Chapitre 20 : Le royaume de Dieu va de l’avant

Enseignements des présidents de l’Église : Lorenzo Snow, 2011


« C’est l’affaire des personnes qui professent être engagées dans l’œuvre [de Dieu] d’avancer, d’aller de l’avant… Tant qu’un pas en avant reste à faire, il faut qu’il soit fait. »

Épisodes de la vie de Lorenzo Snow

En 1844, alors qu’il s’acquittait d’une responsabilité dans les états de l’Est des États-Unis, Lorenzo Snow apprit que Joseph Smith, le prophète, et son frère, Hyrum, étaient morts en martyrs. Il dit : « La nouvelle de ce triste événement était, bien sûr, complètement inattendue et m’a frappé d’une grande surprise et d’un profond chagrin qu’il m’est impossible de décrire avec des mots. » Obéissant aux instructions du Collège des douze apôtres, il fit les préparatifs pour retourner chez lui à Nauvoo (Illinois, États-Unis)1.

Il raconta plus tard : « Certains pensaient, du vivant de Joseph, que l’Église ne pourrait prospérer si Joseph ne guidait pas sa destinée. Quand le temps vint pour lui de quitter ce monde en martyr et de passer dans le monde des esprits, les saints de tout le royaume de Dieu furent grandement agités. C’était quelque chose d’inattendu. Ils ne savaient pas vraiment comment les choses allaient se dérouler ensuite. La responsabilité [de diriger l’Église] incomba alors au Collège des douze apôtres et, grâce aux bénédictions que Dieu leur accorda, à l’esprit d’inspiration qui demeurait dans leur cœur et à la direction du Tout-Puissant, le royaume alla de l’avant2. »

Le deuxième président de l’Église, Brigham Young, mourut en 1877, après avoir dirigé l’Église pendant trente-trois ans. Lorenzo Snow, alors membre du Collège des Douze, assista de nouveau à un changement dans la direction terrestre de l’Église. Il dit plus tard que le président Young « était décédé presque de manière inattendue ». Il ajouta : « Les saints n’étaient guère préparés à cela. Et pourtant le royaume de Dieu alla de l’avant3. »

Quand John Taylor, le troisième président de l’Église, mourut en 1887, frère Snow rassura les saints : « Le Seigneur a jugé bon d’appeler maintenant notre cher frère, le président Taylor, loin de ces scènes de souffrance et de martyre, et l’Église continue d’aller de l’avant4. »

En 1898, environ onze ans après avoir rassuré les saints lors des obsèques du président Taylor, Lorenzo Snow eut besoin de cette même assurance. Il était alors président du Collège des Douze. Wilford Woodruff était président de l’Église et sa santé physique déclinait. Le président Snow savait que, selon l’ordre de succession établi, il présiderait l’Église s’il vivait plus longtemps que le président Woodruff. Un soir, il se sentit particulièrement accablé en pensant à cette possibilité. Ne se sentant pas à la hauteur pour assumer la direction de l’Église, il alla dans une pièce du temple de Salt Lake City pour prier. Il demanda à Dieu d’épargner la vie du président Woodruff mais promit aussi qu’il remplirait tous les devoirs que Dieu lui donnerait.

Le président Woodruff mourut le 2 septembre 1898, peu de temps après la prière fervente du président Snow au temple. Le président Snow était à Brigham City, à une centaine de kilomètres au nord de Salt Lake City, quand il reçut cette nouvelle. Il prit ses dispositions pour se rendre le soir même à Salt Lake City en train. À son arrivée, il alla de nouveau dans une salle privée du temple pour prier. Il reconnut ses sentiments de faiblesse mais se dit prêt à faire la volonté du Seigneur. Il demanda à être guidé et attendit une réponse mais aucune ne vint. Il quitta donc la pièce.

En entrant dans un grand couloir, il reçut la réponse et l’assurance qu’il avait cherchées. Devant lui se tenait le Sauveur ressuscité, qui lui dit ce qu’il devait faire. Le président Snow raconta plus tard cette expérience à sa petite-fille, Alice Pond. Elle nota la conversation qu’elle avait eue avec son grand-père dans le temple de Salt Lake City.

« Dans le grand couloir menant à la salle céleste, je marchais quelques pas devant mon grand-père quand il m’arrêta et me dit : ‘Attends un instant, Allie, je veux te dire quelque chose. C’est ici-même que le Seigneur Jésus-Christ m’est apparu après le décès du président Woodruff. Il m’a dit d’aller réorganiser tout de suite la Première Présidence de l’Église et de ne pas attendre comme cela avait été le cas après la mort des présidents précédents. Il m’a dit aussi que je devais succéder au président Woodruff.’

« Ensuite grand-père a fait un pas vers moi, a tendu la main gauche et a dit : ‘Il se tenait juste là, à peu près un mètre au dessus du sol. Il semblait se tenir sur une plaque en or massif.’

« Grand-père m’a parlé du glorieux personnage qu’est le Sauveur. Il a décrit ses mains, ses pieds, son visage et ses belles robes blanches, qui étaient tous d’une blancheur et d’un éclat glorieux tels qu’il lui était difficile de le regarder.

« Ensuite [grand-père] a fait de nouveau un pas vers moi, m’a posé sa main droite sur la tête et a dit : ‘Ma petite-fille, je veux que tu te souviennes que c’est le témoignage de ton grand-père : il t’a dit de sa propre bouche qu’il a vraiment vu le Sauveur, ici dans le temple, et qu’il lui a parlé face à face5.’ »

La conversation du président Snow avec le Sauveur était la confirmation sacrée d’une vérité qu’il connaissait depuis des années : Jésus-Christ est à la tête de l’Église. Inspiré par cette vérité, le président Snow témoigna fréquemment que l’Église continuerait sa progression en dépit de l’opposition. Il exprima sa reconnaissance d’avoir la bénédiction de participer à la progression de l’œuvre du Seigneur dans les derniers jours. Lors de la conférence générale d’octobre 1898, à laquelle il fut soutenu comme président de l’Église, il déclara : « Décrétons en notre cœur, témoignons intérieurement au Seigneur, que nous serons un peuple meilleur, que nous serons un peuple plus uni lors de notre prochaine conférence qu’aujourd’hui. Ce doit être le sentiment et la détermination de chaque homme et de chaque femme présents à cette assemblée solennelle. Je ressens le désir d’être plus dévoué aux intérêts du royaume de Dieu et à la réalisation de ses desseins que dans le passé6. » [Voir la première idée de la page 262.]

Enseignements de Lorenzo Snow

Accomplissant la prophétie, le Seigneur a rétabli son Église sur la terre.

En ma qualité de serviteur de Dieu, je rends témoignage qu’il a révélé sa volonté au dix-neuvième siècle. Cela s’est fait par sa propre voix venant des cieux, par la manifestation personnelle de son Fils et par le ministère de saints anges. Il commande à tous les hommes de partout de se repentir, de se détourner de leurs voies mauvaises et de leurs désirs impies, et d’être baptisés pour la rémission de leurs péchés, afin de recevoir le Saint-Esprit et d’entrer en communion avec lui. Il a commencé l’œuvre de rédemption dont ont parlé tous les saints prophètes, les sages et les voyants de toutes les époques et de toutes les races de l’humanité7.

Le mormonisme, sobriquet pour désigner la vraie religion des saints des derniers jours, ne prétend pas être une chose nouvelle, à part pour cette génération. Il déclare être le plan du salut d’origine, institué dans les cieux avant que le monde soit et que Dieu a révélé à l’homme à différentes époques. Notre peuple croit véritablement qu’Adam, Hénoc, Noé, Abraham, Moïse et d’autres personnalités ont eu successivement cette religion, dans une suite de dispensations… En bref, le mormonisme est la foi chrétienne primitive rétablie, l’Évangile ancien ramené, cette fois pour lancer la dernière dispensation, introduire le millénium et terminer l’œuvre de la rédemption qui a trait à cette planète8.

Nous voyons la main du Tout-Puissant établir un royaume décrit à une époque lointaine par Daniel le prophète : un royaume qui grandira et se répandra jusqu’à remplir toute la terre [voir Daniel 2:44]. Ce sera à une époque où la lumière et l’intelligence seront si largement répandues qu’il ne sera plus nécessaire qu’un homme dise à ses semblables : « Connaissez l’Éternel », mais où tous le connaîtront, depuis le plus petit jusqu’au plus grand [voir Jérémie 31:34] et où l’Esprit du Seigneur sera déversé sur toute chair, à tel point que les fils et les filles du peuple prophétiseront, que les vieillards auront des songes et les jeunes gens des visions [voir Joël 2:28]. Il n’y aura rien qui fasse tort ou dommage sur toute la montagne sainte du Seigneur [voir Ésaïe 11:9].9 [Voir la deuxième idée de la page 262.]

L’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours est bâtie sur un fondement ferme et elle continuera d’aller de l’avant malgré l’opposition.

Mes frères et sœurs, Dieu a établi son Église et son royaume sur la terre pour le profit et la bénédiction de la famille humaine, pour la guider dans la voie de la vérité, pour la préparer à l’exaltation en sa présence, ainsi qu’à son avènement et à son royaume glorieux sur la terre. Ses desseins s’accompliront malgré toute l’opposition qui pourra être portée contre eux par les hommes méchants et les puissances des ténèbres. Tout ce qui fait obstacle à cette œuvre sera écarté. Rien ne pourra résister à son pouvoir. Tout ce qu’il a décrété s’accomplira entièrement et parfaitement. L’amour que Dieu a pour son peuple continuera et ses enfants triompheront grâce à son pouvoir10.

Allez dire que ce royaume sera détruit !… Vous pourriez tout aussi bien essayer de décrocher les étoiles du firmament ou la lune ou le soleil de son orbite ! C’est impossible car cette œuvre est celle du Tout-Puissant11.

Le royaume de Dieu va de l’avant avec force, puissance et un succès glorieux12.

Cette œuvre est bâtie sur un fondement ferme, elle repose sur le rocher de l’éternité… Peu importe qui se perd en route et qui fait naufrage quant à la foi, l’Église ira de l’avant13.

L’Église demeurera, parce qu’elle repose sur un fondement ferme. Elle n’a pas été créée par l’homme ; elle n’est pas née de l’étude du Nouveau ou de l’Ancien Testament ; elle n’est pas le résultat de l’érudition que nous avons reçue dans les universités ou les séminaires, mais elle vient directement du Seigneur. Le Seigneur nous l’a montrée par le principe révélateur du Saint-Esprit de lumière, et tout homme peut recevoir ce même esprit…

Il nous donne la connaissance de ce que nous ferons, si nous sommes disposés à sacrifier notre vie plutôt que d’aller à l’encontre de cette connaissance. Il nous dévoile les secrets du royaume céleste et il nous communique constamment des choses que nous ne connaissions absolument pas auparavant. Nous recevons continuellement davantage de cette connaissance et de cette intelligence…

Nous avons reçu trop de connaissance pour que nos objectifs soient contrecarrés. Que les personnes qui souhaitent persécuter et renverser le mormonisme continuent et fassent leur travail… Notre œuvre consiste à progresser dans la connaissance de Dieu, à respecter ses commandements, à être fidèles, à continuer de nous améliorer et à devenir de plus en plus parfaits au fil des années14. [Voir la troisième idée de la page 262.]

Nous sommes le peuple de Dieu et il nous protégera si nous allons de l’avant et faisons tout ce qu’il attend de nous.

Dans beaucoup de cas… quand la destruction du peuple de Dieu semblait imminente et qu’il semblait n’y avoir aucune issue… il se passait soudain une chose ou une autre qui avait été préparée pour le salut du peuple, afin d’éviter la destruction imminente. Nous voyons cela dans le cas des Israélites, quand ils étaient conduits par Moïse. Quand ils arrivèrent à la mer Rouge et que l’armée égyptienne derrière eux les menaçait de destruction, il semblait n’y avoir aucune issue mais, voici, au moment même où la délivrance était nécessaire, elle se présenta et ils échappèrent à la destruction [voir Exode 14:10-25].

Il en a été ainsi et il en sera toujours ainsi pour nous. Quoique nos difficultés puissent paraître très grandes, le moyen d’en sortir nous sera fourni si nous-mêmes nous remplissons les devoirs qui nous incombent en tant qu’enfants de Dieu. Mais il sera peut-être nécessaire à l’avenir (et c’est l’idée que je veux faire passer) que certains des saints aient à jouer le rôle d’Esther, la reine, et soient disposés à sacrifier tout ce qui pourra leur être demandé pour réaliser la délivrance des saints des derniers jours.

Premièrement nous devons savoir que nous sommes le peuple de Dieu… Il nous incombe de nous avancer, comme Esther, et d’être disposés à tout risquer pour le salut du peuple. En entreprenant sa tâche, Esther a dit : « Si je dois périr, je périrai. » [voir Esther 4:3-16]… Mais le peuple de Dieu ne périra pas. Il y aura toujours un bélier retenu dans le buisson pour le délivrer [voir Genèse 22:13]…

Le Seigneur a dit : « J’ai décrété en mon cœur de vous éprouver en tout, pour voir si vous demeurerez dans mon alliance, même jusqu’à la mort, afin d’être trouvés dignes ; car si vous ne demeurez pas dans mon alliance, vous n’êtes pas dignes de moi. » [Voir D&A 98:14-15.] Nous avons une raison de vivre ; nous avons toutes les raisons d’être disposés à mourir. Mais il ne s’agit pas de mourir. Le salut et la vie attendent le peuple de Dieu (les personnes qui prennent sur elles le nom du Seigneur Jésus-Christ) s’il respecte ses commandements et fait ce qui est acceptable à ses yeux. Ce n’est pas dans le plan du Tout-Puissant de permettre que son peuple soit détruit. Assurément, si nous faisons ce qui est bien et respectons ses commandements, il nous délivrera de toutes les difficultés15. [Voir la quatrième idée de la page 262.]

Il est temps pour nous de nous humilier devant Dieu et d’accomplir l’œuvre qu’il nous a confiée.

C’est l’affaire des personnes qui professent être engagées dans son œuvre d’avancer, d’aller de l’avant… sans murmurer et sans avoir besoin qu’on les pousse ; tant qu’un pas en avant reste à faire, il faut qu’il soit fait16.

Il est temps pour les saints des derniers jours de s’humilier devant le Tout-Puissant… Il est temps pour les saints des derniers jours de découvrir à quoi ils se sont engagés. Il est temps pour eux de se repentir de leurs péchés et de leurs folies et d’invoquer le Tout-Puissant, afin que son aide leur soit accordée… qu’ils aillent de l’avant et accomplissent la grande œuvre qu’il leur a confiée17.

Nous sommes engagés dans l’œuvre de Dieu. Les perspectives qui s’offrent à nous sont glorieuses, mais n’oublions pas, dans tout ce que nous accomplissons, que nous sommes les serviteurs de Dieu, faisant sa volonté. Que notre intégrité ne diminue pas mais que notre foi grandisse continuellement tandis que nous parcourons le chemin de la vie. Je serai satisfait d’agir là où la Providence m’a placé, de demander au Seigneur ce que je peux faire pour participer à l’édification du royaume de Dieu à cet endroit et de prier pour qu’il m’aide à subvenir aux besoins de ma famille18.

Nous pouvons acquérir davantage de connaissances et de pouvoir, et augmenter notre capacité d’édifier le royaume de Dieu sur la terre, et cela par notre diligence, notre humilité et notre fidélité aux alliances que nous avons contractées19.

À cause de notre ignorance, parce que nous ne comprenons pas pleinement les voies et les desseins du Seigneur, il peut sembler que, dans notre marche en avant pour mettre à exécution le programme dont nous sommes chargés, nous atteignions occasionnellement et temporairement un point d’arrêt. Mais en fait, c’est quelque chose qui n’existe pas dans le programme et ne peut pas exister à condition que le peuple continue ses efforts en plaçant sa confiance dans les promesses de Dieu…

Que chacun soit fidèle et très diligent à respecter les commandements de Dieu ; qu’il cultive le désir de faire le bien aux personnes qui l’entourent. Si, en repensant au passé, nous voyons que nous n’avons pas agi strictement en accord avec la voix de notre conscience et le sens de notre devoir, réformons-nous devant Dieu et devant les hommes, afin d’être prêts pour tout ce qui pourrait arriver. Que l’œuvre de construction des temples et des maisons de culte continue. Continu[ons] d’éduquer [nos] enfants et de les élever dans la crainte du Seigneur, et que l’Évangile continue d’être porté aux nations éloignées…

Cette œuvre est celle de Dieu et il dirige sa progression sur la terre. Elle doit toujours occuper le premier plan dans notre esprit. Du moment que nous nous trouvons sur le sentier du devoir, nous pouvons assurément rester fermes, immuables et déterminés à atteindre notre objectif et montrer ainsi au monde notre foi et notre dévouement aux principes de la vérité que Dieu a révélés…

Il est très possible que le Seigneur permette que s’exerce sur nous une forte pression, qui demandera de grands sacrifices de la part de son peuple. La question qui se pose pour nous est la suivante : ferons-nous ces sacrifices ? Cette œuvre est celle du Tout-Puissant et les bénédictions promises que nous recherchons nous seront accordées après que nous aurons fait nos preuves et que nous aurons surmonté l’épreuve. Je ne suis pas en train de dire à ce peuple qu’une épreuve terrible l’attend ou que ce n’est pas le cas. La question que je me pose est : suis-je prêt à recevoir et à bien utiliser toutes les bénédictions que le Seigneur a en réserve pour moi comme pour le reste de son peuple ? Et, inversement : suis-je prêt à faire tous les sacrifices qu’il peut exiger de moi ? Je ne donnerais pas même les cendres d’un brin de paille pour une religion qui ne mériterait pas qu’on vive pour elle et qu’on meure pour elle. Et je ne donnerais pas beaucoup pour l’homme qui n’est pas disposé à sacrifier tout ce qu’il a pour sa religion.

Eh bien, je vous dis à tous : « Avancez ! Allez de l’avant, voyez le salut du Seigneur et ne restez pas immobiles20. » [Voir la cinquième idée de la page 263.]

Idées pour l’étude et l’enseignement

Réfléchissez à ces idées pendant votre étude du chapitre ou lorsque vous vous préparez à enseigner. Vous trouverez des aides supplémentaires aux pages vii à x.

  1. 1.

    Relisez les histoires qui se trouvent aux pages 253 à 255. À votre avis, que signifie la formule suivante : « Le royaume de Dieu va de l’avant » ? Quelles expériences vous ont aidé à voir que le royaume de Dieu va de l’avant ?

  2. 2.

    Dans le dernier paragraphe de la page 256, le président Snow parle de quatre prophéties de l’Ancien Testament. Comment ces prophéties se réalisent-elles aujourd’hui ?

  3. 3.

    Étudiez les enseignements du président Snow en rapport avec l’affirmation que l’Église va de l’avant malgré l’opposition (pages 258-259). Comment ces enseignements peuvent-ils nous aider quand des gens nous persécutent à cause de notre foi ? Comment avez-vous réagi quand on s’est opposé à votre témoignage ?

  4. 4.

    Lisez les [troisième et quatrième paragraphes de la page 259-260]. Quand nous devons faire des sacrifices, que peut nous apprendre l’exemple d’Esther ? Dans de telles situations, comment le fait de « savoir que nous sommes le peuple de Dieu » nous aidera-t-il ?

  5. 5.

    Dans la dernière partie du chapitre, le président Snow recommande aux membres d’édifier le royaume de Dieu quel que soit l’endroit où le Seigneur les a placés. Comment les efforts des parents à la maison participent-ils à l’édification du royaume de Dieu sur toute la terre ? Comment les instructeurs au foyer et les instructrices visiteuses peuvent-ils édifier le royaume de Dieu ?

Écritures apparentées : Matthieu 24:14 ; Éther 12:27 ; Moroni 7:33 ; D&A 12:7-9 ; 65:1-6 ; 128:19-23

Aide pédagogique : « Il est souvent utile de commencer à penser à la leçon suivante peu après avoir fait la précédente. Vous serez sans doute plus sensible à vos élèves, à leurs besoins et à leurs centres d’intérêt immédiatement après avoir été avec eux » (voir L’enseignement, pas de plus grand appel, p. 97).

Le président Snow a témoigné du rétablissement de l’Évangile par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète.

« Mes frères et sœurs, Dieu a établi son Église et son royaume sur la terre pour le profit et la bénédiction de la famille humaine. »

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    Voir Eliza R. Snow Smith, Biography and Family Record of Lorenzo Snow, 1884, p. 79-82.

  2.   2.

    « Laid to Rest: The Remains of President John Taylor Consigned to the Grave », Millennial Star, 29 août 1887, p. 549.

  3.   3.

    « Laid to Rest: The Remains of President John Taylor Consigned to the Grave », p. 549.

  4.   4.

    « Laid to Rest: The Remains of President John Taylor Consigned to the Grave », p. 549.

  5.   5.

    Alice Pond, dans LeRoi C. Snow, « An Experience of My Father’s », Improvement Era, sept. 1933, p. 677 ; voir aussi la correspondance entre John A. Widtsoe et Noah S. Pond, mari d’Alice Armeda Snow Young Pond, 30 oct. 1945, et 12 nov. 1946, Bibliothèque d’histoire de l’Église. Alice était au début de la vingtaine, dotée et scellée à son mari quand le président Snow lui a raconté cette expérience dans le temple.

  6.   6.

    Conference Report, oct. 1898, p. 55.

  7.   7.

    « Greeting to the World by President Lorenzo Snow », Deseret Evening News, 1er janv. 1901, p. 5.

  8.   8.

    « ‘Mormonism’ by Its Head », Land of Sunshine, oct. 1901, p. 252.

  9.   9.

    Deseret News, 24 janv. 1872, p. 597.

  10.   10.

    Deseret Semi-Weekly News, 4 oct. 1898, p. 1.

  11.   11.

    Deseret News, 24 janv. 1872, p. 598.

  12.   12.

    Deseret Weekly, 4 nov. 1893, p. 609.

  13.   13.

    Millennial Star, 12 mai 1890, p. 293 ; tiré d’une paraphrase détaillée d’un discours donné par Lorenzo Snow lors de la conférence générale d’avril 1890.

  14.   14.

    Conference Report, avr. 1900, p. 3-4.

  15.   15.

    Deseret News, 22 nov. 1882, p. 690.

  16.   16.

    Deseret News: Semi-Weekly, 27 juin 1882, p. 1.

  17.   17.

    Deseret News, 22 nov. 1882, p. 690.

  18.   18.

    Journal History, 11 juil. 1865, p. 2.

  19.   19.

    Deseret News, 15 mai 1861, p. 82.

  20.   20.

    Deseret News: Semi-Weekly, 27 juin 1882, p. 1.