Les Doctrine et Alliances

Section 102

Procès-verbal de l’organisation du premier grand conseil de l’Église, le 17 février 1834, à Kirtland (Ohio) (History of the Church, vol. 2, pp. 28–31). Le procès-verbal originel fut rédigé par Oliver Cowdery et Orson Hyde. Deux jours plus tard, il fut corrigé par le prophète, lu au grand conseil et accepté par celui-ci. Les versets 30 à 32, qui ont trait au Conseil des douze apôtres, furent ajoutés par le prophète Joseph Smith en 1835, lorsqu’il prépara cette section pour la publier dans les Doctrine et Alliances.

1–8, Un grand conseil est désigné pour régler les difficultés importantes qui surgissent dans l’Église. 9–18, Procédure à suivre lors des audiences. 19–23, Le président du conseil rend la décision. 24–34, Procédure d’appel.

 Aujourd’hui, un conseil général de vingt-quatre grands prêtres s’est assemblé, par révélation, chez Joseph Smith, fils, et s’est mis en devoir d’organiser le agrand conseil de l’Église du Christ, qui devait se composer de douze grands prêtres et d’un ou trois présidents, selon le cas.

 Le grand conseil fut désigné par révélation dans le but de régler les difficultés importantes qui pourraient se produire dans l’Église, qui ne pourraient pas être réglées, à la satisfaction des parties, par l’Église ou le conseil de al’évêque.

 Joseph Smith, fils, Sidney Rigdon et Frederick G. Williams ont été reconnus comme présidents par la voix du conseil; et Joseph Smith, père, John Smith, Joseph Coe, John Johnson, Martin Harris, John S. Carter, Jared Carter, Oliver Cowdery, Samuel H. Smith, Orson Hyde, Sylvester Smith et Luke Johnson, grands prêtres, ont été choisis, par la voix unanime du conseil, pour être un conseil permanent pour l’Église.

 Il a alors été demandé aux conseillers susnommés s’ils acceptaient leur désignation et s’ils agiraient dans cet office conformément à la loi du ciel, à quoi ils ont tous répondu qu’ils acceptaient leur désignation et qu’ils rempliraient leur office selon la grâce que Dieu leur conférerait.

 Le nombre des personnes composant le conseil, qui ont voté au nom de et pour l’Église pour désigner les conseillers susnommés était de quarante-trois, comme suit: neuf grands prêtres, dix-sept anciens, quatre prêtres et treize membres.

 Voté: Que le grand conseil ne peut avoir le pouvoir d’agir sans que sept des conseillers susnommés, ou leurs successeurs régulièrement désignés, ne soient présents.

 Ces sept hommes auront le pouvoir de désigner d’autres grands prêtres qu’ils pourront considérer comme dignes et capables d’agir à la place de conseillers absents.

 Voté: Que toutes les fois qu’une vacance se produira par la mort, la destitution d’office pour cause de transgression, ou le changement de résidence hors des limites du gouvernement de l’Église, de l’un quelconque des conseillers susnommés, elle sera remplie par la nomination du président ou des présidents et sanctionnée par la voix d’un conseil général de grands prêtres réunis dans ce but, pour agir au nom de l’Église.

 Le président de l’Église, qui est aussi le président du conseil, est désigné par arévélation et breconnu dans son administration par la voix de l’Église.

 10 Et il est conforme à la dignité de son office qu’il préside le conseil de l’Église; et il a le droit d’être assisté par deux autres présidents, désignés de la même manière que lui.

 11 En cas d’absence de l’un de ceux qui sont désignés pour l’assister, ou des deux, il a le pouvoir de présider le conseil sans assistant; et au cas où lui-même est absent, les autres présidents ont le pouvoir de présider à sa place, ensemble ou séparément.

 12 Toutes les fois qu’un grand conseil de l’Église du Christ est régulièrement organisé conformément au modèle précédent, les douze conseillers auront le devoir de tirer au sort par numéro et de déterminer par là lequel des douze parlera le premier, en commençant par le numéro un et ainsi de suite, jusqu’au numéro douze.

 13 Toutes les fois que ce conseil se réunit pour prendre une décision sur un cas quelconque, les douze conseillers examineront si c’est un cas difficile ou non; s’il ne l’est pas, deux conseillers seulement parleront, selon la forme écrite ci-dessus.

 14 Mais si l’on pense qu’il est difficile, on en désignera quatre; s’il est plus difficile, six; mais en aucun cas, on n’en désignera plus de six pour parler.

 15 Dans tous les cas, l’accusé a droit à une moitié du conseil pour empêcher l’insulte ou l’injustice.

 16 Et les conseillers désignés pour parler devant le conseil doivent présenter le cas au conseil, sous son vrai jour, lorsque les preuves auront été examinées; et tout homme doit parler selon l’équité et la ajustice.

 17 Les conseillers qui tirent des numéros pairs, c’est-à-dire 2, 4, 6, 8, 10 et 12, sont les personnes qui devront défendre l’accusé et empêcher l’insulte et l’injustice.

 18 Dans tous les cas, l’accusateur et l’accusé auront le droit de parler pour eux-mêmes devant le conseil, lorsque les preuves auront été entendues et que les conseillers désignés pour parler sur le cas auront terminé leurs observations.

 19 Lorsque les preuves auront été entendues, et que les conseillers, l’accusateur et l’accusé auront parlé, le président rendra une décision, selon la compréhension qu’il aura du cas, et demandera aux douze conseillers de sanctionner celle-ci par leur vote.

 20 Mais si les conseillers restants qui n’ont pas parlé, ou n’importe lequel d’entre eux, après avoir entendu d’une manière impartiale les preuves et les plaidoyers, découvrent une erreur dans la décision du président, ils peuvent le manifester, et le cas fera l’objet d’une nouvelle audience.

 21 Et si, après une nouvelle audience approfondie, une lumière supplémentaire est jetée sur le cas, la décision sera modifiée en conséquence.

 22 Mais dans le cas où aucune lumière supplémentaire n’est donnée, la première décision sera maintenue, la majorité du conseil ayant le pouvoir de la déterminer.

 23 En cas de difficulté concernant la adoctrine ou les principes, si les écrits ne suffisent pas pour rendre le cas clair dans l’esprit du conseil, le président peut consulter le Seigneur et obtenir sa volonté par brévélation.

 24 Les grands prêtres, lorsqu’ils sont au dehors, ont le pouvoir de convoquer et d’organiser un conseil à la manière du conseil précédent pour régler les difficultés, lorsque les parties ou l’une d’entre elles le demandent.

 25 Et ledit conseil de grands prêtres aura le pouvoir de désigner quelqu’un d’entre son sein pour présider ce conseil pour l’occasion.

 26 Ledit conseil aura le devoir de transmettre immédiatement au grand conseil du siège de la Première Présidence de l’Église une copie de ses travaux avec un procès-verbal complet des témoignages accompagnant sa décision.

 27 Si les parties, ou l’une d’entre elles, ne sont pas satisfaites de la décision du dit conseil, elles peuvent en appeler au grand conseil du siège de la Première Présidence de l’Église et faire l’objet d’une nouvelle audience; lequel cas y sera alors traité selon le modèle écrit précédemment, comme si aucune décision de ce genre n’avait été prise.

 28 Ce conseil de grands prêtres au dehors ne doit être convoqué que dans les cas les plus adifficiles d’affaires de l’Église, et aucun cas commun ou ordinaire ne sera suffisant pour convoquer un conseil de ce genre.

 29 Les grands prêtres voyageurs ou résidant au dehors ont le pouvoir de dire s’il est nécessaire de convoquer un conseil de ce genre ou non.

 30 Il y a une distinction, quant à leurs décisions, entre le grand conseil ou les grands prêtres avoyageant au dehors et le grand conseil voyageur composé des douze bapôtres.

 31 Il peut y avoir appel de la décision des premiers, mais il ne peut y avoir d’appel de la décision du dernier.

 32 Celui-ci ne peut être contesté que par les Autorités générales de l’Église, en cas de transgression.

 33 Résolu: Le président ou les présidents du siège de la Première Présidence de l’Église auront le pouvoir de déterminer si un tel cas, renvoyé en appel, est en droit de faire l’objet d’une nouvelle audience, après avoir examiné l’appel, les preuves et les procès-verbaux qui l’accompagnent.

 34 Les douze conseillers ont alors procédé au tirage au sort, ou au scrutin, pour désigner qui parlerait le premier; et il en est résulté ce qui suit: 1 Oliver Cowdery, 2 Joseph Coe, 3 Samuel H. Smith, 4 Luke Johnson, 5 John S. Carter, 6 Sylvester Smith, 7 John Johnson, 8 Orson Hyde, 9 Jared Carter, 10 Joseph Smith, père, 11 John Smith, 12 Martin Harris. Après une prière, la conférence a été ajournée.

 

Oliver Cowdery,
Orson Hyde,
Greffiers