Chapitre 5 : La destinée grandiose des fidèles

Enseignements des présidents de l’Église : Lorenzo Snow, 2011


« C’est un plaisir merveilleux que de parler des grandes choses que Dieu propose d’accorder à ses fils et à ses filles, et que nous acquerrons si nous sommes fidèles. »

Épisode de la vie de Lorenzo Snow

Au printemps 1840, Lorenzo Snow se trouvait à Nauvoo, en Illinois, et se préparait à partir en mission en Angleterre. Il rendit visite à son ami Henry G. Sherwood et lui demanda de lui expliquer un passage d’Écriture. Le président Snow raconta plus tard : « Pendant que j’écoutais attentivement son explication, l’Esprit du Seigneur reposa sur moi avec une grande force, les yeux de mon entendement s’ouvrirent, et je vis avec émerveillement et étonnement, aussi clairement que le soleil à midi, le parcours de Dieu et de l’homme. J’écrivis le distique suivant qui décrit cette révélation telle qu’elle me fut montrée… :

« Ce que Dieu fut autrefois, l’homme l’est maintenant :
« Ce que Dieu est maintenant, l’homme peut le devenir1. »

Comprenant qu’il avait reçu « une communication sacrée » qu’il devait soigneusement protéger, Lorenzo Snow n’enseigna pas cette doctrine publiquement avant de savoir que le prophète Joseph Smith l’avait enseignée2. Dès qu’il sut que la doctrine avait été rendue publique, il en témoigna fréquemment.

Il fit de cette vérité le thème de beaucoup de ses discours, mais aussi le thème de sa vie. Son fils LeRoi déclare : « Cette vérité qui fut révélée à Lorenzo Snow le marqua peut-être plus que toute autre chose ; elle pénétra si profondément dans son âme qu’elle devint l’inspiration de sa vie et lui donna une vaste compréhension de son propre avenir grandiose, ainsi que de la mission et de l’œuvre puissantes de l’Église3 » Elle fut son « guide et sa lumière constante » et « une étoile brillante, éclairant à chaque instant son cœur, son âme et tout son être4 ».

Dans ce chapitre, le président Snow enseigne cette doctrine, à savoir que nous pouvons devenir semblables à notre Père céleste. Au chapitre six, il donne des conseils pratiques sur la façon dont nous pouvons appliquer ce point de doctrine à notre vie.

Enseignements de Lorenzo Snow

Parce que la divinité existe en nous, nous pouvons devenir semblables à notre Père céleste.

Nous avons été créés à l’image de Dieu, notre Père ; il nous a engendrés à son image. La nature de la divinité fait partie de la composition de notre organisme spirituel ; au cours de notre naissance spirituelle, notre Père nous a transmis les capacités, les pouvoirs et les facultés que lui-même possédait, tout comme l’enfant dans le ventre de sa mère possède, de façon latente, les facultés, les pouvoirs et la sensibilité de ses parents5.

Je crois que nous sommes les fils et les filles de Dieu et qu’il nous a conféré la capacité d’avoir une sagesse et une connaissance infinies, parce qu’il nous a donné une part de lui-même. On nous dit qu’il nous a créés à son image et nous constatons que l’âme de l’homme est d’une nature immortelle. Dans ce tabernacle, [le corps physique], il y a un organisme spirituel et cet organisme a en lui-même une divinité, même si elle se trouve peut-être dans un état immature ; mais elle détient en elle-même la capacité de s’améliorer et de progresser, tout comme le petit enfant reçoit la nourriture de sa mère. Bien que le petit enfant soit très ignorant, il est cependant possible qu’en passant par les diverses épreuves menant de l’enfance à la maturité, il soit capable de s’élever à un état supérieur parfaitement merveilleux, comparé à son ignorance infantile6.

La divinité existe en nous ; l’immortalité existe en nous ; notre organisme spirituel est immortel ; il ne peut être détruit ; il ne peut être anéanti. Nous vivrons d’éternité à toute éternité7.

C’est un plaisir merveilleux que de parler des grandes choses que Dieu propose d’accorder à ses fils et à ses filles, et que nous acquerrons si nous sommes fidèles… Notre voyage sur ce chemin de l’exaltation nous amènera à la plénitude de notre Seigneur Jésus-Christ et nous permettra de nous tenir en la présence de notre Père, de recevoir de sa plénitude, d’avoir le plaisir d’accroître notre postérité dans des mondes sans fin, de jouir de ces relations agréables que nous avons eues dans cette vie, d’avoir nos fils et nos filles, nos maris et nos femmes, entourés de toute la joie que le ciel peut conférer, nos corps glorifiés comme celui du Sauveur, affranchis des maladies et de tous les maux de la vie, et délivrés des déceptions, des contrariétés et des sacrifices désagréables que nous faisons ici-bas8.

Notre Père céleste a reçu l’exaltation et la gloire par une progression continue, et il nous montre le même chemin. Dans la mesure où il est revêtu de puissance, d’autorité et de gloire, il déclare : « Avance et viens prendre possession de cette gloire et de ce bonheur que je possède9. »

Le peuple de Dieu est précieux à ses yeux, son amour pour lui perdurera toujours. Dans son pouvoir, sa force et son affection, son peuple triomphera et sortira plus que vainqueur. Ce sont ses enfants, créés à son image et destinés à devenir semblables à lui par l’obéissance à ses lois…

… C’est la grande destinée des fils de Dieu, de ceux qui triomphent, qui obéissent à ses commandements, qui se purifient comme lui est pur. Ils sont destinés à devenir semblables à lui ; ils le verront tel qu’il est ; ils contempleront sa face et règneront avec lui en gloire, devenant semblables à lui en tout point10. [Voir la première idée à la page 96.]

Les Écritures nous révèlent notre potentiel divin.

Le Seigneur nous a donné les motivations les plus grandioses. Dans les révélations données par Dieu, nous découvrons les promesses accordées à celui qui emprunte ce chemin de la connaissance et qui est guidé par l’Esprit de Dieu. Je n’étais pas membre de cette Église [depuis longtemps] lorsqu’il me fut clairement montré ce qu’un homme pouvait obtenir en obéissant continuellement à l’Évangile du Fils de Dieu. Cette connaissance a été comme une étoile me guidant constamment, et m’a poussé à essayer de faire avec précision ce qui était juste et acceptable aux yeux de Dieu. … Il semble que, malgré toute l’instruction que nous ayons reçue sur les choses relatives aux mondes célestes, certains saints des derniers jours se contentent si aisément de cette simple connaissance que l’œuvre est vraie, que lorsque vous venez leur parler de notre magnifique avenir, ils ont l’air surpris et pensent que cela ne les concerne pas particulièrement. Jean le Révélateur déclare, au troisième chapitre de sa première épître :

« Nous sommes maintenant enfants de Dieu. » [1 Jean 3:2.]

… Il poursuit :

« Et ce que nous serons n’a pas encore été manifesté, mais nous savons que, lorsque cela sera manifesté, nous serons semblables à lui, parce que nous le verrons tel qu’il est. 

« Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur. » [Voir 1 Jean 3:2-3.]

… L’Esprit de Dieu nous a fait savoir que les déclarations de ce genre comportent des vérités sérieuses et solennelles. Paul, s’adressant aux Philippiens, leur suggère de cultiver une ambition assez étrange pour les gens d’aujourd’hui, mais pas pour les saints des derniers jours, en particulier pour ceux qui ne se contentent pas de rester des enfants dans les choses de Dieu. Il déclare :

« Ayez en vous les sentiments qui étaient en Jésus-Christ,

« Lequel, existant en forme de Dieu, n’a point regardé comme une proie à arracher d’être égal avec Dieu. » [Philippiens 2:5–6.]

… C’[est] ce que Paul enseigne et il savait de quoi il parlait. Il avait été ravi jusqu’au troisième ciel et avait entendu des choses, nous dit-il, qu’il n’est pas permis à un homme d’exprimer [voir 2 Corinthiens 12:1-7]… Serait-ce une mauvaise chose si nous demandions aux gens d’ici de cultiver une ambition de ce genre ? Il y a beaucoup d’expressions dans la Bible et en particulier dans le Nouveau Testament qui paraissent étranges aux personnes qui ne possèdent pas l’Esprit du Seigneur.

« Celui qui vaincra héritera ces choses. » [Apocalypse 21:7.]

Qu’est-ce que cela signifie ? Qui y croit ? Si un père devait dire à son fils : « Mon fils, sois fidèle et suis mes conseils, et quand tu seras prêt, tu hériteras tout ce que je possède », cela aurait un sens, n’est-ce pas ? Si le père disait la vérité, ce fils aurait quelque chose qui l’encouragerait à être fidèle. Jésus voulait-il nous tromper quand il a prononcé cette phrase ? Je vous assure qu’il n’y a aucune tromperie dans ce langage. Il voulait dire précisément ce qu’il a dit. À nouveau, Jésus a déclaré :

« Celui qui vaincra, je le ferai asseoir avec moi sur mon trône, comme moi j’ai vaincu et me suis assis avec mon Père sur son trône. Apocalypse 3:21.]

C’est une affirmation merveilleuse. Y a-t-il là une once de vérité ? Tout est vrai. C’est le Seigneur Tout-Puissant qui l’a déclaré. Dans les Écritures, l’apôtre Paul nous dit :

« Nous savons, en effet, que, si cette tente où nous habitons sur la terre est détruite, nous avons dans le ciel un édifice qui est l’ouvrage de Dieu, une demeure éternelle qui n’a pas été faite de main d’homme. » [2 Corinthiens 5:1.]

J’y crois. Et quand il affirme que Jésus « transformera le corps de notre humiliation, en le rendant semblable au corps de sa gloire » [Philippiens 3:21], je le crois aussi. Les saints des derniers jours croient-ils aux choses dont je parle ? Vous devez évidemment y croire. À nouveau :

« Car celui qui reçoit mes serviteurs me reçoit ;

« Et celui qui me reçoit reçoit mon Père ;

« Et celui qui reçoit mon Père, reçoit le royaume de mon Père ; c’est pourquoi tout ce que mon Père a lui sera donné. » [D&A 84:36-38.]

Imaginez-vous qu’on puisse donner davantage ? … Paul comprenait très bien ces choses, car il disait qu’il « [courrait] vers le but, pour remporter le prix de la vocation céleste de Dieu en Jésus-Christ ». [Voir Philippiens 3:14.]

Dans les commentaires que je viens de faire, nous pouvons remarquer quelque chose concernant la nature de cette vocation céleste en Jésus-Christ…

… Je ne sais pas combien d’entre vous, ici, ont dans leur cœur une véritable connaissance de ces choses. Si c’est le cas, je vous en dirai les effets. Comme Jean le dit :

« Quiconque a cette espérance en lui se purifie, comme lui-même est pur. » [Voir 1 Jean 3:3.]

… Dieu nous a montré les conséquences du voyage sur cette route qui mène à la gloire et à l’exaltation, et les promesses sont certaines. Le Seigneur savait précisément ce qu’il pouvait faire. Il savait quels matériaux étaient à sa disposition et il savait exactement ce qu’il disait. Si nous remplissons la tâche qu’il nous a assignée et gardons notre deuxième état, les promesses s’accompliront assurément en tout point, au-delà de ce que vous et moi pouvons comprendre11. [Voir la deuxième idée à la page 96.]

Lorsque nous nous souvenons des bénédictions que le Seigneur a préparées pour nous, nous trouvons de la joie au milieu des soucis et des contrariétés de la vie.

Il n’y a pas un saint des derniers jours à portée de ma voix qui ne prévoie avec certitude de se lever au matin de la première résurrection et d’être glorifié, exalté en la présence de Dieu, ayant la bénédiction de parler à notre Père tout comme nous parlons à notre père terrestre12.

Aucune perspective plus glorieuse ne peut être offerte aux hommes que celle qui est offerte aux saints. Aucun mortel ne pourrait souhaiter quelque chose de plus grand ou qui s’avérerait plus satisfaisant, en fin de compte. Tout ce qui a trait à la paix parfaite, au bonheur, à la gloire et à l’exaltation est à la disposition des saints des derniers jours. Nous devons apprécier le sens de cette perspective et la garder toujours à l’esprit. Nous ne devons en aucun cas laisser assombrir notre perspective en faisant ce qui n’est pas acceptable devant Dieu13.

J’ai des espérances extrêmement grandioses et glorieuses concernant la vie future, et j’essaie continuellement de garder cette perspective vivante. Tels sont le privilège et le devoir de tout saint des derniers jours14.

Nous ne comprenons pas tous pleinement les bénédictions et les faveurs que l’Évangile nous prépare à recevoir. Nous ne comprenons pas pleinement et nous n’avons pas sous les yeux les choses qui nous attendent dans les mondes éternels, ni même les choses qui nous attendent dans cette vie et qui sont prévues pour promouvoir notre paix et notre bonheur et pour répondre aux désirs de notre cœur…

Souvent, au milieu de nos nombreuses préoccupations, nous nous laissons distraire et nous n’avons plus ces choses à l’esprit ; nous ne comprenons pas alors que la nature de l’Évangile est conçue et prévue pour nous conférer ce qui apportera gloire, honneur et exaltation, ce qui apportera bonheur, paix et gloire. Nous sommes enclins à oublier ces choses au milieu des soucis et des tracas de la vie, et nous ne comprenons pas pleinement que c’est notre prérogative et que le Seigneur l’a mise à notre portée pour suivre l’Évangile, grâce auquel nous pouvons continuellement avoir la paix en nous…

Pourquoi se lamenter ? Pour quelle raison les saints feraient-ils grise mine ? Pourquoi verser des larmes ou se plaindre ? Il n’y en a aucune ; mais c’est la vie ou la mort qui sont placées devant nous ; les principautés et les puissances sont à nous si nous restons fidèles, le chagrin et le bannissement si nous ignorons l’Évangile.

Que pouvons-nous souhaiter de plus que ce que notre religion comprend ? Si nous restons ancrés sur le roc et suivons l’Esprit qui a été placé en nous, nous ferons ce qui est juste dans nos devoirs, nous ferons ce qui est juste vis-à-vis de ceux qui sont au-dessus de nous, nous ferons ce qui est juste, que nous soyons dans la lumière ou dans les ténèbres.

Quel homme se détournerait des promesses offertes par l’Évangile que nous avons reçu jusqu’à les rejetter ? Nous y trouvons de la satisfaction, de la joie, de la stabilité, un endroit où reposer nos pieds, une fondation sûre sur laquelle nous pouvons bâtir et offrir ce qui est requis de nous15.

Ne permettons jamais à nos aspirations de s’estomper, qu’elles soient toujours présentes à notre esprit jour et nuit, et je vous assure que, si nous le faisons, notre progression sera merveilleuse, jour après jour et année après année 16.

Nous visons tous la gloire céleste et la majesté des promesses qui nous sont faites est ineffable. Si vous restez fidèles à l’œuvre dans laquelle vous êtes engagés, vous obtiendrez cette gloire et vous vous réjouirez à jamais en la présence de Dieu et de l’Agneau. Cela vaut la peine de faire tout son possible et d’accomplir des sacrifices. Heureux l’homme ou la femme qui sont fidèles et parviennent à l’obtenir17. [Voir la troisième idée à la page 96.]

Idées pour l’étude et l’enseignement

Réfléchissez à ces idées en étudiant le chapitre ou en vous préparant à enseigner. Vous trouverez des aides supplémentaires aux pages vii à x.

  1. 1.

    Le président Snow enseignait souvent que nous sommes enfants de Dieu (pages 89 à 91). Comment cette vérité peut-elle influencer notre façon de nous voir et de voir les autres ? Comment pouvons-nous aider les enfants et les jeunes à se souvenir qu’ils sont fils et filles de Dieu ?

  2. 2.

    Que pensez-vous des Écritures citées par le président Snow pour nous révéler notre potentiel divin ? (Voir pages 91 à 94.)

  3. 3.

    Lisez la section qui commence à la page 94. Comment « [les] soucis et [les] tracas de la vie » nous amènent-ils à oublier les bénédictions éternelles de l’Évangile ? Comment pouvons-nous faire de notre potentiel divin un principe actif et sanctificateur au sein de notre vie ? Comment le rappel constant de notre destinée divine peut-il affecter notre façon de vivre ?

  4. 4.

    En étudiant ce chapitre, qu’avez-vous appris sur votre Père céleste ? Qu’avez-vous appris sur votre destinée de fille ou de fils de Dieu ?

Écritures apparentées : Romains 8:16–17 ; 1 Corinthiens 2:9–10 ; Alma 5:15–16 ; Moroni 7:48 ; D&A 58:3–4 ; 78:17–22 ; 132:19–24

Aide pédagogique : « Témoignez chaque fois que l’Esprit vous incite à le faire et pas seulement à la fin de chaque leçon. Donnez à vos élèves l’occasion de rendre témoignage » (Voir L’enseignement, pas de plus grand appel, p. 45).

« C’est un plaisir merveilleux que de parler des grandes choses que Dieu propose d’accorder à ses fils et à ses filles. »

En étudiant les Écritures, nous découvrons notre nature divine.

Dans son épître, l’apôtre Paul témoigne de notre potentiel divin, à savoir que nous pouvons devenir semblables à notre Père céleste et à Jésus-Christ.

Montrer les références

    Notes

  1.   1.

    Eliza R. Snow Smith, Biography and Family Record of Lorenzo Snow, 1884, p. 46 ; voir aussi « The Grand Destiny of Man », Deseret Evening News, 20 juil. 1901, p. 22.

  2.   2.

    Biography and Family Record of Lorenzo Snow, p. 46–47 ; « Glory Awaiting the Saints », Deseret Semi-Weekly News, 30 oct. 1894, p. 1.

  3.   3.

    LeRoi C. Snow, « Devotion to a Divine Inspiration », Improvement Era, juin 1919, p. 656.

  4.   4.

    LeRoi C. Snow, « Devotion to a Divine Inspiration », p. 661.

  5.   5.

    Deseret News, 24 janv. 1872, p. 597.

  6.   6.

    Conference Report, avr. 1898, p. 63.

  7.   7.

    « Anniversary Exercises », Deseret Evening News, 7 avr. 1899, p. 10.

  8.   8.

    Millennial Star, 24 août 1899, p. 530.

  9.   9.

    Deseret News, 21 oct. 1857, p. 259.

  10.   10.

    Deseret Semi-Weekly News, 4 oct. 1898, p. 1.

  11.   11.

    « Glory Awaiting the Saints », p. 1.

  12.   12.

    Conference Report, oct. 1900, p. 4.

  13.   13.

    Conference Report, oct. 1898, p. 3.

  14.   14.

    Conference Report, oct. 1900, p. 4.

  15.   15.

    Deseret News, 21 oct. 1857, p. 259.

  16.   16.

    Conference Report, avr. 1899, p. 2.

  17.   17.

    « Prest Snow to Relief Societies », Deseret Evening News, 9 juil. 1901, p. 1.