Chapitre 22

Enseignements des présidents de l’Église : Joseph Fielding Smith, 2013


« Il y a peu de choses dans la vie qui soient aussi importantes que de communier avec la Divinité par la prière. »

Épisodes de la vie de Joseph Fielding Smith

Joseph Fielding Smith a enseigné que nous devrions faire de la prière « une partie intégrante de notre être même1  ». Il a montré l’exemple dans ce domaine par sa façon de vivre et de prier, seul, en famille et en public.

Après la mort de sa première épouse, Louie, il écrivit cette tendre supplique dans son journal, nous donnant ainsi un aperçu de ses prières personnelles : « Ô mon Père céleste, aide-moi, je te prie, à vivre de manière à être digne de la retrouver dans la gloire éternelle, afin que nous soyons à nouveau réunis pour ne plus jamais être séparés de toute éternité à toute éternité. Aide-moi à être humble, à placer ma confiance en toi. Donne-moi la sagesse et la connaissance des choses célestes afin que j’aie le pouvoir de résister au mal et de rester fidèle à ta vérité. Ô Seigneur, aide-moi, accorde-moi la vie éternelle dans ton royaume. Guide mes pas dans la justice, donne-moi la plénitude de ton Esprit. Aide-moi à élever mes précieux bébés afin qu’ils restent purs et sans tache pendant toute leur vie et, lorsque notre vie sera terminée, emmène-nous dans ton royaume céleste, nous t’en prions. Qu’il en soit ainsi, au nom de notre Rédempteur. Amen2. »

Joseph, fils, le fils du président Smith, parle d’une prière mémorable que son père fit lorsqu’ils rentraient tous deux à Salt Lake City après un voyage dans l’est de l’Utah. Ils « tombèrent au milieu d’un orage violent et prirent la mauvaise route » pour arriver dans un endroit appelé Indian Canyon. « L’orage devint plus violent et la route très boueuse et glissante, à tel point qu’il était non seulement dangereux mais aussi impossible de continuer d’avancer. Le brouillard épais recouvrait le ravin profond qui longeait le chemin de terre étroit, et le jeune Joseph, fils, et le Dr David E.Smith, qui étaient passagers, essayèrent de pousser la voiture et de la stabiliser de peur qu’elle ne tombe dans le précipice en contrebas. Les roues commencèrent à patiner dans la boue et finalement, la voiture s’arrêta… Joseph se rappelle que son père dit : ‘Nous avons fait tout ce que nous pouvions. Nous allons invoquer le Seigneur.’ Il baissa la tête pour prier, demandant au Seigneur de préparer la voie afin qu’il puisse réparer son erreur, sortir de ce dangereux canyon et poursuivre le voyage de retour. Il dit au Seigneur qu’il avait des obligations importantes dont il devait s’occuper le jour suivant et qu’il devait impérativement rentrer à Salt Lake City. Par miracle, l’orage se calma, un vent souffla et sécha suffisamment la piste pour leur permettre… finalement de revenir sur la route principale. À peine avaient-ils atteint la vallée que l’orage reprenait, bloquant pendant plusieurs heures la circulation dans les environs immédiats. Tandis qu’ils traversaient le canyon de Provo en direction de Salt Lake City, après plusieurs heures de route en plus, un agent de la police de la route les arrêta et leur demanda d’où ils venaient. Lorsqu’il apprit qu’ils étaient passés par Indian Canyon, l’agent s’exclama : ‘C’est impossible ! On nous a signalé que tous les ponts de cette région ont été emportés.’ À leur grande surprise, les gros titres des journaux du lendemain rapportèrent que deux cents voitures avaient été bloquées dans la région d’où ils s’étaient échappés3. »

Au cours des soixante-deux ans de son ministère apostolique, le président Smith prononça beaucoup de sermons qui contenaient des prières publiques dans lesquelles il demandait les bénédictions des cieux pour les membres de l’Église et les gens partout dans le monde. Par exemple, au cours de sa première conférence générale en tant que président de l’Église, il fit cette supplique : « Je prie pour que Dieu, notre Père céleste, ouvre les écluses des cieux et déverse sur ses enfants dans le monde entier ces bénédictions immenses et éternelles qui amélioreront leur situation temporellement et spirituellement4. »

Les prières du président Smith révélaient la profondeur de son témoignage et son amour pour son Père céleste et son Sauveur. Boyd K. Packer, qui fut appelé comme membre du Collège des douze apôtres lorsque Joseph Fielding Smith était le Président de l’Église, a dit : « C’était quelque chose d’entendre Joseph Fielding Smith prier. Même âgé de plus de quatre-vingt-dix ans, il priait de pouvoir ‘respecter ses alliances et ses obligations et persévérer jusqu’à la fin5’. »

Enseignements de Joseph Fielding Smith

1

Nous avons reçu le commandement de nous rapprocher de notre Père céleste par la prière.

Le Seigneur nous commande de l’invoquer constamment en priant humblement. Lorsqu’il était avec ses disciples, le Sauveur leur a enseigné à prier et leur a montré l’exemple en priant fréquemment son Père. Puisque c’est un commandement du Seigneur, nous pouvons être certains que prier est une bonne chose et, lorsque nous invoquons le Seigneur, nous devrions le faire dans un esprit d’humilité et de recueillement… 

Les parents ont pour devoir d’enseigner à leurs enfants à prier dès qu’ils commencent à comprendre. Laissez-les prendre l’habitude de se tourner vers leur Père céleste et de comprendre la raison pour laquelle nous prions. Si cette habitude est prise dès l’enfance, elle peut perdurer jusqu’à l’âge mûr, et l’homme ou la femme qui a invoqué le Seigneur avec ferveur et l’a remercié pour ses bénédictions peut s’attendre à ce que celui-ci ne l’abandonne pas au moment où il ou elle a besoin de lui6.

« Les parents ont pour devoir d’enseigner à leurs enfants à prier dès qu’ils commencent à comprendre. »

Je me demande si nous prenons le temps de réfléchir à la raison pour laquelle le Seigneur nous a demandé de prier. Nous a-t-il demandé de prier parce qu’il veut que nous nous prosternions et l’adorions ? Est-ce là la raison principale ? Je ne crois pas. Il est notre Père céleste et nous avons reçu le commandement de l’adorer et de le prier au nom de son Fils bien-aimé, Jésus-Christ. Mais le Seigneur peut se passer de nos prières. Son œuvre continuera de toute façon, avec ou sans nos prières… La prière est quelque chose dont nous avons besoin et non le Seigneur. Il sait très bien gérer ses affaires et s’en occuper sans aucune aide de notre part. Le but de nos prières n’est pas de lui dire ce qu’il a à faire. Si nous avons ce genre de conception, nous nous trompons, bien entendu. Nous prions plutôt pour notre bien-être, pour progresser et recevoir de la force et du courage, et pour augmenter notre foi en lui.

La prière rend notre âme plus humble. Elle élargit notre compréhension et vivifie l’esprit. Elle nous rapproche de notre Père céleste. Nous avons besoin de son aide, cela ne fait aucun doute. Nous avons besoin d’être guidés par son Saint-Esprit. Nous avons besoin de savoir quels sont les principes qui nous ont été donnés qui nous permettront de retourner en sa présence. Nous avons besoin que notre esprit soit vivifié par l’inspiration qui vient de lui, et c’est pour cela que nous le prions, afin qu’il nous aide à vivre de manière à connaître sa vérité et à être capables de marcher dans sa lumière, afin de pouvoir revenir en sa présence grâce à notre fidélité et à notre obéissance7.

Il y a peu de choses dans la vie qui soient aussi importantes que de communier avec la Divinité par la prière. Le Seigneur a jeté un voile d’oubli sur notre esprit pour que nous ne nous souvenions pas de lui et des relations que nous avions avec lui en tant que membres de sa famille dans la vie prémortelle. La prière est la méthode de communication qu’il nous a donnée pour communier à nouveau avec lui. Ainsi, l’un des buts principaux de notre mise à l’épreuve sur terre est de voir si nous pouvons apprendre avec une prière constante dans le cœur afin que, lorsque le Seigneur décide de parler, nous entendions sa voix dans notre âme8.

2

C’est toujours le moment de prier.

« Et je leur donne un commandement (à savoir, aux parents en Sion) : celui qui n’observe pas ses prières devant le Seigneur, en leur saison, qu’il soit tenu en mémoire devant le juge de mon peuple. » [D&A 68:33.]

Je présume que nous n’avons pas lu très souvent ce verset dans cette section et je me demande parfois si nous nous rendons vraiment compte de l’importance de ce commandement. Nul ne peut garder l’Esprit du Seigneur sans la prière. Nul ne peut garder l’inspiration du Saint-Esprit si cet esprit de prière ne se trouve pas dans son cœur… 

Maintenant, j’aimerais m’attarder un peu sur ce passage… Quelle est la « saison » de la prière ?

Certains d’entre nous peuvent croire que c’est quand nous nous levons le matin, et quand nous sommes sur le point de nous coucher le soir une fois notre travail terminé, et qu’il n’y a pas d’autre moment pour prier. Mais je vous le dis, et j’ai la preuve de ce que j’avance, que c’est toujours le moment de prier. Je vais vous le lire. Vous savez que j’aime prouver ce que je dis. J’aime faire appel à des témoins pour attester de ce que j’avance, et je ne demande pas aux gens d’accepter ce que je dis si ce n’est pas en accord total avec ce que le Seigneur a dit directement ou par l’intermédiaire de ses prophètes. Nous lisons dans le Livre de Mormon les paroles d’[Amulek] aux Zoramites pauvres qui s’étaient éloignés de la vérité et qui, ayant été chassés de leurs synagogues à cause de leur pauvreté et ayant l’impression que seule une personne pouvait prier à la fois en montant sur le Raméumptom, comme ils l’appelaient [voir Alma 31:12-23], ne savaient pas ce qu’ils devaient faire. [Amulek] leur enseigne ce qui suit :

« Oui, invoquez-le pour avoir la miséricorde, car il est puissant à sauver. Oui, humiliez-vous et persévérez dans la prière vers lui. Invoquez-le lorsque vous êtes dans vos champs, oui, pour tous vos troupeaux. Invoquez-le dans vos maisons, oui, pour toute votre maison, le matin, à midi et le soir. Oui, invoquez-le contre la puissance de vos ennemis. Oui, invoquez-le contre le diable, qui est l’ennemi de toute justice. Invoquez-le pour les cultures de vos champs, afin que vous en retiriez la prospérité. Invoquez-le pour les troupeaux de vos champs, afin qu’ils s’accroissent. Mais ce n’est pas tout ; vous devez déverser votre âme dans vos chambres, et dans vos lieux secrets, et dans votre désert. Oui, et lorsque vous n’invoquez pas le Seigneur, que votre cœur soit rempli, continuellement tourné vers lui dans la prière pour votre bien-être, et aussi pour le bien-être de ceux qui sont autour de vous. Et maintenant voici, mes frères bien-aimés, je vous le dis, ne pensez pas que ce soit là tout ; car lorsque vous avez fait toutes ces choses, si vous renvoyez les nécessiteux et les nus, et ne visitez pas les malades et les affligés, et ne donnez pas de vos biens, si vous en avez, à ceux qui sont dans le besoin – je vous le dis, si vous ne faites rien de cela, voici, votre prière est vaine et ne vous sert de rien, et vous êtes comme des hypocrites qui renient la foi. » [Alma 34:18-28.]

Je crois que c’est là un excellent enseignement et je vous le lis pour vous faire comprendre quand il faut prier. C’est le matin avant que la famille ne se sépare. Vous avez une bonne occasion de prier lorsque vous vous rassemblez autour de la table pour prendre le petit-déjeuner, et laissez les membres de la famille prier tour à tour. C’est cela la « saison » de la prière. Pour le commerçant, le moment de prier, c’est le matin lorsqu’il se rend à son lieu de travail et prie pour sa marchandise avant de commencer sa journée. Pour le berger, l’heure de la prière arrive lorsqu’il emmène son troupeau et qu’il veille sur lui. Pour le fermier, l’heure de la prière arrive lorsqu’il va dans les champs avec sa charrue, lorsqu’il va semer et lorsqu’il fait sa récolte. Et si un homme prie comme il en a reçu le commandement dans ce passage d’Écriture que je viens de lire, il est plus que probable qu’on le verra respecter en tout les commandements du Seigneur d’une manière juste9.

Amulek, représenté ici avec Alma, encourage le peuple à « invoquer [le Seigneur] pour avoir la miséricorde, car il est puissant à sauver » (Alma 34:18).

3

Tout ce que nous faisons doit être en harmonie avec ce que nous disons dans nos prières.

Nous ne devons pas simplement prier avec nos lèvres, mais nous devons, dans chaque acte, dans notre conversation, dans tout ce que nous entreprenons de faire, essayer de réaliser ce que nous disons dans nos prières et être en accord avec les pensées que nous déclarons au Seigneur dans nos supplications quotidiennes10.

Possédons-nous l’esprit de prière ? En avons-nous fait une partie intégrante de notre être même ? Sommes-nous en contact avec notre Père céleste par l’intermédiaire de son Saint-Esprit ou pas11  ?

4

Dans nos prières, nous devons épancher notre âme en actions de grâces.

Nous devrions prendre grand soin de cultiver, au moyen d’une vie de prière, une attitude de reconnaissance. Je pense que l’un des plus grands péchés dont les habitants de cette terre se rendent coupables est le péché de l’ingratitude, le refus, chez eux, de reconnaître le Seigneur et son droit de gouverner et de gérer12.

Dans nos prières, nous devrions épancher notre âme en actions de grâces pour la vie et l’existence, pour le sacrifice rédempteur du Fils de Dieu, pour l’Évangile du salut, pour Joseph Smith et la grande œuvre de rétablissement accomplie par son intermédiaire. Nous devrions reconnaître la main du Seigneur en tout et le remercier pour tout, tant dans le domaine temporel que spirituel13.

5

Nous devons implorer notre Père céleste pour tous nos désirs justes.

Nous devons plaider auprès de [notre Père céleste] pour acquérir la foi, l’intégrité et toutes les vertus divines, pour le triomphe et le succès de son œuvre, pour être guidés par le Saint-Esprit et pour recevoir le salut dans son royaume. Nous devons prier pour notre famille, notre femme et nos enfants, pour la nourriture, un abri et des vêtements, pour nos affaires et pour tous nos désirs justes14.

Je prie pour que les bénédictions du ciel soient et demeurent sur nous et sur tous les hommes.

Ô puissent les cieux déverser la justice et la vérité sur toute la terre !

Ô puissent tous les hommes de partout avoir une oreille attentive et écouter les paroles de vérité et de lumière qui viennent des serviteurs du Seigneur !

Ô puissent les desseins du Seigneur s’accomplir promptement parmi les peuples de toutes les nations !

Je prie pour les membres de l’Église, qui sont les saints du Très-Haut, afin que leur foi soit fortifiée, que leurs désirs de droiture augmentent dans leur cœur et qu’ils travaillent à leur salut avec crainte et tremblement devant le Seigneur [voir Philippiens 2:12  ; Mormon 9:27].

Je prie pour les gens honnêtes et les justes parmi tous les peuples, afin qu’ils soient amenés à rechercher la vérité, à soutenir tous les principes de vérité et à promouvoir la liberté et la justice.

En ces temps troublés et difficiles, je prie pour que tous les hommes soient guidés par cette lumière qui éclaire quiconque vient au monde [voir Jean 1:9  ; D&A 93:2] et qu’ils obtiennent ainsi la sagesse pour résoudre les problèmes qui assaillent l’humanité.

J’implore notre Père bienveillant de déverser ses bénédictions sur tous les hommes, jeunes et vieux, sur ceux qui ont des raisons de pleurer, sur les affamés et les nécessiteux, sur ceux qui sont les prisonniers de circonstances malheureuses et d’environnements malsains, et sur ceux qui ont besoin d’assistance, d’aide, de secours et de sagesse, ainsi que de toutes ces choses bonnes et merveilleuses qu’il est le seul à pouvoir donner.

Tout comme chacun de vous, j’ai de l’amour, de la sollicitude et de la compassion pour tous les enfants de notre Père sur cette terre, et je prie pour que leur situation s’améliore temporellement et spirituellement. Je prie pour qu’ils aillent au Christ, reçoivent ses enseignements et prennent son joug sur eux, afin de trouver du repos pour leur âme, car son joug est doux et son fardeau léger [voir Matthieu 11:29-30].

Je prie pour que les saints des derniers jours et tous ceux qui se joindront à eux dans l’obéissance aux commandements de notre Père à tous vivent de manière à obtenir la paix dans cette vie et la vie éternelle dans le monde à venir [voir D&A 59:23] et je demande tout cela avec humilité et actions de grâces, au nom du Seigneur Jésus-Christ. Amen15.

Idées pour l’étude et l’enseignement

Questions

  • La partie « Épisodes de la vie de Joseph Fielding Smith » contient quatre exemples de prières faites par le président Smith. Que nous apprend chacun de ces exemples ?

  • Réfléchissez à votre approche personnelle de la prière. Que pouvons-nous faire pour que nos prières nous aident à nous « rapproche[r] de notre Père céleste » ? (Voir la partie 1.)

  • Le président Smith enseigne que « c’est toujours le moment de prier » (deuxième partie). Comment pouvons-nous suivre le conseil de prier sans cesse ?

  • Pour vous, que signifie « réaliser ce que nous disons dans nos prières » ? (Voir la partie 3). Réfléchissez à ce que vous pouvez faire pour vous améliorer dans ce domaine.

  • En quoi notre attitude change-t-elle lorsque nous « épanch[ons] notre âme en actions de grâces » à notre Père céleste ? (Voir la partie 4).

  • En étudiant la prière du président Smith dans la partie 5, songez à vos propres prières. Réfléchissez en silence à la question suivante : Quelles personnes et quels sujets devriez-vous inclure plus souvent dans vos prières ?

Écritures apparentées

Matthieu 7:7-8  ; Philippiens 4:6  ; 1 Thessaloniciens 5:17-18  ; Jacques 1:5-6  ; 2 Néphi 32:8-9  ; Alma 34:38-39  ; 3 Néphi 18:18-21  ; D&A 10:5

Aide pédagogique

« Pour susciter la discussion, utilisez les questions qui se trouvent à la fin de chaque chapitre. Vous pouvez également poser vos propres questions adaptées aux personnes que vous instruisez » (voir la page viii de ce livre).

Afficher les références

    Notes

  1.   1.

    Conference Report, avr. 1918, p. 156.

  2.   2.

    Joseph Fielding Smith, fils, et John J. Stewart, The Life of Joseph Fielding Smith, 1972, p. 162-163 ; italiques dans l’original.

  3.   3.

    Joseph Fielding Smith, fils, et John J. Stewart, The Life of Joseph Fielding Smith, p. 232-233.

  4.   4.

    Conference Report, avr. 1970, p. 6.

  5.   5.

    Voir Boyd K. Packer, « Alliances », L’Étoile, janv. 1991, p. 78 ; italiques supprimés de l’original.

  6.   6.

    Answers to Gospel Questions, choisis et arrangés par Joseph Fielding Smith, fils, 5 vol., 1957-1966, 3:83-85.

  7.   7.

    Conference Report, avr. 1968, p. 10 ; italiques dans l’original.

  8.   8.

    « President Joseph Fielding Smith Speaks on the New MIA Theme », New Era, sept. 1971, p. 40.

  9.   9.

    Conference Report, oct. 1919, p. 142-143.

  10.   10.

    Conference Report, oct. 1913, p. 73.

  11.   11.

    Conference Report, avr. 1918, p. 156.

  12.   12.

    Conference Report, oct. 1969, p. 110.

  13.   13.

    « President Joseph Fielding Smith Speaks on the New MIA Theme », p. 40.

  14.   14.

    « President Joseph Fielding Smith Speaks on the New MIA Theme », p. 40.

  15.   15.

    Conference Report, avr. 1970, p. 149.