David A. Bednar

Collège des douze apôtres

David A. Bednar répond souvent aux questions posées par les personnes qu’il instruit en se servant des Écritures et de l’Esprit, pour les guider afin qu’elles trouvent elles-mêmes les réponses.

Dans son premier discours de conférence en tant que membre du Collège des douze apôtres, David Allan Bednar a enseigné la doctrine tirée des Écritures et a rendu son témoignage personnel du Sauveur. Ce qu’il a dit a révélé clairement la source de sa hardiesse paisible dans l’œuvre du Seigneur et sa capacité remarquable de diriger les autres. Il a dit que, par la grâce du Seigneur, par la foi en l’expiation de Jésus-Christ et en nous repentant de nos péchés, nous pouvons recevoir la force et l’aide nécessaires pour faire de bonnes œuvres dépassant nos propres capacités. « Avec la force du Seigneur, nous pouvons accomplir, supporter et surmonter toutes choses » déclare-t-il. 

Fidèle et sans crainte

Les trois fils de frère Bednar, maintenant adultes, décrivent l’influence de leur père.

Son fils Michael dit : « Il semble que, chez mon père, la foi ait chassé la crainte. Il est toujours optimiste. Peu importe ce qui va de travers, il dit toujours : ‘ça va s’arranger’. Quand les choses étaient difficiles pour moi pendant ma mission, il me disait de travailler dur et que le succès viendrait. Et il m’a dit de me rappeler, quand le succès viendrait, que c’était Dieu qui me l’avait accordé et que je ne l’avais pas gagné.

Jeune adolescent, frère Bednar a été profondément influencé par l’exemple de ses parents et par les expériences positives qu’il a vécues en famille.

Éric, l’un de ses frères, décrit l’exemple de leur père : « Il s’est toujours référé aux vraies sources : les paroles des prophètes et les Écritures. Il est sûr de lui, mais il écoute. Il pose des questions inspirées puis écoute votre réponse, ensuite il pose une autre question inspirée. Un jour qu’il me soumettait à quelque chose ressemblant à un entretien pour une recommandation à l’usage du temple — j’avais environ 14 ans — il m’a demandé si je soutenais le président Benson. J’ai dit que oui. Après un silence, il m’a demandé : « Qu’est-ce que tu as lu récemment de ce que le président Benson a dit ? » Éric et ses frères tirent encore des leçons de ces questions inspirées et d’autres du même genre.

Jeffrey, le plus jeune des trois fils, dit : « Depuis tout petit, papa m’a enseigné à me fixer des buts et à faire preuve de foi. » Il dit également : « Je veux que les gens sachent que c’est un homme ordinaire qui peut faire des choses extraordinaires grâce à la force du Seigneur. Il est un témoin vivant du pouvoir qualifiant de l’Expiation. »

Sœur Bednar dit de son mari : « Les gens qui le connaissent bien diraient de lui qu’il est strict mais tendre. Il est compétent et compatissant. Il est motivé, mais perspicace. Il est fidèle et intrépide. Il a une grande capacité de diriger et la sagesse de suivre. »

David A. Bednar jouant comme quart-arrière de l’équipe de football américain de son lycée du nord de la Californie. Comme beaucoup ‘de jeunes gens de son âge, il aimait le sport et la compétition.

Influence familiale

Comme ses fils, frère Bednar a été profondément influencé par sa vie de famille. Il est né le 15 juin 1952, à Oakland (Californie). Les ancêtres de sa mère, Lavina Whitney Bednar, étaient des pionniers, fidèles dans l’Église. Frère Bednar la décrit, elle et sa foi, en un mot : « ferme ». Son père, Anthony George Bednar, était un habile outilleur-ajusteur. Il n’était pas membre de l’Église, mais allait régulièrement à l’église avec son fils, l’aidant dans ses tâches et le soutenant lorsque David fut appelé à faire une mission à plein-temps en Allemagne. Des années plus tard, frère Bednar a baptisé, confirmé et ordonné son père.

Après sa mission, David Bednar est retourné à l’université Brigham Young et a rencontré Susan Kae Robinson, qui avait grandi dans la petite ville d’Afton (Wyoming). Elle venait d’une famille dont les membres étaient dévoués à l’Église et étaient des notables dans la localité. Son père était directeur de banque et évêque. David et Susan se sont mariés en 1975 au temple de Salt Lake City.

Un étudiant des Écritures

Frère Bednar a terminé ses études supérieures avec une licence en 1976 et une maîtrise en 1977, toutes deux délivrées par l’université Brigham Young. En 1980, il a obtenu un doctorat à l’université de Purdue et est devenu membre du corps enseignant du département du commerce de l’université d’Arkansas, à Fayetteville. Il a été appelé comme conseiller dans la présidence de pieu en 1982, à l’âge de 30 ans. Il a également été évêque, président du pieu de Fort Smith (Arkansas), président du pieu de Rogers (Arkansas) puis représentant régional et plus tard soixante-dix-Autorité interrégionale.

David A. Bednar prend la parole lors d’une conférence de presse après son appel comme apôtre en octobre 2004.

Tout au long de son service dans la prêtrise, sa confiance aux Écritures et sa façon d’enseigner leur importance ont été évidentes. Frère Bednar se souvient : « Pendant ma formation avant ma mission, nous sommes allés à la salle d’assemblée solennelle du temple de Salt Lake City. Le président Lee y était pour répondre aux questions de quelque trois cents missionnaires. Il se tenait là, dans son costume blanc, son recueil blanc d’Écritures à la main. Il a répondu à chaque question à l’aide des Écritures ou alors a dit : ‘je ne sais pas’. J’étais assis là, pensant que je ne pourrais jamais connaître les Écritures comme lui, mais mon objectif est devenu d’utiliser les Écritures dans mon enseignement comme ‘le président Lee l’avait fait ce jour-là. Ce désir est à l’origine de toute mon étude des Écritures. »

En tant que dirigeant, frère Bednar a essayé de susciter ce désir chez les autres. Il se souvient de l’époque, en 1987, où il était évêque à Fayetteville (Arkansas). Il raconte : « Je suis allé à la Primaire un dimanche. J’y étais invité. J’ai décidé de porter des bretelles rouges. Je pensais les utiliser d’une façon ou d’une autre comme leçon de choses. Je suis donc entré dans la salle de la Primaire, j’ai enlevé mon veston et j’ai dit : « Eh bien, les enfants, l’évêque a des bretelles rouges. Quel rapport y a-t-il entre les Écritures et mes bretelles rouges ? Et un petit garçon a levé la main et a dit : ‘Les Écritures soutiennent notre foi en Jésus de la même manière que vos bretelles soutiennent votre pantalon’. J’ai dit : ‘C’est parfaitement juste’.

Après une réunion David A. Bednar salue des membres à Cebu, une île du sud des Philippines.

Président du changement

En 1997, David A. Bednar a été nommé président du Ricks College à Rexburg (Idaho). À ce moment-là, c’était le plus grand institut universitaire privé du premier cycle aux États-Unis, avec 8500 étudiants. Lors de sa première réunion avec le corps enseignant et le personnel, il a dit : « Je n’ai encore jamais été président d’un institut universitaire. Je ne sais pas comment m’y prendre. Mais je m’y connais un peu en enseignement et j’espère que cette base constituera au moins un commencement. »

Lorsque le Ricks College a cessé d’être un institut du premier cycle pour devenir un établissement assurant un cycle d’études de quatre ans, connu sous le nom d’université Brigham Young-Idaho, le président Bednar a joué un rôle majeur pour transformer le campus en un lieu d’enseignement novateur, tout en édifiant, en son sein, la foi en l’Évangile de Jésus-Christ. Il a montré l’exemple aux étudiants en apportant toujours ses Écritures aux veillées et en leur demandant de faire de même.

Frère et sœur Bednar

Frère et sœur Bednar saluent l’assistance après une session de la conférence générale.

La force dans le Seigneur

La foi de frère Bednar en la puissance découlant de l’Expiation lui a donné l’assurance qu’il recevra une force dépassant sa capacité normale pour faire ce à quoi le Seigneur l’appelle. Et ce genre de foi l’a amené à transmettre cette assurance à ceux qu’il instruit et dirige. Grâce à cette foi en ce qui est possible pour lui et pour les autres, il génère un optimisme et une énergie contagieux, nés de la connaissance qu’« à Dieu, tout est possible ». (Matthieu 19:26, Marc 10:27).

La grande capacité de frère Bednar d’édifier les autres et son courage pour faire tout ce que le Seigneur lui demande viennent de son témoignage de Jésus-Christ. La prière, l’étude des Écritures et l’obéissance l’ont préparé à son appel d’apôtre, de témoin spécial du Sauveur. Sa vie est la démonstration que ce qu’il a dit à la fin de son premier discours de conférence générale est toujours vrai : « J’irai là où le Seigneur et les dirigeants de son Église veulent que j’aille, je ferai ce qu’ils veulent que je fasse, j’enseignerai ce qu’ils veulent que j’enseigne, et je m’efforcerai de devenir ce que je dois devenir. Je sais qu’avec la force du Seigneur et par sa grâce, vous et moi pouvons avoir la bénédiction d’accomplir toutes choses. » 

le Collège des douze apôtres

le Collège des douze apôtres (ci-dessous).

Lisez la biographie officielle