M. Russell Ballard

Collège des douze apôtres

M. Russell Ballard

M. Russell Ballard et sa femme, Barbara, disent que l’appel qu’il a reçu à servir comme apôtre a été une « expérience qui donne à réfléchir ».

L’appel de M. Russell Ballard au Collège des douze apôtres est arrivé de manière inattendue.

Barbara, sa femme, explique : « Nous étions prêts à quitter la maison pour aller à la conférence. Le téléphone a sonné : c’était le président Hinckley qui demandait à mon mari de venir à son bureau. Il a pensé qu’il voulait peut-être lui demander de faire un discours à la conférence, à cause de la maladie d’un des orateurs.

« En nous rendant au bureau du président Hinckley, nous étions détendus et discutions de ce dont Russell pourrait parler si on lui demandait de le faire. À notre arrivée, le président Hinckley a appelé mon mari comme apôtre. J’ai presque pensé : ‘Voudriez-vous répéter, s’il vous plaît. Je ne sais pas si j’ai bien entendu.’ Russ ma regardé, les larmes aux yeux. Ça a été une expérience qui donne à réfléchir. »

Grandir en tant que dirigeant

Né à Salt Lake City le 8 octobre 1928, M. Russel Ballard est le fils de Melvin Russell et de Geraldine Smith Ballard. Très tôt, il a manifesté de l’ardeur pour le travail acharné. Au lycée East et à l’université d’Utah, il a été un dirigeant parmi ses pairs. À cette époque-là, les membres de l’association d’étudiants dont il faisait partie le surnommaient « l’évêque ». Ils savaient que, quelle que soit la situation, il serait fidèle à ses principes et respecterait ses convictions religieuses.

Russell Ballard, enfant

M. Russell Ballard, bébé. M. Russell Ballard vient d’une famille consacrée depuis longtemps au service dans l’Église rétablie.

En 1949, missionnaire de 21 ans, il a été appelé comme premier conseiller dans la présidence de la mission Britannique. Puis, en 1950, à son retour chez lui, il a rencontré Barbara Bowen, qui allait devenir sa femme.

« Je l’ai rencontrée à l’université d’Utah, à un bal intitulé ‘Hello Day Dance’. Un de mes amis trouvait que je devais faire sa connaissance ; il s’est donc inscrit pour danser avec elle, est arrivé en dansant à l’endroit où j’étais, me l’a présentée, et j’ai dansé avec elle trente secondes avant d’être obligé de changer de partenaire. Ce fut le début de onze mois de sorties en couple.

M. Russell Ballard raconte : « J’ai su tout de suite que je voulais l’épouser, mais elle n’avait pas les mêmes sentiments. Cela a été assez difficile de la convaincre. Maintenant, je la taquine en disant que lui faire accepter de m’épouser a été la meilleure réussite de vendeur de toute ma vie. » Ils se sont mariés le 28 août 1945 au temple de Salt Lake City.

Peu après son mariage, frère Ballard a été appelé dans un épiscopat et, depuis lors, n’a pas cessé de servir à des postes de dirigeant dans l’Église. En 1974, il a été appelé comme président de la mission de Toronto, au Canada. Il y était toujours quand, en 1976, il a été appelé au premier collège des soixante-dix. En février 1980, il a été appelé à la présidence du premier collège des soixante-dix.

Barbara et Russell Ballard, le jour de leur mariage

En 1951, M. Russell Ballard et Barbara Bowen Ballard sourient sur une photo de mariage officielle. Frère Ballard raconte : « Maintenant je la taquine en disant que lui faire accepter de m’épouser a été la meilleure réussite de vendeur de toute ma vie. ».

Succès, puis sympathie

Sur le plan professionnel, frère Ballard a travaillé dans diverses entreprises, entre autres dans l’automobile, l’immobilier et l’investissement. C’était le meilleur vendeur de la concession de voitures de son père quand il l’a quittée, au début des années cinquante, pour se lancer dans d’autres entreprises commerciales. En 1956, il est revenu et a repris l’entreprise Ballard Motor Company de son père.

À la fin des années cinquante, il a obtenu la concession, pour Salt Lake City, de la marque de voiture Edsel. Son commerce est devenu le plus prospère de tout le pays. Mais finalement, l’Edsel a été un fiasco et sa compagnie et les autres vendeurs du pays ont perdu des centaines de millions de dollars.

Il raconte : « Cela a été une expérience dévastatrice. Au début de ma carrière professionnelle, il semblait que tout marchait bien. J’étais un peu intolérant, je pense, envers ceux qui avaient des problèmes dans leurs affaires. Mais lorsque j’ai eu des difficultés, cela m’a aidé à avoir de l’empathie et de la compréhension pour les personnes qui ont des ennuis de ce genre.

Pour moi, vous échouez uniquement quand vous cessez d’essayer. Si vous persévérez à accomplir une tâche et que vous vous efforcez d’être honnête et de faire ce qui est juste, cela finit par marcher. »

La soirée familiale des Ballard

En 1980, les activités familiales, notamment la soirée familiale, sont une priorité élevée dans le foyer des Ballard.

M. Russell Ballard faisant un discours dans le Tabernacle de Salt Lake City

M. Russell Ballard parle de la chaire du Tabernacle de Salt Lake City, lors de la conférence générale d’octobre 1978.

Dévouement à la famille

Avec ses responsabilités dans l’Église et dans le monde des affaires, il lui aurait été facile d’accorder une moindre priorité à sa femme et à ses sept enfants. Mais cela n’a pas été le cas.

Sœur Ballard affirme : « Il est très dévoué à sa famille, et il l’a toujours fait passer en premier. Il a été évêque pendant de nombreuses années et a eu beaucoup de responsabilités dans l’Église, mais cela n’a jamais été au détriment de sa famille. »

Pour M. Russell Ballard, les relations familiales sont aussi réelles de l’autre côté du voile que de ce côté-ci. Lorsqu’il a parlé de l’acceptation de son appel, frère Ballard a dit qu’il se sentait très proche de ses ancêtres. Il est le petit-fils de Hyrum Mack Smith, qui a servi dans le Conseil des Douze de 1901 à 1908, et de Melvin J. Ballard, qui en a fait partie de 1919 à 1939. Leurs photos sont accrochées au mur de son bureau. Les bustes de son arrière-arrière-grand oncle, Joseph Smith, le prophète, de son arrière-arrière grand-père, Hyrum Smith, et de son arrière grand-père Joseph F. Smith sont aussi bien en évidence dans son bureau.

Il a dit : « L’esprit d’Élie a un impact puissant dans la vie de tous les enfants de notre Père céleste qui ont le désir de méditer sur la vie de leurs ancêtres. Je suis souvent assis à mon bureau, aux prises avec les difficultés de mes tâches, à réfléchir à la manière de mieux faire les choses, et le simple fait de regarder leur visage et de me rendre compte qu’ils ne sont pas très loin m’apporte beaucoup de force. »

Russell Ballard, membre d’un épiscopat

En tant que jeune évêque, M. Russell Ballard sert aux côtés de ses conseillers, de son secrétaire exécutif et des greffiers.

Portrait de frère et sœur Ballard

Frère Ballard chérit son mariage avec Barbara. Il déclare : « J’ai su tout de suite que je voulais l’épouser. »

Servir le Seigneur

Au cours de la conférence générale d’octobre 1980, M. Russell Ballard a invité les membres de l’Église qui avaient un ami peu pratiquant ou non-membre à s’engager à aider cette personne à venir à la lumière de l’Évangile. Il a dit : « Je veux vous aider à respecter l’engagement que vous venez de prendre. Lorsque le temps viendra où vous aurez besoin d’une aide supplémentaire, je vous invite à m’écrire. Envoyez-moi le nom de la personne que vous cherchez à secourir et je lui enverrai une lettre d’encouragements.

De l’encouragement : c’est exactement ce qu’il a donné ! M. Russell Ballard a écrit plus de six cent lettres individuelles aux personnes qui avaient besoin d’aide pour acquérir un témoignage. Les réponses qu’il a reçues montrent combien les gens ont été touchés par sa sollicitude. Par exemple, un des destinataires des lettres de frère Ballard a écrit : « Je sens que votre lettre a été le vrai début de ce fantastique changement dans ma vie, et je vous remercie du fond du cœur. »

« Je ne sais pas comment il prend soin de tant de gens, dit sœur Ballard. Je me demande parfois quand ce sera son tour ? Il possède ce profond réservoir d’amour; il donne, donne et donne encore. »

M. Russell Ballard a été soutenu au Collège des douze apôtres le 6 octobre 1985.

Le dévouement de frère Ballard à l’Évangile est fondé sur le roc de son témoignage. « J’ai la conviction que les personnes qui sont réellement ancrées dans leur foi au Rétablissement et à la mission de Joseph, le prophète et dans les révélations que l’Église a reçues par son intermédiaire qui confirment et déclarent que Jésus-Christ est le Fils de Dieu et que l’Évangile est sur la terre, seront capables d’affronter tout ce que la vie leur réserve. »

le Collège des douze apôtres

le Collège des douze apôtres (ci-dessous).


  • Lisez la biographie de frère Ballard dans l’Ensign de mars 1986.
  • Lisez d’autres biographies de la Première Présidence et du Collège des douze apôtres

Lisez la biographie officielle