Instaurer une atmosphère spirituelle édifiante dans notre foyer

La sainte des derniers jours, Partie A, 2002


Cette leçon a pour objectif de nous inciter à créer une atmosphère édifiante dans notre foyer.

L’influence puissante de la vie au foyer

• Montrez les aides visuelles 31-a, «Mère et ses enfants» et 31-b, «Mère faisant la lecture à ses enfants».

Le temps que nous passons à la maison a une influence profonde dans notre vie. C’est là que nos enfants acquièrent habitudes et idées. Dorothy Law Nolte a écrit ceci:

«Si un enfant vit dans la critique, il apprend à condamner.

«Si un enfant vit dans l’hostilité, il apprend à se battre.

«Si un enfant vit dans la moquerie, il apprend à être timide.

«Si un enfant vit dans la honte, il apprend à se sentir coupable.

«Si un enfant vit dans la tolérance, il apprend à être patient.

«Si un enfant vit dans l’encouragement, il apprend la confiance.

«Si un enfant vit dans les éloges, il apprend à apprécier.

«Si un enfant vit dans l’équité, il apprend la justice.

«Si un enfant vit dans la sécurité, il apprend à avoir la foi.

«Si un enfant vit dans l’approbation, il apprend à s’aimer.

«Si un enfant vit dans l’amitié et est accepté, il apprend à trouver de l’amour dans le monde» («Children Learn What They Live», © 1963 par John Philip Co., cité avec sa permission).

Les femmes ont l’importante responsabilité d’instaurer un bon climat à la maison. Nous avons une grande influence sur l’atmosphère qui règne à la maison du fait de notre exemple. Nous pourrions nous demander: Sommes-nous patientes et heureuses? Corrigeons-nous les erreurs avec amour, et non dans la colère? Montrons-nous du respect envers les choses sacrées? Avons-nous foi en Jésus-Christ? Partageons-nous les problèmes les uns des autres? Prions-nous individuellement et en famille? Nous écoutons-nous attentivement les uns les autres? Si nous le faisons, nous instaurons une atmosphère qui inspirera et aidera notre famille.

Faire de la maison un foyer

Une maison est un endroit ou des personnes vivent heureux en paix. Il peut s’agir d’une grotte, d’une tente, d’un palais, d’un chalet ou d’une paillote. Ce ne sont pas la taille ou l’esthétique de la construction qui font le foyer, mais le bonheur des gens qui l’habitent.

• Qu’est-ce qui crée un bon climat à la maison? Notez les réponses au tableau et parlez-en. Mentionnez également les points suivants:

  • Montrez du tact envers les sentiments d’autrui.

  • Avoir l’esprit du Seigneur.

  • Nous sentir aimés et utiles.

  • Prier.

  • Tenir la soirée familiale.

  • Etudier les Ecritures.

Que nous soyons riches ou pauvres, nous pouvons faire beaucoup pour que les nôtres soient contents d’être à la maison. Nous pouvons trouver des activités amusantes pour instruire et divertir les membres de la famille.

• Demandez aux sœurs de raconter des moments heureux de leur enfance et de leur adolescence.

• Ecrivez le mot musique au tableau. Racontez l’histoire suivante:

«François mangea docilement son petit déjeuner puis descendit de sa chaise.

«– Est-ce que je peux aller jouer chez Bruno maintenant, maman? demanda-t-il?

«– Mais, François, répliquai-je, tu y es allé hier et avant-hier. Pourquoi ne demandes-tu pas à Bruno de venir ici aujourd’hui?

«– Oh, il ne voudrait pas. Les lèvres de François tremblaient en dépit de ses six ans S’il te plaît, maman.

«– Pourquoi préfères-tu la maison de Bruno à la nôtre? Poursuivis-je. Il me vint tout à coup à l’esprit que François et tous ses camarades voulaient constamment aller chez Bruno.

«– Eh bien, expliqua-t-il, en hésitant, c’est parce que la maison de Bruno est une maison chantante.

«– Une maison chantante? demandai-je. Qu’est-ce que tu veux dire par-là?

«– Eh bien, la maman de Bruno chantonne quand elle coud; Annie chante quand elle fait la vaisselle, et le papa de Bruno siffle toujours quand il rentre chez lui. François s’arrêta un instant et ajouta: leurs rideaux sont complètement tirés et il y a des fleurs aux fenêtres. On aime tous la maison de Bruno, maman.

«– Tu peux y aller mon petit, dis-je promptement. Je voulais être seule pour pouvoir réfléchir.

«Je regardai la maison. Tout le monde me disait comme elle était belle. Il y avait des tapis orientaux. Nous les payions par mensualités… Nous payions également de cette façon la profusion de meubles et la voiture. C’était peut-être pour cela que le papa de François ne sifflait pas quand il rentrait à la maison.

«… J’allai chez Bruno bien qu’il soit dix heures et qu’on soit samedi matin. Il me vint à l’esprit que cela ne dérangerait pas la maman de Bruno si je l’interrompais au milieu de la matinée. Elle ne semblait jamais pressée. Elle me reçut à la porte, une serviette autour de la tête.

«– Ah, entrez. Je viens de terminer le salon. Non, non vous ne me dérangez pas. Je vais seulement enlever cette coiffure et j’arrive.

«Pendant que j’attendais, je regardai autour de moi. Les tapis étaient presque élimés… les tentures tirées en arrière, le mobilier vieux et tailladé… Une table couverte d’une nappe aux couleurs vives portait plusieurs magazines récents. A la fenêtre pendaient des paniers de lierre, tandis qu’un oiseau gazouillait dans sa cage accrochée au soleil. L’effet était intime.

«La porte de la cuisine était ouverte et je pouvais voir le bébé assis sur le linoléum propre, occupé à regarder Annie pinçant les bords d’une tarte aux pommes. Elle chantait…

«La maman de Bruno arriva en souriant.

«– Eh bien, demanda-t-elle, qu’y a-t-il? Car je sais que vous êtes venue pour quelque chose, vous êtes si occupée.

«– Oui, dis-je brusquement, je suis venue pour voir à quoi ressemble une maison chantante.

«Elle prit un air intrigué.

«– Que voulez-vous dire?

«– François dit qu’il aime venir ici parce que vous avez une maison chantante. Je commence à voir ce qu’il veut dire.

«– Quel merveilleux compliment! La maman de Bruno rougit. Mais bien entendu ma maison ne peut se comparer à la vôtre. Tout le monde dit que vous avez la plus belle maison de la ville.

«– Mais ce n’est pas une maison chantante, objectai-je… dites-moi comment vous avez fait pour en avoir une.

«– Eh bien, dit-elle en souriant, si vous voulez le savoir, je veux bien. Voyez-vous, mon mari ne gagne pas beaucoup. Je ne crois pas qu’il gagnera jamais beaucoup. Ce n’est pas son genre. Nous devons nous restreindre dans certains domaines, et nous avons décidé de le faire dans ce qui n’est pas essentiel… Il y a des livres, des magazines et de la musique… ce sont des choses que les enfants peuvent garder au-dedans d’eux. Elles ne peuvent pas être touchées par un incendie ni par les revers financiers, et par conséquent nous avons décidé que c’étaient des choses essentielles. Bien sûr, une bonne nourriture bien saine est un autre élément essentiel… Les vêtements des enfants sont très simples… mais une fois que tout cela est payé, il ne reste pas grand-chose pour les tapis et le mobilier… Autant que possible, nous ne faisons pas de dettes. Pourtant nous sommes heureux, conclut-elle.

«– Je vois, dis-je pensivement. Je jetai un coup d’œil vers Bruno et François dans leur coin. Ils avaient fabriqué un train avec des boîtes d’allumettes et le chargeaient de blé. Ils en dispersaient pas mal, mais le blé est propre et sain.

«Je rentrai chez moi. Mes tapis d’orient avaient l’air défraîchi. Je tirai complètement les tentures, mais la lumière était faible parce qu’elle entrait par les draperies de soie… Ma maison n’était pas une maison chantante. Je décidai de la faire chanter» (May Morgan Potter, «La maison chantante», cité par Reed H. Bradford, «Priorités», L’Etoile, avril 1970, pp. 116, 117).

• Qu’est-ce que signifiait une «maison chantante»? Pourquoi le bonheur régnait-il dans cette maison?

Une partie de la musique dans le monde d’aujourd’hui ne nous élève pas. Certains compositeurs veulent que nous ayons des pensées immorales ou irrespectueuses. Une telle musique nous empêche d’avoir l’Esprit du Seigneur.

• Montrez l’aide visuelle 3l-c, «Mère enseignant à ses enfants des chants sur l’Evangile». Lisez Doctrine et Alliances 25:12.

La musique peut rapprocher les membres de la famille les uns des autres et du Seigneur. Chanter des cantiques ensemble en famille nous rapproche du Seigneur. La musique folklorique nous rappelle nos ancêtres et comment ils vivaient. La bonne musique nous élève et nous inspire. Nous apprenons à l’aimer en l’écoutant, en la chantant et en la jouant souvent.

Nous devrions encourager les membres de la famille à cultiver leurs talents musicaux. Les dirigeants de l’Eglise nous ont demandé de le faire, même si cela nous est difficile. Margrit F. Lohner, sœur suisse, raconte l’histoire suivante:

«La belle voix de ma mère remplissait notre foyer en Suisse, matin, midi et soir. Elle ne connaissait pas de chansons enfantines, mais elle chantait les cantiques de Sion… C’est ainsi que j’ai pu les chanter alors que j’étais encore une toute petite fille.

«Mes parents n’avaient pas les moyens d’avoir un piano… alors.j’ai fait vingt minutes de marche chaque jour, qu’il pleuve ou qu’il neige, toute une année, pour faire des gammes dans le salon glacé de membres de notre branche à Zurich. J’ai rapidement attrapé une pneumonie à ce régime-là, et mes parents ont rogné sur le nécessaire pour m’acheter un piano. Ma mère a également fait le ménage chez un voisin pour payer mes leçons de musique. Grâce à ces sacrifices, ma vie a été enrichie de grandes amitiés par l’intermédiaire de la musique» («With a Song on Your Heart», Ensign, août 1975, p. 27).

• Ecrivez le mot art au tableau. Comment peut-on promouvoir l’art chez soi?

• Montrez l’image 31-d, «L’image du Christ ressuscité embellit ce foyer».

Les images dont nous nous servons à la maison indiquent aux membres de notre famille ce qui est important. Nous pouvons nous entourer d’images qui nous rappellent la famille, nos ancêtres, la religion, et nos objectifs. Ce pourrait être le Sauveur, les temples, les prophètes. Nous pouvons également décorer la maison avec des images qui nous aideront à aimer la nature, la paix, la beauté, l’histoire, etc.

Nous pouvons développer nos talents pour la peinture, la sculpture, les travaux d’aiguilles et le tissage, et décorer la maison de nos œuvres. Nous inciterons les membres de notre famille à s’adonner à l’art en leur donnant des fournitures et des outils. Nous exposerons leurs œuvres à la maison et nous les encouragerons. Nous ne nous moquerons jamais de leurs œuvres ou de leurs efforts. Nous pourrions tenir un atelier lors de la soirée familiale. Tout le monde pourrait travailler en commun pour créer quelque chose de beau. Puis nous pourrions le donner à une personne malade, confinée à la maison ou solitaire.

• Ecrivez le mot nature au tableau. Comment peut-on promouvoir l’appréciation de la nature?

Beaucoup d’entre nous ne prennent pas assez le temps d’admirer les beautés de la nature. Mais nous pouvons souvent ressentir l’Esprit du Seigneur quand nous apprécions un coucher de soleil, une belle fleur, les rayons de soleil dans un arbre, un coquillage ou une pierre colorée. Nous pouvons parler des merveilles de la nature et remercier le Seigneur de ses créations.

• Ecrivez les paroles du chant «Mon Père céleste m’aime» ci-dessous:

  • Quand j’entends l’oiseau chanter dans les bois

  • Quand je vois le bleu du ciel,

  • Quand je sens la pluie tomber sur mes bras

  • Ou le vent murmurer son appel,

  • Et lorsque mon doigt touche une rose

  • Ou que je sens des lilas,

  • Je suis très heureux de ce monde si beau

  • Que le Seigneur a créé pour moi.

  • Il m’a fait des yeux ainsi je peux voir

  • La couleur des papillons

  • Et puis des oreilles pour percevoir

  • Tout le monde magique des sons.

  • Il m’offre la vie et la raison,

  • Et moi, je lui dis «merci»,

  • Je fais partie de toutes ses créations,

  • Oui je sais qu’il m’aime et me bénit (Chants pour les enfants, p. 16).

Nous pouvons introduire les beautés de la nature chez nous en cultivant des fleurs et des plantes soit à l’intérieur, soit à l’extérieur. Presque tout le monde aime planter des graines, les arroser et les regarder percer la terre. Nous pouvons collectionner des pierres et étudier des feuilles. Elever des animaux nous instruit sur la naissance, la vie et la mort. Cela nous apprend aussi à donner de l’affection et à rendre service. Nous devons encourager tout signe d’intérêt pour la nature que manifestent les membres de la famille.

• Ecrivez le mot livres au tableau.

Comment pouvons-nous promouvoir la lecture de bons livres dans notre famille?

La lecture des Ecritures et d’autres bons livres nourrit l’esprit tout comme les aliments sains nourrissent le corps. Les livres sont des compagnons. Ils peuvent nous élever ou nous abaisser. Si nous avons de la sagesse, nous ne lirons que des livres qui feront de nous de meilleures personnes. Les bons livres nous permettent d’apprécier ce qui est bon, beau et vrai.

Nous pouvons influencer les habitudes de lecture des membres de notre famille en choisissant de bons livres pour la maison. Nous pouvons inciter les membres de la famille à se les lire mutuellement. Nous pouvons raconter des histoires tirées de notre vie ou de celle de nos ancêtres.

• Lisez Doctrine et Alliances 88:118; 90:15. Quels livres pouvez-vous apporter à la maison pour votre famille?

• Ecrivez le mot divertissements au tableau. Quels divertissements devons-nous procurer à notre famille?

Les films et les émissions de télévision peuvent nous influencer, comme les livres. Certains nous enseignent de vrais principes, certains nous amusent tout simplement et certains nous donnent des idées fausses. Nous devons décider de ce qui vaut qu’on y consacre du temps. Bien des adultes et des enfants pourraient utiliser le temps qu’ils consacrent à regarder la télévision d’une manière plus utile en cultivant leur corps et leur esprit de différentes façons comme exprimé au début de la leçon.

• Ecrivez les mots ordre et propreté au tableau.

Nous pouvons avoir un peu de beauté à la maison, même si nous n’avons pas beaucoup d’argent. Nous ne devons pas accepter ce qui est minable, râpé et laid, que ce soit en nous-mêmes ou dans notre maison. Parfois, pour que la maison soit propre, nous voulons nous débarrasser d’objets liés à des activités, des passe-temps ou des projets. Nous pensons que ce sont des choses qui encombrent la maison. Mais chacun des nôtres doit avoir la liberté de créer. Nous devons tous respecter les biens et les activités des autres membres de la famille. Chaque enfant doit avoir son coin personnel, un tiroir, ou une boîte pour ranger ses «trésors».

Conclusion

Le treizième article de foi dit que «… Nous cherchons tout ce qui est vertueux ou aimable, tout ce qui mérite l’approbation ou est digne de louange». Nous pouvons utiliser cette phrase pour nous guider dans notre désir d’établir une atmosphère édifiante dans notre foyer.

Le président McKay a dit: «Je ne connais aucun endroit hormis le foyer où l’on trouve le vrai bonheur dans cette vie. Il est possible d’en faire un coin du ciel; d’ailleurs, j’imagine le ciel comme la continuation du foyer idéal» (Secrets of a Happy Life, compilé par Lewelyn R. McKay, 1960, p. 18). Chacune de nous a la possibilité et l’obligation d’établir un tel foyer.

• Chantez le cantique «Dans nos foyers tout est beau» (Cantiques, n° 186).

Tâche

Faites quelque chose de précis cette semaine pour améliorer l’atmosphère chez vous. Pour commencer, efforcez-vous de sourire plus souvent ou d’avoir une meilleure attitude. Remarquez l’effet que cela produit sur les autres membres de la famille. Projeter de vous promener dans la nature ou de lire régulièrement avec un enfant.

Préparation pédagogique

Avant de donner cette leçon:

  1. 1.

    Lisez le chapitre 35, «Développer nos talents» et le chapitre 36, «La famille peut être éternelle», des Principes de l’Evangile.

  2. 2.

    Prévoyez de conclure la leçon par le cantique «Dans nos foyers tout est beau» (Cantiques, n° 186).

  3. 3.

    Demandez à des élèves de présenter des histoires, des Ecritures ou des citations de votre choix.