L’œuvre missionnaire et l’intégration

La sainte des derniers jours, Partie A, 2002


Cette leçon a pour objectif de nous aider à trouver et à instruire d’éventuels futurs membres de l’Eglise ainsi qu’à intégrer les nouveaux membres.

L’importance de l’œuvre missionnaire

Petra G. de Hernandez, sœur de Monterrey, au Mexique, a raconté:

«Il y a dix neuf ans, mon mari est mort dans un accident de la route. J’ai alors ressenti le besoin de trouver Dieu, afin qu’il m’aide à élever mes enfants. Ma benjamine avait onze mois.

«Un soir, désespérée… j’ai prié le Seigneur comme si je parlais à une personne. Je lui ai demandé de me montrer la voie que je devais suivre dans la vie. Je lui ai dit que je savais qu’il existait, mais que je ne savais pas où. Je lui ai demandé de me montrer où et comment le trouver. Je l’ai fait avec une telle foi et un tel désir de trouver la vérité que je n’oublierai jamais cette prière.

«La réponse n’a pas tardé. Un matin deux jeunes missionnaires ont frappé à ma porte et m’ont dit qu’ils faisaient partie de l’Eglise mormone et qu’ils m’apportaient un message de grande importance. J’avais entendu parler des mormons, mais cela ne m’avait pas du tout intéressée. Je les ai laissés entrer et ils ont commencé la première leçon. En les écoutant, j’ai ressenti que ce qu’ils disaient était vrai… Je leur ai dit que je voulais me faire baptiser avec ma famille…

«Notre vie a complètement changé depuis le jour où nous avons accepté l’Evangile. Je suis sûre à présent que Dieu entend nos prières…

«Je peux dire avec certitude que nous sommes une famille unie grâce à l’Evangile et à ces deux missionnaires qui ont frappé à ma porte. Il y a quinze ans.

«Je leur serai toujours reconnaissante de l’avoir fait, et je sais qu’il y a des gens qui sont heureux que mes enfants aient été les missionnaires qui ont frappé à leur porte pour leur apporter l’Evangile» («A Missionary’s Mother» Leon R. Hartshorn, Inspirational Missionary Stories, 1976, pp. 123–125).

• Demandez aux sœurs converties d’exprimer leur reconnaissance pour les missionnaires qui les ont instruites. Demandez-leur de dire brièvement en quoi l’Evangile a changé leur vie.

Notre Père céleste nous a montré beaucoup d’amour en établissant le programme missionnaire pour apporter l’Evangile à ses enfants du monde entier. Le Seigneur a déclaré: «Allez… prêcher mon Evangile à toutes les créatures qui ne l’ont pas reçu» (D&A 112:28). Depuis que l’Eglise a été organisée, en 1830, des milliers de missionnaires, hommes et femmes, ont été appelés à prêcher l’Evangile.

Le président Kimball a dit:

«Le Seigneur a bien expliqué par nos prophètes que nous devons porter l’Evangile aux nations du monde, qu’il faut instruire tout le monde dans sa propre langue, même aux extrémités de la terre. il n’y a personne d’autre que nous au monde pour instruire les nations. Et puisque le nombre de jeunes gens est limité, il convient que chaque membre soit un missionnaire… conformément à l’injonction du Seigneur:

«Voici, je vous envoie témoigner et avertir le peuple, et il convient que quiconque a été averti avertisse son prochain (D&A 88:81)» (L’Etoile, janvier 1974, Conseil à un jeune homme: c’est maintenant qu’il faut se préparer, p. 7).

• Pourquoi devons-nous inciter nos enfants à partir en mission? Pourquoi faut-il aussi que chaque membre soit un missionnaire?

Faire connaître l’Evangile apporte de la joie

Le président Kimball nous rappelle les grandes bénédictions qu’ont les membres de l’Eglise de Jésus-Christ: «Nous avons l’Evangile de Jésus-Christ, l’Evangile de paix, l’Evangile de joie. Nous avons des vérités qui peuvent rendre n’importe qui meilleur et plus accompli, n’importe quel mariage plus heureux et plus doux, n’importe quel foyer plus céleste. Nous avons le pouvoir de la prêtrise de Dieu pour bénir notre foyer et la vie des autres… Et c’est à nos voisins et nos relations non-membres qu’il nous est maintenant demandé également de «donner ce que nous avons». Le Seigneur nous a commandé de le faire. Nous devons allonger la foulée et le faire maintenant» («Toujours une Eglise de convertis», L’Etoile, juin 1976, pp. 1–2).

Les membres de l’Eglise ont reçu la responsabilité de faire connaître l’Evangile. Si nous nous acquittons de nos responsabilités, nous pourrons partager la joie de ceux qui découvrent l’Evangile grâce à nos efforts.

• Lisez Doctrine et Alliances 18:15, 16. Demandez à une sœur qui a fait connaître l’Evangile à quelqu’un de raconter ce qu’elle a ressenti.

Comment être missionnaire

• Que pouvons-nous faire à présent pour être missionnaire?

• Montrez l’affiche de la liste suivante ou montrez les renseignements au tableau:

  1. 1.

    Avoir le courage d’être un témoin.

  2. 2.

    Rendre témoignage quand l’Esprit nous y incite.

  3. 3.

    Donner de la documentation sur l’Eglise.

  4. 4.

    Suivre l’inspiration de l’Esprit.

  5. 5.

    Montrer le bon exemple et être patientes avec nos parents et amis non membres.

  6. 6.

    Inviter amis et relations chez nous ou les emmener aux réunions ou à des activités.

Avoir le courage d’être un témoin

Gene R. Cook a dit: «Parfois, nos membres ont peur de prendre parti pour ce qui est la vérité… Nous devons parler en faveur du Seigneur et de son prophète à propos des questions essentielles de notre époque» (Conference Report, avril 1976, pp. 152–153; ou Ensign, mai 1976, p. 103). C’est notre devoir en tant que membres baptisés de l’Eglise (voir Mosiah 18:9).

Frère Cook raconte comment une sœur a pris parti pour la vérité: «Elle déjeunait avec plusieurs membres de l’Eglise, certains étaient pratiquants, d’autres pas; il y avait aussi quelques non-membres. La conversation a porté sur l’avortement et la limitation des naissances, et une non-membre a parlé pendant cinq minutes, de façon très appuyée, sur le sujet. Elle a dit erronément qu’elle croyait qu’il n’y avait rien de mal à pratiquer l’avortement et qu’un homme ou une femme ne devrait subir aucune restriction quand au contrôle des naissances. Cette brave sœur de l’Eglise a dû faire un choix difficile: soit parler du temps et aborder un sujet non-controversé, soit prendre parti pour la vérité. Cette femme remarquable a opté pour la deuxième solution. Après avoir expliqué ce que le Seigneur avait dit sur le sujet, elle a rendu témoignage de ce qu’elle pensait personnellement. Comme vous pouvez le deviner, le déjeuner s’est terminé rapidement. Cependant, une femme non-pratiquante est venue trouver cette sœur après coup et lui a dit qu’elle n’avait jamais compris auparavant l’opinion du Seigneur sur le sujet et qu’elle avait ressenti que la vérité avait été énoncée ce jour-là» (Conference Report, avril 1976, p. 153, Ensign, mai 1976, p. 103).

• Comment pouvons-nous prendre parti pour la vérité lorsqu’on débat de questions essentielles?

Rendre témoignage quand l’Esprit vous y incite

Nous pouvons provoquer des occasions de faire connaître l’Evangile. Si nous entamons une conversation avec un étranger, nous pouvons la diriger vers l’Evangile. Avec l’aide du Saint-Esprit, il n’est pas difficile de trouver le moyen de rendre témoignage.

Le président de branche d’Alice Colton Smith, une sœur aveugle, lui a demandé d’être membre missionnaire. Comme tous ses amis étaient membres de l’Eglise, elle lui a répondu: «Comment pourrais-je amener qui que ce soit dans l’Eglise?» Elle a raconté plus tard:

«Le président de branche m’a répondu: ‹Sœur, si vous avez la foi et le désir de faire la volonté du Seigneur, il vous montrera le chemin.›

«Quelques semaines plus tard, cette sœur était dans le train. Pendant le voyage, les passagers qui étaient assis en face d’elle ont porté ses bagages et se sont occupés d’elle avec beaucoup de compassion pour son affliction. La sœur s’est dit: ‹Que pourrais-je faire pour les remercier?› Quelques instants plus tard, elle leur a déclaré: ‹Je voudrais vous donner quelque chose en échange de votre gentillesse. J’ai un grand cadeau à vous faire, si vous voulez l’accepter.›

«Ses nouveaux amis ont souri. Comment cette femme, visiblement peu riche, pouvait-elle leur faire un grand cadeau? Ils ont poliment refusé et lui ont dit que ce n’était pas nécessaire. Elle a insisté gentiment. Finalement une femme a dit: ‹Je serais ravie de l’accepter.›

«La sœur a répondu: ‹Ce don n’est pas fait d’argent ou de bijoux; c’est un don du Saint-Esprit. Je sais que Dieu vit. Je sais que Jésus est le Christ. Je sais qu’un prophète de Dieu vit aujourd’hui sur la terre et qu’il nous révèle la parole divine. C’est ce grand don de connaissance que je puis vous donner.›

«La femme, intéressée malgré cette curieuse situation, lui a demandé comment.

«‹Donnez-moi votre adresse et je vous enverrai deux jeunes gens qui vous l’expliqueront.› Ce qui fut fait.

«Cette femme est devenue membre de l’Eglise ainsi que sept de ses parents» («I Have a Great Gift to Give You», Leon Hartshorn, Inspirational Missionary Stories, 1976, pp. 168, 169).

Donner de la documentation sur l’Eglise

Un exemplaire du Livre de Mormon, une brochure ou un livre de l’Eglise peut faire beaucoup pour préparer les gens à recevoir les missionnaires. Patricia Lett, institutrice, raconte l’histoire suivante, qui décrit la façon dont elle a été préparée à recevoir les missionnaires par une de ses élèves:

«Un jour du printemps dernier, Carol, l’une de mes élèves, a posé un livre des histoires illustrées du Livre de Mormon sur mon bureau et m’a demandé si je voulais le lire.

«‹Très bien, Carol, je serai contente de le faire›, ai-je dit.

«Comme c’était bientôt les vacances et que j’avais beaucoup à faire, j’ai complètement oublié le livre. Mais pas Carol. Peu de temps après, j’ai entendu une petite voix qui me disait: ‹Madame Lett, avez-vous lu mon livre?›…

«Je l’ai lu…

«Le lendemain, elle m’a offert un exemplaire du Livre de Mormon. Quelques jours plus tard, j’ai entendu à nouveau la petite voix: ‹Madame, est-ce que vous aimeriez rencontrer des gens de notre Eglise?›…

«Le vendredi suivant frères Grassley et Lott étaient devant ma classe dix minutes avant la sortie des classes» (Leon Hartshorn, Inspirational Missionary Stories, pp. 70–71).

Les enfants peuvent eux aussi être de bons membres missionnaires.

Suivre les chuchotements de l’Esprit

Il importe que nous prenions le temps de faire ce que nous inspire le Saint-Esprit. Ses murmures paraissent parfois insignifiants; nous devons donc apprendre à les écouter et à les suivre. Catherine A. Martin raconte une situation où elle a été guidée par le Saint-Esprit:

«Je me rappelle la première fois où j’ai vu ce petit magasin. En passant devant j’ai eu une curieuse impression… qui me disait qu’il y avait là quelqu’un qui devrait être membre de l’Eglise. J’étais pressée, cependant, et j’ai continué… je suis passée devant ce petit magasin plusieurs fois, et à chaque fois, j’avais cette forte impression qui m’incitait à entrer… un jour, je suis passée devant le magasin à pied et j’ai été pratiquement tirée à l’intérieur par la sensation irrésistible qu’il y avait là quelque chose d’intéressant sur le plan spirituel.

«En ouvrant la porte, j’ai vu des cadres de tableau de toutes formes et de toutes tailles…

«En jetant un coup d’œil dans la pièce, j’ai remarqué un tableau accroché au mur. Il faisait partie d’une série de dessins de soldats portant différents uniformes. Quelque chose m’a dit que c’était à l’auteur de ces dessins que je devais parler de l’Evangile!

«J’ai demandé au vendeur s’il pouvait me fournir l’adresse de l’artiste. Il a hésité et m’a répondu que celui-ci avait insisté pour qu’on ne dévoile jamais rien de plus que son nom, puis il a ajouté: ‹Vous savez, j’ai l’impression que ça ne le dérangera pas cette fois-ci. Je vais l’appeler et lui donner votre nom et votre numéro de téléphone.›

«L’artiste m’a appelé et nous avons décidé de nous rencontrer pour parler de l’histoire de l’art…

«Je me souviens de lui avoir dit que je savais quelque chose qu’il devrait connaître, quelque chose qui changerait sa vie en bien. Il se demandait ce que cela pouvait bien être. Ainsi encouragée, je lui ai parlé du rétablissement de l’Eglise du Christ sur terre. J’ai mentionné ma recherche de la vérité et le désir que j’avais de savoir ce que le Seigneur voulait que je sois. Puis je lui ai parlé des événements curieux et merveilleux qui m’avaient permis de découvrir l’Evangile et la beauté qui avaient pénétré ma vie en même temps…

«Il a été sensible à ce que j’avais dit, mais il s’est réservé le droit de l’étudier et l’évaluer avant de donner une réponse. Il était ouvert, honnête, faisait des efforts pour connaître la vérité, et malgré bien des obstacles, il s’est fait baptiser…

Le Seigneur connaît et aime véritablement chacun de nous. Il connaît ceux qui sont prêts à écouter sa parole. Si nous prions et si nous faisons notre devoir, il nous guidera vers ces personnes justes. J’ai eu de belles expériences en écoutant les chuchotements de l’Esprit, un don à la portée de nous tous si nous croyons que lde quelqu’un d’autre a la même valeur que la nôtre» («Whisperings of the Spirit», Margie Calhoun Jensen, compilation, Stories of Insight and Inspiration, pp. 124, 125).

• Comment l’Esprit a-t-il incité plusieurs fois sœur Martin à rechercher cet homme? Comment pouvons-nous devenir plus sensibles au murmure de l’Esprit?

Montrer le bon exemple et être patiente envers nos parents et amis non-membres

Adney Y. Komatsu, a dit:

«Beaucoup d’entre vous ici présents sont les premiers de leur famille à adhérer à l’Eglise. Ils sont réellement les pionniers de leur famille…

«Lorsque vous parlerez des principes de l’Evangile avec vos parents, vos amis et vos voisins, ne soyez pas découragés s’ils ne vous écoutent pas ou s’ils ne comprennent pas les préceptes que vous essayez de leur exposer. Soyons patients et souvenons-nous que nos parents, nos frères, nos sœurs et nos amis occupent beaucoup de place dans notre vie. Nous les aimons et nous voulons ce qui est le mieux pour eux c’est-à-dire l’Evangile de Jésus-Christ. Notre bonheur personnel dans ce monde et dans l’au-delà comprend l’exaltation familiale.

«Si, en tant que célibataire, vous vivez encore avec vos parents, vos frères et sœurs, et qu’ils n’acceptent pas votre nouvelle façon de vivre, honorez-les, aimez-les et montrez-leur par votre exemple les belles vérités de l’Evangile» (Official Report of the Korea Areas Conference, août 1977, p. 4).

Nous ne participons pas à l’œuvre missionnaire pour nous glorifier. Nous devons aimer les personnes que nous avons choisi d’aider. Nous devons nous montrer sincèrement et durablement amicales, même si elles n’acceptent pas l’Evangile ou si cela leur prend plusieurs années.

Inviter amis et relations chez nous ou les amener aux réunions ou à des activités de l’Eglise

Nous pouvons présenter l’Eglise aux gens en les invitant à participer aux activités avec nous. Nous pouvons prévoir une soirée familiale particulière avec une autre famille et inviter les missionnaires à venir. Nous devrions convier nos parents et amis non membres à assister aux réunions avec nous. Là, ils pourront en apprendre plus sur l’Eglise et décider s’ils veulent en savoir plus.

Sœur Villafranca, de San Fernando (Mexique), a invité cinquante personnes dans son studio, où les missionnaires ont tenu une Ecole du Dimanche spéciale. Ils ont ensuite invité les gens à rester pour suivre la première leçon. Plusieurs d’entre eux se sont fait baptiser plus tard, et dans les six années qui suivirent, il s’est constitué une branche de deux cents membres à San Fernando (voir Glenn V. Bird, «Miracle at San Fernando», New Era, janvier 1977, pp. 28, 29).

• Demandez à une ou deux sœurs de raconter brièvement comment elles se sont intéressées à l’Eglise.

L’intégration

Nous devons nous aider les uns les autres à progresser. Nous devons prendre soins les uns des autres en tant qu’enfants du Seigneur. Gordon B. Hinckley a dit: «Je suis convaincu que nous ne perdrons que très peu de ceux qui joignent l’Eglise si nous prenons mieux soin d’eux» («Find the Lambs, Feed the sheep», Ensign, mai 1999, p. 109).

Quand il y a des nouveaux membres parmi nous, nous sommes dans l’obligation de tout faire pour leur donner aide et amitié. Ils peuvent se sentir dépaysés. Nous devons les mettre à l’aise. Dans l’Eglise, nous appelons cela «l’intégration». L’intégration signifie s’encourager et s’aider les uns les autres pour profiter pleinement des bénédictions de l’Evangile. C’est montrer de la courtoisie et de la gentillesse, faire part d’expériences, rendre service et montrer de l’amour. Nous intégrons les gens lorsque nous sommes une bonne amie et une bonne voisine.

L’Eglise nous y aide de nombreuses façons. Elle fournit des programmes tels que les visites d’enseignement, qui nous incitent à servir les autres. Elle fournit des réunions où nous pouvons nous rencontrer. Elle nous apprend à exprimer correctement notre amour et notre sollicitude.

Nous devons également nous soucier des familles dont le père, la mère, un fil ou une fille ne sont pas membres de l’Eglise. Ces familles ont besoin de nous. En les intégrant et en faisant preuve de compréhension et d’amour à leur égard nous pourrons peut-être les aider à devenir unis dans l’Evangile.

• Lisez Ephésiens 2:19, 20. Comment peut-on montrer aux nouveaux membres qu’on les aime et qu’on les accepte?

Conclusion

Les Saints des derniers jours ont la responsabilité de prêcher l’Evangile au monde. Pour ce faire, chacune d’entre nous doit être missionnaire. Nous devons préparer amis et voisins à suivre les leçons missionnaires. Il n’est pas nécessaire que tout le monde aille par toutes les nations, mais nous devons parler à nos amis et à nos voisins de l’Evangile. Aussi, en suivant les commandements du Seigneur, nous montrons à ceux qui nous entourent le chemin de la vie éternelle. Nous pouvons aider les nouveaux membres en les invitant à aller à l’église avec nous. Nous devons être amicales envers eux à l’église et dans le voisinage. Nous devons toujours accueillir les inconnus qui viennent à nos réunions.

Tâche

En vous aidant de la prière, choisissez l’un des moyens de participer à l’œuvre missionnaire abordés dans la leçon. Choisissez un ami ou une famille que vous instruirez.

Préparation pédagogique

Avant de donner cette leçon:

  1. 1.

    Etudiez le chapitre 13 des Principes de l’Evangile «L’œuvre missionnaire».

  2. 2.

    Préparez l’affiche suggérée dans la leçon ou inscrivez les renseignements au tableau.

  3. 3.

    Demandez à des élèves de présenter des histoires, des Ecritures ou des citations de votre choix.