LIVRE D'ABRAHAM TRADUIT DU PAPYRUS PAR JOSEPH SMITH

Traduction de textes anciens qui, des catacombes d'Égypte, sont tombés entre nos mains. Écrits d'Abraham du temps où il était en Égypte, appelés Livre d'Abraham, écrits de sa propre main, sur papyrus. (History of the Church, vol. 2, pp. 235–36, 348–51.)

CHAPITRE 1

Traduction de textes anciens qui, des catacombes d'Égypte, sont tombés entre nos mains. Écrits d'Abraham du temps où il était en Égypte, appelés Livre d'Abraham, écrits de sa propre main, sur papyrus. (History of the Church, vol. 2, pp. 235–36, 348–51.)

Abraham recherche les bénédictions de l'ordre patriarcal — Il est persécuté par de faux prêtres en Chaldée — Jéhovah le sauve — Passage en revue des origines et du gouvernement de l'Égypte.

  Dans le pays des aChaldéens, dans la résidence de mes pères, moi, bAbraham, je vis qu'il était nécessaire de me procurer un autre lieu de crésidence;

  et voyant qu'il y avait là davantage de abonheur, de paix et de brepos pour moi, je recherchai les bénédictions des pères et le droit auquel je devais être ordonné pour administrer celles-ci; ayant moi-même été disciple de la cjustice, désirant aussi être possesseur d'une grande dconnaissance, être un meilleur disciple de la justice, posséder une plus grande connaissance, être le père de nombreuses nations, un prince de la paix, et désirant recevoir des instructions et garder les commandements de Dieu, je devins héritier légitime, eGrand Prêtre, détenant le fdroit qui appartenait aux pères.

  Il me fut aconféré venant des pères; il descendit des pères depuis le commencement des temps, oui depuis le commencement, ou avant la fondation de la terre jusqu'à présent, le droit du bpremier-né, ou du premier homme, qui est cAdam, ou premier père, par l'intermédiaire des pères jusqu'à moi.

  Je recherchai ma adésignation à la Prêtrise, selon le décret lancé par Dieu aux pères concernant la postérité.

  Mes apères, qui s'étaient détournés de leur justice et des saints commandements que le Seigneur, leur Dieu, leur avait donnés, pour badorer les dieux des païens, refusèrent absolument d'écouter ma voix;

  car leur cœur était décidé à faire le mal et entièrement tourné vers le dieu ad'Elkéna, et le dieu de Libna, et le dieu de Mamacra, et le dieu de Korasch, et le dieu de Pharaon, roi d'Égypte.

  C'est pourquoi, ils tournèrent leur cœur vers les sacrifices des païens, offrant leurs enfants à leurs idoles muettes, et ils n'écoutèrent pas ma voix, mais s'efforcèrent de m'ôter la vie par la main du prêtre d'Elkéna. Le prêtre d'Elkéna était aussi le prêtre de Pharaon.

  Or, à cette époque, le prêtre de Pharaon, roi d'Égypte, avait coutume d'offrir des hommes, des femmes et des enfants sur l'autel qui avait été élevé dans le pays de Chaldée pour faire des offrandes à ces dieux étrangers.

  Et il arriva que le prêtre fit une offrande au dieu de Pharaon, et aussi au dieu de Schagréel à la manière des Égyptiens. Or le dieu de Schagréel était le soleil.

  10 Et le prêtre de Pharaon offrit même un enfant comme sacrifice d'actions de grâces sur l'autel qui se dressait près de la colline appelée colline de Potiphar, au début de la plaine d'Olischem.

  11 Or, ce prêtre avait offert sur cet autel trois vierges à la fois, lesquelles étaient filles d'Onita, membre de la lignée royale provenant directement des reins de aCham. Ces vierges avaient été sacrifiées à cause de leur vertu; elles n'avaient pas voulu se bprosterner pour adorer des dieux de bois ou de pierre; c'est pourquoi elles furent tuées sur cet autel, et cela se fit à la manière des Égyptiens.

  12 Et il arriva que les prêtres se saisirent de moi avec violence, afin de me tuer aussi, comme ils l'avaient fait à ces vierges sur cet autel; et afin que vous ayez une connaissance de cet autel, je vous renvoie à la représentation qui figure au commencement de cet écrit.

  13 Il avait la forme d'un bois de lit, tel qu'on en trouvait chez les Chaldéens, et il était placé devant les dieux d'Elkéna, de Libna, de Mamacra, de Korasch, et aussi devant un dieu semblable à celui de Pharaon, roi d'Égypte.

  14 Pour que vous vous fassiez une idée de ces dieux, je vous en ai donné la représentation dans les figures qui sont au début; ce genre de figures est appelé, par les Chaldéens, Ralinos, ce qui signifie hiéroglyphes.

  15 Et comme ils levaient les mains sur moi, afin de m'offrir en sacrifice et de m'ôter la vie, voici, j'élevai la voix vers le Seigneur, mon Dieu, et le Seigneur aentendit et écouta, et il me remplit de la vision du Tout-Puissant, et l'ange qui est devant sa face se tint auprès de moi et bdéfit immédiatement mes liens.

  16 Et sa voix me dit: Abraham, Abraham, voici, mon anom est Jéhovah, je t'ai entendu, et je suis descendu pour te délivrer et pour t'emmener de la maison de ton père, et de toute ta parenté, dans un bpays étranger dont tu ne sais rien;

  17 et cela parce qu'ils ont détourné leur cœur de moi, pour adorer le dieu d'Elkéna, le dieu de Libna, le dieu de Mamacra, le dieu de Korasch et le dieu de Pharaon, roi d'Égypte; c'est pourquoi, je suis descendu pour intervenir contre eux et pour détruire celui qui a levé la main contre toi, Abraham, mon fils, pour t'ôter la vie.

  18 Voici, je te conduirai par la main, et je te prendrai pour mettre sur toi mon nom, oui, la aPrêtrise de ton père, et mon pouvoir sera sur toi.

  19 Il en sera de toi comme il en fut de Noé; mais, par ton ministère, mon anom sera connu sur la terre à jamais, car je suis ton Dieu.

  20 Voici, la colline de Potiphar se trouvait dans le pays ad'Ur, de Chaldée. Le Seigneur brisa l'autel d'Elkéna et des dieux du pays, les détruisit complètement et frappa le prêtre, qui mourut; et il y eut un grand deuil en Chaldée, et aussi à la cour de Pharaon, Pharaon qui signifie: roi de sang royal.

  21 Or, ce roi d'Égypte était un descendant des reins de aCham, et, de par sa naissance, était du même sang que les bCananéens.

  22 C'est de cette lignée que provenaient tous les Égyptiens, et c'est ainsi que le sang des Cananéens fut conservé dans le pays.

  23 Le pays ad'Égypte fut découvert en premier lieu par une femme, qui était fille de Cham et fille d'Égyptus, ce qui, en chaldéen, signifie Égypte, ou ce qui est interdit.

  24 Lorsque cette femme découvrit le pays, il était inondé; elle y établit ensuite ses fils; et c'est ainsi que, de Cham, provint cette race qui conserva la malédiction dans le pays.

  25 Or, le premier gouvernement de l'Égypte fut établi par Pharaon, fils aîné d'Égyptus, la fille de Cham, et il le fut à la manière du gouvernement de Cham, qui était patriarcal.

  26 Pharaon, homme juste, établit son royaume et jugea son peuple sagement et justement pendant toute sa vie, s'appliquant à imiter cet ordre établi par les pères au cours des premières générations, du temps du premier règne patriarcal, le règne d'Adam, et aussi celui de Noé, son père, qui le bénit des abénédictions de la terre et des bénédictions de la sagesse, mais le maudit relativement à la Prêtrise.

  27 Or, Pharaon, étant de ce lignage qui ne lui donnait pas droit à la aPrêtrise, bien que les pharaons s'en réclamassent volontiers de Noé par Cham, c'est ainsi que mon père fut égaré par leur idolâtrie.

  28 Mais je m'efforcerai, dans la suite, de tracer la chronologie, en commençant par moi-même et en remontant jusqu'au commencement de la création, car les aannales me sont parvenues entre les mains, ces annales que j'ai conservées jusqu'à présent.

  29 Or, après que le prêtre d'Elkéna eut été frappé à mort, ces choses qui m'avaient été dites au sujet du pays de Chaldée s'accomplirent, qu'il y aurait une famine dans le pays.

  30 Et de fait, la famine régna dans tout le pays de Chaldée, et mon père fut cruellement tourmenté à cause de la famine, et il se repentit de la mauvaise action qu'il avait décidée à mon égard, à savoir m'ôter la avie.

  31 Mais les annales des pères, des patriarches, concernant le droit à la Prêtrise, le Seigneur, mon Dieu, les conserva entre mes mains; c'est pourquoi j'ai gardé jusqu'à ce jour la connaissance du commencement de la création et aussi des aplanètes et des étoiles, telles qu'elles furent révélées aux pères, et je vais m'efforcer d'écrire, au profit de ma postérité qui viendra après moi, quelques-unes de ces choses sur ces annales.