Introduction
    Notes de bas de page

    Introduction

    Notre tâche d’aller de l’avant est énorme. Mais cette possibilité qui nous est donnée est glorieuse.

    Mes frères et sœurs bien-aimés, de la part des membres de notre Église du monde entier, j’adresse à nos voisins et amis catholiques notre très sincère sympathie en ce moment de grand chagrin. Le Pape Jean Paul II a travaillé inlassablement à faire progresser la cause de la chrétienté, à soulager le fardeau des pauvres et à parler sans crainte des valeurs morales et de la dignité humaine. Il va beaucoup manquer au monde, particulièrement à tous ceux qui se tournaient vers lui pour être guidés.

    Mes frères et sœurs, je pense qu’il convient maintenant, pour ouvrir cette conférence, que je dise quelques mots pour rendre compte de notre intendance des dix dernières années.

    Le 12 mars 1995, la grande responsabilité sacrée de la présidence nous a été conférée.

    Lors de la conférence qui a suivi, j’ai fait la déclaration suivante :

    « À présent, mes frères et sœurs, le moment est venu de grandir un peu, de lever les yeux et d’élargir notre esprit pour mieux comprendre la grande mission de préparation du millénium qu’a l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. Le moment est venu d’être fort. Le moment est venu d’avancer sans hésitation, en toute connaissance de la signification, de l’ampleur et de l’importance de notre mission. Le moment est venu de faire ce qui est juste sans se préoccuper des conséquences. Le moment est venu d’être trouvé gardant les commandements. Le moment est venu de tendre la main avec gentillesse et amour aux gens qui sont dans la détresse et aux gens qui errent dans les ténèbres et la souffrance. Le moment est venu d’être prévenant et bon, bienveillant et courtois les uns envers les autres dans toutes nos relations. En d’autres termes, devenir plus semblables au Christ » (« Cette œuvre est celle du Maître », L’Étoile, juillet 1995, p. 84-85).

    Vous devez être juges de la mesure dans laquelle nous avons accompli cette recommandation faite il y a dix ans.

    La décennie écoulée a été une période merveilleuse dans l’histoire de l’Église. L’œuvre s’est développée de manière remarquable. Il y a eu des accomplissements significatifs.

    Cette avancée n’est pas seulement l’œuvre de la Première Présidence, du Collège des Douze, des soixante-dix et de l’Épiscopat Président. C’est le résultat de la foi, des prières, des efforts et de la consécration de chaque membre de présidence de pieu ou de grand conseil, de chaque épiscopat et présidence de collège, de chaque présidence d’auxiliaire, et de chaque membre fidèle et pratiquant de notre Église partout dans le monde.

    À chacun de vous, où que vous soyez, j’exprime sincèrement mes sentiments et je vous remercie de tout ce que vous faites et de votre consécration. Vous êtes des gens remarquables.

    L’Évangile majestueux et merveilleux de Jésus-Christ, rétabli par l’intermédiaire de Joseph Smith, le prophète, brille aujourd’hui de toute sa splendeur.

    En voyant tout ce qui a été fait pendant ces années, nous ne devons pas être arrogants ni fiers, mais nous devons être humblement reconnaissants de ce qui a été accompli dans de nombreux domaines.

    Par exemple, l’Église a grandi dans le monde au point que les membres sont plus nombreux en dehors de l’Amérique du Nord qu’en Amérique du Nord. Nous sommes devenus une grande famille internationale répartie dans 160 pays.

    Au cours de ces dix années, plus de 500 pieux ont été organisés ainsi que plus de 4 000 paroisses et branches. Il y a eu trois millions de nouveaux membres.

    Les inscriptions à notre Département d’Éducation ont doublé, augmentant d’environ 200 000. Pour la plupart nos jeunes sont plus forts et plus fidèles.

    Il y a eu la création du Fonds Perpétuel d’Études. Nous n’avons commencé qu’avec de l’espoir et de la foi. Aujourd’hui près de 18 000 jeunes sont aidés. Ils vivent dans 27 pays différents. Ils sont formés et ils sortent d’une profonde pauvreté dans laquelle eux et leurs ancêtres vivaient depuis des générations. Ils acquièrent des compétences et leurs revenus sont multipliés.

    Nous avons énormément augmenté le nombre de temples. En 1995, il y en avait 47. Aujourd’hui, il y en a 119, trois autres seront consacrés cette année.

    Le Livre de Mormon était disponible en 87 langues en 1995, il est disponible en 106 langues aujourd’hui.

    51 millions d’exemplaires du Livre de Mormon ont été distribués durant les dix dernières années.

    Nous avons construit littéralement des milliers de bâtiments partout sur la terre. Ils sont de meilleure qualité et répondent mieux à nos besoins que ceux qui avaient été construits précédemment.

    De plus, nous avons construit cette magnifique salle depuis laquelle nous parlons aujourd’hui, le centre de conférence à Salt Lake City, beau et unique.

    En plus de tout cela et de beaucoup d’autres choses, nous sommes allés partout sur la terre pour aider les gens dans la détresse et le besoin où qu’ils soient. Au cours des dix dernières années, nous avons fourni en argent et en matériel des centaines de millions de dollars sous forme d’aide humanitaire à des personnes qui ne sont pas de notre religion.

    Nous avons parcouru la terre en témoignant de l’œuvre du Tout-Puissant. Durant ces mêmes années, j’ai personnellement parcouru près d’un million et demi de kilomètres, me rendant dans près de 70 pays. Ma chère épouse a voyagé avec moi jusqu’à il y a un an, quand elle est décédée, le 6 avril. Depuis, je me sens très seul.

    Notre espoir concernant l’avenir est grand et notre foi est forte.

    Nous savons que nous n’avons fait qu’effleurer ce qui va se réaliser dans les années à venir.

    Je suis maintenant dans ma 95e année. Je n’aurais jamais rêvé vivre aussi longtemps. Ma vie me rappelle un écriteau qui était accroché sur une clôture en fil de fer barbelé rouillé au Texas. On y lisait :

    Brûlé par la sécheresse,

    Noyé par les inondations,

    Rongé par les lièvres,

    Vendu par le shérif,

    Mais encore là !

    J’espère avoir la bénédiction de continuer avec vous, mes chers amis et compagnons de service, aussi longtemps que le Seigneur le permettra. Et j’espère que ce service sera acceptable.

    Nous avons pour fondation l’Évangile du Seigneur Jésus-Christ. Nous avons l’autorité de la sainte prêtrise, rétablie par les hommes qui l’ont reçue directement de notre Seigneur. Le voile s’est écarté et le Dieu des cieux et son Fils bien-aimé ont parlé au jeune prophète Joseph pour ouvrir cette dispensation finale.

    Notre tâche d’aller de l’avant est énorme. Mais cette possibilité qui nous est donnée est glorieuse.

    Je répète maintenant ce que j’ai dit il y a dix ans : « Le moment est venu de grandir un peu, de lever les yeux et d’élargir notre esprit pour mieux comprendre la grande mission de préparation du millénium qu’a l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours. »

    C’est là, mes frères et sœurs, ce que je vous invite à faire ce matin. Je vous exprime mon amour, ma bénédiction et ma reconnaissance à l’ouverture de cette grande conférence. Que l’Esprit du Seigneur guide tout ce qui va se passer, c’est là mon humble prière, au nom sacré de Jésus-Christ. Amen.