Chapitre 2

Enseignements des présidents de l’Église : Joseph Fielding Smith, 2013


« Qu’il soit au tout premier plan de votre esprit, maintenant et en tout temps, que Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant, qui est venu au monde donner sa vie pour que nous vivions. C’est la vérité et elle est fondamentale. C’est là-dessus que notre foi est édifiée. »

Épisode de la vie de Joseph Fielding Smith

En tant qu’apôtre, Joseph Fielding Smith fut fidèle à son appel de « témoin spécial du nom du Christ dans le monde entier » (voir D&A 107:23). Il dit : « Je m’efforce de l’aimer, notre Rédempteur, plus que tout. C’est mon devoir. Quand je parcours ce pays, je le fais comme l’un de ses témoins spéciaux. Je ne pourrais pas être témoin spécial de Jésus-Christ si je n’avais pas la certitude absolue qu’il est le Fils de Dieu et le Rédempteur du monde1. »

Dans son rôle de père, le président Smith était tout aussi attaché à sa responsabilité de témoigner du Sauveur. Le 18 juillet 1948, il envoya une lettre à ses fils Douglas et Milton, qui étaient en mission à plein temps. Il écrit :

« Il y a des moments où je médite et quand je lis les Écritures, je pense à la mission de notre Seigneur, à ce qu’il a fait pour moi et quand ces sentiments m’envahissent, je me dis que je ne peux pas lui être déloyal. Il m’a aimé d’un amour parfait, comme il a aimé tous les hommes, surtout ceux qui le servent, et je dois l’aimer de tout mon cœur, même si cet amour est imparfait, ce qu’il ne devrait pas être. C’est merveilleux. Je n’ai pas vécu à l’époque de notre Sauveur ; il n’est pas venu à moi en personne. Je ne l’ai pas vu. Son Père et lui n’ont pas jugé utile de m’accorder une aussi grande bénédiction. Mais ce n’est pas nécessaire. J’ai ressenti sa présence. Je sais que le Saint-Esprit a éclairé mon intelligence et l’a révélé à moi, si bien que j’aime mon Rédempteur, j’espère et je sens que c’est vrai, plus nettement que quoi que ce soit d’autre dans cette vie. Je ne voudrais pas qu’il en soit autrement. Je veux lui être fidèle. Je sais qu’il est mort pour moi, pour vous et pour toute l’humanité afin que nous revivions grâce à la résurrection. Je sais qu’il est mort afin que je puisse recevoir le pardon de mes folies, de mes péchés et en être purifié. Que cet amour est merveilleux ! Sachant cela, comment puis-je faire autrement que de l’aimer, lui, mon Rédempteur. Je veux que mes fils, dans le champ de la mission, éprouvent ce même sentiment. Je veux que mes enfants et mes petits-enfants éprouvent ce même sentiment et ne s’éloignent jamais du sentier de la vérité et de la justice2. »

L’un des fils du président Smith raconte :

« Si souvent, lorsque nous étions enfants, nous l’entendions dire : ‘Si seulement les hommes comprenaient les épreuves, les tribulations, les péchés que notre Seigneur a pris sur lui pour notre bien.’ Chaque fois qu’il faisait allusion à cela, ses yeux se remplissaient de larmes.

« [Un jour] que j’étais seul avec mon père dans son bureau, je remarquai qu’il avait médité profondément. J’hésitais à rompre le silence, mais finalement il parla. ‘Oh, mon fils, que j’aurais aimé que tu sois avec moi jeudi dernier au temple avec mes frères du collège. Oh, si tu avais pu les entendre témoigner de leur amour pour leur Seigneur et Sauveur, Jésus-Christ !’ Ensuite il baissa la tête et les larmes ruisselèrent sur son visage et coulèrent sur sa chemise. Puis, après plusieurs minutes, tout en hochant la tête sans même la relever, il dit : ‘Oh, combien j’aime mon Seigneur et Sauveur Jésus-Christ3  !’ »

Enseignements de Joseph Fielding Smith

1

Jésus-Christ est le Fils unique de Dieu et le Sauveur du monde.

Puis-je dire aussi simplement et aussi vigoureusement que je le peux, que nous croyons au Christ. Nous l’acceptons sans réserve comme le Fils de Dieu et le Sauveur du monde4.

« Tout est centré sur et autour du Seigneur Jésus-Christ, le Rédempteur du monde. »

Nous savons que le salut est dans le Christ, qu’il est le Fils aîné du Père éternel, qu’il fut choisi et préordonné dans les conseils des cieux pour réaliser l’expiation infinie et éternelle, qu’il est venu au monde en tant que Fils de Dieu et qu’il a mis la vie et l’immortalité en lumière grâce à l’Évangile.

Nous croyons avec une assurance parfaite que le Christ est venu racheter les hommes de la mort temporelle et de la mort spirituelle occasionnées par la chute d’Adam et qu’il a pris sur lui les péchés de tous les hommes à condition qu’ils se repentent… 

Nous croyons que c’est par la grâce que nous sommes sauvés après tout ce que nous pouvons faire [voir 2 Néphi 25:23] et qu’en bâtissant sur le fondement de l’expiation du Christ, tous les hommes doivent travailler à leur salut avec crainte et tremblement devant le Seigneur [voir Philippiens 2:12  ; Mormon 9:27]5.

La différence entre notre Sauveur et nous, c’est que nous avons eu un père qui était mortel et par conséquent sujet à la mort. Notre Sauveur n’a pas eu de père mortel et par conséquent la mort lui était soumise. Il avait le pouvoir de donner sa vie et de la reprendre [voir Jean 10:17-18], mais nous n’avons pas le pouvoir de donner notre vie et de la reprendre. C’est par l’expiation de Jésus-Christ que nous recevons la vie éternelle, par la résurrection des morts et l’obéissance aux principes de l’Évangile6.

Il est réellement le Fils unique de Dieu et, par sa grâce et la grâce de son Père, il nous a rachetés du péché à condition que nous nous repentions. Nous savons qu’il est ressuscité des morts, qu’il est monté au ciel, a fait captive la captivité [voir Psaumes 68:19] et est devenu l’auteur du salut pour tous ceux qui croient, qui se repentent de leurs péchés et l’acceptent comme Rédempteur du monde [voir Hébreux 5:9]. Les saints des derniers jours n’ont aucun doute à ce sujet7.

Les hommes peuvent élaborer des plans, émettre des hypothèses, introduire des œuvres étranges, rassembler et enseigner des doctrines bizarres, mais il y a un enseignement qui est fondamental et nous ne pouvons pas nous en détourner : tout est centré sur et autour du Seigneur Jésus-Christ, le Rédempteur du monde. Nous l’acceptons comme le Fils unique du Père dans la chair, le seul à demeurer dans un tabernacle de chair engendré par un Père immortel. Grâce à son droit d’aînesse et aux circonstances dans lesquelles il est venu sur terre, il est devenu le Rédempteur des hommes ; et grâce à l’effusion de son sang, nous avons la bénédiction de rentrer dans la présence de notre Père, à condition de nous repentir et d’accepter le grand plan de rédemption dont il est l’auteur8.

Nous témoignons que l’Évangile de Jésus-Christ est le plan du salut et que, grâce au sacrifice expiatoire du Seigneur, les hommes ressusciteront pour l’immortalité, afin d’être jugés par lui selon les actes accomplis dans la chair et que ceux qui croient et obéissent à l’intégralité de la loi de l’Évangile seront ressuscités pour la vie éternelle dans le royaume de notre Père9.

2

Nous devenons fils et filles de Jésus-Christ par son expiation et par l’alliance que nous faisons de lui obéir.

Notre Père céleste est le Père de Jésus-Christ, aussi bien dans la chair que dans l’esprit. Notre Sauveur est le Premier-né dans l’esprit, le Fils unique dans la chair10.

Il [Jésus-Christ] est notre frère aîné et le Père l’a honoré en lui donnant la plénitude de l’autorité et du pouvoir en tant que membre de la grande Présidence constituée du Père, du Fils et du Saint-Esprit11.

Nos Écritures enseignent que Jésus-Christ est à la fois le Père et le Fils. La vérité toute simple est qu’il est le Fils de Dieu de naissance, tant dans l’esprit que dans la chair. Il est le Père en raison de l’œuvre qu’il a accomplie12.

Le Sauveur devient notre Père dans le sens où les Écritures emploient ce terme, parce qu’il nous offre la vie, la vie éternelle, grâce à l’expiation qu’il a accomplie pour nous. Dans le merveilleux enseignement donné par le roi Benjamin, nous trouvons ceci : « Et maintenant, à cause de l’alliance que vous avez faite, vous serez appelés enfants du Christ, ses fils et ses filles  ; car voici, aujourd’hui il vous a engendrés spirituellement  ; car vous dites que votre cœur est changé par la foi en son nom ; c’est pourquoi, vous êtes nés de lui et êtes devenus ses fils et ses filles  » [Mosiah 5:7  ; voir aussi versets 8-11.]

Ainsi, nous devenons les enfants, les fils et les filles de Jésus-Christ, par l’alliance que nous faisons de lui obéir. Grâce à son autorité divine et à son sacrifice sur la croix, nous devenons des fils et des filles spirituellement engendrés et il est notre Père13.

« Nous devenons les enfants, les fils et filles de Jésus-Christ, par l’alliance que nous faisons de lui obéir. »

Comme les Néphites à l’époque du roi Benjamin, nous, saints des derniers jours, avons de la même manière pris sur nous le nom du Christ [voir Mosiah 5:1-9  ; 6:1-2]. Chaque semaine, à l’occasion du service de Sainte-Cène, nous prenons son nom sur nous pour nous souvenir toujours de lui, comme il nous est commandé de le faire, et c’est ce que les Néphites ont fait alliance de faire14.

3

Le Sauveur s’est manifesté dans cette dispensation et chacun de nous peut avoir un témoignage durable de lui.

Nous acceptons Jésus comme Rédempteur du monde. Nous savons… qu’il s’est manifesté dans cette dispensation. Nous ne dépendons pas du témoignage de grands hommes d’autrefois, de gens qui ont vécu de son temps, qui ont conversé avec lui durant son ministère et à qui il est apparu après sa résurrection. Nous avons des témoins à notre époque, qui l’ont vu, qui savent qu’il vit et qui nous en ont témoigné, à nous et au monde. Nous savons que leur témoignage est vrai. Joseph Smith n’a pas été livré à lui-même dans notre dispensation pour rendre témoignage de la mission de Jésus-Christ, car le Seigneur a suscité d’autres témoins qui, comme le prophète Joseph Smith, ont vu le Rédempteur, ont reçu des instructions de sa part et l’ont vu dans les cieux, assis à la droite du Père, entouré de saints anges. Ils nous ont donné leur témoignage qui se dressera contre le monde pour condamner toutes les personnes qui ne veulent pas l’écouter.

Mais nous, les membres de l’Église, nous ne dépendons pas non plus du témoignage de Joseph Smith, d’Oliver Cowdery, de Sidney Rigdon ou d’autres personnes maintenant décédées, qui, dans notre dispensation, ont reçu de merveilleuses révélations et visions de la part du Seigneur, grâce auxquelles ils ont su que Jésus vit et qu’il est le Rédempteur du monde. Nous avons le témoignage personnel, accordé par l’Esprit du Seigneur à toutes les personnes qui vivent en conformité avec l’Évangile. Si nous sommes en harmonie avec la vérité après nous être fait baptiser pour la rémission des péchés et avoir été confirmés par l’imposition des mains pour le don du Saint-Esprit, le Seigneur nous révèle personnellement que ces choses sont vraies. Nous ne dépendons pas du témoignage de quiconque pour cette connaissance, car nous savons, grâce à l’Esprit, que Jésus est le Christ, le Rédempteur du monde15.

S’il y a quelque chose qui apporte, plus que n’importe quoi d’autre à ma connaissance, la joie, la paix et la satisfaction dans le cœur de l’homme, c’est bien le témoignage durable que j’ai, et que vous avez, que Jésus-Christ est le Fils de Dieu. C’est une vérité qu’on ne peut pas changer. Les hommes peuvent l’attaquer, la ridiculiser, ils peuvent affirmer qu’il n’est pas le Rédempteur du monde, que sa mission n’est pas vraie, ou que son objectif n’est pas d’accorder à tous les hommes, grâce à l’effusion de son sang, la rémission des péchés à condition qu’ils se repentent. Ils peuvent refuser de croire à la résurrection des morts ou même que le Christ lui-même est ressuscité, comme les Écritures le déclarent, après avoir été mis à mort par ses ennemis ; il n’en reste pas moins que la vérité est là. Il est bel et bien mort pour les péchés du monde, il nous a bel et bien rachetés de la mort, il a bel et bien accordé aux hommes la possibilité de se repentir et de recevoir la rémission des péchés s’ils croient et acceptent les principes de l’Évangile et sa mission. Ces vérités sont fondamentales, elles perdureront, elles ne peuvent être détruites quoi que les hommes disent ou pensent16.

« Qu’il soit au tout premier plan de votre esprit, maintenant et en tout temps, que Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant, qui est venu au monde donner sa vie pour que nous vivions. C’est la vérité et elle est fondamentale. C’est là-dessus que notre foi est édifiée17.

4

Nous devrions tous modeler notre vie sur celle de Jésus-Christ

Le plus grand exemple jamais montré à l’homme est celui du Fils de Dieu lui-même. Sa vie a été parfaite. Il a bien agi en toutes circonstances et peut dire à tous les hommes : « Suivez-moi », [2 Néphi 31:10] et nous devrions tous modeler notre vie sur la sienne.

Je vais vous donner un exemple tiré de sa vie. Il a enseigné au peuple comment prier puis a dit : « En vérité, en vérité, je vous le dis, vous devez toujours veiller à prier, de peur d’être tentés par le diable et d’être emmenés captifs par lui. Et de même que j’ai prié parmi vous, de même vous prierez dans mon Église, parmi mon peuple qui se repent et est baptisé en mon nom. Voici, je suis la lumière ; je vous ai donné l’exemple… C’est pourquoi, élevez votre lumière, afin qu’elle brille pour le monde. Voici, je suis la lumière que vous élèverez : ce que vous m’avez vu faire… [3 Néphi 18:15-16, 24.]

C’est aux disciples néphites qu’il a donné son conseil sans doute le plus parfait. « Quelle sorte d’hommes devriez-vous être ? » demande-t-il, puis il donne cette réponse : « En vérité, je vous le dis, tels que je suis. » [3 Néphi 27:27]18.

Nous devons croire au Christ et modeler notre vie sur la sienne. Nous devons nous faire baptiser comme il s’est fait baptiser. Nous devons adorer le Père comme il le faisait. Nous devons faire la volonté du Père comme il la faisait. Nous devons rechercher le bien et les œuvres de la justice comme il le faisait. Il est notre exemple, le grand prototype du salut19.

Lorsque vous avez un problème et que vous devez prendre une décision, faites-le en vous demandant : « Que ferait Jésus ? » Faites ensuite ce qu’il ferait.

Vous pouvez ressentir la joie de sa présence et son inspiration pour vous guider chaque jour de votre vie si vous les recherchez et vivez de manière à être dignes de les recevoir. L’amour de Jésus et la force réconfortante de son Esprit Saint peuvent être tout aussi réels pour vous que pour les enfants qu’il a attirés à lui quand il vivait sur la terre20.

Permettez-moi de dire que les personnes qui suivent son exemple deviendront comme lui et seront glorifiées avec lui dans le royaume de son Père pour obtenir honneur, pouvoir et autorité. À certains disciples néphites qui le suivaient d’un cœur pleinement résolu, il a dit : « Vous serez tout comme je suis, et je suis tout comme le Père ; et le Père et moi sommes un. » [3 Néphi 28:10.]…

Je prie que nous puissions tous suivre ses traces et respecter ses commandements afin de devenir semblables à lui. C’est mon désir. J’espère que c’est le vôtre 21.

Idées pour l’étude et l’enseignement

Questions

  • À votre avis, comment le témoignage du président Smith et l’amour qu’il exprimait pour le Sauveur ont-ils influencé ses enfants ? (Voir « Épisode de la vie de Joseph Fielding Smith ».) Réfléchissez à ce que vous pouvez faire pour faire grandir votre amour pour le Sauveur et pour témoigner de lui.

  • Le président Smith déclare que « tout est centré sur et autour du Seigneur Jésus-Christ » (partie 1). Comment cette vérité peut-elle influencer notre vie personnelle ? Comment peut-elle influencer notre foyer ?

  • Comment les enseignements de la partie 2 vous aident-ils à comprendre votre relation avec le Sauveur ? Que signifie pour vous le fait de prendre sur vous le nom du Christ ?

  • Le président Smith a prévenu que certaines personnes attaqueront et ridiculiseront les vérités qui concernent Jésus-Christ et son expiation (voir partie 3). Comment pouvons-nous fortifier notre témoignage afin de résister à de telles difficultés ? Comment les parents peuvent-ils aider leurs enfants à fortifier leur témoignage ?

  • Méditez sur le conseil du président Smith de se poser la question : « Que ferait Jésus ? » (partie 4). Citez des manières précises de modeler notre vie sur celle de Jésus-Christ. Si nous suivons son exemple, quelle sera notre influence sur la vie des autres ?

Écritures apparentées

Jean 14:6  ; 1 Néphi 10:6  ; Mosiah 3:5-7  ; Hélaman 5:12  ; 3 Néphi 11:3-7  ; D&A 34:1-3  ; 76:22-24  ; Joseph Smith, Histoire 1:17

Aide pédagogique

« [Évitez] la tentation d’aborder trop de sujets… Nous instruisons des gens, nous n’enseignons pas un sujet en soi ; et… chaque plan de leçon que j’ai vu contient immanquablement davantage que ce qu’il est possible d’aborder dans le temps imparti » (Jeffrey R. Holland, « Enseigner et apprendre dans l’Église », Le Liahona, juin 2007, p. 59).

Afficher les références

    Notes

  1.   1.

    « Message du président Joseph Fielding Smith », discours fait le 22 mai 1955, Joseph Fielding Smith Collection, bibliothèque d’histoire de l’Église, p. 2.

  2.   2.

    Joseph Fielding Smith, fils, et John J. Stewart, The Life of Joseph Fielding Smith, 1972, p. 387-388 ; italiques dans l’original.

  3.   3.

    Leon R. Hartshorn, « President Joseph Fielding Smith: Student of the Gospel », New Era, janv. 1972, p. 63.

  4.   4.

    Voir « Le premier prophète de la dernière dispensation », L’Étoile, déc. 1979, p. 21.

  5.   5.

    Voir « Hors des ténèbres », L’Étoile, oct. 1971, p. 291-293.

  6.   6.

    Correspondance personnelle, cité dans Doctrine du salut, dir. de publ. Bruce R. McConkie, 3 vol., 1954-1956, 1:36.

  7.   7.

    Conference Report, avr. 1912, p. 67.

  8.   8.

    « The One Fundamental Teaching », Improvement Era, mai 1970, p. 3 ; italiques dans l’original.

  9.   9.

    Voir « Hors des ténèbres », p. 291-293.

  10.   10.

    Correspondance personnelle, cité dans Doctrine du salut, 1:27.

  11.   11.

    « The Spirit of Reverence and Worship », Improvement Era, sept. 1941, p. 573 ; voir aussi Doctrine du salut, 1:23.

  12.   12.

    Correspondance personnelle, voir aussi Doctrine du salut, 1:36.

  13.   13.

    Correspondance personnelle, voir aussi Doctrine du salut, 1:36-37.

  14.   14.

    Man: His Origin and Destiny, 1954, p. 117.

  15.   15.

    Conference Report, oct. 1914, p. 98.

  16.   16.

    Conference Report, oct. 1924, p. 100-101.

  17.   17.

    Conference Report, oct. 1921, p. 186 ; voir aussi Doctrine du salut, 2:281.

  18.   18.

    « Follow His Example », New Era, août 1972, p. 4.

  19.   19.

    « The Plan of Salvation », Ensign, nov. 1971, p. 5.

  20.   20.

    « Christmas Message to Children of the Church in Every Land », Friend, déc. 1971, p. 3.

  21.   21.

    « Follow His Example », p. 4.