des bénédictions auxquelles nous pouvons prétendre. Dans la révélation moderne, le Seigneur explique l’urgence du besoin :

« Car voici, le champ blanchit déjà pour la moisson, et voici, celui qui lance sa faucille de toutes ses forces amasse des provisions afin de ne pas périr, mais apporte le salut à son âme » (D&A 4:4).

Dans cette même révélation, le Seigneur poursuit en expliquant quelles sont les qualifications requises pour être un bon missionnaire. Connaissant pleinement nos faiblesses et nos doutes lorsque nous nous tenons devant l’immense portail du mur que nous nous sommes bâti, il nous donne, par cette simple promesse, l’assurance que nous recevrons l’aide divine pour surmonter tous les obstacles si seulement nous faisons notre part : « Demandez et vous recevrez, frappez et l’on vous ouvrira » (D&A 4:7).

Puisse le Seigneur nous bénir afin que les murs de notre esprit ne nous empêchent pas de recevoir les bénédictions qui peuvent être nôtres12.

À maintes et maintes reprises, au cours de son ministère terrestre, le Seigneur a lancé un appel qui était à la fois une invitation et un défi. Le Christ a dit à Pierre et à André : « Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes » (Matthieu 4:19). […]

Les prophètes précédents ont enseigné que tous les jeunes gens capables et dignes devaient faire une mission à plein temps. Je mets aujourd’hui l’accent sur ce besoin. Nous avons un grand besoin de couples capables et mûrs pour œuvrer dans le champ de la mission. Jésus a dit à ses disciples : « La moisson est grande, mais il y a peu d’ouvriers. Priez donc le maître de la moisson d’envoyer des ouvriers dans sa moisson (Luc 10:2)13. »

Idées pour l’étude et l’enseignement

Questions

  • Méditez sur les enseignements du président Hunter concernant le fait que l’Évangile rétabli s’adresse à tout le monde parce que nous avons la conviction que nous sommes tous enfants de Dieu (voir la partie 1). Quand nous parlons de l’Évangile, en quoi cela peut-il nous aider de savoir que chaque personne est notre frère ou notre sœur ?

  • Dans la partie 2, que retirons-nous des enseignements du président Hunter sur ce que notre Père céleste éprouve pour ses enfants ? Que pouvez-vous faire pour mieux aimer tous les gens et leur faire connaître l’Évangile ?

  • Que répondriez-vous à la question du président Hunter : « Qu’est-ce que l’Expiation a à voir avec l’œuvre missionnaire ? » (voir la partie 3). Comment pouvez-vous faire grandir votre désir de faire connaître l’Évangile ? Quelles bénédictions avez-vous reçues en faisant connaître l’Évangile avec quelqu’un ou lorsque quelqu’un l’a fait avec vous ?

  • Après avoir étudié la partie 4, réfléchissez aux « murs » qui vous empêchent de recevoir les bénédictions de l’œuvre missionnaire. Discutez des façons de surmonter ces obstacles.

Écritures apparentées

Amos 9:9 ; 2 Néphi 2:6-8 ; Mosiah 28:1-3 ; Alma 26:37 ; D&A 18:10-16 ; 58:64 ; 68:8 ; 88:81 ; 90:11 ; 123:12 ; Joseph Smith, Matthieu 1:31

Aide pédagogique

« Le Saint-Esprit peut inspirer l’un ou plusieurs de vos élèves d’exprimer des idées que les autres ont besoin d’entendre. Soyez ouvert à l’inspiration que vous recevez de faire appel à telle ou telle personne. Vous pouvez même vous sentir poussé à interroger quelqu’un qui n’a pas manifesté l’intention d’exprimer son point de vue » (L’enseignement, pas de plus grand appel, 2000, p. 63).

Afficher les références

Notes

  1. « All Are Alike unto God », Ensign, juin 1979, p. 74.

  2. « Walls of the Mind », Ensign, septembre 1990, p. 9-10.

  3. Voir « Walls of the Mind », p. 10.

  4. « All Are Alike unto God », p. 74.

  5. « All Are Alike unto God », p. 74.

  6. voir « L’Évangile, foi mondiale », L’Étoile, janvier 1991, p. 19-21.

  7. « All Are Alike unto God », p. 72-74.

  8. Voir « L’Évangile, foi mondiale », p. 21 ; la citation de George Albert Smith se trouve dans Enseignements des présidents de l’Église : George Albert Smith, 2011, p. 160.

  9. « Suivez le Fils de Dieu », L’Étoile, novembre 1994, p. 105.

  10. « Come to the God of All Truth », Ensign, septembre 1994, p. 73.

  11. « The Atonement of Jesus Christ », (discours donné le 24 juin 1988 à l’occasion d’un séminaire pour les présidents de mission), p. 4-7, bibliothèque d’histoire de l’Église, Salt Lake City ; voir aussi The Teachings of Howard W. Hunter, éd. Clyde J. Williams, 1997, p. 248-249.

  12. « Walls of the Mind », p. 10.

  13. « Suivez le Fils de Dieu », p. 105.