Introduction

La sainte des derniers jours, Partie A, 2002


Utilisation du manuel

Ce manuel contient 35 leçons en rapport avec les principes de base et les responsabilités de la sainte des derniers jours. Sous la direction de l’Esprit, les dirigeantes et les instructrices doivent planifier et enseigner des leçons qui répondent aux besoins spirituels, émotionnels et temporels des membres de leur branche ou paroisse.

Ce manuel doit être utilisé comme manuel d’instruction pour la Société de Secours et l’organisation des Jeunes Filles dans les unités de l’Eglise où les Enseignements des Présidents de l’Eglise et les manuels des Jeunes Filles ne sont pas encore publiés dans leur langue. Lorsque c’est le cas, des exemplaires de ce manuel doivent être mis à la disposition des dirigeantes et des instructrices de la Société de Secours et des Jeunes Filles. Les dirigeant locaux doivent consulter Instructions sur le programme d’étude pour les dirigeants de la prêtrise et des auxiliaires pour connaître l’année d’utilisation du tome 1 ou du tome 2 de La sainte des derniers jours.

Dans les unités de l’Eglise où les Enseignements des présidents de l’Eglise et les manuels des Jeunes Filles sont disponibles, ce manuel doit être utilisé: (1) en tant que référence pour l’enseignement à la Société de Secours les premiers et quatrièmes dimanches ainsi que pour les réunions d’édification du foyer, de la famille et de la personne; (2) comme référence supplémentaire pour l’instruction des Jeunes Filles; (3) selon les indications, pour les leçons des quatrièmes dimanches de la Société de Secours «Enseignements pour notre époque». Dans ces unités, des exemplaires de ce manuel doivent être mis à la disposition des dirigeants de la Société de Secours, des Jeunes Filles et de la Prêtrise de Melchisédek. De plus, les dirigeantes peuvent encourager les sœurs de la Société de Secours à acheter un exemplaire de ce manuel pour leur étude personnelle et pour l’enseignement au sein du foyer.

Préparation pédagogique

Des aides pédagogiques sont fournies dans ce manuel: une section intitulée «Préparation pédagogique», des questions à poser, des suggestions pour faire participer la classe et des instructions pour l’utilisation des posters et affiches. En plus des questions pour la discussion et des méthodes suggérées, les instructrices peuvent choisir d’en utiliser d’autres qu’elles trouvent plus efficaces pour faire participer la classe et inciter les élèves à apprendre. Presque chaque leçon suggère l’utilisation du tableau noir; si cela est possible les instructrices doivent s’organiser pour pouvoir utiliser, lors de chaque leçon, un tableau noir et de la craie. La plupart des aides visuelles suggérées comme affiches peuvent être dessinées ou écrites au tableau. D’autres suggestions pédagogiques sont indiquées dans Guide pour l’enseignement (34595 140) et dans L’enseignement, pas de plus grand appel (36123 140).

Il faut recommander aux élèves de la classe de se préparer pour la discussion en classe en étudiant la leçon à l’avance pendant la semaine. Il faut aussi leur recommander d’apporter leurs Ecritures.

Faire participer les membres qui ont un handicap

Lors de son ministère parmi les hommes, Jésus alla sur la montagne près de la mer de Galilée.

«Alors s’approcha de lui une grande foule, ayant avec elle des boiteux, des aveugles, des muets, des estropiés, et beaucoup d’autres malades. On les mit à ses pieds, et il les guérit;

«en sorte que la foule était dans l’admiration de voir que les muets parlaient, que les estropiés étaient guéris, que les boiteux marchaient, que les aveugles voyaient; et elle glorifiait le Dieu d’Israël» (Matthieu 15:30–31).

Le Sauveur nous a montré l’exemple de la compassion pour ceux qui sont diminués. Quand il était parmi les Néphites après sa résurrection il a dit:

«Voici, mes entrailles sont remplies de compassion envers vous.

«En avez-vous parmi vous qui sont malades? Amenez-les ici. En avez-vous qui sont estropiés, ou aveugles, ou boiteux, ou mutilés, ou lépreux, ou qui sont desséchés, qui sont sourds, ou qui sont affligés de toute autre manière? Amenez-les ici et je les guérirai, car j’ai compassion de vous; mes entrailles sont remplies de miséricorde» (3 Néphi 17:6–7).

En tant qu’instructrice de classe dans l’Eglise, vous êtes dans un contexte idéal pour montrer de la compassion. Bien que vous ne soyez pas forcément formée professionnellement à porter assistance aux personnes diminuées, en tant qu’instructrice vous devriez avoir le désir de comprendre et d’intégrer ces membres dans les activités pédagogiques de la classe. Les élèves diminuées mentalement, physiquement, émotionnellement ou de toute autre manière peuvent avoir besoin d’une attention toute particulière. Les principes suivants peuvent vous aider à toucher chaque élève:

• Efforcez-vous de comprendre les besoins et les possibilités de chaque élève.

• Avant de confier une tâche de lecture, une prière ou autre chose à quelqu’un, assurez-vous que la personne peut le faire. Demandez par exemple: «puis-je faire appel à vous pour lire en classe?» ou «vous sentez-vous à l’aise pour prier en classe?». Si cela est approprié, voyez avec les dirigeants de la prêtrise, les parents et les membres de la famille pour déterminer les besoins particuliers d’une élève.

• Essayez d’augmenter et d’améliorer la participation et la connaissance des membres handicapés.

• Assurez-vous que les élèves de la classe s’adressent les unes aux autres avec respect.

• Soyez naturelle, amicale et chaleureuse. Chaque fille de Dieu à besoin d’amour et de compréhension.

En tant qu’instructrice dans l’Eglise, souvenez-vous que chaque membre, quelles que soient ses capacités physiques, mentales, émotionnelles ou sociales, a le potentiel de grandir jusqu’à l’exaltation. Vous avez le devoir dans votre classe d’aider chacune à apprendre les principes de l’Evangile. Souvenez-vous des paroles du Sauveur: «Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites» (Matthieu 25:40).