L’amour, la charité et le service

La sainte des derniers jours, Partie A, 2002


Cette leçon a pour objectif de nous aider à aimer et servir autrui.

Dieu nous aime d’un amour parfait

L’amour parfait, appelé «charité», est l’amour pur du Christ (voir Moroni 7:47). Les personnes qui ont goûté à cet amour ont du mal à le décrire. Erma Braack, sœur des Etats-Unis, raconte l’expérience que son mari a eue de l’amour de Dieu.

«Bert Braack… avait suivi, comme si elle s’adressait personnellement à lui, l’exhortation de la Bible: ‹Demandez, et l’on vous donnera; cherchez, et vous trouverez; frappez, et l’on vous ouvrira› (Matthieu 7:7)…

«Il voulait de toutes ses forces savoir s’il y avait un Dieu. Et si oui, à quoi ce Dieu ressemblait.

«Il commença à aller aux offices religieux de différentes églises et à lire la Bible. Les paroles de Matthieu le poussèrent à chercher par lui-même et ainsi… avec le désir intense de connaître la vérité, il fit sa première prière. ‹Si tu es là, Dieu, fais-le moi savoir et je ferai ce que tu veux.› Il dit que quand il s’agenouilla une grande paix l’envahit, son cœur brûla au-dedans de lui et une joie comme il n’en avait jamais connu de pareille l’envahit. Il avait le sentiment d’être complètement immergé dans une grande substance spirituelle.

«Ce sentiment demeura trois jours en lui, et pendant tout ce temps-là, il avait le sentiment d’avoir des ailes. L’amour pur de Dieu semblait si complètement l’entourer que c’était merveilleux. Pendant ce temps, il aimait tout. Il ne s’était jamais beaucoup occupé des enfants, mais maintenant il éprouvait un grand amour à leur égard. Il avait maudit la pluie, maintenant, trempé par elle, il adorait cela. Si c’est là un avant-goût de l’amour de Dieu qui remplit le royaume céleste, il n’est pas étonnant que l’agneau et le lion puissent se coucher ensemble, et qu’il ne se fera ni tort ni dommage. Plus tard, Bert Braack est devenu membre de l’Eglise» («Un avant-goût de l’amour», L’Etoile, février 1977, p. 55).

• Demandez aux élèves de se rappeler une occasion où elles se sont senties remplies d’amour.

• Pourquoi devons-nous savoir personnellement que Dieu nous aime?

Le Sauveur nous a montré comment aimer. il a été traité injustement, pourtant il ne s’est pas élevé contre ses bourreaux. Il a été haï mais il a aimé en retour. Il a été cloué sur une croix de bois pour qu’il y meure, pourtant il a plaidé la cause des soldats romains: «Père, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font» (Luc 23:34). Il était patient avec ses apôtres, dont certains ne comprenaient pas sa mission. Il aimait beaucoup les enfants. Nous trouvons un récit émouvant de l’amour du Sauveur dans 3 Néphi 17.

• Demandez à la sœur à qui vous aurez confié cette tâche de lire les versets qu’elle a choisis dans 3 Néphi 17, afin de montrer l’amour du Sauveur.

Nous avons reçu le commandement d’aimer

Seulement quelques heures avant sa crucifixion, le Sauveur a dit à ses disciples: «Je vous donne un commandement nouveau: Aimez-vous les uns les autres; comme je vous ai aimés, vous aussi, aimez-vous les uns les autres» (Jean 13:34).

Il nous a enjoint de nous aimer les uns les autres, de la même façon qu’il aimait autrui. Il a déclaré:

«Aimez vos ennemis, bénissez ceux qui vous maudissent, faites du bien à ceux qui vous haïssent, et priez pour ceux qui vous maltraitent et qui vous persécutent,

«afin que vous soyez fils de votre Père qui est dans les cieux» (Matthieu 5:44–45).

Marion D. Hanks raconte comment on a appris à une femme, lorsqu’elle était enfant, à acquérir un amour chrétien: «Je pense à une femme charmante, fortement handicapée sur le plan physique… qui… a raconté un incident qui s’est produit dans son enfance. Des camarades de jeu lui avaient lancé des sobriquets qui l’avaient blessée et fait pleurer. Quand elle est rentrée à la maison, son père l’a prise dans ses bras vigoureux et a pleuré avec elle en lui expliquant que cette expérience pouvait la rendre heureuse et l’aider à s’accomplir. ‹Chérie, lui a-t-il dit… tu as une bosse sur le dos et d’autres graves difficultés. Mais ce n’est pas de ta faute. Ce n’est pas la faute de tes parents, ni celle de notre Père céleste… Ce que tes camarades ont dit est vrai, mais ce n’est ni bien ni gentil. Si durant toute ta vie tu t’efforces d’être plus juste et plus gentille envers les autres que certains d’entre eux le seront avec toi quelquefois, tu seras heureuse, tu réussiras ta vie et tu seras utile› (More Joy and Rejoicing, Ensign, novembre 1976, p. 32).

• Demandez à quelqu’un de lire 1 Corinthiens 13:2–7. Demandez aux élèves d’expliquer cette Ecriture. Est-ce qu’une sœur qui a de la charité peut se permettre d’avoir des préjugés envers une autre race ou un autre peuple? Peut-elle rejeter les malades, les pauvres et les affamés? Peut-elle être jalouse des succès des autres? Peut-elle dire du mal ou critiquer autrui? Pourquoi devons-nous nous efforcer d’acquérir la charité?

Le service chrétien édifie l’amour

Harold B. Lee a dit qu’un soir, il a eu ce «qui devait être une vision» dans laquelle on lui avait dit: «Si tu veux aimer Dieu, tu dois apprendre à aimer et servir les gens. Voilà comment tu montreras ton amour pour Dieu» (Stand Ye in Holy Places, p. 189).

C’est en rendant des services, grands ou petits, que nous apprenons à aimer plus profondément. Cora Hill Arnold, sœur des Etats-Unis, a appris à aimer en servant, bien qu’elle ait habité à côté de chez une femme qu’elle croyait ne pas pouvoir aimer.

«Je trouvais à redire à tout ce qu’elle faisait… et des personnes m’ont dit qu’elle ressentait la même chose à mon égard. Elle avait toujours l’air de se forcer pour montrer à tout le monde combien elle était importante. Je détestais la voir réussir!

«Elle n’était jamais très amicale à mon égard, et je passais près d’elle en lui adressant un petit signe de tête ou un «bonjour» poli… J’étais malheureuse, parce que détester quelqu’un ne rend personne heureux.

«Puis un jour, j’ai entendu dire qu’elle était malade. Et alors? Cela ne me regardait pas.

«Mais c’était mon affaire et je ne pouvais pas l’oublier. Comme j’ai un tempérament énergique, je me suis finalement rendue dans la cuisine et j’ai préparé de la compote de pommes et des biscuits…

«Et je les lui ai apportés!

«Son visage s’est éclairé de surprise et de plaisir, une chaleur a empli mon cœur, effaçant immédiatement le préjugé coléreux que j’avais. Quand je suis rentrée chez moi, je souriais et c’était une belle journée ensoleillée.

«A présent, elle est une de mes amies…

«Quelqu’un a dit: ‹La haine est de l’amour inversé. Nous haïssons ceux que nous aurions pu aimer›» (Shall I Deem Her My Enemy? Relief Society Magazine, août 1970, p. 595).

• Demandez à une sœur de raconter une situation où elle a appris à aimer quelqu’un. Comment pouvons-nous resserrer nos liens, y compris avec les membres de notre propre famille, en rendant service?

Nous avons fait alliance de nous servir les uns les autres

Lorsque nous nous sommes fait baptiser, nous avons promis au Seigneur de «porter les fardeaux les uns des autres… de pleurer avec ceux qui pleurent… de consoler ceux qui ont besoin de consolation (Mosiah 18:8, 9). Nous avons l’obligation de rechercher ceux qui ont besoin d’être secourus. Nous devons ensuite les aider, sans y être exhortées ou en avoir reçu l’ordre (voir D&A 58:26–29).

Nous avons fait alliance de servir ceux qui sont dans le besoin, tout comme le Christ a servi ses semblables. Il se peut qu’un service chrétien ne soit pas demandé. Il se peut que ce soit quelqu’un qui nous est étranger qui en ait besoin, et qui ne pourra jamais nous le rendre. Il se peut que cela soit désagréable et que cela nous demande bien des efforts. Il se peut qu’à ce moment-là il nous soit difficile de donner. Nous ne serons peut-être ni félicitées ni remerciées. Mais nous rendons service parce que nous aimons les enfants de notre Père céleste. Nous voulons les secourir par pure bonté.

Emma Sommerville McConkie, grand-mère de Bruce R. McConkie, était veuve et habitait Moab, en Utah. Le père de frère McConkie a noté dans son journal cette expérience de sa mère:

«Maman était présidente de la Société de Secours à Moab. J… B… (un non-membre hostile à l’Eglise) avait épousé une jeune fille mormone. Ils avaient plusieurs enfants et ils venaient d’avoir un bébé. Ils étaient très pauvres et maman allait les voir chaque jour pour s’occuper du bébé et pour leur apporter des paniers de nourriture, etc. Maman était elle-même malade, et plus d’une fois elle a eu du mal à rentrer à la maison après avoir travaillé chez les J… B…

«Un jour elle est rentrée chez elle particulièrement fatiguée. Elle s’est endormie dans son fauteuil. Elle a rêvé qu’elle donnait le bain à un bébé et elle s’est rendu compte qu’il s’agissait de l’enfant Jésus. Elle a pensé: Oh, quel grand honneur que de servir le Christ en personne! Quand elle l’a pris sur les genoux, elle était remplie de joie. Elle s’est dit: qui d’autre a vraiment tenu l’enfant Jésus? Une joie indicible l’a envahie. Elle était embrasée par la gloire du Seigneur. Il lui semblait que la moelle de ses os fondait. Elle était si heureuse qu’elle s’est réveillée. A cet instant, elle a entendu ces paroles: «Toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites» (Bruce R. McConkie, «Charity Which Never Faileth», Relief Society Magazine, mars 1970, p. 169).

• Lisez Matthieu 25:34–40. Demandez aux sœurs de discuter des moyens par lesquels elles peuvent rendre service aux autres (vois Les principes de l’Evangile chapitre 28, «Le Service»).

Conclusion

David O. McKay a déclaré:

«Nous avons plus que jamais la responsabilité de faire de notre foyer un endroit qui rayonnera d’harmonie, aux yeux de nos voisins, ainsi que d’amour, de civisme, de loyauté. Que nos voisins le voient et l’entendent.

«Que Dieu nous aide, nous, les membres de l’Eglise, à rayonner d’amour, de charité… et de service!» («Radiation of The Individual», Instructor, oct. 1964, p. 374).

Tâche

Choisissez quelqu’un que vous avez du mal à aimer et efforcez-vous d’établir une bonne relation avec cette personne. Tâchez de rechercher les occasions de servir cette personne ainsi que d’autres.

Préparation pédagogique

Avant de donner cette leçon:

  1. 1.

    Etudiez le chapitre 28 «Servir» et le chapitre 30 «La charité» des Principes de l’Evangile.

  2. 2.

    Demandez à une élève de choisir deux ou trois versets, tirés de 3 Néphi 17, qui montrent l’amour de Jésus.

  3. 3.

    Demandez à des élèves de présenter les histoires, les Ecritures ou les citations de votre choix.