Dieter F. Uchtdorf

Deuxième conseiller dans la Première Présidence

Le président Uchtdorf sourit à l’assemblée avant le début d’une session de conférence générale. Il parle souvent des leçons qu’il a apprises dans sa jeunesse et plus tard en tant que pilote de ligne.

Dieter Uchtdorf a rencontré sa future épouse à une activité de la Société d’amélioration mutuelle.

Le 17 décembre 1973, le président de la compagnie aérienne allemande Lufthansa a reçu une nouvelle alarmante. Cinq terroristes avaient détourné un Boeing 737 de la Lufthansa à Rome, en Italie, et étaient en route pour Athènes avec des otages à bord. Le président de la Lufthansa a immédiatement ordonné à son pilote en chef de la flotte des 737 de monter dans un avion. Dieter Uchtdorf, alors âgé de 33 ans, devait prendre un petit groupe de membres du personnel de secours et suivre l’avion détourné partout où les terroristes l’emmèneraient. Il devait en toutes circonstances négocier pour obtenir la libération de l’avion, des pilotes et des otages. Une fois tout ceci accompli, il devait ramener le 737 détourné au siège social à Francfort.

Sans autre effusion de sang, heureusement, cette mission, comme tant d’autres auxquelles il avait participé à titre personnel ou professionnel, fut menée à bien. Il ne le savait pas à ce moment-là, mais cela annonçait des missions futures encore plus importantes.

Préparé à affronter les difficultés

Dieter Uchtdorf a été préparé à affronter des défis et à prendre des responsabilités tout au long de sa vie. Né le 6 novembre 1940 à Ostrava (Tchécoslovaquie), il était destiné à assister à chaque instant aux dévastations de la guerre et aux souffrances qu’endurent les innocents à cause des décisions fatidiques prises par d’autres. Son père, Karl Albert Uchtdorf, fut enrôlé dans l’armée allemande, laissant sa mère, Hildegard E. Opelt Uchtdorf, vaillamment assumer seule la responsabilité de sa petite famille en pleine guerre. Elle abandonna tous les biens familiaux et amena sa famille à Zwickau (Allemagne) pour être sur le front occidental alors que les Alliés approchaient. Après la guerre, la famille fut réunie. À cause des difficultés politiques, ils déménagèrent pour la seconde fois en sept ans, laissant tous leurs biens pour se réfugier à Francfort, en Allemagne de l’Ouest.

Pendant qu’ils étaient à Zwickau, la famille Uchtdorf avait trouvé l’Évangile de Jésus-Christ. Lors de son premier message après son appel au Collège des douze apôtres, frère Uchtdorf a exprimé sa gratitude pour la « douce audace » de la vieille dame qui avait fait connaître l’Église à sa famille.

Bien qu’étant dans l’armée de l’air allemande, Dieter Uchtdorf a aussi obtenu son brevet de pilote aux États-Unis.

Dieter et Harriet Uchtdorf, jeunes mariés en 1962. Leur mariage a été scellé au temple de Berne (Suisse).

Un amour perpétuel de l’aviation

C’est durant son adolescence que l’amour de frère Uchtdorf pour l’aviation a « pris son envol ». Vers 14 ans, il a commencé à aller à vélo jusqu’à l’aéroport de Francfort, où, fasciné, il contemplait les avions. De temps en temps il lui était permis de monter dans le cockpit et de rêver du jour où il volerait librement dans les cieux. Il était loin de se douter qu’il finirait par maîtriser les commandes d’une douzaine des principaux modèles d’avions. En outre, il ne pouvait pas savoir à ce moment-là qu’il serait peut-être le pilote civil le plus facilement reconnu et le plus honoré à franchir les portes de l’aéroport même qu’il visitait alors dans sa jeunesse.

Sa carrière commença par des études d’ingénieur à l’âge de 18 ans, suivies de six ans dans l’armée de l’air allemande. Puis, dans le cadre de relations de réciprocité entre les gouvernements allemand et américain, il entra à l’école de formation des pilotes de chasse à Big Spring (Texas), où, tout en étant allemand, il obtint également son brevet de pilote de l’armée de l’air américaine. Pendant son séjour à Big Spring, frère Uchtdorf participa à la construction d’une église pour la branche locale de l’Église, le plus beau souvenir qu’il ait de cette période professionnelle importante de sa vie. En février 2011, il est retourné à Big Spring pour reconsacrer l’église rénovée.

En 1970, à l’âge de vingt-neuf ans, il devint capitaine dans la Lufthansa, un rang dont on lui avait un jour dit qu’il ne pourrait l’atteindre qu’en fin de carrière. Puis dans une ascension fulgurante, ce Wunderkind [enfant prodige] aéroporté devint directeur de la flotte des 737 (1972), directeur de l’école de formation d’Arizona (l975), pilote en chef et chef des équipages de postes de pilotage (1980) et enfin premier vice-président des opérations de vol (1982).

Au milieu de ces responsabilités croissant rapidement, il fut appelé comme président du pieu de Francfort, puis comme président du pieu de Mannheim, et finalement comme Autorité générale, appelé au deuxième collège des soixante-dix en 1994.

Pendant sa formation à Big Spring, le pilote Dieter Uchtdorf se vit décerner le « Commander’s Trophy ».

Famille

Frère Uchtdorf a rencontré celle qui allait devenir sa femme, Harriet Reich, en assistant aux réunions de la Société d’amélioration mutuelle de l’Église. Ils ont été scellés le 14 décembre 1962 dans le temple de Berne (Suisse). Il dit d’Harriet qu’elle est le soleil de sa vie. Son soutien est une source de force intarissable. Ils sont si manifestement amoureux que c’est une joie d’être en leur présence.

Les enfants Uchtdorf, Guido Uchtdorf et Antje Evans, maintenant mariés, confirment qu’ils ont eu une belle enfance. Antje se souvient tout particulièrement des moments paisibles passés avec son père. Guido aimait les conversations qu’il avait avec son père et se souvient que celui-ci enseignait toujours par l’exemple.

Guido et Antje ont appris de leur parents l’importance du temps passé en famille. Qu’une sortie fût éducative ou récréative, elle aidait à renforcer les liens familiaux.

Lors d’une conférence de presse peu après leur appel à l’apostolat, Dieter Uchtdorf et David A. Bednar ont répondu aux questions des médias.

La famille Uchtdorf en 2006. Ses enfants disent qu’il a toujours enseigné par l’exemple.

Un homme préordonné

« On ne peut pas étudier la vie de ce grand homme sans admettre qu’il a été préordonné aux grandes responsabilités qui sont les siennes aujourd’hui », a dit Russell M. Nelson, du Collège des douze apôtres, dans un article publié au moment où le président Uchtdorf a été appelé comme deuxième conseiller dans la Première Présidence. « Cette doctrine est enseignée par les prophètes anciens et modernes. Alma a enseigné que les dirigeants de la prêtrise ‘étaient ordonnés – appelés et préparés dès la fondation du monde, selon la prescience de Dieu.’ »

Un jour, la mère de frère Uchtdorf se trouvait dans un auditorium public avec ses enfants. Elle se sentit poussée à partir immédiatement et se précipita dehors avec ses enfants aussi vite que possible. Peu de temps après le bâtiment fut détruit par un acte de guerre. La plupart des occupants de l’auditorium furent tués. Sœur Uchtdorf et ses enfants furent épargnés.

Une fois alors qu’il était aux commandes d’un avion, frère Uchtdorf survécut à une défaillance du système de contrôle qui, si elle n’avait pas été corrigée, aurait amené l’avion à s’écraser. En écoutant et en suivant l’Esprit, il put résoudre le problème et réussit un atterrissage forcé. Il reconnaît que c’est la main du Seigneur qui lui a permis de survivre à une telle épreuve.

La probabilité mathématique que cet enfant né en Tchécoslovaquie, issu d’une famille de convertis, survive à une enfance si difficile et à une vie pleine de risque, puis soit appelé à faire partie de la Première Présidence, est infime. Mais, comme frère Nelson l’a dit : « Le Seigneur connaissait et aimait cet homme si spécial avant même que le monde ait été créé. Oui, il a été préordonné pour ses devoirs en tant que dirigeant de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. »

Ci-dessous, le président Thomas S. Monson (au centre), et ses conseillers, Henry B. Eyring (à gauche) et Dieter Uchtdorf (à droite), répondent à des questions lors d’une conférence de presse.

Lisez la biographie officielle