Chapitre 14

Enseignements des présidents de l’Église : Joseph Fielding Smith, 2013


« Après le baptême et la confirmation, nous pouvons devenir les compagnons du Saint-Esprit qui nous enseignera les voies du Seigneur, vivifiera notre esprit et nous aidera à comprendre la vérité. »

Épisode de la vie de Joseph Fielding Smith

Joseph Fielding Smith enseignait que tous les membres fidèles de l’Église ont « le droit de recevoir les révélations qui sont utiles et nécessaires pour être guidés personnellement 1». Il recherchait toujours cette inspiration personnelle, particulièrement dans ses efforts pour instruire et protéger ses fils et ses filles. Francis M. Gibbons, qui était secrétaire de la Première Présidence, raconte l’expérience suivante que lui rapporta Reynolds (surnommé Reyn), fils du président Smith.

« Reyn confia qu’il eut une cigarette à la bouche seulement une seule fois dans sa vie, et cela pendant un instant très court. Cela se produisit quand il était élève au collège de Roosevelt à Salt Lake City. L’entrée [de l’école] donnait sur une petite rue calme où il y avait très peu de circulation. Ce jour-là, Reyn venait de sortir par l’entrée principale de l’école avec un ami qui fumait et qui l’incita, comme il l’avait souvent fait, à ‘essayer juste une fois’. Cette fois, l’ami parvint à ses fins. Reyn prit l’une des cigarettes et l’alluma. Il avait à peine tiré quelques bouffées, qu’une voiture s’arrêta le long du trottoir. Le père de Reyn était au volant. En baissant la vitre, frère Smith dit à son fils stupéfait : ‘Reynolds, je souhaite te parler ce soir après le repas’, puis il partit. Reyn raconta : « Quand mon père m’appelait Reynolds, je savais qu’il ne plaisantait pas. » Frère Smith laissa Reyn ruminer sa culpabilité le reste de l’après-midi et pendant le repas du soir, au cours duquel il parla étonnamment peu. Ensuite, assis, mal à l’aise, dans le bureau de son père… Reynolds fit face au jugement. Ce qu’il reçut fut simplement un sermon bienveillant et aimant sur les méfaits de ‘cette vilaine habitude’ et un rappel de qui il était et des répercussions que sa conduite avait sur la famille tout entière. Pour terminer, frère Smith fit promettre à Reyn qu’il ne mettrait plus jamais de cigarette à la bouche. Reyn prit cet engagement. Il raconte : ‘Cela ne s’est plus jamais produit.’ Pendant toutes les années qui suivirent, notamment une période passée dans la marine américaine pendant la Deuxième Guerre mondiale, où la cigarette était endémique, il respecta l’engagement qu’il avait pris auprès de son père.

En réfléchissant à cette expérience, frère Gibbons observa : « Les chances pour que Joseph Fielding Smith fasse son apparition dans cette rue isolée au moment même où son jeune fils allumait sa seule et unique cigarette étaient quasiment nulles. Bien qu’il ne l’ait pas dit, l’attitude et le ton de Reyn laissaient supposer que l’incident l’avait convaincu de la profondeur et du pouvoir extraordinaire de la sensibilité spirituelle de son père, particulièrement quand il était question du bien-être de sa famille2. »

Enseignements de Joseph Fielding Smith

1

La mission du Saint-Esprit est de rendre témoignage du Père et du Fils et de la vérité de toute chose.

Le Saint-Esprit est le troisième membre de la Divinité. C’est un Esprit qui a la forme d’un homme. Le Père et le Fils sont des personnages ayant un tabernacle ; ils ont un corps de chair et d’os. Le Saint-Esprit est un personnage d’esprit et n’a qu’un corps d’esprit [voir D&A 130:22]. Sa mission est de rendre témoignage du Père et du Fils et de la vérité de toutes choses [voir 2 Néphi 31:18  ; Moroni 10:5]3.

Il participe aux choses du Père et du Fils et les révèle aux personnes qui servent fidèlement le Seigneur. C’est grâce aux enseignements du Consolateur, ou Saint-Esprit, que les apôtres se sont souvenus des instructions de Jésus-Christ [voir Jean 14:26]. C’est par les enseignements du Saint-Esprit que vient la prophétie [voir 2 Pierre 1:21]4.

L’Esprit de Dieu parlant à l’esprit de l’homme a la puissance de communiquer la vérité avec un plus grand effet et une plus grande intelligence que cela ne pourrait se faire par le contact personnel, même avec des êtres célestes. Grâce au Saint-Esprit, la vérité est assimilée dans les fibres et les tissus mêmes du corps de sorte qu’on ne peut l’oublier5.

2

Le Saint-Esprit manifeste la vérité aux gens honnêtes de partout.

Nous croyons que le Saint-Esprit est un révélateur et qu’il rend témoignage aux gens honnêtes de partout que Jésus-Christ est le Fils de Dieu, que Joseph Smith est un prophète et que cette Église est « la seule Église vraie et vivante sur toute la surface de la terre » (D&A 1:30).

Personne ne doit demeurer dans l’obscurité ; la lumière de l’Évangile éternel est là et tout chercheur sincère sur la terre peut obtenir du Saint-Esprit le témoignage personnel de la véracité et de la nature divine de l’œuvre du Seigneur.

Pierre a dit : « Dieu ne fait point acception de personnes, mais… en toute nation celui qui le craint et qui pratique la justice lui est agréable » (Actes 10:34-35), ce qui signifie que le Seigneur déverse son Esprit sur les fidèles afin qu’ils connaissent par eux-mêmes les vérités de cette religion6.

Le Saint-Esprit se manifeste à toutes les personnes qui demandent à connaître la vérité, tout comme il le fit pour Corneille [voir Actes 10]. On peut lire dans le Livre de Mormon ces paroles de Moroni, écrites au moment où il termine les annales, chapitre 10, verset 4  :

« Et lorsque vous recevrez ces choses, je vous exhorte à demander à Dieu, le Père éternel, au nom du Christ, si ces choses ne sont pas vraies ; et si vous demandez d’un cœur sincère, avec une intention réelle, ayant foi au Christ, il vous en manifestera la vérité par le pouvoir du Saint-Esprit. »

Tout homme peut recevoir une manifestation du Saint-Esprit, même s’il n’appartient pas à l’Église, s’il recherche sincèrement la lumière et la vérité. Le Saint-Esprit viendra et donnera à l’homme le témoignage qu’il recherche, puis il se retirera7.

3

Après le baptême, le don du Saint-Esprit est conféré par l’imposition des mains.

À l’époque de l’Église primitive de Jésus-Christ, il était promis que toutes les personnes qui se repentaient, se faisaient baptiser pour la rémission des péchés et étaient fidèles, recevraient le don du Saint-Esprit par l’imposition des mains. Cette même promesse a été faite à toutes les personnes qui acceptent l’Évangile dans cette dispensation, car le Seigneur a dit :

« Quiconque aura la foi, vous le confirmerez dans mon Église par l’imposition des mains, et je lui conférerai le don du Saint-Esprit. » [D&A 33:15]8.

« Lorsque Paul leur eut imposé les mains, le Saint-Esprit vint sur eux » (Actes 19:6).

On ne peut obtenir le don du Saint-Esprit en priant pour l’avoir, en payant sa dîme, en gardant la Parole de Sagesse, ni même en étant baptisé d’eau pour la rémission des péchés. On doit compléter ce baptême par le baptême d’Esprit. Le prophète a dit un jour que, si l’on ne confirme pas quelqu’un et si on ne lui confère pas le don du Saint-Esprit par l’imposition des mains, autant baptiser un sac de sable. On ne peut l’obtenir autrement9.

Je crois à la doctrine de l’imposition des mains pour le don du Saint-Esprit, grâce auquel nous entrons en communion avec notre Père céleste et apprenons ses voies afin de marcher dans ses sentiers10.

4

Grâce au don du Saint-Esprit, les membres de l’Église peuvent avoir la compagnie constante du Saint-Esprit.

Le Saint-Esprit est le Messager, ou le Consolateur, que le Sauveur a promis d’envoyer à ses disciples après sa crucifixion. Ce Consolateur doit, par son influence, être le compagnon constant de toute personne baptisée et œuvrer auprès des membres de l’Église par la révélation et l’inspiration, par la connaissance de la vérité afin qu’ils marchent dans sa lumière. C’est le Saint-Esprit qui éclaire l’esprit du membre véritablement baptisé. C’est par lui que l’on reçoit la révélation personnelle et que la lumière de la vérité est établie dans notre cœur11.

Une fois que nous nous sommes fait baptiser, nous sommes confirmés. À quoi sert cette confirmation ? À nous donner la compagnie du Saint-Esprit, à nous donner le droit sacré d’être guidés par le troisième membre de la Divinité afin que notre esprit soit éclairé, afin que nous soyons vivifiés par le Saint-Esprit pour rechercher la connaissance et la compréhension de tout ce qui a trait à notre exaltation12.

Après le baptême et la confirmation, nous pouvons devenir les compagnons du Saint-Esprit qui nous enseignera les voies du Seigneur, vivifiera notre esprit et nous aidera à comprendre la vérité13.

Nous avons la promesse qu’une fois baptisés, si nous sommes loyaux et fidèles, nous serons guidés par le Saint-Esprit. Dans quel but ? Pour nous instruire, nous diriger, nous témoigner des principes salvateurs de l’Évangile de Jésus-Christ. Tout enfant assez âgé pour se faire baptiser et qui l’est, a le droit d’être guidé par le Saint-Esprit. J’ai entendu des gens dire qu’un petit enfant de huit ans ne peut pas comprendre. Je sais que c’est faux. J’avais le témoignage de cette vérité quand j’avais huit ans grâce au Saint-Esprit. Je l’ai depuis lors14.

Quelle merveilleuse bénédiction que d’être constamment guidé par le Saint-Esprit et d’avoir la manifestation des mystères du royaume de Dieu15.

5

La compagnie du Saint-Esprit n’est possible que pour les personnes qui se préparent à le recevoir.

Je pense qu’il y a de nombreux membres de cette Église qui se sont fait baptiser pour la rémission de leurs péchés et à qui l’on a imposé les mains pour le don du Saint-Esprit mais qui n’ont jamais reçu ce don, c’est-à-dire, ses manifestations. Pourquoi ? Parce qu’ils ne se sont jamais qualifiés pour recevoir ces manifestations. Ils ne se sont jamais humiliés. Ils n’ont jamais pris les mesures nécessaires pour se préparer à la compagnie du Saint-Esprit. Par conséquent, ils vivent sans cette connaissance ; ils manquent de compréhension. Quand des gens malins et rusés dans leur tromperie vont les trouver pour critiquer les dirigeants et la doctrine de l’Église, ces membres faibles n’ont pas suffisamment de compréhension, d’information et d’inspiration provenant de l’Esprit du Seigneur pour résister aux fausses doctrines et aux enseignements mensongers. Ils écoutent et pensent qu’ils ont peut-être fait une erreur et vous apprenez qu’ils ont quitté l’Église parce qu’ils n’ont pas la compréhension16.

C’est un commandement du Seigneur que les membres de l’Église soient diligents dans leurs activités et leur étude des vérités fondamentales de l’Évangile telles qu’elles ont été révélées. L’Esprit du Seigneur ne continuera pas de lutter avec les indifférents, les insoumis et les rebelles qui ne parviennent pas à vivre dans la lumière de la vérité divine. C’est la prérogative de toute personne baptisée d’avoir un témoignage durable du rétablissement de l’Évangile, mais ce témoignage s’affaiblira et finira par disparaître si nous ne recevons pas constamment des bienfaits spirituels par l’étude, l’obéissance et la recherche diligente afin de connaître et de comprendre la vérité17.

« C’est un commandement du Seigneur que les membres de l’Église soient diligents dans leurs activités et leur étude des vérités fondamentales de l’Évangile telles qu’elles ont été révélées. »

Nous avons le droit d’être guidés par le Saint-Esprit, mais nous ne pouvons être guidés par lui si nous refusons obstinément de tenir compte des révélations qui ont été données pour nous aider à comprendre et nous guider dans la lumière et la vérité de l’Évangile éternel. Nous ne pouvons espérer être ainsi guidés lorsque nous refusons d’examiner ces grandes révélations qui signifient tant pour nous aussi bien temporellement que spirituellement. Or si nous nous trouvons dans cet état d’incrédulité ou de refus de rechercher la lumière et la connaissance que le Seigneur a mises à notre portée, nous risquons d’être trompés par des esprits mauvais, par les doctrines de démons et par les enseignements des hommes [voir D&A 46:7]. Lorsque ces fausses influences se présenteront à nous, nous n’aurons pas l’intelligence sélective qui nous permettra de les discerner et de savoir qu’elles ne sont pas du Seigneur. Et ainsi nous pouvons devenir la proie des impies, des méchants, des malins, de la ruse des hommes18.

L’Esprit du Seigneur ne demeure pas dans des tabernacles impurs et quand une personne se détourne de la vérité pour cause de méchanceté, l’Esprit ne la suit pas et se retire, et à la place vient l’esprit d’erreur, de désobéissance, de méchanceté, de destruction éternelle19.

6

Lorsque nous restons fidèles, le Saint-Esprit nous donne les révélations qui nous guident et nous dirigent tout au long de notre vie.

Le Seigneur a promis à toutes les personnes qui se repentent et restent fidèles, en faisant preuve d’un esprit d’humilité et de diligence, qu’elles auront le droit d’être guidées par l’Esprit de Dieu. Cet Esprit les guidera et les dirigera tout au long de leur vie20.

Chaque membre de l’Église a reçu l’imposition des mains sur la tête pour le don du Saint-Esprit. Il a le droit de recevoir les révélations qui lui sont utiles et nécessaires pour être guidé personnellement ; non pas pour l’Église mais pour lui-même. Il a le droit, par son obéissance et son humilité, de recevoir la lumière et la vérité qui sont révélées par l’Esprit de vérité et celui qui écoute cet Esprit et recherche le don de l’Esprit avec foi et humilité ne sera pas trompé21.

Nous devons marcher en sainteté de vie dans la lumière et la vérité avec la compréhension correcte qui vient du don et du pouvoir du Saint-Esprit promis à tous ceux qui croient au point de se repentir et qui reçoivent les paroles de la vie éternelle. Si nous sommes en communion avec cet Esprit, nous marchons dans la lumière et sommes en communion avec Dieu22.

Chaque membre de l’Église a la possibilité de connaître la vérité, de dire la vérité, d’avoir l’inspiration du Saint-Esprit ; c’est notre bénédiction personnelle… de recevoir la lumière et de marcher dans la lumière ; et si nous persévérons en Dieu, c’est-à-dire, si nous respectons tous ses commandements, nous recevrons davantage de lumière jusqu’à ce qu’arrive pour nous le jour parfait de connaissance [voir D&A 50:24]23.

Finalement, nous retournerons en présence de Dieu notre Père grâce aux conseils du Saint-Esprit24.

Idées pour l’étude et l’enseignement

Questions

  • Qu’est-ce que l’histoire relatée dans « Épisode de la vie de Joseph Fielding Smith » enseigne au sujet du Saint-Esprit ? À quelle occasion le Saint-Esprit vous a-t-il poussé à aider quelqu’un ?

  • Le président Smith mentionne « l’Esprit de Dieu parlant à l’esprit de l’homme » (partie 1). En quoi la communication avec notre esprit est-elle différente de la communication par nos oreilles et par nos yeux ? En quoi est-elle plus puissante ?

  • Quelle différence y a-t-il entre recevoir une manifestation de l’Esprit, comme Corneille, et recevoir le don du Saint-Esprit ? (Voir la partie 2.)

  • Le président Smith enseigne que le baptême est incomplet sans le don du Saint-Esprit (voir la partie 3). En quoi votre vie serait-elle incomplète sans le don du Saint-Esprit ?

  • Réfléchissez aux enseignements du président Smith dans la partie 4 sur ce que signifie avoir la compagnie constante du Saint-Esprit. Quelles bénédictions avez-vous reçues grâce à sa compagnie ?

  • Que pouvons-nous faire pour nous préparer à recevoir la compagnie du Saint-Esprit ? (On trouve des exemples dans la partie 5.)

  • En parcourant la partie 6, faites attention à l’inspiration que vous pouvez recevoir du Saint-Esprit. Comment les parents peuvent-ils apprendre à leurs enfants à reconnaître et à recevoir cette inspiration ?

Écritures apparentées

Jean 16:13  ; Actes 19:1-6  ; 1 Corinthiens 12:3  ; 1 Néphi 10:17-19  ; 2 Néphi 31:15-20  ; 3 Néphi 19:9  ; D&A 46:13  ; Quatrième article de foi.

Aide pédagogique

« Ne vous inquiétez pas si les élèves restent silencieux pendant quelques secondes quand vous avez posé une question. Ne répondez pas vous-même à la question. Laissez à vos élèves le temps de trouver une réponse. Cependant, un silence prolongé peut vouloir dire qu’ils ne comprennent pas la question et que vous devez la reformuler. » (L’enseignement, pas de plus grand appel, 2000, p. 69).

Afficher les références

    Notes

  1.   1.

    Conference Report, avril 1940, p. 96.

  2.   2.

    Francis M. Gibbons, Joseph Fielding Smith : Gospel Scholar, Prophet of God, 1992, p. xiv-xv.

  3.   3.

    Correspondance personnelle, citée dans Doctrine du salut, dir. de publ. Bruce R. McConkie, 3 vol., 1954-1956, 1:45 ; italiques supprimés.

  4.   4.

    Correspondance personnelle, citée dans Doctrine du salut, 1:45.

  5.   5.

    « The Sin against the Holy Ghost » Instructor, oct. 1935, p. 431 ; voir aussi Doctrine du salut, 1:53.

  6.   6.

    « Out of the Darkness », Ensign, juin 1971, p. 4.

  7.   7.

    « Address by Elder Joseph Fielding Smith before Seminary Teachers », Deseret News, 27 avril 1935, section sur l’Église, p. 7 ; voir aussi Doctrine du salut, 1:48.

  8.   8.

    « Avoid Needless Speculations », Improvement Era, déc. 1933, p. 866 ; voir aussi Doctrine du salut, 1:45.

  9.   9.

    « Address by Elder Joseph Fielding Smith before Seminary Teachers », p. 7 ; voir aussi Doctrine du salut, 1:47 ; Enseignements des présidents de l’Église, Joseph Smith, 2007, p. 102.

  10.   10.

    Conference Report, avril 1915, p. 118.

  11.   11.

    Answers to Gospel Questions, choisis et arrangés par Joseph Fielding Smith, fils, 5 vol., 1957-1966, 2:149-150.

  12.   12.

    « Seek Ye Earnestly the Best Gifts », Ensign, juin 1972, p. 2.

  13.   13.

    Correspondance personnelle, citée dans Doctrine du salut, 1:49.

  14.   14.

    Conference Report, oct. 1959, p. 19.

  15.   15.

    Answers to Gospel Questions, 4:90.

  16.   16.

    « Seek Ye Earnestly the Best Gifts », p. 3.

  17.   17.

    Conference Report, oct. 1963, p. 22.

  18.   18.

    Conference Report, oct. 1952, p. 59-60 ; voir aussi Doctrine du salut, 1:49.

  19.   19.

    Conference Report, avril 1962, p. 45.

  20.   20.

    Conference Report, avril 1931, p. 68.

  21.   21.

    Conference Report, avril 1940, p. 96.

  22.   22.

    Conference Report, avril 1916, p. 74 ; voir aussi Doctrine du salut, 3:258.

  23.   23.

    « What a Prophet Means to Latter-day Saints », Relief Society Magazine, janvier 1941, p. 7.

  24.   24.

    Conference Report, avril 1955, p. 51.