Chapitre 24 : Réflexions sur la mission de Jésus-Christ

Enseignements des présidents de l’Église : Lorenzo Snow, 2011


« Nous dépendons tous de Jésus-Christ, de sa venue au monde pour nous ouvrir la voie par laquelle nous pouvons obtenir la paix, le bonheur et l’exaltation. »

Épisode de la vie de Lorenzo Snow

En octobre 1872, Brigham Young donna à son premier conseiller, George A. Smith, la tâche de voyager dans certaines parties d’Europe et du Proche-Orient. Dans une lettre adressée au président Smith, le président Young et son deuxième conseiller, Daniel H. Wells, écrivirent : « Nous désirons que vous soyez attentif aux possibilités d’ouverture qui existent déjà ou aux endroits qui y sont favorables dans les différents pays que vous visiterez. » Le voyage devait s’achever en Terre Sainte, où le président Smith devait « consacrer et dédier ce pays au Seigneur ». Les présidents Young et Wells écrivirent : « Nous prions afin que vous soyez protégé et voyagiez en paix et en sécurité, afin que vous soyez abondamment béni en termes de paroles de sagesse et de libre expression dans toutes vos conversations relatives au saint Évangile, dissipant les préjugés et répandant des semences de justice parmi le peuple1. » Le président Smith prit avec lui un petit groupe de saints des derniers jours, y compris Lorenzo Snow, qui était alors membre du Collège des douze apôtres. La sœur de frère Snow, Eliza R. Snow, qui remplissait alors l’appel de présidente générale de la Société de Secours faisait également partie du voyage.

Au cours du voyage, frère Snow écrivait régulièrement des lettres décrivant la géographie, les bâtiments, les coutumes et la situation des gens. Mais lorsque ses compagnons et lui visitèrent des sites en Terre Sainte, le ton de ses lettres changea. Ses pensées se tournèrent vers le Fils de Dieu, qui, des siècles auparavant, avait fréquenté ces mêmes lieux. Par exemple, il écrivit son expérience en février 1873 lorsque son groupe s’approcha de la ville de Jérusalem :

« Une heure de route… et nous serons à Jérusalem. Nous avançons et finissons par monter sur une éminence [ou une colline] pour contempler Jérusalem, la ‘Ville Sainte’. Au loin, sur notre droite se trouve la montagne de Sion, la cité de David. Sur notre gauche, cette noble colline, qui semble désertique, est le mont des Oliviers, autrefois l’endroit préféré de notre Sauveur et le dernier lieu que foulèrent ses pieds sacrés avant son ascension auprès de son Père. Ces lieux historiques intéressants, ainsi que tout ce qui va de pair avec eux, suscitent des pensées et des réflexions qui sont impressionnantes et solennelles. Oui, voilà Jérusalem ! Où Jésus vécut, enseigna et fut crucifié, où il cria ‘tout est accompli’, baissa la tête et mourut ! Nous descendons lentement le sentier sinueux de la colline, perdus dans nos pensées… jusqu’à atteindre la ville2. »

Après s’être rendu au Jourdain, frère Snow écrivit : « Tandis que nous buvions de ces eaux douces et rafraîchissantes et que nous nous lavions dans cette onde sacrée, nos pensées et nos réflexions revinrent à l’époque de notre enfance, lorsque nous avions l’habitude de lire les Écritures saintes qui décrivent les événements importants qui se déroulèrent à cet endroit : le passage des Israélites lorsque la rivière s’assécha, quand les prêtres, qui portaient sur leurs épaules l’arche sacrée, avancèrent dans l’eau ; le partage des eaux par Élie lorsqu’il passa à pied sec et fut enlevé au ciel sur l’autre rive dans un tourbillon ; et Élisée, lorsqu’il revint, prit le manteau qu’Élie avait laissé tomber et en frappa les eaux, disant : ‘Où est l’Éternel, le Dieu d’Élie ?’ ce qui fut la troisième fois que le Jourdain fut divisé. Mais on associe à cet endroit un autre événement d’un intérêt encore plus grand : le baptême de notre Sauveur qui est ainsi rapporté dans les Écritures : ‘Jean parut, prêchant dans le désert de Judée, et Jésus vint de la Galilée au Jourdain pour être baptisé par lui’ [voir Matthieu 3] ; et nous nous trouvions à l’endroit exact, ou tout proche, où ces événements mémorables se déroulèrent, nous tenant sur la rive, regardant le vallon et nous baignant dans le même cours d’eau qui avait été le témoin silencieux de ces faits sublimes3. » [Voir la première idée de la page 302.]

Enseignements de Lorenzo Snow

Jésus-Christ est venu au monde pour faire la volonté du Père et préparer la voie pour notre paix, notre bonheur et notre exaltation.

Cet Évangile a été présenté au monde à différentes époques. Les prophètes le connaissaient. Ils comprenaient clairement et distinctement que Jésus était l’agneau immolé dès la fondation du monde [voir Apocalypse 13:8 ; Moïse 7:47], et qu’au moment opportun, il se manifesterait aux enfants des hommes, mourrait pour leurs péchés et serait crucifié afin de réaliser le plan du salut4.

Lorsque bébé, Jésus était couché sans défense dans une crèche, il ne savait pas qu’il était le Fils de Dieu et qu’il avait précédemment créé la terre. Lorsque le décret d’Hérode parut, Jésus n’en connaissait rien. Il n’avait aucun pouvoir pour se sauver. [Joseph et Marie] durent le prendre et [fuir] en Égypte pour le protéger des effets de ce décret… Il grandit jusqu’à l’âge d’homme et au cours de sa progression il lui fut révélé qui il était et pour quelle raison il était dans le monde. La gloire et le pouvoir qu’il détenait avant de venir au monde lui furent révélés5.

Tandis qu’il voyageait ici sur terre et remplissait sa mission, Jésus dit au peuple qu’il n’accomplissait les miracles qu’il faisait parmi eux ni par son propre pouvoir, ni par sa propre sagesse, mais qu’il était là pour accomplir la volonté de son Père. Il ne venait pas pour rechercher la gloire et les honneurs des hommes, mais pour rechercher l’honneur et la gloire de son Père qui l’avait envoyé. Il déclara : « Je suis venu au nom de mon Père, et vous ne me recevez pas ; si un autre vient en son propre nom, vous le recevrez. » [Jean 5:43.]

La particularité de sa mission et ce qui la différenciait des autres missions était la suivante : Il ne venait pas pour chercher la gloire et l’honneur des hommes mais pour chercher l’honneur et la gloire de son Père, et pour accomplir l’œuvre de son Père qui l’avait envoyé. C’est en cela que résidait le secret de sa réussite et c’est en cela que réside le secret de la réussite de toute personne qui œuvre selon le même principe6.

Jésus-Christ, le Fils de Dieu, fut autrefois mis dans une situation qui exigeait les efforts les plus intenses pour accomplir ce qui était nécessaire au salut de millions d’enfants de Dieu. Il fallait que les efforts et la détermination les plus extrêmes fussent employés pour que le Fils de Dieu puisse passer par l’épreuve redoutable, le sacrifice qui était nécessaire7.

Jésus, le Fils de Dieu, fut envoyé dans le monde pour que vous et moi puissions recevoir ces bénédictions extraordinaires. Il devait faire un grand sacrifice. Il fallait toute la force qu’il avait et toute la foi qu’il pouvait rassembler pour accomplir ce que le Père exigeait de lui… Il n’échoua pas, bien que l’épreuve fût si cruelle qu’il sua de grosses gouttes de sang… Ses sentiments devaient être impossibles à décrire. Lui-même nous dit, comme nous pouvons le lire à la section 19 du livre des Doctrine et Alliances, que ses souffrances étaient si grandes qu’elles le firent « trembler de douleur… et elles [le firent] saigner à chaque pore et [le firent] souffrir de corps et d’esprit — et [il aurait] voulu ne pas devoir boire la coupe amère ». Mais il disait continuellement dans son cœur : « Père, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux. » [Voir D&A 19:15-19.]8

Nous dépendons tous de Jésus-Christ, de sa venue au monde pour nous ouvrir la voie par laquelle nous pouvons obtenir la paix, le bonheur et l’exaltation. Et s’il n’avait pas fait ces efforts, nous n’aurions jamais obtenu les bénédictions que l’Évangile nous garantit grâce à la médiation de Jésus-Christ, car il a fait les efforts qui étaient nécessaires…

Bien qu’il se soit sacrifié et ait élaboré le plan de la rédemption du peuple, si ce dernier ne s’efforce pas d’être uni à lui, son salut ne sera jamais réalisé9.

Nous comprenons parfaitement que de même que Jésus-Christ a demeuré ici dans un corps qu’il a reçu et que son corps est maintenant glorifié, de même, nous avons droit à la même bénédiction, à la même exaltation et à la même gloire10. [Voir la deuxième et la troisième idée page 302]

Jésus-Christ a visité la terre en ces derniers jours et a révélé des vérités célestes pour notre salut.

Cet Être qui a vécu dans les cieux, qui y a régné avant que le monde fût, qui a créé la terre et qui, au midi des temps, est descendu pour perfectionner et pour sauver ce qu’il avait créé, est apparu aux hommes à notre époque11.

Nous témoignons au monde entier que nous savons par révélation divine, à savoir par les manifestations du Saint-Esprit, que Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant, qu’il s’est révélé à Joseph Smith aussi personnellement qu’il s’était révélé anciennement à ses apôtres après être sorti du tombeau, et qu’il lui a fait connaître [les] seules vérités célestes par lesquelles le genre humain peut être sauvé12.

Deux hommes le virent dans le temple de Kirtland… Le Fils de Dieu, qui fut tué par les Juifs, leur apparut et ils déclarèrent : « Le voile fut enlevé de notre esprit, et les yeux de notre entendement furent ouverts. Nous vîmes le Seigneur debout sur la balustrade de la chaire devant nous »… Il y avait de l’or pur sous ses pieds. Son visage était plus brillant que l’éclat du soleil. Sa voix était comme le bruit du déferlement de grandes eaux. C’était la voix de Jéhovah, disant : ‘Je suis le premier et le dernier ; je suis celui qui vit, je suis celui qui fut immolé ; je suis votre avocat auprès du Père. Voici, vos péchés vous sont pardonnés ; vous êtes purs devant moi ; levez donc la tête et réjouissez-vous. Vous avez bâti cette maison à mon nom. J’accepterai cette maison et je déverserai mon Esprit sur ceux qui gardent mes commandements, et je ne souffrirai pas que cette sainte maison soit souillée’. » [Voir D&A 110:1-8.] C’était la voix de la même personne que les Juifs rejetèrent, et on le vit en ce lieu. Je sais pour ma part que ces choses sont aussi vraies que Dieu est vrai. Mais les nations de la terre ne savent pas que Jésus, le Fils de Dieu, est venu, est apparu à des hommes et les a revêtus de l’autorité pour prêcher l’Évangile et promettre le Saint-Esprit à tous ceux qui croiraient et suivraient ces principes, et qu’ils recevraient la connaissance de la véracité de ces principes13. [Voir la quatrième idée de la page 302.]

Le Sauveur reviendra et nous devrions nous préparer à sa venue.

Nous avons le témoignage que le Christ viendra sur terre pour régner14.

Jésus viendra sous peu et apparaîtra parmi nous, tout comme il apparut sur terre parmi les Juifs, et il mangera et boira avec nous, nous parlera, nous expliquera les mystères du royaume et nous dira les choses qu’il n’est pas permis à l’homme d’exprimer en ce moment15.

Si vous êtes dans un train en marche, tant que vous restez tranquillement assis et occupez votre siège, ce train vous amènera là où vous souhaitez vous rendre. Mais si vous descendez du train, ce sera dangereux et il pourra s’écouler beaucoup de temps avant qu’un autre train n’arrive. C’est pareil pour nous : si nous vivons de la bonne façon et faisons notre travail, nous allons de l’avant, et si nous gardons nos alliances, nous accomplissons l’œuvre de Dieu et ses objectifs, et nous serons préparés pour le moment où Jésus, le Fils de Dieu, viendra dans l’honneur et la gloire, et conférera toutes les bénédictions espérées et mille fois plus encore à tous ceux qui se montrent fidèles…

Je dis aux saints des derniers jours : s’il y en a parmi vous qui somnolent, qu’ils lisent les paroles que le Sauveur prononça quand il était sur terre au sujet des dix vierges, dont cinq étaient sages et prirent de l’huile pour leurs lampes. Lorsque vint l’époux, seule la moitié était préparée à aller à sa rencontre [voir Matthieu 25:1-13 ; D&A 45:56-59]. Faites en sorte que cela ne soit pas le cas des saints des derniers jours. Essayons de rester fidèles aux alliances éternelles que nous avons contractées et de rester fidèles à Dieu. Que Dieu bénisse les saints des derniers jours et déverse son Esprit sur vous. Puissiez-vous être fidèles à votre Dieu, fidèles à vos familles, vous comporter avec sagesse en toutes choses et œuvrer dans l’intérêt du royaume de Dieu, et puissions-nous ne pas nous trouver parmi les vierges folles mais être trouvés dignes de demeurer parmi ceux qui seront couronnés rois et reines et régneront pendant toute l’éternité16. [Voir la cinquième et la sixième idée de la page 302.]

Idées pour l’étude et l’enseignement

Réfléchissez à ces idées pendant votre étude du chapitre ou lorsque vous vous préparez à enseigner. Vous trouverez des aides supplémentaires aux pages vii à x.

  1. 1.

    Méditez au sujet des paroles du président Snow concernant les expériences qu’il eut en Terre Sainte (page 296). Selon vous, pourquoi ses pensées et ses réflexions devinrent-elles « impressionnantes et solennelles » quand il se trouvait là-bas ? Comment pouvons-nous, sans même visiter la Terre Sainte, acquérir des sentiments semblables vis-à-vis du Sauveur ?

  2. 2.

    Étudiez la section qui commence à la page 297 en pensant à ce que Jésus-Christ a fait pour vous. Tandis que vous méditez sur le désir du Sauveur de « chercher l’honneur et la gloire de son Père », pensez à ce que vous devez faire pour suivre la volonté de Dieu.

  3. 3.

    À la page 297, le président Snow donne « le secret de la réussite ». Comment ce secret fonctionne-t-il pour vous ?

  4. 4.

    Lisez la section qui commence à la page 299. Comment votre témoignage de Jésus-Christ influence-t-il votre vie ? Réfléchissez à diverses façons de faire notre part dans la diffusion du témoignage de Jésus-Christ au monde. Par exemple, que pouvons-nous faire pour rendre témoignage à notre famille ? À ceux que nous servons dans notre appel de visiteurs au foyer ou d’instructrices visiteuses ? À nos voisins ? Aux personnes que nous rencontrons de jour en jour ?

  5. 5.

    Comment pouvons-nous nous préparer à la seconde venue de Jésus-Christ ? (Vous trouverez des exemples aux pages 300 à 301.) Comment pouvons-nous aider les autres à se préparer ?

  6. 6.

    Comment les enseignements du président Snow ont-ils influencé votre témoignage de Jésus-Christ ? Cherchez des façons de rendre votre témoignage aux membres de votre famille et aux autres.

Écritures apparentées : Luc 12:31–48 ; 2 Corinthiens 8:9 ; 2 Néphi 2:7–8 ; 25:23, 26 ; Alma 7:11–13 ; D&A 35:2 ; Joseph Smith, Histoire 1:17

Aide pédagogique : « Demandez aux participants de choisir une partie et de la lire en silence. Demandez-leur de faire des groupes de deux ou trois personnes qui ont choisi la même partie pour parler de ce qu’elles ont appris » (voir la page ix de ce livre).

« Nous témoignons au monde entier que nous savons par révélation divine, à savoir par les manifestations du Saint-Esprit, que Jésus est le Christ, le Fils du Dieu vivant. »

Vers la fin de l’année 1872 et au début de l’année 1873, Lorenzo Snow et d’autres personnes se rendirent en Terre Sainte.

Le président Snow encourage les saints à suivre l’exemple des cinq vierges sages dans la parabole des dix vierges donnée par le Sauveur.

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    Lettre de Brigham Young et Daniel H. Wells à George A. Smith, Correspondence of Palestine Tourists, 1875, p. 1-2.

  2.   2.

    Correspondence of Palestine Tourists, p. 205.

  3.   3.

    Correspondence of Palestine Tourists, p. 236-237.

  4.   4.

    Deseret News, 24 janv. 1872, p. 597.

  5.   5.

    Conference Report, avr. 1901, p. 3.

  6.   6.

    Deseret News, 8 déc. 1869, p. 517.

  7.   7.

    Conference Report, oct. 1900, p. 2.

  8.   8.

    Millennial Star, 24 août 1899, p. 531.

  9.   9.

    Deseret News, 11 mar. 1857, p. 3 ; dans l’original, la page 3 a été étiquetée page 419 par erreur.

  10.   10.

    Deseret News, 22 nov. 1882, p. 690.

  11.   11.

    Journal History, 5 avril 1884, p. 9.

  12.   12.

    Deseret News: Semi-Weekly, 23 janv. 1877, p. 1.

  13.   13.

    Millennial Star, 18 avr. 1887, p. 245.

  14.   14.

    Millennial Star, 11 avr. 1888, p. 200 ; d’après une paraphrase détaillée d’un discours de Lorenzo Snow lors de la conférence générale d’avril 1888.

  15.   15.

    Conference Report, avr. 1898, p. 13-14.

  16.   16.

    Millennial Star, 18 avr. 1887, p. 244-246.