L. Tom Perry à la conférence générale

Frère Perry laisse une impression durable par sa taille, son style et sa voix profonde.

Roberta Jensen, jeune mère, était assise dans l’avion, essayant de nourrir son nouveau-né tout en calmant ses trois autres enfants, tous âgés de moins de quatre ans. Elle était épuisée, embarrassée et seule. Elle retournait chez elle pour une visite destinée à la reposer du stress lié au soutien qu’elle apportait à son mari étudiant, au fait d’élever sa jeune famille avec lui et aux difficultés pour joindre les deux bouts. Mais jusque là, le voyage avait été tout sauf reposant.

Le passager de l’autre côté de l’allée était un homme grand et enjoué. Quand elle lui a adressé la parole, il s’est présenté comme étant L. Tom Perry, du Collège des douze apôtres. Elle a pensé : « Un apôtre juste à côté de moi. Je me demande s’il peut ressentir le désarroi dans lequel je me trouve et s’il peut lire les sentiments de mon cœur. »

Au moment où l’avion a décollé, les enfants se sont tous mis à pleurer. L’embarras de Roberta a fait place à la panique. Frère Perry a posé sa mallette et a demandé doucement : « Puis-je tenir le bébé ? Pendant le reste du voyage il s’est occupé du nouveau-né, le berçant pour l’endormir, pendant que la mère reconnaissante calmait les autres enfants et leur donnait à manger. Quand le repas a été servi, elle allait prendre le bébé, mais frère Perry, toujours souriant, lui a dit que le bébé dormait calmement et que ce n’était pas la peine de le déranger.

Elle a dit : « J’ai survécu au voyage, et j’en ai gardé un souvenir ému qui restera dans notre famille pour toujours … Il a vu quelqu’un qui avait besoin d’aide et il a mis de côté ses besoins personnels pour apporter cette aide. »

La famille Perry

Le jeune Tom (rang du haut, à gauche) avec ses parents, ses frères et sœurs. Frère Perry se souvient encore de l’instruction spirituelle que ses parents lui ont donnée quand il était jeune.

 

Engagement précoce

Frère Perry se souvient de l’instruction spirituelle que ses parents, Leslie Thomas Perry et Nora Sonne Perry, lui ont donnée quand il était jeune. Il se souvient de sa mère fidèle attendant devant la porte de sa chambre chaque soir pour s’assurer qu’il faisait sa prière.

Le jeune Tom était déterminé à ne jamais manquer l’Église. Un dimanche il avait une angine et ses parents ont décidé qu’il n’irait pas à l’Église. Tous les membres de sa famille sont partis à l’Église sauf Tom et sa mère. Mais la famille a été surprise de les voir entrer à l’église quelques minutes après le début de la réunion. Bien que malade, Tom a fait tous les efforts pour être là où il devait être.

Tom était le meneur parmi les garçons du quartier. Il n’y avait pas besoin d’arbitre pour leurs jeux de ballon grâce à son talent pour régler les désaccords. Par conséquent, leurs jeux étaient exceptionnellement dépourvus de querelles.

L. Tom Perry dans la marine

Dans la marine, Tom Perry faisait partie des premières troupes d’occupation à entrer au Japon après la deuxième guerre mondiale.

L. Tom Perry au téléphone

En tant qu’homme d’affaire, L. Tom Perry a découvert qu’il était béni par ce qu’il avait appris quand il était conseiller dans un épiscopat.

Centré sur le service

De 1940 à 1941, frère Perry a étudié à l’établissement d’enseignement supérieur d’agriculture de l’état d’Utah à Logan. Il a ensuite accompli une mission dans le nord des États-Unis, où il a acquis un amour profond du Livre de Mormon. Des semaines après son retour, il a fait son service militaire et s’est porté volontaire dans la marine. Il faisait partie des premières troupes d’occupation à entrer au Japon après la deuxième guerre mondiale.

Après son départ de l’armée à l’automne 1946, frère Perry est rentré à Logan et à l’établissement supérieur d’agriculture de l’État d’Utah, où il a étudié le commerce et a été diplômé en 1949. L’année suivante, il a fait des études supérieures en finance.

Homme d’affaire prospère, frère Perry en attribue le mérite aux principes qu’il a appris dans ses responsabilités de dirigeant dans l’Église. Parlant d’une des ses premières expériences, il a raconté :

« Quand j’étais un jeune homme proche de la trentaine, on m’a proposé un emploi de contrôleur de gestion dans un petit magasin au centre de l’Idaho, avec seulement six mois d’expérience dans le commerce de détail. J’ai travaillé un mois à ce nouveau poste avant que ma famille puisse me rejoindre. Pendant ce mois, je vivais pratiquement au magasin. Travailler jusqu’au petit matin n’était pas inhabituel alors que j’essayais de faire face à la charge de travail que l’on m’avait confiée. J’essayais désespérément d’apprendre un nouvel emploi et de m’adapter aux responsabilités que j’avais.

Juste après l’arrivée de ma famille, une voiture s’est garée devant chez nous un soir et on m’a invité à rencontrer un membre de notre présidence de pieu et un membre de notre épiscopat. J’étais stupéfait : le conseiller de l’évêque était appelé comme nouvel évêque et il m’avait choisi pour être son deuxième conseiller. Ma première réaction a été : « Non, je suis trop occupé », mais l’enseignement de mes parents a vite pris le dessus sur mon objection initiale et j’ai accepté de servir.

Cette première expérience dans un épiscopat a été le meilleur enseignement que j’aie jamais reçu dans le domaine de l’organisation et de la gestion. J’ai découvert que les méthodes du Seigneur pouvaient s’appliquer au domaine professionnel. Lorsque j’ai appliqué les techniques apprises dans le cadre de mon service dans l’Église, je suis devenu plus efficace dans mes attributions professionnelles. Je me suis vite retrouvé ayant plus de temps pour ma famille, l’Église et mes responsabilités professionnelles. »

L. Tom Perry avec ses enfants

En tant que père de jeunes enfants, L. Tom Perry mettait en priorité le temps passé avec ses trois enfants.

Prendre du temps pour la famille

Tom Perry donnait toute priorité au temps passé avec sa famille, qui comprenait sa femme, Virginia, et ses trois enfants. Chaque fois que c’était possible, frère Perry impliquait les membres de sa famille dans ses activités à l’Église. Au cours des années, ils ont tapé à la machine et relu ses discours, en ont fait des copies pour lui, ont cherché des citations et des histoires et l’ont chronométré.

Son fils, Lee, a parlé des occasions où il avait accompagné son père pour le chronométrer lors de ses discours, quand son père était membre du grand conseil dans la région de Sacramento. Lee a raconté : « Il me donnait sa montre et je m’asseyais au milieu de l’assemblée dans les premiers rangs. Nous utilisions les gestes des trois singes : ne regarde rien de mal, n’écoute rien de mal et ne dis rien de mal. S’il ne se tenait pas droit, je mettais les mains sur mes yeux. S’il parlait trop fort, je mettais les mains sur mes oreilles, et juste avant la fin du temps imparti, je couvrais ma bouche. »

L. Tom Perry avec sa famille dans les années soixante-dix

Frère Perry apprécie un moment avec sa famille au début des années soixante-dix, quelques années avant le décès de sa femme, de sa fille et de deux de ses petits-enfants.

Frère et sœur Perry

Sœur Barbara Perry dit qu’elle et son mari aiment faire beaucoup de choses ensemble, telles que jardiner, faire des travaux pour la maison, faire du jogging, des promenades et accomplir les tâches de l’Église.

Escalader la montagne suivante

Au moment du décès de sa femme en 1974, de celui de sa fille en 1983 et de deux de ses petits-enfants, frère Perry s’est reposé sur sa foi en un Père céleste aimant : « Le Seigneur est très bon. Même si certaines expériences sont difficiles, il remplit notre esprit de souvenirs et nous offre d’autres occasions. Le vie n’est pas finie simplement parce qu’un drame se produit : il y a une nouvelle montagne à escalader. Ne passez pas trop de temps à vous lamenter sur ce que vous avez perdu. Attaquez-vous à la montagne suivante. »

En janvier 1976, on lui a présenté Barbara Dayton et ils se sont mariés en avril de la même année au temple de Salt Lake. Sœur Perry dit : « [Nous] aimons pratiquement tout faire ensemble. Nous avons fait du jardinage ensemble ; nous avons décapé des plafonds. Nous faisons du jogging ensemble deux fois par semaine, et nous faisons de longues promenades à pied. » Chaque fois que c’est possible, frère Perry se rend aux conférences en voiture plutôt qu’en avion, afin de pouvoir emmener Barbara avec lui.

Le 6 avril 1974, L. Tom Perry a été appelé au Collège des douze apôtres après avoir été assistant des douze depuis 1972. En qualité d’apôtre de Jésus-Christ, il rend un témoignage spécial du Sauveur : « Je suis émerveillé que le Père nous ait aimé suffisamment pour sacrifier son Fils et que nous ayons la certitude rassurante que la vie continue pour toujours, que la mort n’est pas la fin. Si nous acceptons le plan de l’Évangile, de grandes bénédictions nous attendent. Le plan du Seigneur fonctionne de façon à apporter des bienfaits à notre vie ici ainsi que dans les éternités à venir. C’est la seule certitude réconfortante que l’on puisse trouver sur terre. Et quand on l’a, c’est la plus grande bénédiction que l’on puisse jamais recevoir. »

le Collège des douze apôtres

le Collège des douze apôtres (ci-dessous).

  • Lire au sujet du service du président Packer dans l’Église dans l’Ensign d’avril 2008.
  • Lire la biographie du président Packer dans l’Ensign de juin 1986.
  • Lire d’autres biographies de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres

Lire les biographies officielles