Chapitre 4

Néphi tue Laban sur l’ordre du Seigneur, puis s’approprie les plaques d’airain par stratagème — Zoram décide de se joindre à la famille de Léhi dans le désert. Vers 600–592 av. J.-C.

 Et il arriva que je parlai à mes frères, disant: Remontons à Jérusalem et soyons afidèles à garder les commandements du Seigneur; car voici, il est plus puissant que toute la terre; pourquoi ne serait-il pas bplus puissant que Laban et ses cinquante, oui, ou même que ses dizaines de milliers?

 C’est pourquoi, montons, soyons aforts comme bMoïse, car, en vérité, il a parlé aux eaux de la cmer Rouge, et elles se sont séparées çà et là, et nos pères ont traversé et sont sortis de captivité à pied sec, et les armées du Pharaon ont suivi et ont été noyées dans les eaux de la mer Rouge.

 Or voici, vous savez que cela est vrai, et vous savez aussi qu’un aange vous a parlé; pouvez-vous donc douter? Montons: le Seigneur est capable de nous délivrer, comme il a délivré nos pères, et de faire périr Laban, comme il a fait périr les Égyptiens.

 Or, lorsque j’eus dit ces paroles, ils étaient encore furieux et continuaient à murmurer; néanmoins, ils montèrent derrière moi jusqu’à ce que nous fussions arrivés en dehors des murailles de Jérusalem.

 Et c’était la nuit; et je les fis se cacher à l’extérieur des murailles. Et lorsqu’ils se furent cachés, moi, Néphi, je me glissai à l’intérieur de la ville et je m’avançai vers la maison de Laban.

 Et j’étais aconduit par l’Esprit, ne bsachant pas d’avance ce que j’allais faire.

 Néanmoins, je m’avançai et, comme j’arrivais près de la maison de Laban, je vis un homme, et il était tombé par terre devant moi, car il était ivre de vin.

 Et lorsque j’arrivai à lui, je découvris que c’était Laban.

 Et je vis son aépée, et je la tirai de son fourreau; et sa poignée était d’or pur, et son exécution était extrêmement fine, et je vis que sa lame était de l’acier le plus précieux.

 10 Et il arriva que je fus acontraint par l’Esprit de tuer Laban; mais je dis en mon cœur: Jamais à aucun moment je n’ai versé le sang de l’homme. Et je reculais et souhaitais ne pas devoir le tuer.

 11 Et l’Esprit me dit encore: Voici, le aSeigneur l’a livré entre tes mains. Oui, et je savais aussi qu’il avait cherché à m’ôter la vie; oui, et il ne voulait pas écouter les commandements du Seigneur, et il s’était également bemparé de nos biens.

 12 Et il arriva que l’Esprit me dit encore: Tue-le, car le Seigneur l’a livré entre tes mains;

 13 voici, le Seigneur afait mourir les bméchants pour accomplir ses justes desseins. Il cvaut mieux qu’un seul homme périsse que de laisser une nation dégénérer et périr dans l’incrédulité.

 14 Et alors, lorsque moi, Néphi, j’eus entendu ces paroles, je me rappelai les paroles que le Seigneur m’avait dites dans le désert: aSi ta postérité garde mes bcommandements, elle cprospérera dans la dterre de promission.

 15 Oui, et je pensai aussi qu’elle ne pourrait pas garder les commandements du Seigneur selon la loi de Moïse, si elle n’avait pas la loi.

 16 Et je savais aussi que la aloi était gravée sur les plaques d’airain.

 17 Et en outre, je savais que le Seigneur avait livré Laban entre mes mains pour que j’obtinsse les annales selon ses commandements.

 18 C’est pourquoi, j’obéis à la voix de l’Esprit, et pris Laban par les cheveux, et lui coupai la tête avec son aépée.

 19 Et lorsque je lui eus coupé la tête avec son épée, je pris les vêtements de Laban et m’en revêtis complètement le corps; et je mis ses armes à ma ceinture.

 20 Et lorsque j’eus fait cela, je me rendis au trésor de Laban. Et tandis que je me rendais vers le trésor de Laban, voici, je vis le aserviteur de Laban qui avait les clefs du trésor. Et je lui commandai, avec la voix de Laban, de m’accompagner dans le trésor.

 21 Et il pensa que j’étais son maître, Laban, car il voyait les vêtements et aussi l’épée que j’avais mise à ma ceinture.

 22 Et il me parla concernant les anciens des Juifs, sachant que son maître, Laban, était sorti de nuit parmi eux.

 23 Et je lui parlai comme si ç’avait été Laban.

 24 Et je lui dis aussi que je devais porter les textes qui étaient gravés sur les aplaques d’airain à mes frères aînés, qui étaient en dehors des murailles.

 25 Et je lui commandai aussi de me suivre.

 26 Et lui, pensant que je parlais des frères de l’Église, et que j’étais vraiment ce Laban que j’avais tué, c’est pourquoi, il me suivit.

 27 Et il me parla de nombreuses fois des anciens des Juifs, tandis que je me rendais auprès de mes frères qui étaient en dehors des murailles.

 28 Et il arriva que lorsque Laman me vit, il fut extrêmement effrayé, et Lémuel et Sam aussi. Et ils s’enfuirent de ma présence; car ils pensaient que c’était Laban et qu’il m’avait tué et cherchait aussi à leur ôter la vie.

 29 Et il arriva que je les appelai, et ils m’entendirent; c’est pourquoi ils cessèrent de s’enfuir de ma présence.

 30 Et il arriva que lorsque le serviteur de Laban vit mes frères, il commença à trembler et était sur le point de s’enfuir loin de moi et de retourner à la ville de Jérusalem.

 31 Et alors, moi, Néphi, étant un homme d’une haute stature et ayant aussi reçu beaucoup de aforce du Seigneur, je saisis le serviteur de Laban et le tins pour qu’il ne s’enfuît pas.

 32 Et il arriva que je parlai avec lui, disant que s’il écoutait mes paroles, comme le Seigneur vit et comme je vis, si donc il écoutait nos paroles, nous lui épargnerions la vie.

 33 Et je lui dis, oui, avec aserment, qu’il n’avait rien à craindre, qu’il serait un homme libre comme nous, s’il descendait dans le désert avec nous.

 34 Et je lui parlai aussi, disant: Assurément, le Seigneur nous a acommandé de faire cette chose; et ne devons-nous pas être diligents à garder les commandements du Seigneur? C’est pourquoi, si tu descends dans le désert vers mon père, tu auras une place parmi nous.

 35 Et il arriva que aZoram prit courage en entendant les paroles que je disais. Or, Zoram était le nom du serviteur; et il promit qu’il descendrait dans le désert vers notre père. Oui, et il nous fit aussi le serment qu’il demeurerait dorénavant avec nous.

 36 Or, voici pourquoi nous désirions qu’il demeurât avec nous: pour que les Juifs ne fussent pas informés de notre fuite dans le désert, de peur qu’ils ne nous poursuivissent et ne nous fissent périr.

 37 Et il arriva que lorsque Zoram nous eut fait son aserment, nos craintes à son égard cessèrent.

 38 Et il arriva que nous prîmes les plaques d’airain et le serviteur de Laban, et partîmes dans le désert, et voyageâmes vers la tente de notre père.