Les Doctrine et Alliances

Section 135

Martyre de Joseph Smith, le prophète, et de son frère Hyrum Smith, le patriarche, le 27 juin 1844, à Carthage (Illinois) (History of the Church, vol. 6, pp. 629–631). Ce document fut rédigé par John Taylor du Conseil des Douze, qui fut témoin des événements.

1–2, Joseph et Hyrum Smith subissent le martyre à la prison de Carthage. 3, Proclamation de la position prééminente du prophète. 4–7, Leur sang innocent témoigne de la véracité et de la divinité de l’œuvre.

 Pour sceller le témoignage de ce livre et du Livre de Mormon, nous annonçons le amartyre de bJoseph Smith, le prophète, et de Hyrum Smith, le patriarche. Ils furent tués à coups de fusil, le 27 juin 1844, vers cinq heures de l’après-midi, dans la prison de cCarthage, par des émeutiers armés — peints de noir — forts d’environ cent cinquante à deux cents personnes. dHyrum fut abattu le premier et tomba calmement, s’exclamant: Je suis mort! Joseph sauta par la fenêtre et fut mortellement atteint dans sa tentative, s’exclamant: Ô Seigneur, mon Dieu! On tira brutalement sur eux, alors qu’ils étaient déjà morts, et tous deux reçurent quatre balles.

 aJohn Taylor et Willard Richards, deux des Douze, étaient les seules personnes dans la pièce à ce moment-là. Le premier fut sauvagement blessé de quatre balles, mais est guéri depuis lors; le second, grâce à la Providence de Dieu, échappa sans même avoir un trou dans son habit.

 Joseph Smith, le aProphète et bVoyant du Seigneur, a fait plus, avec l’exception unique de Jésus, pour le salut des hommes dans ce monde, que n’importe quel autre homme qui y ait jamais vécu. Dans le bref laps de vingt ans, il a fait paraître le Livre de Mormon, qu’il traduisit par le don et le pouvoir de Dieu, et l’a fait publier sur deux continents, a envoyé aux quatre coins de la terre la cplénitude de l’Évangile éternel qu’il contenait, a fait paraître les révélations et les commandements qui composent ce livre des Doctrine et Alliances et beaucoup d’autres documents et instructions sages pour le profit des enfants des hommes, a rassemblé des milliers de saints des derniers jours, fondé une grande dville et laissé une renommée et un nom que l’on ne peut faire périr. Il fut grand dans sa vie et dans sa mort aux yeux de Dieu et de son peuple. Et comme la plupart des oints du Seigneur dans les temps anciens, il a scellé sa mission et ses œuvres de son esang, de même que son frère Hyrum. Ils n’étaient pas divisés dans la vie, et ils ne furent pas séparés dans la mort!

 Lorsque, deux ou trois jours avant son assassinat, Joseph alla à Carthage pour se livrer aux prétendues exigences de la loi, il dit: «Je vais comme un aagneau à l’abattoir, mais je suis calme comme un matin d’été. J’ai la conscience libre de toute faute envers Dieu et envers tous les hommes. Je mourrai innocent, et l’on dira un jour de moi: Il fut assassiné de sang froid.» — Le même matin, lorsque Hyrum eut terminé les préparatifs pour aller — dirons-nous à l’abattoir? oui, car c’était bien cela — il lut le paragraphe suivant, vers la fin du douzième chapitre d’Éther, dans le Livre de Mormon, et plia la page à cet endroit:

 Et il arriva que je priai le Seigneur, afin qu’il donnât aux Gentils la grâce, afin qu’ils eussent la charité. Et il arriva que le Seigneur me dit: S’ils n’ont pas la charité, cela n’a pas d’importance pour toi, tu as été fidèle; c’est pourquoi, tes vêtements seront apurifiés. Et parce que tu as vu ta faiblesse, tu seras rendu fort au point de t’asseoir dans le lieu que j’ai préparé dans les demeures de mon Père. Et maintenant … je dis adieu aux Gentils, oui, et aussi à mes frères que j’aime, jusqu’à ce que nous nous rencontrions devant le siège du bjugement du Christ, où tous les hommes sauront que mes vêtements ne sont pas tachés de votre sang. Les ctestateurs sont maintenant morts et leur testament est en vigueur.

 Hyrum Smith eut quarante-quatre ans en février 1844, et Joseph Smith eut trente-huit ans en décembre 1843. Dorénavant leurs noms seront classés parmi les martyrs de la religion, et les lecteurs de toutes les nations se souviendront que pour faire paraître le Livre de Mormon et ce livre de Doctrine et Alliances de l’Église, pour le salut d’un monde corrompu, il a fallu le meilleur sang du dix-neuvième siècle; et que si le feu peut endommager du bois avert pour la gloire de Dieu, avec quelle facilité il brûlera le bois sec pour purifier la vigne de la corruption. Ils ont vécu pour la gloire, ils sont morts pour la gloire, et la gloire est leur récompense éternelle. D’âge en âge leurs noms passeront à la postérité, comme des joyaux pour les sanctifiés.

 Ils étaient innocents de tout crime, comme ils l’avaient souvent prouvé auparavant, et ne furent mis en prison que par les conspirations de traîtres et de méchants. Et leur sang innocent sur le plancher de la prison de Carthage est un sceau bien visible apposé sur le «mormonisme» qu’aucun tribunal sur terre ne peut rejeter; leur sang innocent sur les armoiries de l’État d’Illinois, avec la parole de l’État, donnée par le gouverneur et violée, est un témoignage de la véracité de l’Évangile éternel que le monde entier ne peut infirmer; leur sang innocent sur la bannière de la liberté et sur la grande charte des États-Unis est un ambassadeur de la religion de Jésus-Christ qui touchera le cœur des hommes honnêtes dans toutes les nations; et leur sang innocent, avec le sang innocent de tous les martyrs sur al’autel que Jean vit, criera vers le Seigneur des armées jusqu’à ce qu’il venge ce sang sur la terre. Amen.